Chapelle des Hospitaliers à Varessia

Proposée par :
LA CHAILLEUSE
12 route de la chapelle - Varessia - 39270
Monument Historique
Varessia est une des plus petites communes du Jura, (37 habitants au recensement du 1er janvier 2016) dans le Canton d’Orgelet. Avec sa chapelle gothique du XVème siècle, ce village retient l’attention puisqu’il a été été le centre d’une Commanderie de Franche Comté doté d’un hôpital tenu par les frères de Saint-Jean de Jérusalem. La Chapelle des Hospitaliers, devenue Eglise Sainte Marie Madeleine, en est l’émouvant témoignage.Bien située, témoin de l’histoire des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, cette petite église, qui conserve l’essentiel de son aspect du XVème siècle, constitue un bon représentant d’une série d’édifices caractéristiques du Jura et mérite que l’on lui prête attention.

XIIe siècle

Cette église, dite chapelle, est le seul témoin qui subsiste de l’établissement des hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem dans le village.

Cette commanderie de l’Ordre hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem est fondée en 1199 sous Étienne II Comte de Bourgogne. Elle comportait un hôpital et une église et comptait trois religieux de l'Ordre.

La fonction hospitalière consistait en l'accueil des pèlerins de passage et le soin aux malades. De cette commanderie (ou préceptorie), dépendaient à l’origine Arbois et Graveleuse (commune de Rosay).

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

L’ordre des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem

L’ordre des Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem est un ordre à demi religieux et à demi militaire, institué au temps des Croisades, pour protéger les pèlerins de Terre Sainte contre les musulmans, comme l’ordre des Templiers, fondé en 1118.

illustration tirée du Roman de Renart : Un hospitalier (gauche) et un templier (droite) demandent à Renart de choisir un ordre. Bnf, français 372, f.59r.

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

Une fois les Croisades terminées et la paix revenue, les frères rentrés en France fondèrent des hôpitaux, d’abord pour les anciens croisés, puis pour tout le monde. En France, la maison-mère était Lyon.

Les maisons les plus importantes en Franche-Comté étaient Besançon et Arbois. La fondation de Varessia dépendait d’Arbois.

Une partie des richesses des Templiers semble avoir été dévolue, après la dissolution de l’ordre de 1312, à l’ordre de Saint Jean de Jérusalem. Le Frère Guillaume de Vanuel en 1377 et le Frère Claude de Vanuel furent tous deux commandeurs de Varessia, maîtres et gouverneurs de la maison Saint Jean d’Arbois.

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

Varessia se trouvait sur la route de Saint Laurent la Roche à Orgelet et Moirans, pour aboutir à Saint Claude, centre de pèlerinage important.

L’hôpital était surtout une auberge pour les pèlerins, un hospice pour les vieillards de la région et un hôpital pour les malades.

En 1340, il fonctionne encore, mais en 1370, il ne s’agit plus que de l’ancien hôpital, on parle de lui comme du passé.

En 1373, la commanderie de Varessia n’exerçait plus l’hospitalité et n’avait qu’un prêtre et un clerc. Néanmoins, l’église, le clocher et le cimetière sont encore en bon état.

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

Le XVe siècle

L’église, qui faisait fonction de paroisse, est vraisemblablement en ruine lorsqu’elle est reconstruite en grande partie au XVème siècle, d’après son style architectural.

A la fin du XVIe : la chute

Dès la fin du XVIe siècle, faute d’entretien, les bâtiments hospitaliers tombent en ruine.

Cependant jusqu’au XVIIe siècle, le Commandeur de l’ancien hôpital garde le titre et la charge de seigneur de Varessia, Chatagna, Arthenas, Essia et autres lieux. Aux XVIème et XVIIème siècles, il réside le plus souvent au château fort de Saint Laurent la Roche° et néglige même de nommer un chapelain.

Des travaux se poursuivent dans l’église au cours des siècles suivants.

° (illustration et source Jura-3d.fr)Construit au XIIe siècle par Etienne II comte d'Auxonne, le château de Saint-Laurent-la-Roche au pied duquel s'établit un bourg fortifié était réputé imprenable car construit sur l'extrémité sud d'un éperon barré très escarpé. Il occupait une position stratégique sur le bord du Revermont, dominant la plaine bressane d'environ 300 mètres, il contrôlait le passage par un petit col entre Bresse et Suisse, et surveillait à la fois le transit marchand du sel du nord au sud dans la plaine bressane. Démantelé en 1570 sur ordre de Philippe II d'Espagne, il fit néanmoins office de bastion de la résistance comtoise et QG du capitaine Lacuzon pendant la 2e guerre de conquête sous Louis XIV. Il fut entièrement rasé sur ordre de ce dernier en 1668, et il n'en reste aucun vestige hormis un puits creusé dans le roc.

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

Le XVIIe siècle

Le village fut brûlé avec tout ce qui restait de la Commanderie en 1637, au cours de la guerre de dix ans, lors du siège de Saint Laurent la Roche.

Cependant au XVIIIe siècle, la Commanderie continue à percevoir les redevances seigneuriales, mais ce n’est pas sans difficultés.

C’est ainsi que le 9 mai 1733, il est rappelé aux habitants de Chatagna qu’ils sont sujets à la corvée mainmortable de la Commanderie de Varessia. D’autre part, les procès nous parlent des redevances exigées, ce qui nous permet de voir que la culture à Varessia se constituait surtout en froment, avoine, orge et sarrasin.

On y pratiquait l’élevage des vaches, moutons, chèvres et poules. Il y avait beaucoup de prés et de bois. La nourriture restait cependant frugale. Fait curieux, il y avait de la vigne à Varessia, Rothonay, Moutonne, où un lieu-dit s’appelle encore « La Vigne », alors qu’il n’y a plus maintenant que quelques rares treilles.

La période de décadence s'avère bien plus longue que celle de ferveur religieuse, puisque l’hôpital ne fonctionnera que de 1199 à 1369, les moines disparaissent progressivement et il n’y a plus de vie conventuelle.

Cet ordre militaire des Hospitaliers a perdu rapidement son caractère religieux pour ne conserver que son caractère seigneurial.

A Varessia, de nombreuses années s’écoulent entre la mort d’un chapelain et l’installation d’un autre.

Aucun Curé n’ose s’occuper de Varessia, par crainte de fâcher le Commandeur.

Ce n’est pas une paroisse. Il n’y a la messe qu’une fois par an à la Chapelle, pour la Fête paroissiale de Sainte Marie Madeleine : la messe est dite par le curé de Rothonay qui doit s’occuper aussi de Moutonne et de Reithouse.

Tel est donc le contraste entre l’établissement de la Commanderie qui supportait à première vue une belle communauté et la réalité de commandeurs plus préoccupés du temporel que du spirituel.

le XIXe et le XXe siècles

La Chapelle est de nouveau restaurée en 1867 et en 1932.

Pendant l’entre-deux guerre, la toiture en laves du choeur est remplacée par de la tuile. A la fin du XXe siècle, cette petite chapelle est remarquée en raison de la rareté des vestiges des établissements hospitaliers médiévaux et de sa représentativité par rapport à la région et l’époque auxquelles elle appartient.

Elle est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques le 25 avril 1995. De 1997 à 2000, elle bénéficie d’importants travaux de restauration : réfection de la toiture, rénovation du vitrail, réalisation des enduits des façades et réfection des enduits intérieurs. La toiture, notamment, est reconstituée en totalité avec des lauzes (ou laves) pour redonner à la chapelle son caractère d’origine. La charpente a été remplacée avec des chênes de la forêt communale. Le poids des lauzes est d'environ 70 tonnes.

illustration plus haut : avant récente restauration; plus bas après restauration

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

apres restauration

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - L'histoire

Le plan

Entourée par son cimetière, l’église, orientée Est / Ouest, comporte un choeur extérieurement plus haut que la nef, tous deux épaulés par des contreforts.

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

La façade et son clocher

La façade occidentale est amortie par le clocher-mur à une arcade qui supporte une cloche de bronze datant de 1538.

illustration : la façade avant récente restauration

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle
Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

Le chevet

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

L'intérieur

L'intérieur de l'église est modeste. La nef, composée de deux travées, est voûtée en berceau brisé. Elle est prolongée par le choeur carré, formé d’une travée à voûte d’ogives.

Illustration avant restauration

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

L’intérieur aujourd’hui

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

Des murs d'une épaisseur d'un mètre supportent ces voûtes.

On remarquera le contraste entre la nef romane en berceau, sombre, sans fenêtre, et le choeur gothique bien éclairé par la baie à remplage flamboyant du chevet plat.

Le développement longitudinal juxtaposant des structures de persistance romane et gothique est typique des églises du Jura.

illustrations en attente. Merci pour vos envois

A voir à l'intérieur

  1. Arcs doubleaux brisés

  2. Corbeau sud : petite tête sculptée

  3. Clôture de choeur (table de communion) début XVe siècle

  4. Lavabo décoré d'une accolade

  5. Autel en pierre - croix sculptées en façade et sur la table de l’autel

  6. Culot à droite - croix pattée sculptée. Ce culot devait probablement supporter la statue de Saint Jean-Baptiste patron de l'Ordre des hospitaliers, mentionnée au XVIIIe siècle

  7. Culot à gauche - motif de fleur de lys sculpté

  8. Statue de Sainte Marie Madeleine, patronne de Varessia - moulage en plâtre qui a remplacé une statue en bois mentionnée au XVIIIe siècle

  9. Tabernacle en bois doré – XVIIIe siècle

illustrations en attente. Merci pour vos envois

Chapelle des Hospitaliers à Varessia - La chapelle

Visite

en attente

Contact

Paroisse d’Orgelet 27 rue de l'Orme - 39270 ORGELET Tél : 03.84.48.00.61 mail du secteur : secteurplpm@eglisejura.com
Commune de La Chailleuse Mairie de La Chailleuse 269 Grande Rue - Arthenas - 39 270 La Chailleuse 03 84 44 21 82Ouverture au public : lundi 8h00 - 12h00 et 16h00 -19h30 / mardi-mercredi-jeudi 8h00 -12h00 / vendredi 8h00 - 12h00 et 14h00 - 17h30 / Permanence du maire : samedi 9h00 - 11h30 prise de rendez-vous possible
Sources : Service départemental de l'Architecture du Jura, Lons le-Saunier.Eglises jurassiennes jurassiennes romanes et gothiques /Pierre LACROIX, éd. Cêtre, 1981Mairie de VaressiaRecherches effectuées par l’Abbé GROSMAITRE (1954-1958)
Crédits :