Basilique de Saint Quentin – Aisne

Basilique de Saint Quentin – Aisne - Fondation pour les Monuments Historiques
Saint Quentin
Place de la Basilique - 02100
Trip Advisor
Petit futé
Cette ancienne collégiale, devenue basilique en décembre 1876, est un édifice particulièrement ambitieux. Construite entre le XIIe et le XVe siècle, elle offre une des rares synthèses de l’architecture gothique dans le nord de la France.Elle possède un plan original à double transept. Un labyrinthe au parcours de 260 mètres est inscrit dans le pavage d'origine (XVè siècle )de la nef. Les fidèles le parcouraient à genoux et en prière ! Admirez aussi les vitraux et les dimensions vertigineuses de l'élévation. Un conseil : l'extérieur est à découvrir la nuit tombante lorsque les illuminations de la basilique la mettent remarquablement bien en valeur.

Le martyre de St Quentin vers 303 de notre ère

Quentin, fils d'un sénateur romain, est un martyr venu prêcher l'évangile en Gaulle avec Saint Lucien de Beauvais. De nombreux miracles lui sont associés suscitant admiration et jalousie. Les chrétiens étant persécutés par les romains (polythéistes), il est dénoncé, roué de coups et jeté en prison une première fois.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Saint Quentin - La légende
Libéré par un ange, il prêche de nouveau sur la grande place d'Amiens avant d'être arrêté par le gouverneur Rictiovar sur ordre de Maxilien. Fouetté, brulé à l'huile bouillante et étouffé par un mélange de chaux, de vinaigre et de la moutarde, il est conduit à Rome lourdement enchaîné. Le convoit s'arrête à Augusta Veromanduorum (aujourd'hui Saint-Quentin) le 31 octobre 303 où Rictiovar le transperçe de deux broches en fer enfoncées depuis le cou jusqu'aux cuisses, le décapite et jette son corps lesté de plomb dans la Somme.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Saint Quentin - La légende
Cinquante-cinq ans plus tard, une riche romaine, Eusébie, aveugle et pieuse, est avertie par un ange de se rendre au camp de Vermandois pour y retrouver le corps du saint et l'ensevelir.Accompagnée d'une escorte, elle se rend sur les berges et prie. Aussitôt le corps et la tête du saint se mettent à flotter, intacts et parfumés, à la surface de l'eau. Les deux parties se rassemblent.Sur le chemin de Vermand où elle veut ensevelir la dépouille du saint, les boeufs s'arrêtent sur une colline. Un signe divin, pense-t-elle : Quentin sera enterré ici.En récompense de sa dévoltion, elle recouvre la vue.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Saint Quentin - La légende

La naissance d'un lieu de pèlerinage sur le tombeau de Saint Quentin

Après qu'Eusébie eu découvert le corps de Saint Quentin autour de 358 dans les marais de la Somme, un oratoire ou une petite chapelle a du être édifié sur son tombeau pour accueillir les nombreux pèlerins. Peu à peu, l'emplacement exact du corps aurait été oublié jusqu'à ce qu'en 651, Saint Eloi, évêque de Noyon, retrouve les restes de Saint-Quentin dans le sous-sol d'une église.Il les aurait placé dans un reliquaire fabriqué de ses mains. L'édifice, successivement agrandi, est à l'origine de l'actuelle basilique.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire

La construction

Une population très croyante et l'affluence des pèlerins sur les reliques de Saint-Quentin incitèrent les chanoines à se lancer dans la construction d'une collégiale gothique aux dimensions exceptionnelles et ambitieuse au niveau architectural, l'actuelle basilique de Saint-Quentin.La construction sera très cahotique et prendra 3 siècles en raison des guerres et des épidémies entre 1170 et 1487.Plusieurs souverains et architectes interviendront sur l'édifice : Saint-Louis en 1257, Jean Le Bel sur les pilliers du choeur en 1316 ou Gilles Largent en 1394 sur les voûtes. Au XIIIème siècle, la collégiale est l'une des plus grande de France.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire
Louis XI donnera même 1 100 écus d’or en 1417 pour reconstruire entièrement le bras du petit transept qui menace de tomber en ruine. Noël Collard, architecte de Louis XI, de Valenciennes sera le maître d’oeuvre entre 1477 et 1487.En 1509, le chapitre jette les fondations d’un massif de façade à deux tours, qui aurait dû remplacer la tour actuelle ; faute de moyens, le projet est rapidement abandonné. Puis le grand transept et la nef sont achevés au milieu du 15ème siècle.Au 15ème siècle, elle est disputée au roi de France par les ducs de Bourgogne. Entre la fin du 15ème et le milieu du 17e siècle, la ville subira les guerres et la peste. La collégiale sera incendiée en 1545 et 1660 et l'épidémie de 1636 emporta 3.000 habitants sur 10.000.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire
La collégiale servira de magasin à fourrages et d'écurie pendant la Révolution.Elle sera classée monument historique dès 1840 et acquiert le titre de basilique mineure en 1876 avec le pape Pie IX.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire

La destruction

La Première Guerre mondiale lui porte un coup terrible. Dès septembre 1914, elle subit une dure occupation. À partir de 1916, elle se trouve au cœur de la zone de combat, car les Allemands l'ont intégrée dans la ligne Hindenburg. Les tirs d'artillerie détruisent la charpente et les toitures.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire
Malgré le soutien national, la reconstruction à la suite des deux guerres mondiales est longue.La basilique ne sera rendue au culte qu'en 1956.Les travaux se sont poursuivis entre 1975 et 1983 par la construction d'une nouvelle flèche au-dessus de la grande croisée.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire

Un chantier permanent

Depuis 2006, la ville de Saint-Quentin a entrepris des travaux de restauration de la basilique afin d'assainir les parements, de rétablir les niveaux supérieurs de la tour-porche tels qu'ils étaient à la fin du XVIIème siècle, de restaurer la tour occidentale, puis le grand transept...
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Histoire

Un édifice exceptionnel

L'édifice est long de 123 mètres. Hauteur sous voûtes de la nef et du chœur : 34 mètres. Largeur : 52 m. Deux transepts, Cinq portails....
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur
Le clocher porche est la partie la plus ancienne de la basilique. Il date du IXe siecle, c'est un élément de l'église carolingienne remanié au XIIe et aux siècles suivants. .Au-dessus de la vaste entrée en plein cintre, on trouve trois niveaux. Le premier est percé de deux baies, le second orné d'arcatures aveugles et le dernier comporte trois baies cintrées. Des contreforts à ressauts marquent les angles du massif central, qui est débordé de part et d'autre par les arcs-boutants et les collatéraux de la nef.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur
Les grandes baies des bas-côtés sont surmontées de pignons triangulaires entre lesquels s'intercalent les culées des arcs-boutants, surmontées de pinacles. Au niveau de la première travée se situe l'entrée actuelle de la basilique. Les deux transepts sont saillants. A la croisée du grand transept se situe la flèche.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur
L'existence de deux transepts (petit transept nord sur la photo ci-contre) est tout à fait exceptionnelle. Seule l'abbaye de Cluny présentait la même spécificité. Les chanoines ont pu également s'inspirer d'églises anglaises où le double transept est plus courant.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur
Le chevet
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur
La croisée du grand transept
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'extérieur

La nef

La nef, de six travées, a une élévation à trois niveaux. Le triforium comporte quatre arcades par travées, qui se situent dans le prolongement des quatre lancettes des fenêtres hautes.La nef du XVe siècle est probablement la partie de l’édifice qui a le plus souffert lors des bombardements de la Grande Guerre. Profonde de six travées, bordée de bas-côtés simples et de chapelles, elle s’intègre parfaitement dans le projet défini dès la fin du XIIe siècle pour le chevet de l’église. Tout en perpétuant une élévation classique à trois niveaux, elle adopte une écriture architecturale particulièrement élaborée. Ainsi, les supports s’élèvent sans interruption jusqu’à la naissance des voûtes tandis que le triforium (galerie de circulation ménagée au-dessus des bas-côtés de la nef) et les fenêtres hautes apportent rythme et variété au monument.(Encyclopédie de Picardie)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur
Les voûtes sont quadripartites sur plan barlong. (En architecture, le massif barlong est un parallélépipède allongé transversalement qui surmonte la croisée du transept et est souvent couronné par le clocher).
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur

Le grand transept

Le grand transept joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’espace intérieur et l’équilibre des masses architecturales.La façade du bras sud, ornée d’une succession de lancettes aveugles que prolongent les remplages de la fenêtre haute, est une œuvre d’une grande richesse graphique qui s’inscrit dans la droite lignée du transept nord de la cathédrale de Soissons, achevé à la fin du XIIIe siècle.La façade du bras nord, attribuée à Gilles Largent, architecte réputé de la fin du XIVe siècle, demeure quant à elle remarquable par la clarté de sa composition. Le maître d’œuvre y manifeste un goût très prononcé pour l’optique et les effets de structure dédoublée. Le remplage de la fenêtre haute, couronnée d’une magnifique étoile à cinq branches, prolonge les divisions du triforium ajouré, créant un lien visuel harmonieux entre les deux niveaux supérieurs de l’élévation.(Encyclopédie de Picardie)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur
Les croisillons du transept comportent deux travées.Le mur de fond du croisillon nord comporte trois niveaux : d'abord une baie à quatre lancettes, puis une claire-voie et enfin une large fenêtre à huit lancettes surmontée d'une rose dans laquelle s'inscrit une étoile à cinq branches.La croisée a une voûte complexe.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur

Le petit transept

Le petit transept, ou transept de chœur, a subi de profondes modifications dans le croisillon sud. Pratiquement ruiné en 1460, il est entièrement reconstruit par Colard Noël en 1487 dans le style du gothique flamboyant.À l’opposé, le croisillon nord a gardé en grande partie son authenticité du début du XIIIe siècle. Le fenestrage fut toutefois remanié au XVe siècle et doté d’une rosace flamboyante. L’attachement probable des chanoines à une liturgie ancienne explique la présence de ce second transept. La liturgie carolingienne, mise en place au IXe siècle et qui a perduré en partie jusqu’à l’époque gothique, incluait une pérégrination et l’utilisation du double transept. Cette disposition est unique dans le gothique français ; seules quelques grandes cathédrales anglaises l’adopteront.(source Envyclopédie picarde)

Le chœur

Le chœurLe chœur, dont l’édification commence au début du XIIIe siècle, occupe un espace important, justifié par la présence de nombreux chanoines. Le rond-point est constitué de piliers monocylindriques flanqués d’une colonnette axiale accolée posée en délit (dans le sens inverse du lit de la pierre). Ce type de pilier se retrouve à la cathédrale de Soissons. Les chantiers contemporains des deux édifices expliquent probablement ces analogies. Le petit transept est édifié durant cette première campagne. Après une interruption probablement longue, les travaux reprennent avec l’édification du clair étage (constitué du réseau des grandes fenêtres hautes) et la continuation des travées du chœur. Les grandes fenêtres géminées à rosace témoignent d’un changement de parti plus ambitieux, probablement inspiré de Notre-Dame de Reims. La construction fut longue et le chœur n’était probablement pas achevé lors de la translation des reliques du martyr Quentin effectuée par saint Louis en 1257.(Encyclopédie picarde)Le choeur comporte quatre travées droites voûtées d'ogives quadripartites. La cinquième travée droite constitue en fait la croisée du petit transept. Elle est voûtée en réseaux. L'abside comporte sept pans. Dans cette partie, le triforium comporte trois arcatures et les fenêtres ont deux lancettes.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur

Le déambulatoire et les chapelles

Une juxtaposition de cercles imprime un rythme original et exceptionnel au chœur de la basilique. Cette disposition, unique dans l’architecture gothique, reprend en l’amplifiant le plan du chœur de la cathédrale de Soissons.Les cinq chapelles construites aux alentours de 1190, vastes et lumineuses, laissent pénétrer la lumière par sept fenêtres. Elles s’ouvrent sur le déambulatoire par trois arcs retombant sur deux colonnettes monolithiques posées en délit, procédé présent à Saint-Rémi de Reims.Le déambulatoire dessert les cinq chapelles par une succession de cinq cercles ; percé de quinze fenêtres, il constitue un espace de lumière rare et novateur. L’articulation des chapelles et du déambulatoire se fait au niveau du petit transept par deux chapelles à 45°. Ce dispositif permet un effet « fusionnel » entre les doubles collatéraux et le déambulatoire. (source : Encyclopédie picarde)L'accès aux chapelles est barré par de minces colonnettes qui soutiennent des arcs réhaussés. Chaque chapelle comporte sept pans éclairés par une fenêtre. Le déambulatoire reçoit également un éclairage direct par des baies à cinq lancettes.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur

La chapelle Saint-Quentin

Baignée par la douce lumière bleutée du vitrail historié consacré à saint Quentin, réalisé en 1982 par le maître verrier Jean-Jacques Gruber, cette chapelle (située dans le déambulatoire nord du chœur entre la sacristie et le petit transept) renferme deux reliquaires, contenant la main droite et le chef de saint Quentin, et trois statues du XVe, XVIIe et XIXe siècles représentant le saint.Se déroulant sur près de 3 m, une dentelle réalisée entre 1886 et 1888 par une paroissienne, Mademoiselle Desains, raconte scène par scène, en 170 000 points, la légende de saint Quentin.(source : Encyclopédie picarde)

Les vitraux

Malgré les vicissitudes de son histoire, la basilique conserve des vitraux remarquables. Dans la chapelle d’axe, trois vitraux de la fin du XIIe siècle évoquent ceux qui seront réalisés à Chartres.Juste au-dessus, dans le déambulatoire, se trouve un vitrail marial du XVIe siècle et, de chaque côté, des vitraux du XXe siècle dus au maître verrier Gruber et à Le Chevalier.Les fenêtres hautes du chœur ont retrouvé après la première guerre un ensemble partiel de vitraux du XIIIe siècle fortement complétés par Hector de Pétigny.La façade du croisillon nord du petit transept conserve deux magnifiques verrières vouées à sainte Catherine et sainte Barbe. Ces vitraux du XVIe siècle sont dus à Mathieu Bleville. Les façades du grand transept recevront des vitraux élaborés après la Première Guerre mondiale. Deux chapelles opposées dans les collatéraux de la nef possèdent des vitraux Art déco, réalisés dans les années vingt par Georges Bourgeot.(source Encyclopédie picarde)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - L'intérieur
Les 7 éléments à ne pas rater... et quelques autres.
Ces textes nous ont été prêtés par Nicole Boxberger. Merci. http://nicole-boxberger-photographies.fr/blog3.html

Les vitraux

Malgré les vicissitudes de son histoire, la basilique conserve des vitraux remarquables.Elle a perdu son riche décor intérieur médiéval ; cependant on peut encore y admirer quelques panneaux de vitraux du XIIIe siècle dans une chapelle du choeur (axiale) et y reconnaître les épisodes de la Vie de la Vierge, sans doute réalisés par le Maître verrier qui illustra la vie de Saint-Eustache à Chartres (même chromatisme raffiné, formes élancées des personnages et fluidité des drapés).
Restauration par Hector de Pétigny en 1948 des vitraux du 13ème siècles découverts dans 42 cartons après la 2nde guerre mondiale.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Les fenêtres hautes du chœur ont été retrouvées en morceau dans des cartons après la première guerre et entreposées au Panthéon. Cet ensemble partiel de vitraux a été fortement complétés par Hector de Pétigny en 1948. Il s'agissait de 16 vitraux pour les clairvoies du choeur de la Basilique. Il s'agit de 9 baies dispersées sur les fenêtres hautes de presque 14 mètres de haut.(Vitraux du 13ème siècle de la chapelle axiale : verrière centrale sur le vie de Saint Etienne encadrée par 2 vitraux sur la vie de la vierge )
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Vitraux art déco de Georges BourgeotDeux chapelles opposées dans les collatéraux de la nef possèdent des vitraux Art déco, réalisés dans les années vingt par le maitre verrier Georges Bourgeot.Thérèse aux roses (1932)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
la sainte communion (1931)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Les façades du grand transept recevront des vitraux élaborés après la Première Guerre mondiale. Le vaisseau central est construit suivant un plan classique du XIIe siècle avec trois niveaux : arcades, triforium et fenêtres hautes. La façade du bras nord attribuée à Gilles Largent est remarquable par la sobriété de la composition.photo en attente merci pour vos envois
Façade du Grand transept Sud réalisé par l'atelier parisien d'Auguste Labouret en 1954 (Photo de Nicole Boxberger)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Les vitraux plus anciensPrenez votre temps, asseyez vous... regardez bien... vous êtes entourés de merveilleux vitraux comme celui-ci :Sainte Agathe
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
ou celui-là : Saint Pierre et Saint Paul
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
continuez ... vous allez découvrir : le martyr de Saint Quentin
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

Les reliques de Saint Quentin

Les reliques du saint, sa main droite, particulièrement bien conservée, et son chef, sont encore visibles. Les autres ont été pillées, volées ou détruites lors de la Révolution et les guerres.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Celles-ci sont précieusement conservées dans une chapelle fermée à double tour. Mais une datation au carbone 14 faite en 2009 a tué la légende... . La main qui trône date du 16ème siècle, date à laquelle des textes relatent le vol des reliques. Un fait scientifique qui n'entache pourtant pas le mythe.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

La crypte historique

Elle n'est accessible que lors des visites organisées par la Direction du Patrimoine (programme 2018 en attente)
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Le corps de Saint-Quentin, trouvé par Saint Eloi aurait été placé dans la crypte dans une colonne de marbre en 845.En 1873, à l'occasion du réaménagement de la crypte, le sarcophage est placé sur une table de pierre supportée par 4 colonnettes de style néo-gothique.Une plaque commémorative en marbre blanc veiné de gris est alors apposée contre le mur du fond de la chapelle. Elle porte une inscription gravée et peinte en doré :
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
"Inscription : Gloire à la très sainte trinité - Dans cet antique cercueil de marbre blanc reposa, pendant les premiers siècles, le saint corps du bienheureux quentin, martyr de J.C., apôtre du vermandois, patron de cette insigne collégiale et de toute la cité. L'an de l'incarnation de N.S. MDCCCLXXIII (correspond à 1873), ce caveau, déjà construit au temps de Charlemagne, fut revétu de marbre, et le cercueil fut déposé sur cette table de pierre. Saint-Quentin, priez pour nous."
En 1917, l'objet est envoyé à Maubeuge avec les oeuvres d'art les plus importantes de la basilique, échappant ainsi aux bombardements et aux explosions qui détruisent les deux autres sarcophages de saint Cassien et saint Victorice restés dans la crypte.Le sarcophage regagne Saint-Quentin au début des années 1920 où il est présenté dans la chapelle du Sépulcre, jusqu'à ce que la restauration de la crypte après la Seconde Guerre mondiale lui permette de retrouver son abri d'origine.

Le choeur recouvert de notes de musiques et de partitions de chant du 14ème siècle

Découvertes en 1917 sous d’anciennes boiseries qui ornaient la clôture de chœur, ces peintures murales de la fin du XVe siècle, uniques en leur genre, forment une gigantesque partition musicale.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Au nombre de quatre seulement, ils étaient destinés aux religieux qui prenaient place dans les sièges. La raison de leur présence, comme "aide-mémoire" n'est pas connue.Pendant la Première Guerre mondiale, un incendie éclate dans la collégiale. La chute d'un échafaudage communique le feu aux stalles et aux lambris du choeur qui sont en partie consumés mettant de nouveau à jour les peintures.Sur la première portée se devine l'antienne Regina coeli laetare (notre photo), ordinairement chantée à l'office du temps pascal.
Sur la deuxième portée, on peut encore lire la prose Ave Verum Corpus Matum de Maria Virgine, attribuée à l'un des trois papes Innocent du XIIIe siècle et chantée en l'honneur du SaintSacrement. Enfin, la dernière portée permet de reconnaître la troisième antienne des vêpres de la Nativité de la Sainte Vierge, célébrée le 8 septembre : Regali ex progenie Maria exorta refulget.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

Le labyrinthe avec un parcours de 260 m de long

A l'intérieur de la basilique de Saint-Quentin, si l'oeil se porte naturellement vers le haut, attiré par les 34m50 de hauteur de l'édifice, il ne faut pas manquer de regarder à ses pieds. En effet, sur les pavés de la nef de la basilique de Saint-Quentin, a été tracé un labyrinthe long de 260 mètres, que les croyants traversaient sur les genoux tout en priant. Saint-Quentin est, avec la cathédrale de Chartres, la seule à posséder encore son labyrinthe d’origine,
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
La tradition veut que le centre de ces labyrinthes représente le paradis. Les pénitents devaient donc suivre le dédale, si possible à genoux, pour arriver au centre. Peu de ces labyrinthes disposaient d’embranchements ou de culs de sac, il suffisait donc juste d’être persévérant. Ils sont couramment nommés labyrinthes déambulatoires, c’est le cas pour celui-ci.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

L'orgue

Ce buffet d’orgue baroque dessiné par Jean Bérain est unique en France par sa taille, la composition de sa façade et son riche décor sculpté avec des anges.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Construit par Robert Clicquot entre 1699 et 1703, la coupole centrale supportait à l'origine une couronne royale qui fut abattue et remplacée par un lanternon et une croix pendant la Révolution. Restauré au 18e siècle, entre autres par François Thierry en 1737, il fut reconstruit par Antoine Sauvage, élève de Cavaillé-Coll, vers 1850. Seule la boiserie de l'orgue fut préservée pendant le bombardement de la ville et de la basilique pendant la première guerre mondiale. Après la restauration de l'église, en 1967, un orgue neuf est construit par Haerpfer-Erman et placé dans le buffet. Cet orgue comprend aujourd'hui 75 jeux répartis sur quatre claviers et pédalier.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

Suite des onze reliefs,néogothique, de la clôture de choeur sur le martyre de Saint Quentin

L'ensemble illustre la vie de saint Quentin, depuis son départ de Rome avec onze compagnons pour évangéliser la Gaule, jusqu'à son martyre par décapitation, puis l'immersion de son corps et de sa tête dans les eaux de la Somme. La suite des reliefs raconte la d"couverte des reliques par une Romaine aveugle, Eusébie, leur inhumation et la construction d'une chapelle sur cette tombe. Enfin, les derniers épisodes se rapportent à la seconde découverte des reliques par saint Eloi, au milieu du 7e siècle, leur enchâssement dans un reliquaire précieux et leur déplacement vers le nouveau choeur de la collégiale, en présence de saint Louis en 1257.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

Et d'autres merveilles...

Au fil de vos pas...L'arbre de Jessé (L'arbre de Jessé est un motif fréquent dans l'art chrétien entre le XIIe et le XVe siècle : il représente une schématisation de l'arbre généalogique présumé de Jésus de Nazareth à partir de Jessé, père du roi David).
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Surplombant Dieu le Père.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables
Ou cette superbe vierge : Notre Dame de Labon, dans une des superbes chapelles sud.L'enfant Jesus tient dans sa main un chardonneret qui par ses plumes rouges préfigure la Passion.
Basilique de Saint Quentin – Aisne - Les incontournables

Visite

**Visite libre toute l'année** du lundi au samedi de 9h à 17hVisites de groupes thématiques/.... en saison, attente du programme 2018Visites guidées, visite des parties hautes avec parcours à l'extérieur : programme des visites guidées disponible à l'Office de Tourisme.

Contact

Paroisse Saint Quentin / Notre Dame 2 rue du chevalier de la Barre 02100 Saint Quentin telephone: 03 23 62 22 05 presbytère-ndame@orange.fr
Office de tourisme de Saint Quentin 27 rue Victor Basch 02100 Saint-Quentin Tel : 03 23 67 05 00 - Fax : 03 23 67 78 71
Signalez un problème ou une dégradation
Source d'Informations : Justyna Gru, Sylvana di Fabrizio - L'architecture religieuse en Occident, formidable site : http://architecture.relig.free.fr/quentin.htm Wikipedia Cecile Boxberger : http://nicole-boxberger-photographies.fr/blog3.html
Crédits : Justyna Gru (Facebook) Wiki Commons : Matana, Rolf Kranz, Velvet, Stavros 1, Lt Edward o'Harrs, Jamin, Chatsam, Marc Ryckaert, Socieye Académique de Saint quentin