Basilique Notre Dame de la Garde

Proposée par :
Marseille
rue Fort du sanctuaire - 13281
Trip Advisor
Petit futé
Michelin (/3)
yelp
Cityzeum
Google
La basilique est visible de partout, perchée là-haut sur la colline de la Garde.Aimée, voire vénérée de tous les marseillais, même ceux qui ne sont pas forcément catholiques, la basilique de Notre-Dame-de-la-Garde, la Bonne Mère, est le principal monument marseillais, son image de marque. C’est ici que l’on vient pour demander quelque chose à la Vierge, qui intercède en notre faveur auprès de Dieu. De bonnes notes au Bac, un mariage heureux, un voyage sans problème, un enfant… brûler un cierge à Notre-Dame-de-la-Garde est une tradition profondément enracinée dans le cœur des marseillais depuis des siècles.« Je me hâtai de monter à Notre-Dame de la Garde, pour admirer la mer que bordent avec leurs ruines les côtes riantes de tous les pays fameux de l’Antiquité. » Chateaubriand.

Le mot du Recteur

à venir
Basilique Notre Dame de la Garde - Bienvenue... le mot du recteur

Prier Notre Dame de La Garde

à venir
Basilique Notre Dame de la Garde - Bienvenue... le mot du recteur

Un emplacement exceptionnel

Cette colline, la plus haute à proximité du Vieux-Port (150 m d’altitude), a été un poste d’observation pratiquement depuis que Marseille existe. Il semblerait que la colline était très utilisée pendant la période romaine, que ce soit bien sûr en tant que lieu de vigie mais aussi en tant qu’amer*.*Un amer est une spécificité géographique de la côte permettant aux navigateurs de se repérer.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

Les phéniciens puis César

Il semble naturel de croire que depuis des temps immémoriaux on puisse y vouer un culte, au vu du caractère sacré de la colline.Un premier lieu de culte y fut établi par les Phéniciens, dédié au dieu Melkart. Leurs successeurs, les grecs de Phocée, y auraient établi ensuite un temple dédié à Artémis.Un peu plus tard, César, en plus d'un camp, y aurait installé un temple dédié à Cérès ou Vesta. Pour la petite histoire, Cérès était la déesse de la fertilité, de l’agriculture, et était souvent confondue avec Bona Dea… la « Bonne Déesse », ce qui nous rappelle évidemment l’actuelle « Bonne Mère ».C’était il y a huit siècles. 800 ans qu’un prêtre, maître Pierre, a eu l’idée d’installer une petite chapelle sur ce qui n’était alors qu’une colline, la colline de la Garde._illustration : Le musée d'Histoire de Marseille Maquette de la ville de Marseille hellénistique_
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

XIIIe siècle

En 1214, l’endroit était la possession de la grande et puissante Abbaye de Saint-Victor (illustration, ci-dessus à droite), toute proche. La colline était alors un peu à l’écart de la ville, qui se trouvait alors surtout de l’autre côté du Vieux-Port, et était couverte de vignes et d’oliviers.C’est par la simple volonté de « Maître Pierre », un prêtre des Accoules, que cette année la première chapelle de Notre-Dame-de-la-Garde sera construite.Très vite, la chapelle recevra des donations, surtout de pêcheurs et de marins, remerciant La Vierge à qui la chapelle était consacrée de les avoir sauvés d’un naufrage.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

XVe siècle

Deux siècles plus tard, en 1423, la chapelle fut détruite lors du sac de Marseille par les troupes du roi d’Aragon.Il faudra attendre l’année 1477 pour que la nouvelle chapelle soit terminée, après les travaux du roi René d’Anjou.Désormais, agrandie, elle sera dédiée à Saint Gabriel.Même après cette reconstruction, la chapelle sera toujours trop petite, pouvant contenir tout au plus une soixantaine de personnes.Le succès de la chapelle ne se dément pas, avec toujours plus de pèlerins, et toujours plus de dons.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

XVIe siècle

Les marins rescapés d’un naufrage, allaient autrefois déposer leurs ex-voto à l’église de Saint-Etienne où se trouve aujourd’hui Notre-Dame-du-Mont.Cette église de Saint-Etienne ayant été démolie en 1588, les marins se reportèrent dès lors à Notre-Dame-de-la-Garde, pour remercier la protection de la Vierge. A l’époque comme aujourd’hui, on venait à Notre-Dame-de-la-Garde pour demander la protection de la Vierge, avant un départ à Saint-Jacques-de-Compostelle par exemple.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

François 1er, Chales Quint, les guerres de religion....

François Ier, roi de France, mais aussi Comte de Provence, fut le premier roi de France à visiter Notre-Dame-de-la-Garde, en 1516. Il put constater la dévotion populaire, il put constater les failles défensives de la ville. Quelques années plus tard, en 1524, Marseille doit lutter contre le connétable de Bourbon, un allié du grand rival de François Ier, Charles Quint.La rivalité de plus en plus grande entre François Ier et Charles Quint poussa le roi à construire de nouvelles défenses, et à détruire tout ce qui pouvait abriter l’ennemi. On construira un nouveau Fort vers 1525 sur la colline de la Garde, à la suite des attaques du connétable de Bourbon. La chapelle est encore une fois modifiée et insérée au sein de ce nouveau fort tout juste terminé lorsqu’il dut résister vaillamment aux assauts de Charles Quint en 1536.Le fort et sa chapelle connaîtront une histoire mouvementée pendant les guerres de religion qui désolèrent Marseille, et toute la France, avec les différentes factions luttant pour le contrôle de cet important dispositif défensif._illustration : François Ier et Charles Quint se réconcilient sous l’impulsion du pape Paul III par Sebastiano Ricci, 1687 Palais Farnèse_
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La Révolution

Le 30 avril 1790 le fort est envahi par des patriotes qui, sous prétexte d’assister à une messe dans la chapelle, franchissent le pont-levis.Le 7 juin 1792, jour de la fête Dieu, la grande procession traditionnellement organisée ce jour-là, est troublée par des manifestations. Durant le trajet du retour au sanctuaire, la statue de la vierge est ceinte d'une écharpe tricolore et l'enfant Jésus coiffé du bonnet phrygien.En 1793, comme beaucoup d’autres biens ecclésiastiques, Notre-Dame-de-la-Garde est désaffectée et le culte cesse.Le 13 mars 1794, après inventaire, la statue en argent de la Vierge à l'Ostensoir, réalisée en 1661, est envoyée à l'hôtel des Monnaies de Marseille pour y être fondue, et les objets de valeur, soit les objets de culte, tableaux - même la centaine d'ex-votos, répartis par lots de 20 pièces - vendus aux enchêres.La statue en bois de la Vierge, qui était là depuis pratiquement la fondation de la chapelle, un objet de vénération pour les marins, disparait également.Le clocher est démoli, les cloches sont détruites.C’est grâce à un ancien capitaine de Navire, Joseph-Elie Escaramagne, que les dégâts révolutionnaires seront limités. Escaramagne, fidèle croyant et dévot de la Vierge, décide de louer la chapelle à l’Etat révolutionnaire, puis d’offrir une nouvelle statue de la Vierge, qu’il acheta aux enchères 'illustration).
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
En avril 1793, le duc d'Orléans Philippe Égalité, ses deux fils le duc de Montpensier et le duc de Beaujolais, sa sœur Louise duchesse de Bourbon et le prince de Conti sont emprisonnés quelques semaines à Notre-Dame de la Garde avant leur transfert au fort Saint-Jean.Malgré le manque de confort offert par les anciens appartements du gouverneur, les prisonniers ont l'avantage de jouir du panorama.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

XIXe siècle

Ce n’est qu’en 1807 que la chapelle est rendue au culte et le clocher reconstruit. Il faut dire que la chapelle était toujours insérée au sein d’un fort militaire, d’où les évidentes difficultés pour la rendre au culte.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
_illustration : Notre-Dame-de-la-Garde en 1820, par Louis Garneray_La chapelle prendra cependant, peu à peu le pas sur le fort.En 1834, le ministre de la guerre autorise l’utilisation de trois pièces contigües du fort pour agrandir la chapelle, décidèmment trop petite.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
Utilisé comme d’une base pour la construction de la nouvelle basilique dans les années 1850, il subsiste encore aujourd’hui du fort original de François Ier l’éperon royal et l’écusson du roi, que l’on peut voir au-dessus d’une porte.Les trois quarts des murs originaux existent encore, mais sont incorporés dans les édifices modernes : le hall d’accueil, le magasin, le restaurant, les grands escaliers…
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La Basilique de Notre-Dame-de-la-Garde

Au XIXème siècle, la ferveur populaire envers la Bonne Mère est de plus en plus forte.Même avec l’agrandissement de la chapelle aux dépends du fort en 1834, même avec la construction d’un nouveau clocher en 1843 pour accueillir un nouveau bourdon, la chapelle est toujours trop petite.C’est un des pères Oblats, le père Bernard, qui réussit à convaincre l’évêque Mgr de Mazenod (illustration) ainsi que les militaires, de l’urgence de la construction d’une église plus digne de l’amour des marseillais envers leur vénérable Bonne Mère.Il était toujours question à ce moment de construire la nouvelle basilique au sein du fort existant.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La Cathédrale de la Major et Notre-Dame-de-la-Garde

En 1849, le premier projet est présenté, et l’autorisation de construire est donnée en 1852, l’année où la première pierre de la Major (illustration) est posée.On peut désormais appeler à la générosité des fidèles afin de réunir les fonds nécessaires à l’édification de la nouvelle église.La Cathédrale de la Major et Notre-Dame-de-la-Garde sont intimement liées : leurs constructions sont quasiment contemporaines, et leurs styles similaires.Marseille était alors dans une période de croissance phénoménale, sa population ayant doublé en une vingtaine d’année.Avec une telle croissance démographique, une ville a de nouveaux besoins, dont des lieux de culte.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La construction et la consécration

De la première pierre, posée en 1853 par Mgr Eugène de Mazenod, à la pose des portes des dernières décorations en 1897, 44 ans se sont écoulés.La première messe aura lieu en 1861, dans la toute nouvelle crypte, creusée à même le rocher.Trois ans plus tard, en 1864, l’église sera consacrée.En 1870, la statue de la Vierge sera finalement installée, donnant son aspect extérieur définitif à la Bonne-Mère. La statue est une œuvre monumentale du sculpteur Eugène-Louis Lequesne, réalisée en galvanoplastie par l’entreprise d’orfèvrerie Christofle.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
En 1879, le sanctuaire accède au rang de basilique, faisant de Notre-Dame-de-la-Garde une des églises majeures de Marseille.
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
C’est une rare distinction, surtout si l’on pense que sa fondation ne repose pas sur un miracle, ni sur un saint ou autre événement majeur légendaire. Ce n’est que la dévotion d’un prêtre, au XIIIe siècle, qui s’est dit qu’une église en cet endroit serait une bonne chose…
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

1944

Le 24 août 1944, le général de Monsabert donne l'ordre au général Sudre de s'emparer de la colline de Notre-Dame de la Garde dont les rochers sont truffés de casemates allemandes.Mais ses ordres sont formels : « pas de bombardement aérien, pas d'emploi massif d'artillerie. Ce caillou légendaire devra être emporté d'assaut par des fantassins appuyés par des blindés ».(impact d'obus sur la façade - 1944)
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La libération

Il est notable que dans une ville cosmopolite comme Marseille, sa Basilique, catholique, a été libérée par des soldats musulmans de l'Armée d'Afrique, soignés par l'évêque de Marseille, Mgr Jean Delay. _ illustration : Défilé de « l’armée d’Afrique » à Marseille, 28 août 1944_
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

Les années contemporaines

Dans les années 1950, années où le « progrès » se souciait moins du passé, le fort de François Ier fut partiellement camouflé par la modernité (illustration) : boutique de souvenirs, cafétéria, parking mais également une nouvelle sacristie, fort heureusement bien intégrée.L’évolution du sanctuaire s’achève avec en 2013 l’inauguration d’un musée, dédié à l’histoire de la Bonne-Mère et surtout à ses innombrables ex-voto. (aujourd'hui fermé)
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire
Basilique Notre Dame de la Garde - Histoire

La basilique au soleil couchant

Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

La richesse des pierres

L'aspect général du bâtiment se caractérise par le souci décoratif attesté par l'emploi de matériaux de couleurs contrastées : calcaire de Calissane dont la blancheur tranche avec le vert du grès de Gonfolina (Italie), pierre de Florence.À l’intérieur de l'église supérieure rien n'a été épargné pour célébrer le culte de la Vierge avec notamment l'emploi de marbres de différentes couleurs et des mosaïques polychromes.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

L'acccès

L'accès à l'édifice s’effectue par un avant perron occupant un développement de 35 m. de largeur débouchant sur un pont-levis.À partir de celui-ci on peut soit accéder directement à la crypte soit emprunter un escalier qui partant de part et d'autre conduit au porche d'entrée de l'église supérieure.Le bâtiment peut être considéré comme une succession de volumes : porche et clocher, nef flanquée des chapelles latérales, ensemble transept, dôme, chœur et abside.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le clocher

D'une hauteur de 41 mètres, le puissant clocher carré situé au-dessus du porche d'entrée comporte deux étages identiques formés de cinq arcatures, celle du milieu servant de fenêtre à un petit balcon.Cet ensemble est surmonté d'un beffroi dont chaque face est constituée de trois grandes baies aux colonnes de granit rouge derrière lesquelles sont placés les abat-sons.Ce beffroi abrite le bourdon et se termine par une terrasse carrée bordée d'une balustrade de pierre ajourée comportant au centre de chaque côté les armes de la ville et à chacun de ses angles une statue d'ange sonnant de la trompette.Ces quatre statues ont été sculptées par Lequesne.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le campanile

Sur la terrasse de cette tour carrée s'élève un campanile cylindrique d'une hauteur de 12,5 mètres comportant seize colonnes de granit rouge sur lequel est posée la monumentale statue de la Vierge de 11,2 mètres.Plaqué contre la façade sud de ce clocher, un escalier octogonal permet d'accéder à la terrasse et de là à l'intérieur du campanile et de la statue. Cet accès est interdit au public.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le porche d'entrée

Du porche d'entrée on accède à l'église supérieure en franchissant le seuil des portes en bronze dessinées par Henri Révoil.Chaque ventail est décoré de trois panneaux superposés dont celui du centre porte le monogramme de la Vierge placé dans un cercle de perles figurant le rosaire.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le tympan

Le tympan de cette porte principale est orné d'une mosaïque représentant l'Assomption de la Vierge d'après un tableau de Faivre-Duffer
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le transept

Le transept éclairé par deux croisées géminées surmontées d'une rosace est orienté est-ouest.Sur son axe s'élève un dôme de 9 mètres de diamètre.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Les façades latérales

Les bas-côtés de la nef sont divisés en trois parties égales comportant en leur centre une fenêtre éclairant chacune une chapelle latérale.Les pilastres et les arcs sont constitués de pierres et de claveaux alternés verts et blancs. Des soupiraux placés au ras de la chaussée donnent un peu de jour aux chapelles souterraines de la crypte.La nef étant plus haute que les chapelles latérales, des baies géminées éclairent les trois calottes sphériques de la nef ; ces baies géminées ne sont pas visibles de la terrasse.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

Le dôme

De l’extérieur, seule la grande coupole qui domine le cœur est visible. Le toit à double pente qui couvre le reste de l’édifice dissimule les trois coupoles intérieures de la voute de la nef.La grande coupole s'intègre dans le dôme élevé sur un plan octogonal et composé de trente deux lamelles à l'intersection desquelles s'érige une croix.Chaque face du plan octogonal est percée d'une fenêtre, chacune encadrée de deux colonnes de granit rouge, dont le plein cintre est surmonté d'un fronton triangulaire.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'extérieur

L'abside

L'abside demi-circulaire est décorée de cinq arcatures aveugles encadrées chacune de deux colonnes de granit rouge.La construction postérieure des bâtiments de la sacristie cache une partie de l'abside._illustration en attente, merci pour vos envois._
sources : wikipedia, notredamedelagarde.marseille.fr

La crypte

Le contraste est saisissant entre la sobriété de la crypte et la somptuosité de l’église supérieure.La crypte, de faible hauteur, est peu éclairée et sans décoration tandis que l’église supérieure éclairée par des baies est richement décorée de marbres polychromes et de mosaïques.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Entièrement de style roman, la crypte se compose d'une nef voûtée en plein cintre bordée de six chapelles latérales correspondant exactement à celles de l'église supérieure.Le maître autel est en pierre de Golfalina.Derrière cet autel s'élève la statue de la vierge au bouquet.Dans les chapelles latérales sont placées des plaques portant le nom des différents donateurs ayant répondu à l'appel de Mgr Cruice.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Les autels latéraux sont consacrés à sainte Philomène, saint André, sainte Rose, saint Henri, saint Louis et saint Benoît Labre qui fut le modèle de Paul Verlaine au temps de sa conversion._illustration en attente, merci pour vos envois_
Dans les deux chapelles du fond, à droite et à gauche, deux escaliers aboutissent aux sacristies et aux tribunes du chœur et du maître autel de la chapelle haute ; ces escaliers ne sont pas accessibles au public._illustration en attente, merci pour vos envois_

La Vierge de la crypte

_texte en attente de vos envois... merci_
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

L'église supérieure

Les dimensions intérieures de l'église supérieure sont assez modestes. La nef a une longueur de 32,7 m. et une largeur de 14 m. Chaque chapelle latérale mesure 3,8 m. par 5,4 m.À l’intérieur de l'église supérieure c'est le triomphe de la polychromie avec de somptueuses mosaïques et des colonnes et pilastres en marbre aux couleurs alternées rouge et blanc.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Si pour le blanc le marbre de Carrare s'imposait, en revanche pour le rouge le choix fut très délicat.L'architecte Espérandieu voulait un rouge nuancé pour s'harmoniser avec les mosaïques et ne pas trop trancher avec la blancheur du marbre de Carrare.Le marbrier Jules Cantini fit la découverte au lieu-dit « les belles pierres » sur la commune de La Celle près de Brignoles (Var) d’un gisement de marbre rouge jaspé de jaune et de blanc, recevant un beau poli, qui convint parfaitement.Pour les parties hautes c'est le stuc, c'est-à-dire du marbre reconstitué, qui est adopté.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

Les plafonds

Les mosaïques des plafonds et des parois dont la surface développée est d'environ 1 200 m2 ont été réalisées de 1886 à 1892 par la société Mora installée à Nîmes.Les tesselles qui provenaient de Venise, ont été fabriquées par des artisans au sommet de leur art. Chaque panneau comporte près de 10 000 tesselles au mètre carré, ce qui représente pour la basilique environ 12 millions de petits carreaux de 1 à 2 cm2.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Ces mosaïques constituent un ensemble exceptionnel par la complexité de ses décors réalisés par des architectes ou des peintres de renom et par la qualité des tesselles.Les sols sont revêtus d’environ 380 m2 de mosaïques romaines au dessin géométrique.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

La nef

Tapissée de mosaïques, la nef crée une atmosphère surnaturelle teintée d’orientalisme.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Elle est recouverte de trois coupoles décorées de mosaïques réalisées de façon identique : sur un semis de fleurs sont figurées des colombes en cercle autour d’un fleuron central. Les couleurs des fleurs sont différentes pour chaque coupole : blanche pour la première, bleue pour la seconde et rouge pour la troisième.Aux quatre angles, aux retombées de la voûte sur les piles, sont représentées dans des médaillons, des figures représentant des passages de l'ancien testament évoquant des préfigures de Marie.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

La première coupole

On observe les médaillons suivants, chacun étant entouré par quatre citations, deux en grec et deux en latin :1re coupole : arche de Noé, sortie de l'arche avec l’arc-en-ciel, échelle de Jacob et buisson ardent.Traduction des inscriptions : « Arche gardant le germe de la seconde création », « Arc-en-ciel dont le fruit est le souvenir de l’alliance du Seigneur », « Échelle de Jacob, cause de notre ascension », « Buisson ardent d’un feu spirituel » ;
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

La deuxième coupole

Les tables de la Loi, le bâton fleuri d'Aaron, le chandelier à sept branches et l'encensoir du temple.Traduction des inscriptions : « Loi de la grâce, nouvellement inscrite, par laquelle nous est révélé ce qui plaît à Dieu », « Bâton d’Aaron, Marie, qui a enfanté le Christ, le vrai prêtre », « Christ, vrai chandelier aux sept lumières s’allumant au feu inaccessible », « Mère de l’encensoir tout fumant, Souveraine des Anges » ;
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

La troisième coupole

Lavigne chargée de raisins, le lys entre les épines, le rameau d’olivier aux feuilles d'argent et palmier.Traduction des inscriptions : « Vigne mystique qui a reçu la grappe de raisin de l’immortalité », « Née de l’épineuse race des Juifs, resplendissante de pureté virginale », « De l’olivier, l’Esprit apporta un brin d’en haut, annonçant la paix », « Mère nourricière comme un palmier florissant et porteur de fruits ».
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

Le transept

La grande coupole au milieu du transept est décorée d'une mosaïque représentant quatre anges sur fond d'or s'élevant de la terre vers le ciel et soutenant, les bras levés, une couronne de roses qu'ils offrent à la Vierge Marie représentée par son monogramme placé au centre de la composition.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Aux retombées de la coupole, dans les encorbellements, sont représentés les quatre évangélistes : saint Marc symbolisé par le lion, saint Luc par le taureau, saint Jean par l’aigle et saint Mathieu par l’homme.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
L'arcature du chevet, au-dessus de l'abside, contient une mosaïque représentant l'annonciation faite à Marie : la mosaïque de l’annonciationL’annonciation décrit la rencontre entre la Marie et l’archange Gabriel, envoyé par Dieu pour lui annoncer qu’elle va être la mère du Messie. Cette mosaïque nous incite à faire mémoire de l’événement qui marque véritablement le début du Nouveau Testament, la conclusion d’une Alliance nouvelle entre Dieu et l’humanité.L’ange tient dans sa main le Lys marial, symbole de pureté.Il désigne de sa main droite, au centre de la composition, la colombe, manifestation de l’Esprit Saint qui accompagne l’archange.A droite l'ange Gabriel, envoyé par Dieu, dit à Marie « Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils et tu le nommeras Jésus ».À gauche la vierge Marie donne son acquiescement.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

Le chœur

Le maître autel conçu par Révoil, réalisé par Jules Cantini entre 1882 et 1886, est en marbre blanc avec un soubassement formé de cinq arcatures en bronze doré reposant sur des colonnettes en lapis-lazulis avec un décor de mosaïques.Le tabernacle en vermeil est encadré de deux colonnes et de deux panneaux de mosaïque représentant des colombes buvant dans un calice.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Derrière l'autel se dresse une colonne de marbre rouge supportant un chapiteau d'orfèvrerie sur lequel est posée la statue de la vierge exécutée en argent repoussé au marteau par l’orfèvre marseillais Chanuel.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

La mosaïque du cul-de-four de l’abside

Dans le médaillon central figure un navire, qui représente l’Eglise, qui vogue sur une mer agitée par les difficultés du monde. Mais résolument, elle va vers le port (le Sauveur), guidée par le phare où brille la croix du Christ.Elle est doublement aidée par la Vierge Marie, comme en témoigne la voile marquée de son monogramme (le M en forme de couronne qui la représente comme Reine du Ciel) et l’étoile rayonnante qui guide les marins marquée du même M qui rappelle que Marie est aussi « l’étoile de la mer », « Maris Stella ». La voile bleue et blanche porte les couleurs de Marie, mais aussi celles de la Ville de Marseille. Ce médaillon symbolique est au centre d’un admirable décor fait de magnifiques rinceaux de feuillage sur lesquels sont posés 34 oiseaux. Tout en haut de la mosaïque la trinité est représentée : le ciel bleu piqué d’étoiles symbolise le Père, la colombe représente le Saint Esprit et la Croix surmontant la tour fanal évoque le Fils incarné.Au « ciel » du chœur, dans la profondeur de la coupole, la couronne mariale montre le chemin : c’est la Vierge, Reine et Porte du Ciel.Une guirlande de fleurs entrelacée avec des chapelets est soutenue par quatre anges. Cette couronne fleurie est un appel à la prière du Rosaire qui consiste à réciter des chapelets en méditant sur les mystères du Christ ou de Marie.Aux quatre angles du dôme sont disposées les statues des quatre évangélistes : Marc est le Lion, Luc le taureau, Matthieu l’ange et Jean, l’Aigle.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
Cette végétation paradisiaque de rinceaux peuplés d'oiseaux merveilleux, et en particulier par des paons, s'inspire d'un thème qui existe dans l'art chrétien depuis ses origines, comme dans le narthex du baptistère du Latran et à la basilique Saint-Vital de Ravenne, et qu'on retrouve au Moyen Âge à la basilique Saint-Clément-du-Latran à Rome et dans le décor de rinceaux de nombreux manuscrits enluminés européens.Ce thème était déjà un des plus classiques dans l'art gréco-romain depuis l'Antiquité. Ici il est réinterprété à la manière du xixe siècle, avec une vision d'ensemble plus romantique, mais aussi avec des oiseaux plus imposants et d'un naturalisme plus scientifique, ce qui donne aux mosaïstes l'occasion de démontrer leur virtuosité technique.Sous cette mosaïque sont placés neuf médaillons reliés entre eux par des rinceaux de feuillages figurant les litanies de la Vierge.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

les chapelles latérales

Chaque chapelle latérale est consacrée à un saint.Le plafond de chacune de ces chapelles est décoré d'une mosaïque comportant d'un côté le nom et le blason de la personne qui en a assuré le financement et de l'autre un symbole correspondant au saint auquel est consacrée la chapelle.On trouve ainsi en entrant et en allant vers le chœur :à gauche :saint Charles Borromée, motif :Armes cardinalices_illustration en attente, merci pour vos envois_

à gauche : saint Lazare

saint Lazare Motif : Tombeau ouvert pour saint Lazare
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

à gauche : saint Joseph

saint Joseph Motif : Un Lys sur le tombeau de l'autel.
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

à droite : saint Roch,

saint Roch, motif : Coquille saint Jacques et besace rappelant que saint Roch était un pèlerin_illustration en attente, merci pour vos envois_

à droite : sainte Marie Madeleine

sainte Madeleine motif : Vase à parfum pour sainte Marie Madeleine
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur

à droite : saint Pierre.

saint Pierre. motif : Clefs du paradis pour saint Pierre
Basilique Notre Dame de la Garde - L'intérieur
La basilique Notre-Dame de la Garde est considérée par la population marseillaise comme la gardienne et la protectrice de la cité, d'où son appellation courante de « la Bonne Mère », également le surnom populaire de Marie (mère de Jésus).
Basilique Notre Dame de la Garde - La Bonne Mère

Les ex-voto

Une religiosité toute méditerranéenne s'y manifeste avec le dépôt de nombreux cierges et ex-voto offerts à la Vierge pour la remercier d'une grâce spirituelle ou temporelle et aussi pour proclamer publiquement et rappeler que l'on a bénéficié de cette grâce.L'un des plus anciens documents concernant cette pratique est un acte notarié du 11 août 1425 dans lequel un certain Jean Aymar verse cinq florins pour l’achat d'images de cire offertes en reconnaissance à la Vierge.
Au cours de son voyage dans le midi de la France effectué au tout début du XIXe siècle, Aubin-Louis Millin est frappé par le nombre d'ex-voto de Notre-Dame de la Garde :« Le chemin qui conduit à l'oratoire est roide et difficile. La chapelle est petite et étroite, mais ornée partout des tributs de la piété des navigateurs : au plafond sont suspendus de petits vaisseaux avec leurs agrès et ayant leur nom inscrit sur la poupe ; ils figurent ceux que la mère du Christ a sauvés d'un cruel naufrage ou enlevés à la fureur des pirates et des corsaires ».
Basilique Notre Dame de la Garde - La Bonne Mère

Ex-voto de la chapelle Saint-Pierre

Les murs des chapelles latérales des deux sanctuaires superposés, la crypte et l'église supérieure, sont couverts d'un premier niveau de plaques de marbre.La partie supérieure des murs de ces chapelles latérales est occupée par des ex-voto peints placés sur plusieurs rangées superposées.La plupart de ces ex-voto datent seulement de la seconde moitié du XIXe siècle car ceux antérieurs à la Révolution ont été dispersés durant cette période.
Basilique Notre Dame de la Garde - La Bonne Mère
Les représentations les plus nombreuses concernent les naufrages ou les tempêtes.
Basilique Notre Dame de la Garde - La Bonne Mère
On peut également voir des scènes très différentes : incendie, accident de voiture ou de chemin de fer, malade dans son lit etc.Les évènements politiques et sociaux sont également représentés.Les évènements de mai 68 sont à l'origine d'un dessin et un fanion de l'OM rappelle que les joueurs du club sont montés en pèlerinage à la basilique après une victoire.La place étant devenue insuffisante, les plaques votives les plus récentes sont scellées sur les murs des terrasses de la basilique.illustration à venir, merci pour vos envois.
Enfin l'église supérieure conserve de nombreuses maquettes de bateaux ou d'avions récemment restaurées et traditionnellement suspendues aux voûtes de l’édifice.

En visite privée...

[avec Stephane Bern](https://youtu.be/-tNsaD2Wj60?t=42)

Visite

Horaires d'ouverture :Le domaine est ouvert de 7h à 19h Les parkings sont fermés à 18h30 (tous les véhicules doivent avoir quitté ceux-ci avant la fermeture. Les véhicules ne peuvent pas rester sur les parkings.) La basilique est ouverte de 7h à 18h30 La crypte est ouverte de 7h à 18hLa basilique Notre-Dame de la Garde est à la disposition des groupes d’adultes, de jeunes et de scolaires pour des visites guidées. Elles sont gratuites. (+33 (0)4 91 13 40 80) RestaurationCafétéria ouverte de 8h à 17h (fermée le lundi).AccèsAccès : En bus : Arrêt Notre-Dame de la Garde (ligne 60) Au départ du Vieux Port, un petit train permet également de monter à la colline. ce petit train bleu et blanc qui part du Vieux-Port propose une montée jusqu'à la Basilique, avec arrêt de 20 minutes et retour au port. Une façon de l'aborder qui plaira beaucoup aux enfants !A partir de 19h30 les voitures ne peuvent plus monter - Possibilité de visites guidées sur demande - L’accès au Domaine et au Sanctuaire est libre, il est nécessaire de respecter le silence dans les lieux de prière, une tenue correcte s’impose dans l’enceinte du Domaine et du Sanctuaire - BoutiqueAvril à septembre, de 7h à 19h15 Octobre à mars de 7h à 18h15

Contact

Sanctuaire Notre Dame-de-La-Garde Téléphone : +33 (0)4 91 13 40 80 Email : contact@notredamedelagarde.com
Offices à Notre Dame de La Garde Tél. : 04 91 13 40 80 FAX. : 04 91 37 28 99 Email. : notre-dame.garde@wanadoo.frMESSES DU DIMANCHE ET JOUR DE SOLENNITÉS Samedi : 16h30 dans la basilique Dimanche : 8h - 10h - 12h - 16h30, dans la basilique 9h - 11h, dans la crypteMESSES EN SEMAINE Lundi : 7h25 - 9h - 16h30, dans la crypte Mardi au vendredi : 7h30 - 9h - 16h30, dans la crypte Samedi matin : 7h25 - 9h, dans la crypteVêpres et Salut du Saint-Sacrement le dimanche et jours de solennités : 15h30, dans la basiliqueChapelet Tous les jours de la semaine sauf le dimanche : 16h dans la crypte
Office de tourisme de Marseille 11, la Canebière CS 60340 - 13211 Marseille Cedex 01tél: + 33 (0)826 500 500 (0,15€ la minute depuis un poste fixe) fax: + 33 (0)4 91 13 89 20Pour nous contacter : information@marseille-tourisme.com
Sources : Wikipedia Vicedi
Crédits : Vicedi.com Flickr : Shivapat, it is Elisa,Paul Bica,EricS2009, Güldem Üstün, Yves Thevenin, Jean Claude Mouton, Marimebajlamesajpg, Santiago Lopez pastor, Jacqueline Poggi, So_p,Tony Bowens, Kixmi71, Jean Guyanne, Mamjodh, Salva Barbera, Brook Ward, Guilhem Vellut, Arnaud25, Ashley van Haeften, Jean-Pierre Dalbéra, Emmanuelle Richard Wiki Comons : Cilou101, Syeve Taylor, Christophe Moustier, Behn Lieu Song, Wiki Comons : Robert Valette, Mister No, Cathedrale_marseille, Finiskov, Christophe Moustier, Michel Garnier, Sebastian Ricci, Tilia Monto, NotreDamedela garde.marseille.fr Mondafrique