Abbatiale Sainte Foy – Conques

Conques-en-Rouergue
Place De L'Abbaye - 12320
Petit futé
Trip Advisor
Michelin (/3)
Google
"Qui n'a pas vu le clocher de Rodez, le portail de Conques, l'église d'Albi, la cloche de Mende, n'a rien vu !" C'est à bon droit que ce dicton aveyronnais célèbre deux de ses titres de noblesse. Il suffit pour s'en convaincre de les découvrir. C'est sur cette terre ingrate du Rouergue aveyronnais qu'ont fleuri nombre de beautés. Chacune mérite, sans doute, que l'on s'y attarde.Mais l'abbatiale de Conques y tient une place privilégiée...Inscrite au patrimoine de l'Unesco.
et si ces pierres pouvaient parler ?...

Et si ces pierres pouvaient parler ?

L'abbatiale de Conques s'inscrit dans un lieu : bourg médiéval aveyronnais, en forme de coquillage, avec ses toits de lauzes. Elle s'inscrit, aussi, dans des temps lointains. Ici, légende et histoire se mêlent...
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire
Une chronique monacale du XI et XIIèmes siècles fait remonter l'histoire de Conques aux persécutions romaines des premiers siècles : des ermites se retirent dans "l’âpre désert de Conques" et forment peu à peu une importante communauté. Mais ils n'échapperont pas aux massacres, d'abord par les païens en 371, puis à nouveau par les Francs au VIe siècle.Vers 790, un seigneur du pays, du nom Dadon y cherche, à son tour, la solitude. Des disciples se joignent à lui et une première église dédiée à Saint Sauveur et un monastère sont construits.La communauté adopte, alors, la Règle de Saint Benoît.Mais avant de se faire moine, on connait Dadon à travers un récit légendaire : la mère de Dadon fut prise par les Maures (mulsulmans qui conquièrent le sud de l'Europe à partir du VIIIe siècle) . Un étonnant dialogue s’engaga du haut des remparts : - « Dadon, ton cheval contre ta mère ! - Mon cheval ? Jamais ! » Et il vit sa mère tuée sous ses yeux par les Sarrasins.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire

Des temps incertains

Conques va connaitre, ensuite, la destinée de bien de communautés. Invasions, guerres s'emparent et détruisent l'abbaye. Mais, toujours, elle se relève.Pour l'heure, elle le doit à plusieurs raisons : - l'appui et la protection des rois carolingiens, - l'ouverture de la "via podiensis" sur les chemins de Saint Jacques : Conques devient dès lors une étape des plus importantes de l'itinéraire de pèlerinage du Puy à Saint Jacques de Compostelle. - l'érection de la statue-reliquaire contenant le crâne de Sainte Foy, une enfant martyre du IVème siècle.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire

Rayonnement

Le premier monastère et son église détruits lors des invasions barbares, sont rebâtis au milieu du Xème siècle.Entre 1041 et 1082, l'église est reconstruite; l'afflux des pèlerins nécessitant un agrandissement. C'est l'abbatiale romane que nous voyons aujourd’hui.Au XIIIème siècle, Conques est à l'apogée de son rayonnement.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire

oubliée,... ou presque.

Elle connait un déclin dans les deux siècles suivants. Guerre de Cent ans, guerres de religion et la Révolution française réduisent, finalement, l'abbaye à devenir une carrière de pierres......si Prosper Mérimée, inspecteur général des Monuments en 1837, n'avait été conquis par la pureté de l'édifice : "_Je n'étais nullement préparé à trouver tant de richesses dans un pareil désert._", il n'en resterait plus pierre sur pierre.Les travaux de restauration sont réalisés pendant plus d'un siècle jusqu'à l'an 2000.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire

Et bien vivante !

Aujourd’hui, l'abbatiale de Conques a retrouvé sa vocation première : lieu de prière par la présence de la communauté des Prémontrés de Mondaye,
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire
les processions à travers la ville, l'accueil des pèlerins en route vers Saint Jacques...
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire
... et de bien d'autres encore qui découvrent dans la beauté un chemin.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Histoire
L'art roman innove : chapelles et lumière.
l'abbatiale de Conques est considérée comme un chef-d'œuvre de l'art roman du sud de la France.Plus encore, elle est le prototype des églises de pelerinage, dont s'inspireront Saint Martial de Limoges, Saint Sauveur de Figeac, Saint Sernin de Toulouse et Saint Jacques de Compostelle.L'édifice de Sainte Foy est une église abbatiale, c'est-à-dire liée à un monastère gouverné par un abbé. Quatre abbés contribuèrent successivement, de 1030 à 1125, à la construction du bâtiment que nous voyons actuellement.Construite sur un plan latin, en forme de croix, l'église est précédée d'un clocher-porche avec ses deux tours aux contreforts puissants : elles ont été surélevées et surmontées de pyramides de pierre en 1881.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur

Prendre le temps d'un regard prolongé

Qui, en visitant le village de Conques, ne s'est pas arrêté devant le tympan de l'abbatiale ?Imposant par ses dimensions, étonnant par ses nombreux personnages, il a une forte puissance d'évocation. Le Christ en majesté est central. La scène représentée est, en effet, celle du Jugement dernier. Elle se réfère à un passage de l'Evangile selon Saint Matthieu : à la fin des temps, le Christ jugera "la valeur" d'une vie à l'amour donné au malheureux, figure de Jésus-Christ.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur
Parmi tous les personnages entourant le Christ, il est aisé de repérer où sont les méchants et les bons !Plus difficile est de nommer les différents acteurs : aux grandes figures de la Bible se joignent le fondateur de l'Abbaye Dadon, et bien sûr, Sainte Foy, quoique bien discrète... sans oublier anges et démons !
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur
La partie représentant l'enfer donne une impression de grande confusion.Les sept péchés capitaux (orgueil, avarice, adultère...) sont chacun illustrés par une scène. Les supplices y sont raffinés et fort bien détaillés !Dans la photo ci-dessus, on aperçoit un démon armé d'une massue enfourner les damnés dans la gueule du Monstre marin, Léviathan.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur
L'évocation du Paradis est un ensemble bien ordonné dont se dégage une paix sereine. On y retrouve le pendant positif des péchés, dans les vertus qui sont nommées : foi, espérance,...Au centre de cette photo : un grand personnage biblique, Abraham, appelé aussi "le père des croyants". Il serre deux enfants (difficilement identifiables).A sa droite, deux prophètes : ils portent dans leurs mains les rouleaux symbolisant la Bible.A gauche, deux martyrs avec leurs "palmes" symbolisant la victoire.Encore plus à gauche : saintes femmes portant des flacons de parfums.Juste au dessus de ces saintes Femmes, Sainte Foy est plus effacée: prosternée, elle est en adoration devant la main de Dieu, sortant des nuées."L'image médiévale nous élève vers le sacré." (Jacques Le Goff).
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur

Les moines innovent...

Il faut imaginer la foule de pèlerins franchissant ce portail. Combien l'ont franchi avec l'espérance d'être guéri par l'intercession de Sainte Foy ou simplement pour reprendre courage jusqu'à Compostelle ? L'abbatiale a été bâtie à cette fin. Elle est le chef de file des églises de pèlerinage.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur

Abside et Chapelles

Au XIe siècle, pour faciliter la procession autour des reliques de Sainte Foy, les abbés Odolric et Etienne II ont inauguré une architecture nouvelle : une abside à déambulatoire (on peut circuler à l'extrémité de l'église, derrière le chœur) sur laquelle donnent trois chapelles rayonnantes.Celles-ci donnent au chevet de l'église, à l'extérieur, tout son cachet.Il faut y ajouter quatre autres chapelles dites 'bénédictines' c'est-à-dire alignées sur le transept.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur

100 fenètres

Une innovation encore : cent fenêtres font désormais pénétrer la lumière au sein d'une église romane.Les vitraux actuels sont l’œuvre d'un grand artiste contemporain, Pierre Soulages, Rouerguat d'origine.Le XXe siècle s'est accordé au XIIe par sa belle simplicité qui invite au recueillement.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'extérieur
Pureté des voûtes, sobriété de l'art roman

Savoir s'arrêter

Autant le tympan attirait le regard par tant d'insolites détails, autant l'intérieur de l'abbatiale invite au recueillement. Cela tient à la pureté de son architecture.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur
Dès l'entrée dans l'édifice, on est marqué par la verticalité de la nef principale que ne laisse pas supposer le narthex qui y conduit.Sobriété des ornementations, ton clair des pierres et cet élancement qu'offre une élévation à deux niveaux avec des tribunes donnant sur la nef centrale par des baies géminées (fenêtres groupées par deux avec une colonne centrale).La voûte en berceau (contrebutée par les voûtes en demi-berceau de la galerie supérieure) de 22,10 m de hauteur, et les arcatures des bas-côtés de 9,40 m de hauteur révèlent une réelle recherche de verticalité du projet architectural.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur
En contraste par rapport à la verticalité de l'édifice, l'église présente une assise ramassées en raison des contraintes topographiques : l'abside est de faible profondeur, la nef petite (longue de 20,70 m et large de 6,80 m) par rapport au transept (35 m).
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur

Les chapiteaux

Un ensemble de plus de 250 chapiteaux sculpté est un exemple parfait de l'art roman. Divers chantiers se succédèrent du milieu du XIe au premier quart du XIIe siècle.Alors que les chapiteaux étaient le plus souvent ornés de motifs végétaux et géométriques, apparaissent des figures humaines. Ainsi, plusieurs scènes de la Bible: le sacrifice d'Abraham, épisodes de la vie de Saint Pierre etc.Ainsi la photo ci-dessus donne à admirer les chapiteaux à entrelacs, les plus anciens. (milieu du XIe siècle); au second plan, combat entre deux cavaliersLes visites des tribunes offrent sur les chapiteaux des perspectives "célestes"!
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur

L'Annonciation

Au fond du transept gauche, on peut admirer un haut relief, représentant une scène de l'Evangile, l'Annonciation.Cette scène relate la visite de l'ange Gabriel à la Vierge Marie, lui annonçant la naissance du Christ.Comme toute œuvre de Moyen-Age, les sculpteurs n'avaient pas seulement le souci de "faire du beau" mais d'enseigner les pèlerins sur la foi chrétienne...en somme des "bibles de pierres" !
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur
Abbatiale Sainte Foy – Conques - A l'intérieur
les restes du monatère, un village médiéval

Le monastère

Si l'abbatiale a été "miraculeusement"préservée des guerres et de la Révolution, le monastère, où vivaient les moines, en subit les plus graves dommages. On peut encore voir quelques vestiges du cloître. Une grande fontaine en est le centre.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Alentours
La construction du cloître par l'abbé Bégon III, à la charnière des XIe et XIIe siècles, entraîna à son tour une véritable floraison de chapiteaux. Dix-neuf d'entre eux restent en place dans la galerie occidentale ouvrant sur l'ancien réfectoire.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Alentours

Le village médiéval

Beaucoup de maisons du village ont été construites avec les pierres de ce cloître. En leurs murs, l'abbaye survit.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Alentours
les reliques dérobées d'une martyre du IVe siècle

"Un pieux larcin"

Il vaut et la peine de conter l'histoire d'un moine de Conques, devenu célèbre, Ariviscus.Entre 864 et 875, il demeure au monastère d'Agen. Là sont conservées les précieuses reliques de Foy.Pensant, après tant d'années, passer inaperçu...il dérobe les saintes reliques. S'engage, alors, une chevauchée : les moines d'Agen à la poursuite d'Ariviscus. Ici, tout tient du miracle selon des divers versions du récit !Finalement, les moines concèdent à Conques leurs reliques. Ces dernières furent accueillies avec grande solennité. Dès lors, le rayonnement de Conques ne fit que croître du fait des nombreuses guérisons attribuées à Sainte Foy et à une source miraculeuse.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Sainte Foy et son trésor

Des moines et des artistes au service de Sainte Foy

C'est 960 qu'il eut l'érection de la sublime effigie de Sainte Foy en Majesté. Cette statue-reliquaire peut surprendre par tant de pierreries et d'or. Il faut se rappeler qu'au Moyen-age, le culte des saints tenait une grande place dans la foi du peuple chrétien. Par eux, c'est en fait à Dieu que l'honneur et la prière étaient adressésCette statue contient le crâne de la sainte.Il est à noter que le monastère de Conques avait d'habiles artistes dans les domaines de la littérature, de la sculpture et de l’orfèvrerie. L'âge d'or est à la fin du XIème siècle.
Abbatiale Sainte Foy – Conques - Sainte Foy et son trésor

Le trésor

En outre, l'abbaye, prise sous la protection des rois Carolingiens, se dota assez rapidement d'un trésor conséquent.Reliquaires et pièces d'art furent préservés du pillage...fort heureusement emmurés par les habitants pendant la Révolution. Dans l'ancien réfectoire des moines, on peut admirer la plus complète collection d’orfèvrerie religieuse française s'étalant du IX au XVIe siècle.(Merci de nous envoyer des photos !)Mais, l'abbatiale de Conques reste encore le plus beau joyau !

Visite

De très nombreuses visites accompagnées sont proposées : - aux individuels pendant les vacances scolaires, et tous les jours du mois d'avril à la mi-octobre. - aux groupes, toute l'année, sur réservation. paiement : Espèce, chèqueChoix des visites : - l'abbatiale Sainte-Foy et son tympan du jugement dernier - les tribunes de l'abbatiale et les chapiteaux romans - Les vitraux de Pierre Soulages - Les tribunes de l'abbatiale en nocturne et en musiqueAttention, il n'y a pas de visite pendant les offices religieux.Visite de l'abbatiale Sainte-foy et son tympan "Découvrez la puissance architecturale de l'abbatiale Sainte-Foy et les 124 personnages qui ornent son tympan. Votre guide vous en dévoilera tous les mystères. Levez les yeux vers les centaines de chapiteaux et les vitraux contemporains... Une visite essentielle pour aborder Conques et son histoire millénaire." (Office du Tourisme) Durée : 45 minutes. Tarif 2018 /personne : 4,50€ adulte ; 2,50€ enfant - Billetterie : 3 points de vente (Office de Tourisme / Trésor / Musée J-Fau) - Départ : Devant le musée Joseph-Fau Accessibilité : rampe d'accès. Livrets tactiles pour les déficients visuels Horaires : Info au 05 65 72 85 00 (horaires sous réserve de modification)Cette visite est proposée aux individuels pendant les vacances scolaires, et tous les jours du mois d'avril à la mi-octobre. Elle est également proposée aux groupes, toute l'année, sur réservation.Visite nocturne. "Baladez-vous en nocturne dans les hauteurs de l’abbatiale, en musique, au plus près des chapiteaux et des vitraux de Pierre Soulages. Cette visite n’est pas guidée. Elle est proposée aux groupes et aux individuels tous les soirs, de mai à octobre (sauf durant les grands concerts)… Une visite mémorable et exceptionnelle" (Office du Tourisme) Tarif/personne : 6€ (accessible à partir de 12 ans) Accessibilité : escalier Durée : 30 min. environ - Départ et billetterie : Escalier nord intérieur de l'abbatiale, à 21h30Visite : les tribunes et les chapiteaux romans "Cette visite offre la chance inégalée de se rendre à l'étage des tribunes de l'abbatiale, au plus près des chapiteaux et des vitraux de Pierre Soulages. Votre guide vous dévoilera le savoir-faire des imagiers romans, du motif à entrelacs aux corbeilles historiées, des thèmes religieux aux plus profanes... Cette galerie haute offre des perspectives inégalables sur l'architecture de l'abbatiale." (Office du Tourisme) Durée : 45 minutes - Tarif 2018 /personne : 4,50€ adulte ; 2,50€ enfant (de 12 à 16 ans) Accessible à partir de 12 ans. Billetterie : 3 points de vente (Office de Tourisme / Trésor / Musée J-Fau) Départ : Devant le musée Joseph-Fau Accessibilité : escaliers Horaires : Info au 05 65 72 85 00 (horaires sous réserve de modification)Visite : Les vitraux de Pierre Soulages "Depuis la galerie haute de l'abbatiale, votre guide vous dévoile la démarche créative de Pierre Soulages, au plus près de ses 104 vitraux contemporains inaugurés en 1994.Nous vous ferons découvrir ce verre unique qui magnifie la puissance de cet édifice roman." (Office du Tourisme) Durée : 45 minutes. Accessibilité : escalier Tarif 2018 /personne : 4,50€ adulte ; 2,50€ enfant (de 12 à 16 ans) Accessible à partir de 12 ans - escaliers- Billetterie : 3 points de vente (Office de Tourisme / Trésor / Musée) - Départ : devant le Musée Joseph-Fau - Horaires : Info au 05 65 72 85 00 (horaires sous réserve de modification)Renseignements complémentaires :Office du Tourisme de Conques Marcillac : https://www.tourisme-conques.fr/fr/conques/visites-guidees tel : 05 65 72 85 00

Contact

Office du Tourisme de Conques Marcillac L'office du tourisme organise de nombreuses visites (voir l'encart visites)Conques 12320 Conques-en-Rouerguetel : 05 65 72 85 00tourisme@conques.fr.
Accueil Spirituel L'église abbatiale est ouverte du matin tôt au soir tard, sans interruption.La communauté des prémontrés de Conques vous invite à partager sa prière et les offices du matin, midi et soir.Quatre temps de prière rythment la journée, en plus de la messe quotidienne : les laudes à 7h30, l'office du milieu de jour, les vêpres et les complies, suivies de la bénédiction des pèlerins (chaque soir d'avril à octobre).Horaires de messe :- le lundi : 11h45- du mardi au samedi 17 avril à fin octobre : 8h - du 2 novembre au 14 avril : 11h45- Dimanche : 11hChaque soir en saison (d'avril à octobre) à 21h00, un frère commente le tympan et offre un concert spirituel depuis l'orgue de l'église abbatiale.Accompagnement spirituel et écoute sont proposés avant et après les offices. N'hésitez pas à faire appel à un frère pour votre séjour ou pour une visite.Prieuré Sainte-Foy de Conques 12320 Conques Tél. 33 (0)5.65.69.85.12
Signalez un problème ou une dégradation
Source d'Informations : Alexandra Corvisy - Office du Tourisme de Conques Marcillac Wikipedia
Crédits : Alexandra Corvisy, Abbaye de Mondaye Wiki Commons : Daniel Culsan, G Von Bezold, Flickr : Holly Hayes, Anne, Kristobalite, Jean-Marie Clausse, Anselm Pallas, Bruno Preschesmisky,