Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain

Proposée par : Guillaume de Jarnac
Saint Brice
Saint-Brice - 16100
Monument Historique
L’abbaye de Châtres qui a été édifiée probablement à la fin du XI° siècle est située en Charente, à quelques kilomètres des villes de Jarnac et Cognac, sur la commune de Saint Brice.« Nulle part l’art roman ne se montre avec plus de délicatesse, nulle part les ornements simples et exquis à la fois, n’encadrent mieux les fenêtres et le porche, nulle part les colonnettes ne sont de proportions aussi parfaites que dans cette page pleine de force, de grâce et d’harmonie » écrivait à propos de Châtres, le célèbre journaliste et écrivain du XXe siècle, Ardouin–Dumazet.L’abbaye de Châtres est isolée du monde, à l’écart des routes, elle se veut discrète et silencieuse mais capable d’enchanter tous ceux qui viennent à elle.

Les origines - l'an mil

La destruction des archives de l'abbaye de Châtres durant les guerres de religion nous laisse dans l'impossibilité d'établir la date précise à laquelle celle-ci fut fondée.

La Gallia Christiana indique néanmoins qu'une abbaye fut fondée à cet emplacement à l'époque où Arnaud Taillefer était comte d'Angoulême, soit entre 975 et 1001.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

La fondation XIe siècle

L’abbaye telle qu’elle se présente à nos jours a été probablement édifiée entre 1077 et 1100.

On dit qu’elle serait due à un disciple de Robert d’Abrissel, le fondateur de l’abbaye de Fontevraud.

Comme l’a indiqué l’architecte Raymond Barbeau en 1897, toutes les abbayes ont été établies sur le même plan, en forme de croix latine, avec une nef orientée ouest–est.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

De nombreuses modifications XIIe XIVe siecle

L’abbaye de Châtres a été plusieurs fois remaniée.

Notamment avec l’édification de trois vastes coupoles sur pendentifs et une coupole à la croisée de la nef et du transept ce qui a probablement nécessité l’arasement du clocher initial.

Autre modification de taille : l’abside semi circulaire du début, détruite probablement pendant la guerre de 100 ans (1337 - 1453) a été remplacée par un chevet plat.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

La dispersion - XVe siècle

Il est probable que la communauté se soit dispersée pendant la guerre de 100 ans.

Mais plus grave encore que les sévices dus à la guerre de 100 ans est l’état catastrophique dans lequel se trouve le pays environnant, et qui prive l’Abbaye d’une grande partie de ses revenus.

Par contre l’on sait qu’en 1429 la communauté, dispersée par la guerre de 100 ans et désireuse de revenir dans les lieux adresse une supplique au pape,(Illustration : Martin V) le priant de leur octroyer une part des indulgences et aumônes

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

Un abbé "commendataire"

A partir de François 1er, Châtres devient abbaye royale.

L’abbé n’y est plus élu par les chanoines réunis, mais nommé par le roi. On parle alors d’abbé "commendataire".

Ce dernier, qui peut être aussi bien un religieux qu’un laïc, touche une partie des revenus de l’abbaye sans toutefois y résider.

Très souvent il se désintéresse du sort d’une communauté monastique qu’il n'a parfois jamais visitée .

Livrée à elle-­même Châtres décline. On sait cependant, par un certain nombre d’actes notariés, qu’il y avait encore à cette époque des fermiers sur les terres de Châtres, qui cultivaient les terres et habitaient sur place.

La révolution - XVIIIe siècle

En 1789 c’est la révolution française, en 1792 les ordres religieux sont dissous, l’abbaye de Châtres devient bien national.

En 1795 elle est vendue en tant que bien national et acquise par Léon de Jarnac de Garde épée. Elle est depuis conservée dans la même famille.

Elle sera alors transformée en faïencerie jusqu’en 1823.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

Après elle sera transformée en remise agricole.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

Le temps de la sauvegarde - La renaissance.

Son déclin s’achève le 24 août 1948 quand elle est classée monument historique.

Commence alors l'époque de la restauration...

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - Histoire

Avant la restauration

Photo de l'abbaye avant le début des travaux de restauration.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - La restauration

Les campagnes de restauration

Elle a été rendue possible par son classement en monument historique le 24 août 1948.

Une 1ère tranche eut lieu dans les années 50 avec la mise en œuvre d’une charpente et d’une toiture neuves.

La 2ème tranche eut lieu dans les années 90 avec la restauration de la grande baie vitrée du chevet plat.

En 2016 a été restaurée la façade occidentale essentiellement pour éviter les infiltrations d’eau et le fait que les magnifiques sculptures soient détériorées par les infiltrations et le ruissellement des eaux.

En 2018 le transept sud qui, du fait des arasements survenus au cours des quatre derniers siècles, menaçait d’écroulement a été restauré ainsi que l’absidiole.

Le printemps 2020 verra la restauration du transept nord et de la chapelle à l’est de l’abbatiale, tous les deux en ruines.

Le projet 2021 est ambitieux avec la restauration des peintures murales du chœur de l’abbatiale et la pose de vitraux. La DRAC a donné son accord. (photo en attente)

Loto du Patrimoine - seul monument de Charente

L'abbaye de Châtres a été parmi les 121 monuments français, le seul monument de Charente sélectionné par la mission Bern - Fondation du Patrimoine pour participer au premier loto du Patrimoine.

Le style

L’édifice est un exemple d’architecture romane, un style qui a connu une large diffusion dans les Charentes.

Cette architecture est caractérisée par l’usage d’un arc rond, dit plein cintre, pour les murs extérieurs.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - L'architecture

La facade

L’église abbatiale de Châtres se signale par une façade principale monumentale et richement décorée, datant du XIIe siècle.

Exceptionnellement haute, elle s’élève sur trois niveaux comportant un nombre croissant d’arcatures.

Elle s’élève sur trois niveaux encadrés par deux contreforts en forme de colonne, séparés par des corniches.

Au 1er niveau, entre 2 arcatures aveugles, se trouve le portail doté d’un arc polylobé.

Au 2ème niveau il y a 5 arcatures.

Au 3° niveau il y a 9 arcatures.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - L'architecture

Les chapiteaux du portail

Les chapiteaux des colonnes du dernier niveau sont sculptés avec des motifs végétaux.

L’impression d’ensemble de la façade est celle d’un grand raffinement et d’une grande attention portée aux décors.

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - L'architecture

L'intérieur

L’intérieur de l’église est vaste, 45 m de long, et contraste par sa sobriété avec la façade.

L’effort des architectes semble avoir porté sur la répartition harmonieuse des volumes.

Il y a une file de coupoles sur pendentifs comme à la cathédrale d’Angoulême.

Trois coupoles plus une, plus grande, à la croisée du transept.

Cette dernière est ornée d’archivoltes en dents de scie et en pointe de diamant.

Du transept subsiste l’intégralité du bras sud. Par contre au nord ne subsistent que des vestiges.

Les deux bras du transept étaient dotés d’absidioles orientées.

Le choeur à chevet plat est lui couvert d’une voute à croisée d’ogives.

Plusieurs « piscines » liturgiques sont conservées dans l’abbatiale.

Celle du chevet gothique, très restaurée, est surmontée d’un galbe triangulaire accompagné d’une crédence. (photo à venir)

La communauté de Saint Augustin

C’est une communauté de chanoines réguliers de Saint Augustin qui s’est établie à Châtres, probablement peu après la construction de l’abbaye.

Leur origine vient de Saint Augustin, évêque d’Hippone, qui au IVe siècle institue pour un groupe d’hommes un type de communauté permettant de mener conjointement une vie d'esprit monastique et un ministère sacerdotal. (illustration - Saint Augustin par Marc Arcis - cathédrale de Montauban)

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - La vie monastique à Châtres

L'organisation

Les moines célèbrent la liturgie catholique et rendent des services pastoraux dans les paroisses avoisinantes, selon le modèle de vie de la première communauté chrétienne et sous la règle de saint Augustin.

Les chanoines réguliers de l’Ordre de Saint Augustin formaient une communauté monastique particulière : comme les autres moines, « les chanoines réguliers assurent la prière des Heures, font vœu de pauvreté et d’obéissance ».

Ils peuvent cependant sortir de leur couvent, essentiellement pour prêcher.

L’abbé est élu par les moines. Il a une responsabilité religieuse, le respect de la règle, la tenue du chapitre, et une responsabilité temporelle, l’administration des biens de la communauté. (illustration - portrait de chanoine par Jean Chalette 1623)

Abbaye Notre-Dame-de-l’Assomption de Châtres -Sain - La vie monastique à Châtres

Un rayonnement exceptionnel

Le prestige spirituel dont jouissait Châtres aux yeux des fidèles ne doit pas faire oublier son poids dans l’économie locale. Comme toutes les abbayes, elle était à la tête d’un vaste domaine agricole d’où elle tirait l’essentiel de ses ressources : des vignes, des champs de blé destinés à la consommation immédiate, mais aussi à la vente, et qui constituaient une source de revenus pour les chanoines.

Si l’on se fie aux taxes payées au Saint-­Siège par l’Abbaye au XIVe siècle, Châtres était une abbaye de richesse moyenne.

Modeste au regard de l’opulence de Saint-­Jean d’Angély et de Sablonceaux, elle était cependant loin d’être pauvre.

Centre spirituel, puissance commerciale, l’Abbaye joue un rôle moteur dans le développement d’une région qu’elle doit mettre en valeur pour l’exploiter.

On pense aux travaux de défrichement, d’assainissement des terres, de mise en culture qui ont été l’œuvre de beaucoup d’abbayes françaises durant le Moyen-­Age, et qui furent certainement aussi celle de Châtres.

Le déclin

L'ordre connaîtra aux XIe et XIIe siècles un essor considérable à travers l'ensemble de l'Europe.

Dès le XIIIe siècle, cet élan perd de sa vigueur, essentiellement en raison de l'attrait des ordres mendiants.

Un déclin s'amorce dès lors, favorisé par la suite par les troubles de la Réforme qui entraîna dans son sillage la disparition de très nombreuses communautés.

Visite


Contact

Association des Amis de l'Abbaye de Châtre L’association des Amis de l’Abbaye de Châtres (Association de la loi 1901) a pour objet d'initier, soutenir et encourager par tous les moyens légaux, tous projets destinés à l'animation culturelle et cultuelle de l'abbaye de Châtres, dans un esprit de partage et d'échanges, afin de contribuer à son rayonnement et à sa sauvegarde.Le bureau de l’Association est constitué par Guillaume de Jarnac (président), Alain Belenfant (secrétaire), Fleur Leach (trésorière).Logis de Garde Epée 16100 Saint-Brice abbayedechatres@gmail.com
Sources :
Crédits : WIKICOMMONS FLICKR Site de l'association