Cathédrale Notre Dame d’Amiens

Amiens
30 Place Notre Dame - 80000
Petit futé
Trip Advisor
Michelin (/3)
Google
Grande ! Prodigieusement grande ! La cathédrale Notre-Dame d’Amiens est en effet la plus vaste cathédrale de France ( 200.000 m3, soit 2 fois Notre Dame de Paris en volume) et l'une des plus belles puisqu'elle est classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité.Elle est considérée comme l'archétype du style gothique classique, comprenant aussi des éléments des phases suivantes du style rayonnant et flamboyant.Architectes et artistes ont fait des prouesses. A l'extérieur comme à l'intérieur, elle est ornée de mille chefs d’œuvres de sculptures, ébénisteries, orfèvreries, peintures... Il faudra prendre le temps de s’émerveiller !

IVe siècle : La première communauté chrétienne

La cathédrale actuelle occupe un emplacement où plusieurs sanctuaires se sont succédés et dont l'historien sait peu de chose, sinon qu'ils étaient dédiés à saint Pierre et à saint Paul, par la suite à saint Firmin le Confesseur, un autre consacré à Notre-Dame et à saint Firmin le Martyr (sculpture ci-dessus).Le premier édifice cultuel date probablement du IVe siècle, à l'**époque gallo-romaine**, période à laquelle l'existence d'une communauté chrétienne est avérée, avec à sa tête un évêque.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

XIIe : une église romane

À la suite d'un incendie qui détruit une grande partie de la ville, une nouvelle église de style roman est édifiée entre 1137 et 1152.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

XIIIe : Les reliques de saint Jean-Baptiste

L'église voit son prestige s'accroître de façon spectaculaire avec l'arrivée, en 1206, du crâne de saint Jean Baptiste. En effet, selon la tradition locale, un croisé picard nommé Wallon de Sarton, réussit à subtiliser la prétendue sainte relique lors du pillage de Constantinople par les croisés en 1204.Très rapidement, la relique devient l'objet d'un pèlerinage, un des plus importants du Nord de la France durant tout le Moyen Âge, si bien que cet objet sacré devient une des principales sources de revenus de la cathédrale. De nombreux princes français et étrangers viennent l'honorer.Mais la tête du saint attire surtout les gens atteints de surdité, de mutisme, de cécité et avant tout les gens atteints du « mal saint-Jean », c'est-à-dire d'épilepsie. Rapidement, cet afflux rend la cathédrale romane trop petite.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Il faut voir grand !

En 1218, la foudre tombe sur la flèche de l'ancienne cathédrale, ce qui met le feu aux charpentes. Le toit s'embrase avec une rapidité stupéfiante et bientôt, c'est l'édifice tout entier qui s'écroule dans les flammes.L'évêque **Évrard de Fouilloy** décide de reconstruire une nouvelle cathédrale, non seulement bien plus vaste et plus belle que la précédente, mais aussi inégalée parmi les autres sanctuaires de la chrétienté, afin d'offrir à la relique de saint Jean-Baptiste un écrin digne de son importance. Et pour accueillir les pèlerins venus de toute l’Europe, il faut voir grand.Face à ce grand défi, il choisit comme architecte **Robert de Luzarches**. Il prévoit également que cette nouvelle cathédrale - par son programme iconographique - soit un véritable livre de pierre qui favoriserait l'enseignement de la religion auprès du peuple chrétien. On parlera plus tard de la Bible d'Amiens.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Prospérité de la ville d'Amiens

En ce début du XIIIe siècle, période du règne de Philippe-Auguste, Amiens vit en pleine prospérité. Le commerce de la guède ou pastel des teinturiers, utilisée pour la teinture des draps et cultivée dans la région assure à la bourgeoisie amiénoise la base de sa fortune. Les généreux donateurs ne manquent pas, et les ressources de l'évêché lui permettent de financer ce chantier gigantesque.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

1220-1288 : édification de la cathédrale actuelle

Les travaux de construction débutent par les fondations en 1220. Contrairement à la règle courante, les travaux commencent par la nef. Robert de Luzarches étant décédé en 1222, ainsi d'ailleurs que l'évêque Évrard de Fouilloy, le nouvel évêque, **Geoffroy d'Eu**, confie la suite des travaux à Thomas de Cormont (ce sont 4 noms à retenir).Les dons affluent de tous côtés et le chantier avance rapidement de ce fait. En 1225, le portail est achevé, et la nef en 1230.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique
Le nouvel évêque Arnoul de la Pierre est à l'origine de la deuxième tranche de travaux de 1236 à 1247 avec l'édification du chœur, du chevet et des chapelles rayonnantes.Mais dès 1240, les travaux ralentissent, le budget étant épuisé. On peut cependant terminer le déambulatoire, où Arnoul est inhumé en 1247.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique
Le nouvel évêque, Gérard de Coucy se soucie fort peu des travaux, lesquels se réduisent à peu de choses entre 1247 et 1258. Cette année-là voit un incendie ravager les chapelles absidiales. Ce sinistre a pour effet de fouetter l'ardeur des bâtisseurs et des bienfaiteurs, et les travaux reprennent à bon rythme jusqu'en 1269.Près de deux décennies plus tard, l'évêque Guillaume de Mâcon fait encore élever une flèche. **1288** est la date retenue pour la fin de l'édification de la cathédrale bien que les tours de la façade occidentale ne soient toujours pas achevées.Au total cependant, l'édification a été assez rapide puisque l'essentiel est fait. Cela donne à Notre-Dame d'Amiens une **assez grande unité architecturale** qui n'existe que rarement chez ses rivales
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

XIVe-XVe : les tours et les chapelles latérales

De 1290 à 1375, on construit les chapelles latérales de la nef, non prévues dans le plan initial.La tour sud de la cathédrale est achevée en 1372.La tour nord pose quelques problèmes : en 1375, on doit lui construire une contre-butée, rendue nécessaire à cause de la déclivité du terrain, si bien que la couronnement de cette tour n'est achevé qu'en 1402.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

1498-99 : Sauvée de l'écroulement

En 1497, Pierre Tarisel, maître des ouvrages de maçonnerie s'aperçoit qu'une catastrophe imminente se prépare et va causer l'écroulement de la cathédrale.Des travaux d'urgence sont nécessaires : il fait poser des arcs-boutants supplémentaires à ceux des travées droites pour renforcer les arcs-boutants de la nef et du transept.Dans un éclair de génie, il va cercler presque tout l'édifice d'un chaînage en "fer d'Espagne". Ce chaînage court dans le triforium de la nef et des transepts. Il est toujours en place aujourd'hui. Il ne faut guère plus d'un an pour régler le problème. La cathédrale est ainsi, non seulement sauvée à l'époque d'une destruction certaine, mais aussi rendue bien plus robuste pour les siècles à venir.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

La confrérie Notre Dame du Puy

La confrérie N.D. du Puy est un "Puy", c'est à dire une "Société Littéraire Pieuse" de la fin du Moyen Age. Fondée en 1388, cette société en vient progressivement à exercer son mécénat en finançant la création d'œuvres picturales destinées à orner la cathédrale.Du Moyen Age au XVIIe siècle, la confrérie a exécutée une œuvre d'art presque chaque année, soit au total 185 œuvres, qui ont progressivement acquis elles-mêmes le nom de "Puys".
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Du XVIe au XVIIIe siècle

De 1508 à 1519 a lieu la création des magnifiques stalles du chœur.En 1528, la flèche de la cathédrale ayant été détruite par la foudre, on procède à l'édification d'une nouvelle, celle que nous connaissons aujourd'hui.Au XVIIIe siècle, on procède à une refonte importante de la décoration du chœur dans le style baroque de l'époque.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Pendant la Révolution

Les Amiénois réussissent à préserver leur patrimoine des atteintes des vandales de la Révolution. Leur cathédrale a peu souffert comparativement à bien d'autres sanctuaires français.En 1793, la cathédrale est transformée en temple de la Raison et de la Vérité puis, en 1794 temple de l'Être suprême. On peut voir aujourd'hui la statue de sainte Geneviève convertie en déesse Raison, sur l'autel de la chapelle du Puy Notre-Dame (transept sud).Le culte catholique y est rétabli en 1795.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

XIX e siècle

En 1849, **Eugène Viollet-le-Duc** présente au Ministre de l'Instruction Publique et des Cultes un rapport alarmant sur l'état de la cathédrale, peu ou pas entretenue au cours du XVIIIe et du début du XIXe siècle.Viollet-le-Duc veut lui rendre sa grandeur première et restituer l'atmosphère du Moyen Âge qui se dégageait à l'origine de son aménagement et de sa décoration. Il procède de 1849 à 1874, à une restauration parfois controversée de l'édifice. Il ajoute par exemple, au sommet de la grande façade occidentale, une galerie visant à réunir les deux tours : la galerie des Sonneurs.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Pendant les deux guerres mondiales

En 1915, lors d'intenses bombardements, les trois portails de la façade principale ainsi que le portail de la Vierge dorée sont recouverts d'un coffrage composé de sacs de terre, permettant ainsi de limiter une première fois les dégâts sur l'édifice.En juillet 1918, lors de la dernière offensive allemande à l'ouest, la cathédrale tombe sous le feu des troupes impériales allemandes. Mais à la demande instante du pape Benoît XV, les Allemands cessent de prendre le sanctuaire comme cible. La cathédrale est ainsi sauvée.De même en mai 1940, lors des bombardements allemands qui affectent gravement la ville, la cathédrale est quasi épargnée.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique

Et aujourd'hui...

Une restauration complète est entreprise de 1973 à 1980 sous la direction des architectes en chef des monuments historiques.La campagne de restauration importante menée dans les années 2000 sur la façade occidentale utilise pour la première fois sur une grande échelle la technique de la désincrustation photonique au laser pour le nettoyage de la sculpture des portails. Ces travaux ont permis de faire apparaître sous la couche de salissures des vestiges de polychromie.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Historique
La cathédrale est érigée sur un plan en **forme de croix latine** et est orientée liturgiquement d'Est en Ouest.Elle a une surface de 7700 m2 et un volume de 200 000 m3 : 145 mètres de long, 42 mètres de haut sous voûte, 70 mètres de large au niveau du transept et 112 mètres de hauteur du sol au coq de la flèche.Sa nef à bas-côtés s'ouvre sur un transept débordant à collatéraux et un chœur qui comprend cinq vaisseaux.Le chevet se compose de trois travées droites à doubles collatéraux. Le déambulatoire est entouré de sept chapelles rayonnantes.Les chapelles latérales de la nef sont au nombre de onze, six au nord et cinq au sud, les plus anciennes à l'est, les dernières à l'ouest.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - Plan

Une façade harmonique

La façade occidentale est dite "harmonique", c'est-à-dire une façade symétrique comportant trois portails, trois niveaux d'élévation et deux tours surmontant les portails latéraux.Les niveaux d'élévation sont le niveau des portails, celui de la galerie des rois surmontant un triforium formé d'une série d'arcades géminées, et celui de la rosace.Enfin, au-dessus s'élèvent les deux tours reliées au XIXe siècle par la galerie des sonneurs ajoutée par Viollet-le-Duc.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Les trois portails

Les portails de la façade ouest sont richement ornés de sculptures qui présentent tout un programme théologique. Le grand portail central ou portail du Jugement dernier, encore appelé parfois portail du Beau Dieu, est entouré de deux autres portails plus petits : celui de la Mère-Dieu à droite, et celui de saint Firmin à gauche.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Le portail du jugement dernier

Le tympan au-dessus du grand portail est décoré d'une représentation du **Jugement dernier**, lorsqu’à la fin des temps, selon la tradition chrétienne, les morts ressuscitent puis sont jugés par le Christ.Ce tympan est subdivisé en trois registres. Au niveau inférieur, les ressuscités sortent de leurs tombeaux au son de la trompette. L'archange saint Michel et sa balance sont présents au milieu d'eux pour peser les âmes. Au bas de la scène, un démon essaie de tricher en faisant pencher l'un des plateaux de son côté.Au registre intermédiaire, les damnés sont séparés des élus et, entièrement nus, poussés par des démons, se dirigent vers la gueule d'un monstre, le Léviathan.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Au registre supérieur, le Christ sur son trône, les mains levées, le torse dénudé afin de montrer ses blessures, est entouré de la Vierge et de saint Jean qui agenouillés intercèdent en faveur du salut des âmes, ainsi que d'anges qui portent les instruments de la Passion.La représentation de l'enfer et du paradis se trouve dans les claveaux inférieurs des voussures du tympan. Au paradis, on voit d'abord les âmes recueillies dans le giron d'Abraham. Elles se dirigent ensuite vers une cité qui représente la Jérusalem céleste.L'impression générale qui se dégage de cette vaste représentation n'est pas pessimiste. L'enfer n'occupe qu'une très petite partie de l'ensemble et plusieurs éléments soulignent la miséricorde et la bonté du Seigneur.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Au centre du portail central, au trumeau entre les deux vantaux de la porte, se trouve une statue du Christ sauveur, le « **Beau-Dieu d'Amiens** », magnifique représentation du Christ.Selon la légende, le sculpteur n'avait pas d'inspiration pour réaliser la statue. Dieu lui serait apparu en pleine nuit. Le lendemain matin, on retrouva le sculpteur mort, la statue du Beau Dieu à ses côtés.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Sur les piédroits des ébrasements se trouvent les grandes statues des **douze apôtres entourés des quatre prophètes principaux**.On trouve successivement de gauche à droite (c'est-à-dire, en partant de l'extérieur et en allant vers le Christ) : les prophètes Daniel et Ézéchiel, suivis de Simon ou Jude, Philippe, Mathieu, Thomas, Jacques le Mineur et Paul qui porte le livre et un glaive.À droite, en partant du Christ et en allant vers l'extérieur) : Pierre, facilement reconnaissable grâce à son attribut habituel, les clés, André, Jacques le Majeur avec comme attribut les coquillages symboles de Compostelle, Jean, Simon ou Jude, Barthélémy, puis les prophètes Isaïe et Jérémie.À leur base, on peut voir une série de médaillons polylobés qui représentent les vices et les vertus.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Le portail de la Mère de Dieu

Le portail droit de la façade occidentale est consacré à la Vierge.**Au tympan**, on trouve au registre inférieur une série de six personnages de l'Ancien Testament, les ancêtres de la Vierge. La mort et l'assomption de la Vierge sont représentées au niveau du registre moyen. Et enfin on assiste à son Couronnement au paradis, au registre supérieur.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
**Au trumeau **se trouve une grande statue de la Vierge foulant le Mal, représenté sous la forme d'un animal fantastique griffu à tête humaine. Elle est figurée dans une attitude très statique.**Les statues** qui ornent les ébrasements des piédroits latéraux sont particulièrement remarquables : à droite, groupées deux à deux, elles représentent trois épisodes importants de la vie de la Vierge Marie : l'Annonciation, la Visitation et la Présentation de Jésus au Temple.À gauche, de l'extérieur vers l'intérieur, on trouve la reine de Saba, le roi Salomon, le roi Hérode le Grand puis les trois rois mages
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
**La base du trumeau** comporte des bas-reliefs consacrés au péché originel, thème souvent associé à la Vierge, puisque c'est par elle qu'arrive le Christ-Rédempteur.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Le portail Saint Firmin

Le portail gauche est consacré à saint Firmin, lequel est représenté au trumeau. Le socle du trumeau est orné de cinq bas-reliefs illustrant la vie de la Vierge. Le tympan du portail relate l'histoire de la découverte du corps du saint.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
De chaque côté du portail se trouvent six grandes statues : la plupart d'entre elles représentent des saints dont les reliques étaient exposées chaque année au-dessus du maître-autel.Sur le piédroit de gauche, on peut voir de gauche à droite sainte Ulphe, un ange déroulant une banderole, saint Acheul (martyr), saint Ache (martyr lui aussi), un ange et saint Honoré, ancien évêque de la ville.Du côté droit se trouvent successivement les statues de saint Firmin le confesseur (Firmin II évêque de la ville), saint Domice, saint Fuscien (martyr), saint Warlus et saint Luxor
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Les soubassements du portail Saint-Firmin sont richement travaillés. Ils sont notamment ornés d'une série de médaillons, sculptés sous forme de quatre-feuilles et présentant un calendrier agraire qui établit une correspondance entre le zodiaque et les travaux des mois. L'ensemble de ces ravissantes sculptures, remarquablement bien conservé et qui aura bientôt huit siècles d'âge, est appelé le **calendrier picard** ou zodiaque d'Amiens.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Les gâbles triangulaires

Chacun des trois portails est surmonté d'un **gâble triangulaire**, doté en son centre d'une décoration tréflée. Les bases de ces gâbles sont flanquées à droite et à gauche de deux remarquables gargouilles figurant des êtres grimaçants et fantastiques. Le grand gâble du portail central supporte à son sommet une statue d'ange sonnant la trompette.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

La galerie des Rois et sa galerie basse

Immédiatement au-dessus des trois porches, se trouve une galerie de service couverte, richement décorée d'arcatures et de colonnettes. La galerie des Rois la surmonte, et celle-ci supporte une terrasse.La galerie basse, intermédiaire entre la galerie des Rois et les gâbles des porches, est de fort belle facture et date de 1235 environ. Cette galerie basse, appelée communément "triforium" est praticable, comme d'ailleurs celle des Rois et la terrasse supérieure à celle des Rois. Toutes ces galeries communiquent avec les étages intérieurs des tours.Les statues de la galerie des Rois sont au nombre de 22 et on ne sait pas avec certitude qui elles représentent. Elles datent de la première moitié du XIIIe siècle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

La rosace

De style gothique flamboyant, elle fut érigée au début du XVIe siècle sur ordre du maire de l'époque. On l'appelle aussi **rosace de la Mer**.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Les tours

Les tours sont en réalité des moitiés de tour et n'ont aucune ampleur. Elles furent les dernières parties de l'édifice à être construites. Les deux tours, au lieu d’être élevées sur un plan carré comme toutes les tours des cathédrales de cette époque, sont rectangulaires, ou plus précisément barlongues, c'est-à-dire moitié moins épaisses que larges. À l'origine de cette situation : un manque de ressources financières
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Les tours sont d'inégale hauteur. Leur dernier étage est de style et de décoration très différents.Tandis que le sommet plus trapu de la tour sud est encore de style rayonnant, celui de la tour nord (photo ci-dessus) qui culmine à 66 mètres, achevée 36 ans plus tard, est un bel exemple de style gothique flamboyant.Elles sont toutes deux flanquées d'une petite tourelle quadrangulaire, nichée entre les deux contreforts latéraux et faisant corps avec la tour.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Quant aux parties supérieures de ces tours et à la galerie entre les deux, ce sont des constructions élevées au XIVe siècle et même au début du XVe. Elles sont construites largement en retrait par rapport à la base de la façade et des tours.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Sur la face sud de la tour sud, au niveau du contrefort occidental, on peut voir un cadran solaire, surmonté de la statue d'un ange. Cette tour fut achevée en 1366.Quant à la tour nord, la déclivité du terrain posa quelques problèmes. On dut d'abord construire une énorme contre-butée pour pallier les risques d'écroulement. Celle-ci fut mise en chantier en 1375, si bien que ce n'est qu'en 1402 que le couronnement de cette tour nord fut enfin réalisé. De style flamboyant, la contre-butée est très riche en ornements, bien plus que la façade nord adjacente.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Un spectacle son et lumière

Les portails ont été nettoyés au cours des années 1990 à l'aide d'un procédé utilisant le laser. Cette technique a permis de découvrir et de préserver des traces de polychromie. Depuis lors, un spectacle gratuit est donné en fin d'année et en période estivale (cf. infos visites) permettant de voir la cathédrale en couleurs
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale
Ce magnifique spectacle son et lumière est réalisé grâce à un procédé ingénieux consistant en la projection de lumière traversant un écran translucide sur lequel les couleurs originelles des statues ont été reproduites... A ne pas manquer!
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur  I : La Façade principale

Caractéristiques générales

Les façades latérales nord et sud sont en à peu près symétriques. Les dispositions architecturales fondamentales que l'on voit au sud se retrouvent en effet au nord.Les principales différences se situent entre les deux façades latérales de la nef d'une part, et celles du chœur d'autre part. La nef et le chœur ont en effet été construits durant deux périodes différentes. Une trentaine d'années séparent leur construction, si bien que le style architectural de la nef est de type gothique classique, tandis que le chœur appartient au style gothique rayonnant.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

La façade méridionale

À l'extrémité occidentale de cette façade, sous la tour sud, se trouve la porte Saint-Christophe flanquée d'une énorme statue de saint Christophe portant, suivant la légende, un minuscule petit Jésus sur ses épaules. Plusieurs autres statues jalonnent le chemin entre la tour sud et le porche du croisillon sud du transept.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
Enserrée entre deux puissants contreforts latéraux, la façade sud du transept s'élance vers le ciel à une hauteur de près de 60 mètres, soit à peu près la même hauteur que la tour sud.On y distingue trois étages : celui du portail, puis une énorme verrière, et tout en haut, le fronton.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
Le portail du croisillon sud du transept, ou **portail Saint-Honoré**, est aussi appelé **portail de la Vierge dorée**, en raison de la statue qui orne son trumeau, un chef-d'œuvre du XIIIe siècle.À l'inverse des Vierges à l'Enfant antérieures, beaucoup plus hiératiques, cette statue est celle d'une jeune mère souriante qui joue avec son bébé et qui le berce. Elle inaugure une toute nouvelle sorte de représentations de la Vierge, elle est la première des Vierges hanchées qui ultérieurement seront fréquemment peintes ou sculptées. Quant à l'Enfant Jésus, bébé assez joufflu, il semble jouer avec le monde comme avec le ballon qu'il a entre les mains.Le tympan du portail relate divers épisodes de la vie de saint-Honoré, huitième évêque d'Amiens, qui vécut au VIe siècle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

Les arcs-boutants

**Les arcs-boutants de la nef**, élevée vers 1230, sont à double niveau et contrebutent la partie supérieure de la nef. L'arc-boutant supérieur prend appui sur la partie de la pile de la nef située au-dessus du centre de poussée des voûtes, là ou s'exerce la partie supérieure de la poussée. Il en va de même de l'arc-boutant inférieur qui contrebute la voûte au niveau de la partie inférieure de la poussée. L'ensemble de ces deux arcs-boutants assure une stabilité maximale aux voûtes de l'édifice.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
**Les arcs-boutants du chœur** contrebutent la partie supérieure du chœur, mais sont forts différents de ceux de la nef. Ils sont à simple niveau, mais à double volée. Ils prennent appui extérieurement sur deux grandes culées assez fines. Ils furent construits vers 1260, soit plus ou moins trente ans après ceux de la nef.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

Le chevet

Le chevet de la cathédrale d'Amiens frappe par sa grande élégance, et la puissance de sa construction. Il est constitué de trois étages de fenêtres et d'une série de structures de soutien : contreforts et arcs-boutants.Le tout est richement orné de gâbles, de statues, de gargouilles et de pinacles abondamment travaillés.La verticalité largement prédominante de tous ces éléments donne l'impression d'un puissant élancement vers le ciel.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
**Le niveau inférieur du chevet** correspond aux chapelles absidiales ou rayonnantes et consiste essentiellement en étroites baies vitrées, très élancées et atteignant près de 15 mètres de hauteur. Ces baies sont séparées par de solides contreforts assurant la stabilité des hauts murs.**L'étage suivant** est composé des baies vitrées correspondant au triforium du chœur.**L'étage supérieur** enfin correspond aux baies vitrées des fenêtres hautes de l'abside de la cathédrale. Comme celles des façades latérales du chœur, elles sont surmontées d'un haut gâble triangulaire dépassant le niveau de la base de la grande toiture.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

Gargouilles, chimères et rois musiciens

Les parties hautes de la cathédrale d'Amiens, regorgent littéralement d'œuvres sculpturales médiévales souvent burlesques ou inquiétantes : gargouilles, chimères, rois musiciens ou autres encore.**Les gargouilles** ont été mises en place à l'extrémité des gouttières et des chéneaux pour évacuer l'eau de pluie des toitures. Elles ont souvent la forme d'animaux fantastiques, la gueule perpétuellement ouverte et de ce fait souvent effrayantes voire féroces. Toutes sont différentes, elles ont été créées par de nombreux artistes qui ont donné libre cours à leur imagination. Leur variété paraît presque infinie.Pour avoir une idée de leur utilité, il faut aller les voir fonctionner muni d'un bon parapluie un jour de forte pluie. Le spectacle est impressionnant.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
**Les chimères** par contre sont simplement des statues fantastiques, voire diaboliques et souvent grotesques. Elles ont une fonction purement décorative, non liée à un quelconque écoulement. Elles se présentent donc bien souvent la gueule fermée, tapies ou redressées et juchées sur des supports qui les surélèvent. Leur regard est orienté vers le bas, comme si leur rôle était d'observer la ville !
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
À l'inverse des chimères, **les Rois musiciens** sont des statues de personnages fort sympathiques disséminées sur l'ensemble des toitures de la cathédrale, et semblant jouer des airs à la gloire du Seigneur.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

La flèche

Construite en bois de chêne et recouverte de plomb, achevée en 1534, c'est actuellement la plus ancienne flèche en bois connue. Son poids total est de 500 tonnes. Sa hauteur, au-dessus du faîtage de l'édifice jusqu'à la pomme qui se trouve près du sommet, est de 45 mètres.Elle est octogonale et possède une riche décoration, notamment de fleurs de lys, et une série de superbes statues, faites en plomb. C'est un authentique chef-d’œuvre.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales

La façade septentrionale

Les façades des chapelles latérales nord de la nef sont, comme au sud, séparées par un trumeau décoré d'une statue. On y voit successivement saint Louis, Guillaume de Mâcon et sainte Agnès.Les six chapelles sont logées entre les hautes culées des arcs-boutants de la nef. Leurs façades bien alignées entre elles sont éclairées chacune par de très grandes baies, hautes de près de quinze mètres et pourvues de vitraux.La toiture de ces chapelles est aménagée en une seule terrasse continue.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
**La façade du bras nord du transept** est nettement moins décorée que la façade du bras sud. Enserrée entre deux puissants contreforts latéraux, elle présente dans sa partie inférieure le portail dédié à saint Firmin le Confesseur. Celui-ci, encore appelé Firmin II, fut le troisième évêque d'Amiens et siégea pendant quarante ans dans la seconde moitié du IVe siècle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
La moitié supérieure de cette façade est occupée par une importante **verrière** comportant, au-dessous, une claire-voie à cinq baies vitrées, puis une seconde claire-voie de dix lancettes partiellement masquée par une balustrade et surmontée d'une grande rosace.Cas unique en France, celle-ci est consolidée à l'extérieur par trois arcatures de pierre en ogive, et sa forme reprend celle d'une étoile à cinq branches placée à l'envers.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'extérieur II  : Les Façades latérales
La visite de l'intérieur si vaste de la cathédrale pourrait se faire en deux temps : - tout d'abord l'axe principal allant de la nef au chœur- puis partant du croisillon sud du transept (à droite de la nef) on rejoindra le croisillon nord du transept en parcourant le déambulatoire avec ses chapelles absidiales. La visite se terminera par les bas-côtés de la nef (cf. page suivante).
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

La nef

Première partie de la cathédrale gothique à être construite, la nef de Notre-Dame d'Amiens est édifiée en très peu de temps. Initiée dès 1220, sa construction était déjà achevée en 1236
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
La nef est composée de six travées rectangulaires à voûtes quadripartites barlongues (rectangulaires).Elle est bordée de chaque côté (nord et sud) d'un collatéral ou bas-côté de même longueur, mais possédant des voûtes carrées.Sa hauteur sous voûte est de 42,3 mètres.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Son élévation

L'élévation de la nef (comme celle du chœur) comporte trois niveaux : grandes arcades, triforium et fenêtres hautes.Les fenêtres hautes se composent de quatre lancettes. Le triforium, c'est à dire la galerie au-dessus de la nef, est dite "aveugle" car les ouvertures sont simulées. Il comporte deux ensembles de trois arcades, pour chaque travée.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Les gisants de bronze

À l'entrée de la nef, on peut admirer les tombeaux surmontés de gisants de deux évêques : à droite Évrard de Fouilloy (évêque de 1211 à 1222) et à gauche Geoffroy d'Eu (de 1223 à 1236), qui donnèrent l'impulsion décisive à l'édification de ce grand sanctuaire.Les gisants de bronze, superbes chefs-d'œuvre fondus d'une seule pièce, datent de la première moitié du XIIIe siècle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Le pavement et le labyrinthe

Il comporte toute une série de dessins différents répartis entre les différents secteurs de l'édifice. Ce dallage restauré au XIXe siècle, a été conçu et dessiné au XIIIe siècle.La pièce maîtresse de ce dallage est un labyrinthe octogonal situé au niveau de la cinquième travée de la nef. Il est long de 234 mètres.Au Moyen Âge, certains pèlerins venus vénérer les reliques de saint Jean-Baptiste, le parcouraient à genoux, à la manière d'un Chemin de Croix. Ils devaient pour cela suivre la ligne noire.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
La pierre centrale du labyrinthe est fort intéressante puisqu'on y trouve un texte résumant la fondation de la cathédrale, inscrit sur une bande de cuivre.Au centre de cette pièce, une croix orientée sur les points cardinaux est entourée de 4 personnages : les trois architectes de la cathédrale (Robert de Luzarches, Thomas et Renaud de Cormont) et l'évêque Évrard de Fouilloy. Cette pierre est datée de 1288, date retenue pour la fin de l'édification de la cathédrale.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

La chaire de vérité

La chaire de vérité de la cathédrale est adossée à la dernière colonne du côté nord de la nef. C'est un ensemble baroque assez impressionnant qui date de 1773. Elle est l'œuvre du sculpteur Jean-Baptiste Dupuis ainsi que de l'architecte Pierre-Joseph Christophle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
À la base, la chaire est supportée par des statues grandeur nature des trois vertus théologales : la Foi, l'Espérance et la Charité. À l'arrière, une élégante draperie est supportée par des angelots. La chaire possède un toit ou abat-voix formé de nuages d'où s'échappe une colombe, symbole du Saint-Esprit. Enfin, couronnant le tout, un ange porteur d'un Évangile ouvert, pointe un doigt vers le ciel.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Le choeur

Le chœur de Notre-Dame d'Amiens, jadis entouré d'une clôture en pierre sculptée et aujourd'hui ceint d'une grille en fer forgé, comprend quatre travées rectangulaires à voûtes quadripartites barlongues et à collatéraux doubles, plus une abside à sept pans.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
Tout comme celle de la nef, son élévation est à trois niveaux : grandes arcades, triforium et fenêtres hautes.Contrairement à ce que l'on voit dans la nef, le triforium est ici à claire-voie et les fenêtres hautes sont à six lancettes et non plus quatre.Au niveau de l'abside, le triforium, toujours à claire-voie, est composé pour chaque pan de deux ensembles d'arcades géminées. Dans leur prolongement, les fenêtres hautes ont quatre lancettes (groupées par deux).
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Le grand vitrail

Dans l'axe du chœur, on peut voir dans la fenêtre haute centrale, un vitrail coloré important offert à la cathédrale en 1269. C'est le plus beau et plus important vitrail du sanctuaire. Son thème est celui des Anges annonçant le sacre de saint Louis.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

La clôture du chœur

Au début du XVIe siècle, le doyen du chapitre Adrien de Hénencourt, fit construire une imposante clôture autour du chœur afin de l'isoler du bruit que faisaient les pèlerins. Cette clôture devait aussi avoir un aspect pédagogique d'enseignement religieux auprès de ces pèlerins grâce à des scènes sculptées et colorées expliquant notamment la vie des saints, comme on le verra lors de la visite du déambulatoire.Au XVIIIe siècle cette clôture fut en partie détruite, et remplacée par une grille baroque, admirable travail de ferronnerie œuvre de Michel-Ange Slodtz, et exécutée par Jean Veyren.Au niveau de la croisée du transept, la grande grille ouvrant sur les stalles et le chœur est entourée des statues de saint Vincent de Paul à gauche et de saint Charles Borromée à droite.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Les stalles

À lui seul ce chef-d'œuvre justifie une visite à la cathédrale.Réalisées en bois blond de chêne, ces 110 stalles représentent le plus vaste ensemble d'ébénisterie que nous ait légué l'art gothique.De style flamboyant finissant, elles ont été conçues par les maîtres huchiers Arnould Boulin, Antoine Avernier et Alexandre Huet et exécutés en 11 ans entre 1508 et 1522 .
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
Elles mettent en scène plus de 4000 personnages sculptés aux visages bien typés, retraçant les évènements principaux décrits dans l'Ancien Testament, des scènes de la vie de Marie ...Sur les accoudoirs, une foule de personnages souvent truculents nous racontent la vie quotidienne à Amiens et, de façon plus générale, en France au début du XVIe siècle.Quant aux dossiers, ils sont « fleurdelysés ». La fleur de lys est en effet la fleur mariale par excellence.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
Les deux stalles maîtresses étaient réservées au roi et au doyen du chapitre.Ces dernières sont uniques en leur genre, car surmontées d'une énorme dentelle de bois qui s'élève à pas moins de treize mètres cinquante du sol.Sur la stalle réservée au roi, se sont assis notamment Louis XII, François Ier, Henri IV, puis aussi Napoléon Ier et le président de Gaulle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur

Le chœur baroque

Au XVIIIe siècle, l'évêque d'Amiens, L-F d'Orléans de Lamotte, voulut laisser dans sa cathédrale l'empreinte d'un art nouveau, dynamique et enthousiaste, le baroque. Le nouveau maître-autel est surmonté par une gloire, groupe sculpté grandiose, occupant presque toute l'abside et composé de grandes sculptures ornées d'or.Comme la chair dans la nef, elle est dessinée par Pierre-Joseph Christophle et sculptée par l'amiénois Jean-Baptiste Dupuis.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
On l'appelle la **Gloire eucharistique**. Au centre, se trouve la colombe eucharistique vers qui convergent tous les regards.L'ensemble est une véritable explosion de lumière, celle-ci symbolisant la résurrection du Christ « Lumière du monde ». Tout autour de la colombe, des anges et des angelots virevoltent dans l'amas de nuages. Aux deux extrémités de la scène, haute de plus de quinze mètres, on peut voir les effigies de la Vierge à gauche, et de saint Jean à droite. Plus latéralement encore deux superbes anges, grandeur humaine, encadrent la scène.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
Un peu plus à gauche se trouve la cathèdre, baroque également, et tout aussi richement ornée, datant de la même époque.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur I :  de la nef au choeur
Après avoir visité le chœur de la cathédrale, il s'agit maintenant d'en faire tout le tour. En partant du transept sud, on rejoindra le transept nord en parcourant tout le déambulatoire.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Le transept

Les deux croisillons du transept comportent chacun trois travées et deux collatéraux, l'un à l'ouest, l'autre à l'est.L'élévation du transept est à trois niveaux, comme la nef et le chœur : grandes arcades donnant sur les collatéraux, triforium à claire-voie, et fenêtres hautes.Chaque croisillon est éclairé par une grande verrière dotée d'une rosace, verrière qui occupe la partie supérieure du mur de fond, et qui surmonte une claire-voie de cinq arcades.La rosace du croisillon sud, appelée Rose du ciel, est flamboyante.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

La chapelle de Notre-Dame du Puy

Cette chapelle du bras sud du transept est celle de l’importante confrérie du Puy Notre-Dame. Elle date du XVIIe siècle et comporte avant tout un superbe retable au centre duquel se trouve une peinture de l'Assomption de la Vierge.Deux statues l'entourent. À droite, Judith tenant la tête du géant Holopherne, et à gauche sainte Geneviève.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

La chapelle Saint-Pierre-et-Paul

Elle occupe l'extrémité sud du transept, aménagé en chapelle.L'autel, en bois sculpté, date de 1750. Il est peint en imitation de marbre. Une grande toile représente l'Adoration des Mages. L'autel est entouré des statues de saint Pierre et de saint Paul.Sur les piliers du transept sud sont apposées des plaques ex-voto à la mémoire de la Grande Guerre 1914-1918.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Le déambulatoire

Le déambulatoire est double au niveau de la partie rectangulaire du chœur, et simple au niveau de l'abside.Au niveau de la clôture sud du chœur, on peut voir deux mausolées. Les personnalités inhumées sont Ferry de Beauvoir et Adrien de Hénencourt.Le tombeau de Ferry de Beauvoir est surmonté d'une série de niches sculptées, couvertes de voûtes d'ogives, figurant l'histoire de saint Firmin, depuis son entrée à Amiens jusqu'à son martyre puis son exhumation par saint Saulve. Les personnages de ces niches, polychromes, sont très expressifs. Ils portent les costumes de la fin du XVe siècle.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

La chapelle saint Joseph

A droite, à l'entrée du déambulatoire, on peut voir la chapelle saint Joseph. Elle comporte un autel surmonté d'un retable baroque à colonnes torsadées.Le retable, très richement orné, est surmonté à droite d'une belle statue de l'apôtre saint Mathieu, et à gauche d'une tout aussi belle statue de saint Luc.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Les chapelles absidiales

Dans la continuation du déambulatoire extérieur, s'ouvrent une série de sept chapelles absidiales.Elles sont toutes dotées de baies très allongées, à deux lancettes surmontées de trois trilobes.Ces chapelles sont très élevées ; elles ont la même hauteur que les bas-côtés du chœur et de la nef, c'est-à-dire près de 20 mètres d'élévation.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
Ainsi de droite (sud) à gauche (nord), voici:- **la chapelle de saint Éloi**. Étrangement, elle affiche sur ses murs les représentations picturales des sibylles, lesquelles ne sont pas précisément des personnages chrétiens, mais bien des voyantes liées au paganisme de l'antiquité. Ces sibylles sont un excellent échantillon de la peinture du début du XVIe siècle en France.Mais la chapelle de saint Éloi est avant tout une antichambre menant à la chapelle des Macchabées et au trésor de la cathédrale (où se trouve la relique du crâne de saint Jean-Baptiste).
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
- **la chapelle de saint François d'Assise**. On y trouve surtout le retable de saint François d'Assise ainsi qu'un tableau réalisé par le peintre Bénouville et représentant ce saint mourant et bénissant la ville d'Amiens.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
- la chapelle suivante, est **la chapelle du Sacré-Cœur**. Elle contient un superbe autel en bronze, œuvre de l'orfèvre parisien Placide Poussielgue-Rusand. Les vitraux ont été réalisés en 1932-1933 par Jean Gaudin.On y fait mémoire de la Première Guerre mondiale : sont suspendus les drapeaux des pays alliés ayant combattu pour la défense d'Amiens en 1918.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
- **La chapelle axiale** est appelée chapelle de la Vierge ou chapelle de la petite paroisse. C'est la plus grande et la plus longue des chapelles absidiales (15,25 m de profondeur). Elle ressemble par son architecture à la Sainte-Chapelle de Paris, dont elle est contemporaine.Elle abrite deux tombeaux du XIVe siècle : celui de l'évêque d'Amiens Simon de Gonçan et celui de Thomas de Savoie.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Le très célèbre Ange pleureur

Face à l'entrée de la chapelle axiale, se trouve le mausolée du chanoine Guilain Lucas (mort en 1628), œuvre de Nicolas Blasset, sculpteur amiénois qui travailla pour la cathédrale de 1630 à 1659.Entre le chanoine et la Vierge, au centre du monument, le très célèbre Ange pleureur symbolise le chagrin des orphelins dont le chanoine s'était occupé en créant une Maison de Charité en leur faveur.Le petit angelot, encore bébé, s'appuie à droite sur une sorte de sablier, symbole de la brièveté de la vie, et à gauche sur le crâne décharné d'un squelette, symbole de la mort.Pendant **la Première Guerre mondiale**, des centaines de milliers de cartes postales, de médailles et autres objets furent fabriqués à l'effigie de cet ange et vendus notamment aux soldats qui les emmenèrent ou les envoyèrent aux quatre coins de la terre.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
- la cinquième chapelle est **la chapelle de sainte Theudosie**. C'est en 1853 que l'évêque d'Amiens, monseigneur de Salinis, ramena de Rome les reliques provenant des catacombes, d'Aurelia Teudosia présumée Amiénoise.- la chapelle suivante est celle de **saint Jean-Baptiste** , décorée de 1775 à 1779 par Jacques-Firmin Vimeux. - la dernière chapelle donne accès d'une part, du côté gauche, à un escalier à vis permettant d'accéder aux niveaux supérieurs, et d'autre part à une vaste chapelle appelée chapelle des catéchismes située en dehors de la cathédrale.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
Un peu plus loin, dans la partie nord du déambulatoire se trouve encore un chef-d'œuvre de Nicolas Blasset : le monument funéraire en marbre de Jean de Sachy, premier échevin d'Amiens mort en 1644, et de son épouse Marie de Revelois.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

La chapelle Notre-Dame de Pitié

À l'extrémité nord du déambulatoire se trouve la chapelle Notre-Dame de Pitié qui comprend un autel baroque surmonté d'une statue de la Vierge Marie douloureuse et suppliante. Un glaive lui transperce le cœur.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
Le long de la clôture nord du chœur on voit, comme au sud, une suite de niches où sont sculptés une série d'épisodes de la vie et de la mort de saint Jean-Baptiste. Ils sont à suivre de droite à gauche.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Le croisillon nord du transept

La rosace de ce croisillon est appelée "Rose des vents".On trouve une cuve à laver les morts datant du XIIe siècle.Du côté gauche, on peut voir une série de quatre niches en pierre de style flamboyant, sculptées sur le modèle de l'ancienne clôture du chœur de la même époque. On y a sculpté des scènes, peintes et dorées, se déroulant dans les quatre parties du Temple de Jérusalem.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

La chapelle de saint Sébastien

Elle est située au croisement du transept et du côté nord du double déambulatoire du chœur. La chapelle date de la première moitié du XVIIe siècle.Le tableau de la Crucifixion (attribué au peintre flamand Guillaume Hergosse -XVIIIe siècle) est entouré à droite de **saint Louis**, roi de France, portant la couronne d'épines. À gauche se trouve la statue de **saint Roch** accompagné de son chien, œuvre de Nicolas Blasset datée de 1634. Au-dessus de l'ensemble : une fort belle statue du martyre de **saint Sébastien**, ce dernier transpercé de flèches et la tête entourée de chérubins.L'association de ces trois saints se comprend, car ils étaient tous trois invoqués lors des épidémies de peste.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Les bas côtés

Enfin la visite pourra se terminer par les bas-côtés de la nef, en commençant par celui du nord.Les collatéraux sont de dimension gigantesque: leur largeur entre les axes des colonnes est de 8,65 mètres, tandis qu'ils s'élancent à 19,7 mètres de hauteur.Quant aux colonnes qui bordent ces collatéraux, elles ont près de 14 mètres de hauteur, chapiteaux inclus.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
Les bas-côtés de la nef possèdent **onze chapelles** latérales, six au nord et cinq au sud.Elles n'étaient pas prévues dans le projet initial, mais la nécessité de leur construction se fait sentir dès la fin du XIIIe siècle. Leur édification date des années 1292 à 1375.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Les chapelles latérales nord

- La première chapelle (en partant du transept) est la **chapelle Saint-Firmin**. Elle abrite une statue en plâtre de saint Firmin. - **La chapelle Notre-Dame-de-la-Paix**. On peut y admirer un retable avec une vierge en marbre blanc, sculptée par Nicolas Blasset.- **La chapelle Saint-Honoré**, contient une sculpture de saint Honoré exécutée en 1780 par le sculpteur Jacques-Firmin Vimeux.- **La chapelle du Saint-Sauveur**. Elle abrite un Christ byzantin du XIIe siècle (photo ci-dessus). - La cinquième chapelle, édifiée à la même époque par le même Jean de La Grange est connue sous le nom de **chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours**. Elle contient une Vierge à l'enfant, œuvre de Nicolas Blasset.- Enfin arrivé à l'entrée, voici la chapelle **la chapelle Saint-Jean-Baptiste **ou chapelle du Sauveur. Construite en 1375 par l'évêque-cardinal Jean de La Grange, on y trouve sa statue. Ainsi que les restes de saint Antoine Daveluy, martyr de Corée en 1866.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Le collatéral sud

Le collatéral sud, à droite de l'entrée, héberge dans sa première travée deux tombeaux :- le tombeau du chanoine Pierre Bury (mort en 1504) surmonté d'un groupe sculpté représentant le chanoine agenouillé aux pieds d'un Christ martyr et humilié, revêtu de la cape dont on l'avait affublé, et dont les deux mains sont liées par une grosse corde.- Face au tombeau du chanoine Bury, se trouve celui du chanoine Antoine Niquet (mort en 1652). Le monument montre le défunt agenouillé aux pieds d'une Vierge douloureuse, un livre de prières ouvert.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Les chapelles latérales sud

En remontant le collatéral sud on pourra visiter :- **La chapelle Saint-Christophe** reçut sa décoration actuelle en 1762.- **Chapelle Notre-Dame de Foy** ou chapelle de l'Annonciation : on y trouve une remarquable statue de l'Annonciation œuvre du sculpteur amiénois du XVIIe siècle, Nicolas Blasset.- La troisième chapelle sud de la nef est la **chapelle de l'Assomption**. On y trouve une des plus belles œuvres de Nicolas Blasset, réalisée vers 1637 : une représentation de l'Assomption de la Vierge (photo ci-dessus).-** La chapelle Saint-Étienne** appelée aussi chapelle Saint-Laurent : on peut y voir les statues de saint Étienne et de saint Augustin.- Enfin **la chapelle Sainte-Marguerite** semble être la plus ancienne des chapelles latérales de la nef. Elle fut construite en 1292 par l'évêque Guillaume de Mâcon. Sa décoration actuelle (statue en marbre de sainte Marguerite posée sur un autel) date de 1768.
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

L'orgue

Le grand orgue de la cathédrale d'Amiens dont la création remonte à 1422 est l'un des plus anciens et des plus hauts de France (17 m au-dessus du sol). Le buffet principal date du XVIe siècle.C'est à Aristide Cavaillé-Coll qui le restaura totalement entre 1884 et 1889 que l'on doit, en grande partie, l'orgue que nous connaissons aujourd'hui : 51 jeux répartis sur **3 claviers et un pédalier**.Démonté par les pompiers de Paris en 1918 lors de l'offensive allemande, l'orgue fut remonté en 1936 par Edmond Alexandre Roethinger qui le dota de **58 jeux **,soit** 3 854 tuyaux** contre 2 500 à l'origine
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés
- FIN -
Cathédrale Notre Dame d’Amiens - L'intérieur II : le transept, le déambulatoire et les bas-côtés

Visite

La cathédrale d'Amiens est ouverte durant toute l'année. L'accès est libre. Horaires d'ouverture : Du 1er octobre au 31 mars : de 8h30 à 17h30. Du 1er avril au 30 septembre : de 8h30 à 18h30.L'accès au tours est possible tous les jours, sauf le mardi. Il est payant. Les horaires d'ouverture sont les suivantes : - Avril, mai, juin, septembre, visite à 15h et 16h30, sauf le samedi et le dimanche, visite libre de 14h30 à 17h15 - Juillet et août, visite à 11h, visite libre de 14h30 à 17h15 - Octobre à mars, visite à 15h45L'accès aux tours est fermé le 1er janvier, le 1er mai, le dernier dimanche de septembre et le 25 décembre.Des visites commentées sont possibles, pour une durée d'une heure. Les conditions climatiques peuvent entraîner la fermeture momentanée de l'accès aux tours.La visite audioguidée de la Cathédrale d'Amiens est possible, en plusieurs langues (français, anglais, allemand, néerlandais). L'appareillage est disponible auprès de l'office de tourisme.Les projections lumineuses sur la façade de la cathédrale d'Amiens, révélant la polychromie d'autrefois, sont proposées du 15 juin au dimanche des journées du patrimoine, et du 1er décembre au 1er janvier.Horaires : 22h45 en juin, 22h30 en juillet, 22h00 en août et 21h45 en septembre (consulter l'office du tourisme d'Amiens métropole pour plus de renseignements).

Contact

Site Web de la Cathédrale d'Amiens Pour tout renseignement, suggestion ou question à propos de ce site sur la cathédrale gothique Notre-Dame-d'Amiens, vous pouvez contacter le photographe/auteur du site à l'adresse suivante (enlever les espaces) :Pascal Lando Photographe à Amiens contact @ images-en-somme.net
Office de tourisme d'Amiens métropole 6 bis rue Dusevel BP 1018 - Cedex 1 80010 AmiensTél : + 33 (0)3.22.71.60.50 Fax : + 33 (0)3.22.71.60.51Courrier électronique : ot@amiens-metropole.com
Paroisse : Saint Jean Baptiste Place Notre-Dame 80000 AMIENS, FranceHoraires d'ouverture 8h30 à 17h30 Horaires d'accueil: 9h00 -12h00 14h00-17h00Téléphone: 03 22 91 72 08 Fax: 03 22 91 72 08 email : paroisse-saint-jean-baptiste@orange.frAccessible aux personnes à mobilité réduiteAccueil Spirituel : Horaires de confession: Tous les samedis de 15h00 à 17h00 Messe en semaine : 9 h Messe le dimanche : 10h30
Mairie d'Amiens Place de l'Hôtel de ville, 80000 AmiensHoraires : Ouvert 8h30 - Ferme à 17:30Téléphone : 03 22 97 40 40
VISITES CASA L'association CASA organise des visites de grande qualité durant tout l'été.Renseignements sur le site de la cathédrale et sur celui de CASA
Source d'Informations : - Wikipédia
Crédits : Nastytroll ; Alfvan Beem ; Loussaille ; Vassil ; Maurice ; Diliff ; Thierry80 ; Jean Bester ; Mattana ; Txllxt Txllxt ; Welleschik ; Thomin ; Pierre Andé Leclercq ; Guillaume Piolle ; Jean Gaudin ; Patrick Despoix ; Jules Victor Genisson ; Jacques76250 ; Charles Herbert Moore ; William Henry Goodyeear ; Cornell University Library ; Maxim Massalitin ; PMRMaeyaert ; Raggatt2000 ; Yassine Boukhriss ; Own Work ; CEphoto ; Parsifall ; Vincent de Morteau ; Falmaleh ; Provence13; Haguard du Nord ; Marie Claire ; Gaudry Daniel ; Codex; Pierre André.