Cathédrale Saint Lazare d’Autun

Autun
Place du Terreau - 71400
Petit futé
Trip Advisor
Michelin (/3)
Google
Bien située en haut de la ville au sein des remparts romains, la cathédrale Saint Lazare d'Autun, sous son apparence extérieure gothique, cache un intérieur du plus pur style roman des années 1120-1135.Elle est classée parmi les plus belles églises de France par l’importance de son architecture clunisienne et surtout par l’abondance de la sculpture romane de ses chapiteaux et de son tympan, œuvres de renommée mondiale .Construite pour accueillir les reliques de Saint Lazare, elle a vu passer des foules de pèlerins sur le chemin de Compostelle. Partant de Vezelay où se trouvent les reliques de Sainte Marie-Madeleine, ils venaient à Autun pour vénérer celles de son frère Lazare. Aujourd'hui, aux pèlerins moins nombreux, se joint la foule des visiteurs attirés par la beauté de son architecture et de son décor sculpté.

Augustodonum

Autun doit son nom à l'empereur Auguste, qui pour lutter contre le puissant peuple gaulois des Eduens, fonda en 15 av.JC une ville nommée Augustodonum.Celle-ci devint rapidement une des plus importantes villes de la Gaule romaine, comme l'attestent les vestiges de son grand théâtre, de ses temples, de ses portes et de ses remparts. Ces nombreux vestiges romains influenceront fortement l'architecture médiévale locale.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

La première communauté chrétienne

Une communauté chrétienne existe à Autun depuis la fin du IIe siècle, aux abords de la ville, à l’endroit du tombeau du martyr Saint-Symphorien tué en 179. (représenté par le tableau ci-dessus de Dominique Ingres, exposé dans le transept droit).Après la Paix de l’église, au début du IVe siècle, la communauté se déplace de la ville haute, à l’intérieur des remparts du castrum, où fut fondé un évêché. On sait que le premier évêque de ce domus ecclesiae, Rhétice, participa au concile d'Arles en 314.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

Ve siècle : La première cathédrale Saint Nazaire

Dès la fin du Ve siècle, Autun fut dotée d'une cathédrale dédiée à saint Nazaire, un martyre plus ou moins légendaire décapité à Milan sous le règne de Néron. De cette première cathédrale, mainte fois remaniée et agrandie, puis en grande partie détruite au XVIIIe siècle, il ne reste qu'une chapelle et une partie des murs de la nef.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

Xe : Les reliques de saint Lazare

Le fait le plus marquant de l'histoire religieuse d'Autun est sans aucun doute le transfert, depuis Marseille, en 970, des reliques de saint Lazare par l'évêque Gérard.Mais qui est Saint Lazare ? Toutes les générations de pèlerins répondront qu'il s'agit de Lazare de Béthanie, disciple et ami intime du Christ, frère de Marthe et de Marie, et que Jésus a ressuscité, comme le rapporte l’Évangile de St Jean au chapitre 11.Les historiens, quant à eux, répondront plus modestement. Ces reliques sont celles de Lazare, évêque d'Aix-en-Provence, qui après un séjour en Terre Sainte, propagea dans toute la Gaule Narbonnaise le culte de son saint patron. Il finit ses jours à l’Abbaye Saint-Victor de Marseille en 441. On l’ensevelit dans la crypte du monastère et l’on grava sur sa tombe une épitaphe. Au temps de Charlemagne, on redécouvrit dans cette Abbaye le tombeau de Lazare. La confusion se fit instantanément...et on ne consulta pas les archives !Alors que Vezelay, sa voisine bourguignonne attirait une foule de pèlerins venus vénérer les reliques de sainte Marie-Madeleine, Autun pouvait à son tour, s'enorgueillir de posséder celles de son frère Lazare... Et de fait les pèlerins affluèrent.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

XIIe : Construction d'une seconde cathédrale

Au XIIe siècle, la cathédrale ne peut plus accueillir l’affluence de pèlerins et l’évêque Etienne de Bâgé, décide vers 1120 la construction d’une nouvelle église pour la vénération des reliques de saint Lazare. Elle se trouvait directement devant le porche de Saint-Nazaire.Cette église de pèlerinage est l’actuelle cathédrale Saint-Lazare, dont la construction, selon le modèle clunisien, se poursuit rapidement pendant les années 1120-1135.Elle est consacrée en 1132 par le Pape Innocent II, alors en France, mais la translation des précieuses reliques n'a lieu qu'en 1146 ou 1147 quand la construction est achevée.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique
Le tombeau de saint Lazare est construit dans le chœur vers 1160-1170 pour vénérer les reliques et faciliter le passage des pèlerins. Hugues III autorise la construction d’un narthex en 1178. L’édifice s’achève alors à la fin du XIIe siècle.En 1195, devenue bien plus renommée que la vielle cathédrale saint Nazaire, elle fut déclarée "cathédrale d'été", remplissant les fonctions épiscopales de Pâque à La Toussaint.Autun possédait ainsi deux cathédrales, situation exceptionnelle qui perdura jusqu'au XVIIIe siècle.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

XIIIe - XVe : Cathédrale romane à l'allure gothique

Au XIIIe siècle, les arcs-boutants furent mis en place pour soutenir la voûte en berceau brisé de la nef qui remplaçait la voûte d’origine, en bois.En 1469, un grand incendie provoqué par la foudre fit tomber le clocher roman sur le chœur, qui fut gravement endommagé. Des réparations sont nécessaires et c’est de cette époque que datent le grand clocher et les parties supérieures du chevet de la cathédrale, reconstruites par le cardinal Jean Rolin dans le style flamboyant.A la fin du XVe et au début du XVIe siècle les chapelles latérales de la nef sont édifiées dans le style de l’époque.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

XVIIIe : Des chanoines "entreprenants"

La voûte de Saint-Nazaire s’effondre en 1699 et Saint-Lazare devient Cathédrale en 1720.Les chanoines de l'époque, qui trouvent leur cathédrale de “mauvais goût et inesthétique”, entreprennent de la décorer dans le style néoclassique de leur temps : - Le chœur de la cathédrale est recouvert de marbres polychromes à l’intérieur, (décoration qui fut heureusement enlevée en 1939).- Le tombeau de saint Lazare avec sa superbe sculpture romane, le jubé du XV e siècle avec une grande partie de ses sculptures, les stalles médiévales, la plupart des pierres tombales et des peintures murales sont détruits.- Le tympan du portail du transept donnant sur la place st Lazare (photo ci-dessus) qui mettait en scène la résurrection de Lazare est démantelé. Il n'en reste que quelques débris dont la magnifique Eve, fragment de linteau qui se trouve maintenant au musée Rolin.- Enfin, en 1766, le tympan du jugement dernier, jugé d’un goût barbare et primitif, est recouvert de plâtre...Et la tête du Christ, trop saillante derrière le plâtrage, est sectionnée ! Mais ce faisant, sans le savoir, ces chanoines "entreprenants", sauvent ce chef d’œuvre des destructions révolutionnaires qui prennent pour cible les tympans et linteaux des églises de Saône-et-Loire.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

Pendant la Révolution

En 1783, la première cathédrale st Nazaire est démolie, après treize siècles d'histoire. St Lazare a plus de chance. Pendant la Révolution elle est consacrée à la déesse Raison, puis à l’Être suprême. Transformée en arsenal après la Révolution, elle est finalement rendue au culte en 1801.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

XIXe : D'heureuses restaurations

La cathédrale est classée sur la première liste des monuments historiques en 1840 par **Prosper Mérimée**.De 1837 à 1886 des campagnes de restaurations suivit par **Viollet-le-Duc **permettent de sauver et de restituer à la vue de tous, les éléments architecturaux et statuaires particulièrement en danger ou cachés :- le grand tympan est redécouvert sous le plâtre (1837), - les voûtes furent refaites (1843-1845), - les clochers du narthex (photo ci-dessus) sont reconstruits (1858), - les piliers de la croisée sont renforcés (1868) et les toitures de la nef refaites (1879). - Pendant le renforcement de la croisée, pour soutenir la haute flèche du clocher, une vingtaine de chapiteaux furent remplacés par des copies et déposés dans la salle capitulaire.En 1948, le chanoine Denis Grivot, qui a écrit plusieurs œuvres formidables sur la cathédrale d’Autun, retrouve la tête du Christ du grand tympan parmi les sculptures du dépôt du Musée Rolin.L’église obtient le titre de basilique mineure en 1949.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique

Aujourd'hui

De grandes restaurations commencent dans les années 2000 : le porche (2002), la flèche (2003-2004), l’intérieur (2007) et le tympan (2009).En 2011, l'ancien mobilier du chœur, peu esthétique et assez hétéroclite, a été remplacé. L'artiste Goudji a ainsi réalisé, pour l'espace liturgique, un nouvel autel, un nouvel ambon et une nouvelle cathèdre, qui, dans leur modernité, s'intègrent parfaitement au chœur ancien de l'édifice.Aujourd’hui, la cathédrale d’Autun s’impose au visiteur dans toute sa splendeur, comme une merveille de l’art roman.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Historique
Ce plan est celui de la cathédrale romane du XIIe, sans les ajouts de la période gothique. Il est sobre et d'une grande rigueur. Il présente un narthex de deux travées surmonté de deux tours, suivi par une grande nef à sept travées flanquée de bas-côtés et un transept saillant avec clocher surmontant la croisée.Le chœur, partie la plus ancienne de l'église, a conservé son plan d’origine à deux travées à bas-côtés suivies par une abside flanquée d’absidioles.Contrairement aux églises de Cluny, Paray et Beaune on n’y trouve pas de déambulatoire à chapelles rayonnantes.La construction s’est inspirée de la troisième abbatiale de Cluny, construite quelques années auparavant, dont elle reprend l’élévation et le voûtement.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Plan
L’ensemble primitif a été remanié au XVe siècle par la reconstruction de l’abside et du clocher central et par la construction de chapelles latérales flanquant la nef, ainsi que la salle capitulaire au XVIe siècle dans le prolongement du bras droit du transept (ajoutés en rouge sur ce plan).**L’église n’est pas orientée à l'est**, comme c'est l’habitude pour les églises romanes, puisque **le chœur se trouve au sud et le narthex est au nord**. Pour simplifier, on parlera au cours de la visite de droite ou de gauche en se situant toujours face au chœur.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Plan

De l’extérieur, la cathédrale paraît plus gothique que romane

En commençant le tour par le côté droit,on constate que la **nef** est d’apparence gothique par les arcs-boutants de la fin du XIIIe siècle qui renforcent la voûte centrale et par les quatorze chapelles latérales construites le long des bas-côtés à la fin du XVe et au début du XVIe siècle dans le style gothique flamboyant. Cependant, on découvre encore des parties romanes sous les constructions gothiques : les baies et arcatures des parties hautes de la nef.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

Le clocher

Le grand clocher sur la croisée a été reconstruit par le cardinal Rolin à la fin du XVe siècle après l’incendie qui avait détruit le clocher roman. C’est un beau clocher gothique de deux étages sous sa flèche d’une hauteur de 80m
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

Les toits

Comme fréquemment en Bourgogne, les toits sont couverts de tuiles vernissées aux couleurs variées, formant des motifs géométriques.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

La sacristie

Sur ce côté ouest de la cathédrale, un bâtiment du XVIe siècle abrite la grande sacristie et, à l’étage, la salle capitulaire.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

Le chevet

Le chevet porte de grandes baies longilignes séparées par de simples contreforts.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

Le portail donnant sur la place St Lazare

Le croisillon du transept donnant sur la place Saint-Lazare, présente un beau décor roman. **Le pignon** du croisillon est décoré sur trois étages : huit arcatures sur pilastres cannelés avec chapiteaux, sous deux baies sur colonnettes, et en haut une grande baie avec voussure décorée entre deux couples d’arcatures.**Le portail** du transept, qui faisait face au portail de Saint-Nazaire, était l’entrée principale pour les pèlerins. Il se présente avec ses colonnes aux motifs géométriques, ses pilastres cannelés, sa voussure à feuillages et ses quatre chapiteaux historiés : On y découvre, de gauche à droite : le mauvais riche et le diable, le pauvre Lazare et le Christ (mutilé), Marthe et Jésus (iconographie incertaine), et le festin du mauvais riche.Le portail était beaucoup plus intéressant jusqu’en 1766 quand son tympan fut détruit. C’était une merveille de la sculpture de Gislebertus des années 1130 dont certains fragments sont conservés au Musée Rolin. Le tympan représentait la Résurrection de saint Lazare.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
Toujours sur cette façade on remarquera l'horloge...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
...et les gargouilles
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur

Le narthex

Enfin on revient à l'entrée principale.Le narthex est un vestibule ouvert qui a été ajouté à l’édifice à partir de 1178. Il a été très dénaturé par les restaurations du XIXe siècle, mais conserve la structure romane à deux étages de deux travées.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
Le pignon de la façade a été refait au XIXe siècle, comme les deux clochers à deux étages qui surmontent la première travée. Ils ont été reconstruits sur le modèle des clochers romans du narthex de Paray.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
La partie basse du narthex abrite un grand escalier monumental menant au portail central. Elle se compose de deux travées voûtées en berceau cintré qui reposent sur des piliers cruciformes à colonnes engagées et chapiteaux.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
Les bas-côtés ont été transformés en chapelles avant les restaurations du XIXe siècle. Les murs sont percés de baies sur les faces latérales et d’arcades géminées donnant sur la place.Les deux portails latéraux en plein cintre, donnant sur les bas-côtés de la cathédrale, sont très simples et décorés seulement de deux colonnes aux chapiteaux historiés.Deux escaliers en vis dans la façade mènent aux salles supérieures du deuxième étage du narthex, inaccessibles.Ce narthex protège le joyau de la cathédrale qui fait sa renommée : le portail roman et son tympan...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'extérieur
Et voici le chef d’œuvre de la cathédrale, le plus important portail roman de Bourgogne avec celui de Vezelay.Il fut probablement achevé vers 1130-1135. Il se compose de colonnes surmontées de chapiteaux, desquels partent trois voussures (ou arcs), entourant le tympan central. Celui-ci repose sur le linteau (bande horizontale au-dessus de la porte) soutenu par le pilier centrale appelé trumeau.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

"Gislebertus hoc fecit"

Ce magnifique tympan est attribué à Gislebertus Tailleur de pierre génial dont on repère le savoir faire sur la quasi totalité de l’œuvre statuaire d'Autun. Fait rare à l'époque médiévale, il signe "_Gislebertus hoc fecit_" (Gislebert a fait ceci), sur le linteau juste en-dessous des pieds du Christ.Cependant, c’est également possible que la signature de Gislebertus concerne Gilbert de Chalon, comte des Bourguignons au Xe siècle et bienfaiteur de l’église. En ce cas, le nom du sculpteur restera inconnu.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

Le jugement dernier

Le tympan, composé de 29 blocs de pierres, illustre le jugement dernier, thème biblique très souvent représenté sur les tympans des églises romanes.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
A Autun le recul n'est jamais suffisant pour échapper à l'aspiration et au vertige que provoque le Christ en majesté dans sa mandorle.La mandorle porte plusieurs inscriptions latines, dont : "_seul, je dispose toute chose, seul, je couronne le mérite_". Elle est soutenue par quatre anges dont deux ont leur tête en bas. En haut, deux disques représentent le soleil et la lune.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
A gauche du Christ (donc sur sa main droite), on trouve neuf apôtres dans le ciel avec à gauche saint Pierre et sa grande clef. Il est tourné vers le paradis, représenté par trois étages d’arcades (à l'image des églises), dont il protège l’entrée. La scène représente l’entrée des élus dans la Jérusalem céleste, assistée par des anges.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
En haut du tympan, la Vierge Marie est assise sur un trône dans la gloire du ciel, à côté d’un ange à trompette. Les mains largement ouvertes, elle semble intercéder pour les tous ceux qui vont être jugés
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
Au même niveau, à droite du Christ, on reconnait deux personnages, dont l'un tient un livre, probablement Enoch et Elie, élus parmi les élus, puisque tous deux ont été enlevés directement dans les cieux sans connaître la mort.A côté, un ange à trompette. Il y a quatre anges musiciens au total sur les coins du tympan.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
A droite, c'est l’enfer des damnés avec plusieurs scènes destinées à réveiller les consciences :La fameuse "pesée des âmes" est représentée avec une balance entre le grand archange saint Michel, à gauche, avec deux âmes se terrant sous sa robe, et Satan, à droite, qui essaie de tricher en appuyant sur l'un des plateaux. On voit la main divine, sortit du registre supérieur qui tient la balance. Et, note d'espérance : Saint Michel a le dessus !
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
Plus à droite, les démons attrapent et ligotent les réprouvés, qui sont précipités dans une immense chaudière, d'où émergent des jambes et des bras.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

Le linteau

Le linteau soutient le tympan sur toute sa largeur et se compose de deux pierres. Son thème est la Résurrection des Morts, avec les élus et les damnés, qui au son des trompettes, sortent de leurs tombeaux, représentés par des sarcophages rectangulaires.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
Au centre, l’ange de la séparation porte une épée. Parmi les élus, à gauche, on voit, deux évêques avec crosse et chasuble, trois enfants (qui symbolisent les âmes) aidés par un ange, deux pèlerins de Jérusalem et de Saint-Jacques-de-Compostelle, avec la croix et la coquille, et des moines. Leurs regards se tournent vers le Christ.Au-dessus d'eux, l’inscription traduit : "_ainsi ressuscitera quiconque ne mène pas une vie impie, et luira pour lui sans fin la lumière du jour_".
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
A droite, les damnés ont des attitudes tout à fait différentes : l’avarice portant sa bourse; l’ivrogne avec son tonneau, l’orgueil, une main géante tirant la tête d’un personnage et la Luxure avec une femme aux seins dévorés par des serpents. Ils sont terrorisés et se cachent le visage.L'inscription au-dessus d'eux traduit : "_qu’ici la terreur terrifie ceux que l’erreur terrestre ligote, car l’horreur de ces images signifie que tel sera leur sort_".
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

Les voussures

Trois voussures encadrent cet ensemble magnifique.La plus intérieure est nue, la suivante est décorée d'une guirlande de feuillages entrelacée, et la plus extérieure reprend sur une série de médaillons le thème, habituel à cette place, des travaux des mois de l'année et des signes du zodiaque.Ils symbolisent le travail humain inscrit dans le temps cyclique donnant un avant-goût de l'éternité.Ci-dessus, les 11e au 14e médaillons, en partant de la gauche :-Avril : Un paysan nourrit une chèvre et un mouton -Taureau : Un taureau passant contourné. -Mai : Un chevalier banneret se prépare à l'exercice : il mène son cheval, derrière lui on voit son bouclier et sa bannière accrochée à une lance. -Gémeaux : Deux jeunes hommes nus tenant chacun une bannière.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
ou bien ici les 21e au 24e médaillons en redescendant vers la droite :-Août : Le battage du blé, un homme tient un fléau sur des gerbes de blé liées -Balance : Une femme vérifie l'équilibre d'une balance. -Septembre : Un homme foule le raisin qu'il récolte de la main gauche. -Scorpion : un « scorpion », figuré par une sorte de crapaud à huit pattes.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

Les collones et leurs chapiteaux

Ces voussures s'appuient sur des chapiteaux sculptés portés par des colonnes.A gauche, les chapiteaux sont consacrés au loup et à la cigogne de la Fable d’Esope, à Abraham qui renvoie Agar dans le désert, et aux six Vieillards de l’Apocalypse munis de leur viole.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
A droite, on admire sur les chapiteaux la Présentation de Jésus au Temple, la légende de saint Eustache et saint Jérôme et le Lion.Les deux corbeaux (pierres qui reçoivent la retombée du linteau) sont des copies du XIXe siècle (les originaux se trouvent dans la Salle capitulaire). Elles représentent un Hippogriffe à gauche et Balaam sur son ânesse à droite.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

Le trumeau

Enfin, le trumeau qui soutient le linteau a été refait au XIXe siècle ; on y voit trois statues-colonnes de saint Lazare et de ses sœurs Marthe et Marie.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée

La fonction liturgique du portail

Le portail est un lieu de transition, un passage entre le monde profane et l'espace sacré. Il fait pénétrer le pèlerin dans la maison de Dieu, il le conduit sur la voie du salut et semble faire directement écho à la parole du Christ transmise par l’évangile de Jean : "_Je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé_".Par là-même, plus que toute autre partie de l'édifice, le décor sculpté du portail donne à voir les enseignements de la Bible, les exemples des saints, les dogmes de la religion et les vérités de la foi. Son exécution est particulièrement soignée et confiée à des artisans de grand talent.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Le portail d'entrée
On parcourra successivement la nef, puis le transept droit, le chœur et ses absides, puis le transept gauche. On reviendra vers l'entée par l'un ou l'autre des bas-cotés avec leurs chapelles latérales, afin de partir à nouveau à la découverte des plus beaux chapiteaux de la nef.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

La nef

La nef de la cathédrale est la plus grande nef clunisienne encore existante.Elle se compose de sept travées flanquées de bas-côtés. L’intérieur est d’un style roman très pur du deuxième quart du XIIe siècle. La nef centrale est voûtée d’un berceau brisé, sur doubleaux à double rouleau qui reposent par l’intermédiaire de pilastres cannelés sur les piliers cruciformes avec leurs chapiteaux historiés.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

L'élévation et son triforium

L’élévation de la nef est à trois étages, séparée par des bandeaux horizontaux : hautes arcades brisées, triforium et fenêtres hautes. Chaque travée est percée d’une seule fenêtre haute, entre des petites colonnettes qui flanquent les pilastres sous les voûtes.L’élément le plus remarquable de l’élévation autunoise est son triforium, dont la base est décorée d’une frise de rosaces. Un triforium est un système d'ouverture d'une galerie intérieure haute donnant sur la nef. Le faux triforium est constitué d'arcature aveugles,en l'absence de galeries.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Le transept et la croisée

Le transept saillant et le chœur ont la même hauteur et la même élévation à trois étages que la nef, comme cela est commun pour les églises clunisiennes. Le transept est profond de deux travées de chaque côté.La croisée, dont les piliers ont été consolidés au XIXe siècle, est couverte par une coupole octogonale sur trompes au-dessus de quatre arcs brisés à double rouleau.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Le croisillon droit

Au fond du côté droit du transept se trouve un orgue de chœur et à gauche un grand tableau de Dominique Ingres représentant le Martyre de saint Symphorien...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
...et entre les deux, la très belle porte de la sacristie.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Pierre Jeannin et d'Anne Guéniot

Peu avant l'entrée de la salle capitulaire, dans la chapelle saint Leger, se trouvent **les statues funéraires de Pierre Jeannin et d'Anne Guéniot.**Qui sont ces personnages en habits de cour ainsi mis à l'honneur ?Le 29 août 1572, Charles IX ordonna le massacre des protestants. Cette décision parvint en Bourgogne au comte de Charny, qui réunit son conseil avant d’exécuter l'ordre royal. Pierre Jeannin fut invité a donner son avis. En évoquant l'exemple de st Ambroise de Milan, qui dans des circonstances semblables en 390 eut une influence décisive sur l'empereur Théodose, Pierre Jeannin su si bien convaincre le comte et son conseil que le contre ordre arriva deux jours plus tard...et il n'y eut pas de Saint-Barthélemy en Bourgogne.Jeannin devint ministre d’Henri IV. Médiateur avisé, il fut chargé de préparer l'édit de Nantes et le traité de Vervins
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Le Choeur

**Le chœur **de la cathédrale compte deux travées droites sous berceau brisé. L’élévation à trois étages, avec triforium aveugle et fenêtres hautes, reprend celle du transept.Au centre du chœur se trouvait le tombeau de Saint-Lazare, détruit, dont on conserve de nombreux fragments au Musée Rolin. Ses reliques sont conservées sous le maître-autel.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

L'abside

L’**abside centrale** a été rehaussée au XVe siècle après l’incendie du grand clocher et c’est de cette époque que datent les grandes baies-lancettes gothiques et la voûte d’ogives.Cependant, l’abside a conservé ses deux étages inférieurs romans, parties les plus anciennes de la cathédrale, construites avant 1120 dans un style influencé par les monuments romains de la ville.Deux séries de sept arcatures sont flanquées de pilastres cannelés à chapiteaux. Elles entourent deux séries de cinq baies dont celles en bas flanquées de colonnettes et d’archivoltes décorées.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Les vitraux

**Les vitraux**, datant de 1868, fabriqués par l'atelier Lusson de Paris, représentent la vie de saint Léger (616-678), évêque martyr d'Autun. Ils illustrent sa consécration comme évêque, sa présentation au roi Childéric II, son arrestation par les soldats d'Ébroïn, maire du palais et rival de saint Léger et sa décapitation.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Les absidioles

Les bas-côtés du chœur, voûtés d’arêtes, sont prolongés par **deux absidioles**, dédiées à sainte Marie-Madeleine et à sainte Marthe, reconstruites à l’époque gothique et restaurées au XIXe siècle.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Le croisillon gauche

Les murs intérieurs des pignons, comme à l’extérieur, sont décorés de deux étages d’arcatures sur pilastres prolongeant le triforium, sous des triplets de baies.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
L’escalier ajouré, montant dans le clocher, est du XVe siècle.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

Les bas-côtés et les chapelles latérales

Les bas-côtés sont voûtés d’arêtes qui reposent sur des doubleaux brisés à double rouleau retombant sur des pilastres cannelés de chaque coté.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
Les murs et baies des bas-côtés ont été détruits pour la construction des chapelles latérales aux XVe et XVIe siècles.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
On y trouve de nombreux trésors d’art : - un vitrail du XVIe siècle
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
- des tableaux, notamment la "Descente de la Croix" et "La Résurrection de Lazare" par François-Joseph Heim, - des fresques du XVe au XIXe siècle présentant des saints, des papes et des anges...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
- Une partie d'un retable du XVIe représentant le Christ ressuscité qui apparaît à Marie-Madeleine "_Noli me tangere_"...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur

La tribune d’orgues

Mentionnons enfin la grande tribune d’orgues de la fin du XVe siècle, dans la première travée de la nef, d’un beau style gothique tardif.L'orgue compte pas moins de quarante-sept jeux.Il reste maintenant à découvrir les chapiteaux...
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - L'intérieur
Saint-Lazare d'Autun est célèbre pour ses magnifiques chapiteaux romans qui datent de 1130-1135. On y rencontre tous les thèmes du monde biblique et mystique de l’art roman, dans un style très expressif. Ils sont en grande partie attribués à la main de Gislebertus, sculpteur du portail, ou à son atelier. Deux chapiteaux sont du maître de Moutiers-Saint-JeanIl s’agit d’une centaine de chapiteaux au total. Quelques vingt chapiteaux du choeur ont été déposés dans la Salle capitulaire (voir page suivante) et remplacés par des copies au XIXe siècle.La nef a conservé environ 50 chapiteaux. La partie des piliers qui donne sur la nef centrale n'est pas sculptée, et la plupart des chapiteaux qui donnent sur les collatéraux sont végétaux. L'essentiel des scènes historiées sont donc en vis-à-vis entre les piliers.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux

Partir à la découverte des chapteaux de la nef

Il ne s'agit évidemment pas de s'arrêter à tous les chapiteaux des 14 piliers de la nef, mais grâce aux photos présentées ici, de découvrir les plus évocateurs, ceux dont le récit biblique se laisse le plus facilement reconnaître.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux

Quelques chapiteaux du bas-côté droit

A partir de l'entrée, en prenant le bas-coté droit, on trouvera sur le 4e pilier le **Lavement des Pieds** avec Jésus agenouillé devant saint Pierre (chapiteau attribué au maître de Moutiers-St-Jean)
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Toujours ce même pilier se trouve aussi représenté **Samson luttant avec le un lion**
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le pilier suivant, le 5e, c'est la lapidation de st Etienne : Etienne y est montré nu, à genoux, les mains jointes. Condamné par le Sanhédrin, il est lapidé. Trois pierres l'ont atteint à la tête. Le Christ répond à sa prière et sort d'un nuage pour l'assister.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le même pilier, **Samson renversant le temple** : Samson est penché vers l’unique colonne portant la maison des Philistins, montrant trois visages
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le 6e pilier, on reconnaît facilement **l'Arche de Noé** : Noé surveille les travaux de construction de l'arche ainsi que son chargement.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux

Quelques chapiteaux du bas-côté gauche

Traversant la nef, on rejoint le bas-côté gauche, et sur le 5e pilier, on trouve l’**Apparition du Christ ressuscité à Sainte-Marie-Madeleine**, avec Madeleine agenouillé devant le Christ et à droite les Saintes Femmes au tombeau.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le 4e pilier, on trouve deux chapiteaux facilement reconnaissables :-**Daniel dans la fosse aux lions**, montrant Daniel sous un arc et le prophète Habacuc, transporté par l’ange, apportant le repas à gauche.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
- et la **deuxième tentation du Christ au désert**. Satan est seul au sommet d'une tour à arcades, probablement le temple. Il plante ses griffes dans l'édifice et propose à Jésus de dominer tous les royaumes de la terre s'il lui fait allégeance. C'est la tentation de la puissance, que le Christ éloigne d'un geste, signifiant au démon qu'il est démasqué. Un ange superbe, dans le coin, est attentif à la scène qui se déroule sous ses yeux. On le sent tendu car l'enjeu est de taille.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le 3e pilier, deux scènes concernant les apôtres Pierre et Paul : -**la Conversion de Saint-Paul**, avec Paul devant le Christ debout et à gauche le baptême de Saul par Ananie
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
- et **la Délivrance de Saint-Pierre**, montrant Pierre assis visité par un ange dans sa prison sous des arcades sur colonnes, avec à droite le gardien de la prison
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Sur le second pilier, voici **les Trois Hébreux dans la fournaise** protégés par un ange planant entre les chauffeurs du feu.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Enfin le premier pilier à l'entrée du bas-côté gauche, on découvre, entre autres, **le Sacrifice d’Isaac**, avec Isaac assis au centre, son père Abraham portant l’épée à gauche et un ange avec un bélier à droite.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - Les chapiteaux
Après une visite approfondie de la cathédrale, le visiteur ne doit pas manquer les magnifiques chapiteaux déposés dans la Salle capitulaire attenant à la cathédrale, ainsi que les sculptures romanes du Musée Rolin, dont la Tentation d’Eve, autre trésor du patrimoine d’Autun, et les vestiges du grand tombeau de saint Lazare.On parvient à la **salle capitulaire** par un escalier dans le bras droit du transept. La salle voûtée d’ogives est l'ancienne bibliothèque du chapitre. Elle abrite un petit musée où sont exposés 23 chapiteaux provenant de la nef et du chœur de la cathédrale. Ils ont été déposés au XIXe siècle, pendant la restauration des supports du clocher, et remplacés par des copies modernes dans l’église. De cette façon on peut admirer les sculptures dans toute leur splendeur à très peu de distance.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin

Les chapiteaux de la salle capitulaire

Parmi le 23 chapiteaux, 14 chapiteaux sont historiés. Quatre sont particulièrement connus :Le chapiteau le plus célèbre d’Autun est probablement la **Fuite en Egypte**, qui provient du chœur, où l'on admire la Vierge Marie portant Jésus, sur l’âne, et Joseph.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin
- la belle scène de **l’Adoration des Mages**: la Vierge Marie est assise avec l'Enfant sous un baldaquin. L'Enfant Jésus accepte les dons d'un geste de la main. Alors que le premier Mage donne son offrande contenue dans un petit tonnelet, le second se décoiffe, enlevant sa couronne devant celui qu'il reconnaît comme le Roi des rois. Le troisième, enfin, découvre un coffret comme on dévoile une surprise.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin
- le **Sommeil des Mages**, avec la sculpture émouvante d’un ange réveillant les mages. Il les touche du doigt en désignant de la main gauche une étoile à huit branches, promesse de résurrection et de vie nouvelle grâce à l'Enfant qu'ils sont venus honorer.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin
Beaucoup moins poétique, voici la **Pendaison de Judas** qui est une scène très dramatique avec deux démons ailés tirant la corde.On découvrira encore : - un Nain combattant chevauchant un oiseau monstre ; - la Mort de Caïn, tué par une flèche ; - l'Offrande de l’Eglise, scène de présentation avec un Roi dormant à droite - Dieu parlant à Adam ou Caïn, et Abel couchant dans les feuillages à droite ; - deux Vices et deux Vertus aux visages étonnants représentant l’Avarice, la Charité, la Colère et la Patience ou l’Espérance.- Les deux corbeaux mutilés du grand portail du narthex ont été déposés ici : l'Hippogriffe ou griffon monté par un cavalier Ethiopien, et, Balaam sur son ânesse . - Enfin on admire neuf chapiteaux aux feuillages au décor végétal très délicat (provenant de la nef et du chœur).
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin

Le musée Rolin

La visite de la cathédrale doit être complétée par la visite du Musée Rolin. Il se trouve dans l’Hôtel Rolin du XVe siècle, rue des Bancs, à proximité de la cathédrale.Le rez-de-chaussée abrite les salles romanes avec les fragments du XIIe siècle venant de la Cathédrale. Le plus célèbre en est **la Tentation d’Eve** qui provient du linteau du portail donnant sur la place st Lazare. C’est une figure très gracieuse, sculptée vers 1130, probablement par Gislebertus. Cette Eve, allongée, cueillant la pomme, est peut-être la plus belle représentation du corps féminin de l’époque romane.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin
Dans la salle du **tombeau de Saint-Lazare** on peut admirer les vestiges du grand mausolée de la Cathédrale. Ce chef-d’œuvre de marbre, des années 1160-1170, se trouvait au centre du chœur. Le tombeau était une église miniature avec plan basilical, clocheton et corniches à inscriptions autour du sarcophage central (reconstituer en maquette ci-dessus). Le décor sculpté, attribué au moine-sculpteur Martin, représentait la Résurrection de Saint Lazare en marbres polychromes blanc, rouge et noir. Détruit en 1766 par les chanoines pour la construction d’un nouveau décor, de nombreux fragments du tombeau ont été retrouvés en 1939 pendant la restauration du chœur.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin
Les trois belles statues de saint André, de sainte Marthe et de sainte Marie Madeleine, qui se trouvaient autour du tombeau avec le Christ et saint Pierre, marquent l'extrême fin de la période romane, non sans rappeler les statues de Chartres et l’art roman de la Vallée du Rhône.
Cathédrale Saint Lazare d’Autun - La salle capitulaire et le musée Rolin

Visite

Du 1er au 30 septembre : ouverture de 8h à 19h à partir du 1er octobre : ouverture de 8h à 18h Site accessible aux personnes à mobilité réduite sur demande, se renseigner en amont à l'Office de Tourisme ou prendre contact auprès de la Paroisse au +33 (0)3 85 52 12 37.En juillet et août, « Les Amis de la cathédrale » vous accueillent du lundi au samedi en juillet et août de 10h30 à 17h.Du 1er juillet au 31 août de 21h à 23h, "Cathédrale en lumière" : visite libre de la cathédrale Saint-Lazare sur fond musical avec éclairage mettant en valeur les éléments architecturaux (sauf soir de Nocturnes et de concerts).Restauration devant le public du tableau d'Ingres "le Martyre de Saint-Symphorien" et soirée nocturne de 21h à 23h lors de "Cathédrale en lumière".En accès libre toute l'année de 8h à 19hAttention, des travaux sont prévus cette année à la Cathédrale :Info de dernière minute ! Actuellement, en raison des travaux de rénovation, seuls le transept et le chœur sont accessibles. Les travaux intérieurs devraient durer environ 18 mois. La nef sera donc inaccessible pendant la saison 2018.Visite de la Salle Capitulaire de la cathédrale : Tarifs : 2€ / adulte - Gratuit pour les moins de 12 ans - 1.50€ pour les groupes à partir de 10 personnes Période d'ouverture : à partir du 3 avril 2018 jusqu'au 1er novembre : tous les jours sauf lundi, de 10h à 12h et de 14h à 18h et dimanche de 14h à 18h Ouverture exceptionnelle le 1er avril de 14h à 18h Visites toutes les 30 minutes 18 personnes maximum par visite. Visite possible en français, anglais, allemand et néerlandais. Fermée le lundi (ouvert le lundi après-midi en juillet et août), le dimanche matin, le 15 août (Assomption).

Contact

Paroisse Saint Lazare en Autunois Adresse 10 rue Jeannin, 71400 AUTUN Téléphone 03 85 52 12 37Heures d’ouverture Du lundi au vendredi : 9h00–11h30 ; 14h30–17h30 Le samedi : 9h00–11h30Horaire des messes : cliquer ici
Offie du tourisme Office de Tourisme du Grand Autunois Morvan +33 (0)3 85 86 80 38 13 rue Général Demetz 71400 AUTUN welcome@autun-tourisme.com
Chemins pelerins Les Chemins pèlerins vous proposent de marcher en pleine nature, au sein du Parc Naturel Régional du Morvan, de vous rafraîchir aux sources « guérisseuses », de faire halte près de petites chapelles ou de sites gallo-romains… et de découvrir les trois joyaux de l’art roman bourguignon que sont les basiliques de Vézelay, de Saulieu et la cathédrale Saint-Lazare d’Autun.Deux options vous sont proposées : la traversée du Morvan de Vézelay à Autun (sens Nord-Sud) ou, depuis 2016, d’Autun à Vézelay (Sud-Nord). Dans les deux cas, deux Itinéraires, ont été choisis et balisés pour vous : par Saulieu à l’Est, par Château-Chinon à l’Ouest.Itinéraires et guide pratique sur leur site.Les Chemins Pèlerins sont une émanation des Amis de la Cathédrale d'Autun.
Source d'Informations : C.O. - Eduard van Boxtel : http://www.bourgogneromane.com/edifices/autun.htm Michel Pastoureau, Tympans et portails romans, Seuil, 2014 Jacques Loubatière, Bible de l'art roman, Editions Ouest France, 2010 http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/autun
Crédits : Wiki Commons : Chabe01 ; Zairon ; PMRMayaert ; Torsade de Pointes ; Moreau Henry ;Eric Walter ; Le Guerchin ; Micheletb ; Alamandar ; Nguyenld ; christophe Finot ; Urban ; Gaudry Daniel ; Acroterion ; Kokin ; BhSouzani ; Selbymay Flickr : Kristobalite ; Claude Valette PhotosEglises : E.Monnier BourgogneRomane : plan de la cathédrale