Abbaye de Saint Sever

Saint Sever
7 Place du Tour de Sol - 40500
Google
Trip Advisor
Petit futé
Monument historique et classé Patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle en France depuis 1998. Les bâtiments conventuels qui lui sont accolés ont été classés en 1997. Ces monuments sont les derniers témoignages d'une longue histoire de plus de mille ans.Une église abbatiale, adossée à son cloître, où vous découvrirez : - un très rare chevet à 7 absides échelonnées du 11e siècle. - une extraordinaire collection de chapiteaux - un tympan roman de grande qualitéSon orgue romantique Cavaillé-Coll dans un buffet 18e permet d’agrémenter les offices et des concerts.De nombreuses destructions et reconstructions ont fait évoluer l’église. Elle est peut-être encore en travaux intérieurs afin de retrouver sa splendeur. (merci de nous le signaler).Dans le cloître voisin (à 400 m - le cloître, des Jacobins), le Musée d'art et d'Histoire du Cap de Gascogne consacre trois salles à la merveille des merveilles : le 'Beatus'. Un livre richement enluminé du XIe siècle, célèbre manuscrit de l’Apocalypse réalisé au XIe siècle par les moines de l’abbaye… En réalité une copie, l'original étant précieusement conservé à la Bibliothèque Nationale de France.
L’abbatiale de style roman est étonnamment vaste et ses dimensions sont impressionnantes : 71 m de long, 31 m de large pour la nef et 41 m pour le transept.Une partie du cloître appartient à des particuliers.
Abbaye de Saint Sever - Présentation
L'abbatiale possède un des plus beaux chevets à sept absides échelonnées. Seules deux églises en France ont conservé cette forme inspirée de Cluny II, car la forme la plus courante est celle à trois absides. Saint-Sever reste le seul exemple en France, avec l'église Saint-Genès de Châteaumeillant, de ce type de chevet.
Abbaye de Saint Sever - Présentation
On accède par les tribunes du transept à des chapelles d’étage. Le transept et les bas-côtés permettaient d’accueillir une foule importante de fidèles et de pèlerins attirés par cette étape de la voie limousine vers Saint-Jacques-de-Compostelle.
Abbaye de Saint Sever - Présentation

Origines

Au Ve siècle, Severus, le futur saint Sever, est envoyé par le pape pour évangéliser la Novempopulanie*. Il est martyrisé et décapité selon la légende par les Wisigoths sur la côte de Brille, un chemin montant des berges de l'Adour jusqu'à la butte de Morlanne, sur les hauteurs de Saint-Sever. Au VIIIe siècle, les bénédictins édifient une chapelle pour recueillir sa dépouille.Après sa victoire à la bataille de Taller vers 982 - 983, le duc Guillaume Sanche de Gascogne achète en 988 la terre et décide d'y édifier un monastère.À l'époque, la région compte en effet de nombreuses et riches villae romaines telles que la villa du Gleyzia d'Augreilh toute proche, mais aucune cité importante. La fondation d'une abbaye, non loin du site antique de la butte de Morlanne, qui domine la vallée de l'Adour, est à la fois un acte politique et religieux qui permet aux ducs de Gascogne de mieux asseoir leur autorité.*_ illustration : La Novempopulanie ou Aquitania novempopulana ou encore « Pays des Neuf Peuples » est le nom donné au IIIe siècle par l'administration impériale à la partie sud de l'Aquitaine antique1, c'est-à-dire l'Aquitaine ethnique de César. _
Abbaye de Saint Sever - Histoire

Xe - XIe siècle

L'abbaye bénédictine de Saint-Sever va connaître, dans tous les domaines, une expansion et un rayonnement exceptionnels. Ses innombrables possessions s’étendent dès le XIe siècle du Médoc jusqu’à Pampelune en Espagne. Grégoire Montaner, moine de Cluny, règne sur l’abbaye de 1028 à 1072.C'est sous son abbatiat que commence la reconstruction de l’église sur le modèle de Cluny après un incendie survenu en 1060, avec des maîtres d'œuvre et des sculpteurs aussi remarquables par leur expérience que par leur esprit novateur, et des enlumineurs, parmi lesquels Stephanus Garsia, l’auteur des miniatures du Beatus.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

L'Apogée

La renaissance gasconne du XIe siècle, qui fait suite aux invasions barbares, tient pour une bonne part à la multiplication des monastères. On leur doit le défrichement des terres vacantes et des forêts et le regroupement des paysans autour des abbayes et prieurés .Parallèlement, évêques et abbés s’emploient à reconstruire les villes ruinées par les Vikings : Oloron, Nogaro, La Réole, Saint-Sever leur doivent l’existence ou la résurrection.Dans tous les domaines, qu’ils soient religieux, administratif, social, économique et culturel, la Gascogne connaît un renouveau grâce à l’abbaye qui s’impose à toute la province comme une véritable puissance foncière.À son apogée, dès la fin du XIe siècle, un vaste domaine entoure le monastère qui possède également dans le diocèse d’Aire-sur-Adour de nombreuses villae de l’époque romaine, terres et églises, dans un rayon de 35 km. Hors de ce diocèse, le monastère acquiert des domaines en Agenais, Bazadais et Pays de Born (Prieuré de Mimizan).Au-delà, Saint-Sever détient une église en Navarre près de Pampelune, ainsi que des biens en Médoc, dont la basilique Notre-Dame de Soulac (illustration).En Gascogne, la plupart des possessions de Saint-Sever correspondent à une situation stratégique de l’époque : site défensif, zone de passage sur la Garonne ou l’Adour, axe de circulation. Distantes d’au maximum une trentaine de kilomètres l’un de l’autre, ces possessions constituent pour les pèlerins des jalons et gîtes d’étape.Dans le choix des acquisitions, on tient également compte de la fertilité des terrains.
Abbaye de Saint Sever - Histoire
La vallée de l’Adour, les côtes de Buzet, les possessions en Armagnac, les vignes en Bordelais dévoilent des centres d’intérêt et les préoccupations économiques des moines qui plantent des vignes non loin des monastères.En 1087 le comte et la comtesse de Bigorre donnent l'abbaye à l'abbé Grégoire.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

Le déclin

Le déclin s’amorce avec la fin du duché de Gascogne et se précipite avec la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion.L'abbaye subit d'abord de graves dommages liés à de nombreux sièges au cours de la guerre de Cent Ans, période où la Gascogne est un enjeu entre la France et l’Angleterre. Le monastère en particulier est plusieurs fois détruit et incendié par les Français. Les bas-côtés sont alors reconstruits en partie.Puis viennent les guerres de Religion, avec les massacres des années 1569 et 1570 et le saccage et la ruine du monastère par les huguenots de Montgomery, pourchassés par les troupes catholiques de Montluc pendant les Guerres de religions dans les Landes.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

XVIIe siècle

Il faut attendre plus d’un siècle avant que la congrégation de Saint-Maur n’entreprenne des travaux de réfection de l’abside et des bâtiments conventuels.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

La révolution

À la Révolution française, les moines sont chassés, l'abbaye est désaffectée et les bâtiments conventuels attribués et vendus.L'église utilisée comme grenier à grain et comme lieu du culte de "l’Être Suprême", est conservée.L'église abbatiale est quant à elle rendue au culte en 1795, mais les bâtiments monastiques sont occupés par la mairie et diverses administrations.

XIXe siècle

Les restaurateurs du XIXe siècle redécorent la nef et les façades de l'abbatiale en style néo-roman, pastiche conforme au goût de l’époque pour l’architecture médiévale.Comme témoignage du portail médiéval, il ne reste qu’une gravure publiée dans la Guienne Monumentale de Ducourneau datée de 1842.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

Les toits de l'église au début du XXe siècle

Une photo de Jean Auguste Brutails, probablement au début du XXe siècle.Jean-Auguste Brutails est l'exemple parfait du « savant provincial » dont la carrière a été reconnue sur le plan national. Sa forte personnalité a largement contribué à la modernisation des Archives départementales de la Gironde. Ses travaux de paléographie et d'histoire de l'art demeurent indispensables, même aujourd'hui, aux chercheurs qui s'intéressent à l'art médiéval dans le sud-ouest de la France.
Abbaye de Saint Sever - Histoire

La façade occidentale

Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

Le portail ouest

Le portail ouest de l'église est composé d'une voussure à neuf rouleaux prenant appui sur des colonnes surmontées de chapiteaux sculptés. Le tympan est décoré d'une croix dans un cercle orné d'une frise végétale.
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

La porte nord

Sur la façade nord, la porte romane supporte un tympan mutilé.
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

Le tympan nord

Le tympan se situe au-dessus du portail nord de l'église abbatiale.Chef-d'œuvre du XIe siècle, il compte parmi les premiers tympans sculptés de l'art roman.La scène représentée est tirée de L'Apocalypse, dernier livre du Nouveau Testament.Au centre, le Christ en gloire est inscrit dans une mandorle*. Assis sur un trône, il lève sa main droite dans un geste de bénédiction et tient un livre dans sa main gauche.Un séraphin se tient à sa droite, un chérubin à sa gauche.Les représentations symboliques des quatre Évangélistes sont autour de lui, même si deux ont aujourd'hui disparu.À sa gauche, le taureau ailé symbolise Luc.À sa droite, le lion ailé symbolise Marc.À gauche du taureau ailé, l'archange saint Michel terrasse le dragon. Il symbolise la victoire du Christ sur le péché.À la droite du lion ailé, l'ange pose sa main sur la tête de Jean, à qui est révélée la scène et auteur de L'Apocalypse. Par ce geste, l'ange invite Jean à se prosterner devant le Christ.* _une figure en forme d'ovale ou d'amande dans laquelle s'inscrivent des personnages sacrés : le plus souvent le Christ, mais aussi la Vierge Marie ou les saints._
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

Le chevet

L'abbaye de Saint-Sever possède l'un des plus beaux chevets à sept absidioles échelonnées.
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur
Seules deux églises en France ont conservé cette forme inspirée de Cluny II, car la forme la plus courante est celle à trois absides : Saint-Sever et l'Église Saint-Genès de Châteaumeillant .
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

Les nombreux modillons du chevet

_Un modillon est un élément d'architecture qui sert à soutenir une corniche, un avant-toit ou un balcon. Il se différencie du corbeau par le fait qu'il est sculpté. Il y en a de très nombreux exemples, en particulier les lignes de modillons sur les églises romanes._
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

dont l'âne musicien !

Abbaye de Saint Sever - l'extérieur

Le campanile du XVIIe siècle

Au XVIIe siècle la toiture de l'abside centrale s'est vue couronnée d'un joli campanile.
Abbaye de Saint Sever - l'extérieur
Archives Aquitaine - merci

Le plan

L'essentiel de l'église est d'époque romane (XIe et XIIe siècle) en noir.En orange, les ajouts gothiques (XIVe et XVE siècle)En violet les apports du XVIe et XVIIe siècleEn jaune ceux du XIXe sièclesource Inventaire Aquitaine
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

La nef

La nef divisée en cinq travées est flanquée de collatéraux. L'ouverture vers ceux-ci s'effectue par de grandes-arcades brisées pour les quatre premières travées ouest et en plein cintre pour la dernière travée.Ces grandes-arcades sont surmontées d'une tribune aveugle décorée de fausses-fenêtres jumelées en plein cintre, ornées de goudrons. Les arcades reposent sur des chapiteaux sculptés. La partie supérieure des murs de la nef est percée d'oculus pourvus d'un réseau de flammèches, de polylobes ou de quadrilobes.La nef est couverte d'une voûte en berceau avec arcs doubleaux.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur
Les doubleaux reposent sur des colonnes engagées surmontées d'un chapiteau sculpté. Ces colonnes prennent appui sur des piles cruciformes, à l'exception des trois piles du sud-ouest, circulaires.Les collatéraux sont voûtés d'ogives pour les quatre premières travées ouest percées de baies brisées. Les ogives de la troisième travées sont à listel. La dernière travée est voûtée d’arête et percée d'une baie en plein cintre.source : Inventaire Aquitaine
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

Le chœur

Le chœur possède six absidioles de profondeur décroissante, suivant un plan bénédictin. Les colonnes de marbre du chœur et du transept proviennent du palais des gouverneurs romains de Morlanne, situé non loin de là.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

Les chapiteaux

On dénombre 150 chapiteaux dont 77 authentifiés comme étant gallo-romains et romans.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur
Les chapiteaux polychromes à décor de lions datent du XIe siècle.Les chapiteaux corinthiens côtoient des chapiteaux à décors figurés et des chapiteaux historiés. Ces derniers avaient pour fonction d'enseigner la culture chrétienne.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

Le chapiteau d'Hérode

Le chapiteau d'Hérode : comptant parmi les plus beaux chapiteaux de l'église à abbatiale, il se situe à l'entrée principale, sur la droite.Il représente une histoire racontée dans les évangiles.Hérode prend pour épouse Hérodiade, qui lui est apparentée. Jugeant cet acte immoral, Jean-Baptiste, le critique sévèrement. Hérode, roi puissant, fait mettre Jean-Baptiste en prison. Hérode organise un banquet pour son anniversaire, thème du chapiteau. Au cours du repas, la fille d'Hérodiade, Salomé, exécute une danse en l'honneur de son beau père, le roi Hérode. Ce dernier, charmé, lui accorde une faveur. Influencée par sa mère, Salomé demande qu'on coupe la tête de Jean-Baptiste sur le champ. Le chapiteau montre l'âme de Jean-Baptiste monter au Ciel, portée par deux anges. Salomé ressemble à une marionnette désarticulée, peut-être manipulée par sa mère, elle-même sous l'influence du diable.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

Les chapiteaux de Daniel

Les chapiteaux de Daniel : ce thème biblique est représenté sur plusieurs chapiteaux de l'église abbatiale.Le prophète Daniel est un jeune homme très pieux et très sage. Ses qualités lui valent d'entrer au service des roi Nabuchodonosor puis Darius, afin d'interpréter leurs rêves. Daniel provoque des jalousies et ses ennemis le font tomber en disgrâce. Darius est contraint de le jeter en pâture dans une fosse aux lions.Fidèle à sa foi, il prie et les lions lui laissent la vie sauve.Daniel est un symbole de la résurrection : laissé indemne par les lions, il a vaincu la mort, comme le Christ le fera après lui.Une des particularités de l'abbatiale est que les lions semblent sourire alors que les oiseaux présentent un air féroce.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur

Le grand orgue

Le grand orgue.En 1885, on confia à Aristide Cavaillé-Coll la reconstruction complète de l'orgue de Dom Bédos (1762).C'est donc dans le buffet du XVIIIe siècle que sera construit l'instrument que nous connaissons aujourd'hui.C'est le plus important orgue Cavaillé-Coll d'Aquitaine et aussi un des plus authentiques au monde car il n'a jamais été modifié.Il est classé dans la base Palissy des monuments historiques.Il comporte 3 claviers et un pédalier, 36 jeux et 2,124 tuyaux.
Abbaye de Saint Sever - L'intérieur
actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France

Le Beatus

Le Beatus de Saint-Sever dit aussi Apocalypse de Saint-Sever est un manuscrit enluminé contenant notamment un commentaire de l'Apocalypse de Beatus de Liébana, réalisé sans doute à l'abbaye de Saint-Sever, dans l'actuel département des Landes, au milieu du XIe siècle.Le manuscrit contient le texte du commentaire de l'Apocalypse de Beatus de Liébana écrit du VIIe siècle, ainsi qu'un commentaire de saint Jérôme sur Daniel et un traité de saint Ildefonse sur la Vierge Marie.illustration : dédicace/frontispiceIl est actuellement conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Lat.8878On peut consulter sa copie et diverses reproductions dans le Musée d'art et d'Histoire dans le cloître des Jacobins.
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus

Le Musée d'art et d'histoire

Dans le cloître voisin des Jacobins (400m), le Musée d'art et d'histoire ouvert tout l'été, présente, le Trésor de l'Abbaye et 3 salles consacrées au ' Beatus'.(un grand livre numérique et 2 films adulte et enfant).On peut aussi y admirer le reliquaire de Saint Sever..Pour le Musée d'art et d'histoire : actuellement en travaux ouvert en été Juillet à Septembre 14h30 à18h - entrée pour adulte : 4€
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus

Historique

Le manuscrit est sans doute rédigé et décoré sous l'abbatiat de Grégoire de Montaner (1028-1072), alors que le scriptorium de l'abbaye est dirigé par un moine appelé Stephanus Garsia. Celui-ci est sans doute le principal maître d'œuvre du manuscrit et de ses enluminures. Le maître d'œuvre a réalisé la totalité des dessins préparatoires, ainsi que la mise en peinture d'un grand nombre de miniature. Il a été aidé de deux autres collaborateurs qui ont exécuté la mise en peinture du reste du manuscrit. Deux scribes ont calligraphié le texte, le scribe A travaillant majoritairement avec le peintre principal, le scribe B avec un des deux peintres collaborateurs1.La date à laquelle le manuscrit quitte l'abbaye est inconnue.Un ex-libris inséré dans l'ouvrage indique qu'un prêtre du village de « la Graslière » (actuellement dans la commune de La Copechagnière en Vendée ?) en est le propriétaire à la fin du XVIe siècle. Au folio 290, une note manuscrite indique que le livre a été donné par Guillaume Guerry de Tiffauges au cardinal François d'Escoubleau de Sourdis entre 1598 et 1628. Le manuscrit passe ensuite dans les collections de son frère Charles (mort en 1666), la reliure comportant toujours ses armes. Il réapparait lors de la vente des collections de Louis-Jean Gaignat en 1769, puis il entre dans les collections du roi en 1790.illustration : généalogie du Christ
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Une mappemonde, occupant un double feuillet est sortie du manuscrit à une date inconnue. Elle est repérée dans une librairie parisienne en 1866 par Armand d'Avezac, qui signale qu'elle a appartenu aux papiers de Jacob-Nicolas Moreau. Elle est achetée par le cabinet de géographie de la Bibliothèque impériale. Elle est finalement transférée dans les collections du cabinet des manuscrits où Léopold Delisle la fait relier à son manuscrit d'origine.
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Le manuscrit contient 39 cahiers reliés.On compte 10 miniatures couvrant une double page ou presque, 2 autres avaient la même dimension, mais ont été tronquées de leur partie gauche, 34 miniatures en pleine page, et 35 peintures de plus petite dimension.Il manque 17 peintures au total, à la suite de diverses mutilations.
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Les cavaliers de l'Apocalypse.
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
La victoire de l'Agneau (le Christ)
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus
Le déluge
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus

Le reliquaire de Saint Sever

L’abbaye de Saint-Sever possédait au Moyen Âge de nombreuses reliques dont la plus célèbre était le chef (autrement dit la tête, le crâne) de saint Sever. Cette dernière fut détruite lors des guerres de religion qui firent des ravages dans la région.Aussi, après avoir patiemment reconstruit le sanctuaire vandalisé en 1569 (l’autel fut restauré en 1681), les moines se préoccupèrent de trouver une relique.L’église Sainte Eulalie de Bordeaux possédant, selon une tradition immémoriale, les restes de saint Clair et de ses compagnons (dont saint Sever), une ambassade obtint de l’archevêque la permission de retirer du reliquaire bordelais une partie des reliques de saint Sever en 1714. Le retour officiel eut lieu en 1716, en grande pompe.Le reliquaire actuel date de 1783 et a été offert par monseigneur Playcard de Raygecourt, évêque d’Aire-sur-l'Adour.Ce reliquaire est le témoignage de la volonté de l’évêque de rester fidèle au goût baroque français, en opposition au goût néo-classique.
Abbaye de Saint Sever - La merveille invisible de l'Abbaye : le Beatus

Visite

Visite en dehors des heures des offices. Pour les visites guidées, s'adresser à l'Office du Tourisme - Place du Tour du Sol - Tél. 05 58 76 34 64Du 1erSeptembre au 30 Juin Lundi au Vendredi 9h00-12h30 et 14h30-17h00 Samedi fermeture après-midi 16h30Juillet et Août Lundi au Samedi 9h00-19 h00 Dimanche 10h-12h30 et 14h-17h30Pour le Musée d'art et d'histoire : actuellement en travaux ouvert en été Juillet à Septembre 14h30 à18h.entrée pour adulte : 4€

Contact

Paroisse Notre dame du Mont Carmel 20 rue du Général Durieu - 40500 Saint-Sever Tél./Fax 05 58 76 04 86 Courriel : ndmontcarmel@landes.cef.fr Permanence : du lundi au vendredi : 15h-18h, le samedi : 10h-12h
Mairie de Saint-Sever /Office du tourisme Saint Se BP 90027 - 40501 SAINT-SEVER CEDEX Tél : +33 (0)5 58 76 00 02Office du Tourisme Place Tour du Sol 40500 Saint Sever Tél. 05 58 76 34 64 Fax : 05 58 76 43 55 Courriel : tourisme@capdegascogne.fr
Office du tourisme Place Tour du Sol 40500 SAINT-SEVERTél. 05 58 76 34 64 Fax : 05 58 76 43 55Visiter également Saint-Sever en visualisant l'ensemble de l'application Le Voyage de Guilhem sur notre chaîne Youtube.La boutique et l'Office de Tourisme de Saint-Sever sont ouverts toute l'année du:lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h, le samedi de 9 h à 12 h 30.Chasse au trésor historique- Deux niveaux : 5 - 7 ans et 8 - 12 ans Demandez le petit livret gratuit à l'Office de tourisme -> Répondez aux questions -> Ramenez des indices -> Et, si vous avez réussi -> venez chercher votre "trésor". Une façon très ludique de visiter Saint-Sever !Accueil des pèlerins : Se présenter à l'Office du Tourisme aux heures d'ouverture pour l'hébergement. Pas d'inscription à l'avance.L'Office de Tourisme développe sa boutique en proposant à la vente des produits du terroir.Visiter également Saint-Sever en visualisant l'ensemble de l'application Le Voyage de Guilhem sur notre chaîne Youtube.
Offices dans l'église
Source d'Informations : - Wikipedia
Crédits : Archives Aquitaine / Mairie Saint Sever : Michel Dubaut Wiki : Eymery, Jacquym, Gilles Guillamot, Havang, Jibi44, Tangopaso Flickr : Frederique Panassac Landesenvrac.Blogspot.com