Collégiale Saint-Martin

Proposée par :
Trôo
4, rue du Château - 41800
Monument Historique
Google
Trip Advisor
Monter en haut de la "motte castrale", antérieure au XIe siècle, permet d'accéder à une vue panoramique sur la vallée du Loir, et d'avoir une vue presque plongeante sur la collégiale.Un édifice au charme particulier où l'on peut découvrir au milieu de statues et de peintures un magnifique groupe sculpté du XVIIe siècle représentant la Charité de Saint-Martin ainsi qu'un très émouvant chemin de croix offert par un artiste contemporain Gilbert Blanquefort, plus connu comme dessinateur humoristique sous le nom de Gib.
merci à Trootourisme pour les sources

Au XIe siècle

On attribue généralement la fondation vers 1045-1050 de cette Collégiale à Geoffroy Martel, Comte de Vendôme, du Maine et d'Anjou. De l'église primitive, au plan en croix latine, une tour posée sur le transept fondée en 1050 par Geoffroy Martel, il ne subsiste qu'une partie des murs de la nef et sans doute l'absidiole ouverte sur le croisillon sud.

La collégiale connaitra des transformations tout au long des siècles.

Collégiale Saint-Martin - Histoire

Au XIIe siècle

Au XIIe siècle, Geoffroy Plantagenêt, petit-neveu de Georges Martel, la rebâtit dans un style angevin en utilisant la pierre extraite des carrières de Trôo. (illustration : émail de Geoffroy Plantagenêt auparavant sur son tombeau - Musée d'Archéologie et d'Histoire du Mans)

Collégiale Saint-Martin - Histoire

Au XIIIe siècle

Au XIIIe siècle, Pierre Le Royer, évêque du Mans, né à Trôo, fera construire les voûtes, le transept de gauche, la chapelle Notre Dame, à l'est et le second étage du clocher.

Collégiale Saint-Martin - Histoire

Au XIVe siècle

XIVe siècle restauration du chœur de la Collégiale.

Au XVe siècle

Au XVe siècle, installation des stalles.

Au XVIe siècle

Au début du XVIe les transepts ont été à demi détruits par Robert Marcault et ses écorcheurs* et l'église pillée par les Huguenots du Maine en 1562.

Louis Tourtay, "Chevecier du Chapître"**, les restaure à ses frais et les dote de nouvelles fondations.

  • Les Écorcheurs sont des troupes armées, des entrepreneurs de guerre qui pratiquent le pillage, le rançonnement mais aussi les formes coutumières de la guerre médiévale (siège, défense de place forte, bataille, chevauchées) pour leur propre profit et pour celui du roi Charles VII dont ils se réclament.

** Sept chanoines composant le Chapitre étaient rattachés à la Collégiale, le Chevecier était le premier d’entre eux.

Collégiale Saint-Martin - Histoire

Au XVIIIe siècle

Le 25 mars 1737, la foudre frappe la flèche du clocher en pierre*. Il sera remplacé par une tour quadrangulaire de faible hauteur, percée de chaque côté d'arcades géminées ogivales en retrait coiffée d’une toiture

  • Un graffiti atteste de cet événement sur la face extérieure sud de la nef.
Collégiale Saint-Martin - Histoire

XIXe siècle

L’église a été classée Monument Historique en 1862.

Façade Ouest

Collégiale Saint-Martin - Extérieur

Façade Nord

Collégiale Saint-Martin - Extérieur

Façade Est

Collégiale Saint-Martin - Extérieur

Façade Sud

Collégiale Saint-Martin - Extérieur

Le porche

La porte principale romane, est entourée de deux arcatures plus étroites. Les archivoltes de ce portail reposent sur un triple rang de colonnes avec des chapiteaux sculptés. Elles sont décorées pour la première et la troisième de fleurons, pour la deuxième d'un ruban en dent de scie.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

La nef

La nef, sans bas-côtés, est couverte de deux voûtes d'ogives de type angevin et ressemble beaucoup à celle de la cathédrale d'Angers.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le baptistère

À gauche en entrant, un baptistère en marbre daté de 1687.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Bénitier

À droite, un bénitier de même forme en marbre, également daté de 1687. Le deux objets auraient été offerts par le sieur Pierre Daulier, écuyer, conseiller, secrétaire du roi, à la suite d'un voeu fait pendant un naufrage.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le chemin de croix

Sur les murs de la nef, un remarquable chemin de croix. Offert en 2000 par le peintre Gilbert Blanquefort (1927-2010), dessinateur humoristique sous le pseudonyme de Gib. Fasciné par la main qu'il considérait "un symbole à la fois large et ouvert qui conduit à une méditation et une intériorité individuelle". L'artiste précise "J'ai choisi le format carré dans lequel s'inscrit un cercle en toile brute qui représente le ciel, nu, à l'image même duo Christ dépouillé, en opposition au pourtour doré, figuration des biens matériels."

Sous chaque station se trouve le titre et une courte méditation.

(illustration : XIe station - Jésus est cloué sur la Croix) `

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le transept

Un clocher s'élève au-dessus de la voûte lancée sur la croisée du transept, dont les chapiteaux figurent Daniel entre les lions, des Sagittaires, des griffons affrontés, des monstres et des dragons, ainsi que divers personnages, forgerons, paysan se préparant à abattre le porc.

Plusieurs de ces chapiteaux ont été refaits, les originaux déposés dans la sacristie.

Le carré du transept sous la tour du clocher repose sur quatre robustes piliers décorés de chapiteaux.

On peut noter parmi les chapiteaux principaux : le symbole des deux colombes terminées en queue de serpent et se désaltérant dans un calice : "simple comme la colombe, prudent comme le serpent"

(photo à venir)

Le transept Sud

Le bras sud du transept semble n'avoir jamais été voûté. Une belle charpente le couvre aujourd'hui au-dessus d'une voûte moderne.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le tableau du retable représentant la remise des clés à Saint-Pierre est une huile du XVIIe siècle.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Surmontant le retable, une statue en pierre de Saint-Sébastien en pierre du XVIIe siècle.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

De part et d'autre du retable, deux statues en bois.

À droite, Saint Mandé, statue du XVIe siècle.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

À gauche, Saint Mammès, statue du XVe siècle.

Voir plus loin la légende de Saint Mammès

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Sainte Madeleine

Belle statue en terre cuite du XVIIe siècle, récemment restaurée . (emplacement à préciser)

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le transept nord

Le croisillon nord a été très remanié : l'absidiole orientée a disparu pour faire place, au XIIIe siècle, à une grande chapelle, actuellement en ruine. Voûté à l'origine, ce croisillon fut repris et restauré au XVIe siècle, puis à l'époque moderne.

Dans le transport nord, au-dessus de l'autel, une belle statue en pierre de Notre-Dame-des-Marchais (XVIIe siècle).

Elle tient une petite forme ronde dans sa main droite et l'Enfant tient une petite forme ronde dans sa main gauche.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Sur le mur de gauche, à côté de la statue de Sainte Jeanne d'Arc un tableau de Saint Vincent Diacre, inscrit à l'inventaire des monuments historiques.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Sur le mur de droite, tableau du XVIIe siècle représentant la Vierge de Lorette. (Vierge avec un paysan et un évêque).

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

À côté, une plaque en cuivre gravée en caractères gothiques portant une épitaphe en vers, en forme d'acrostiche, dont les premières lettres donnent le nom du défunt : Loys Tourtay, chevecier de Ciens.

L'encadrement est également gravé et représente des attributs funèbres et les armes de Louis Tourtay.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Le choeur

Le grand Christ en bois surplombant l'autel est du XVIIe siècle.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

À gauche, dans le choeur, un très beau groupe sculpté en terre cuite représentant la Charité de Saint-Martin. Cette sculpture, vers 1640, est d'une très grande finesse dans le traitement des vêtements et des visages.

On n'en connaît pas exactement l'origine mais il ne s'agit pas d'une terre cuite mancelle.

Collégiale Saint-Martin - Intérieur

Les stalles en chêne, ornées de feuilles frisées et de figures grotesques sont de la fin du XVe siècle. (photo à venir)

Selon la légende, Mammès (dont le nom signifie « celui qui a été allaité ») est né au sein d'une famille modeste de Cappadoce (l'actuelle Turquie).

Né en l'an 259, son martyre aurait eu lieu en 275, à l'âge de seize ans.

Saint-Mammès est né en prison où se trouvaient ses parents, coupables d'être chrétiens. Peu de temps après sa naissance, ses parents moururent.

Un ange ordonna alors à Ammia, une riche veuve de Césarée de Cappadoce, de prendre en charge le nouveau-né. Elle adopta l’enfant et l'appela Mamas à cause de ses premiers balbutiements.

En grandissant, il devint un défenseur ardent de la foi. Ceci parvint aux oreilles de l'empereur Aurélien (illustration) qui envoya le gouverneur de Césarée le faire abjurer.

Collégiale Saint-Martin - La légende de Saint-Mammès

Comme Mamas refusait d'abjurer, il lui fit brûler le torse avec des torches enflammées mais rien n'atteignait l'adolescent. Il ordonna alors de jeter Mammès au fond de l'eau avec une masse de plomb attachée au cou. Mais pendant que les bourreaux le conduisaient vers le lieu de son supplice, un ange l'enleva et l'emporta sur le mont Argée.

Dans la montagne, il apprivoisait les bêtes et les fauves. Les ours, les lions et les tigres le suivaient comme des moutons suivent leur berger.

L'empereur Aurélien nomma un nouveau gouverneur.

Mammès descendit à Césarée et fut condamné.

On prépara son supplice et la fournaise dans laquelle il devait être jeté. Il courut de lui- même dans les flammes qui ne lui firent aucun mal. Il fut alors livré aux lions, mais les fauves refusèrent de le dévorer.

Devant ce prodige, le gouverneur Alexandre décida de mettre un terme à la vie du jeune martyr en lui plantant un trident dans l'abdomen. Mais le jeune Mammès se redressa, arracha l'arme de son ventre, et parvint jusqu'à une grotte où il mourut.

Traditionnellement, il est invoqué par les personnes souffrant de coliques.

Il est considéré comme saint protecteur des personnes ayant des fractures osseuses, ainsi que de ceux qui sont allaités. Saint-Mammès est fêté le 17 Août. (illustration statue de Saint-Mammès à Rome)

Collégiale Saint-Martin - La légende de Saint-Mammès

La Collégiale en une minute en video [en cliquant ici](https://youtu.be/WnZZYMruUOM)

Visite

Horaires d'ouverture dim - sam 09:00 - 18:00

Contact

Mairie Trôo Place Sainte Catherine - 41800 - Trôo Téléphone : 02 54 73 55 00 mairietroo@orange.fr Horaires d'accueil : Lundi de 14 h 30 à 17 h 30 Mercredi de 10 h 00 à 12 h 00 Vendredi de 15 h 00 à 18 h 00
Paroisse Montoire sur le Loir - Thoré la Rochette Adresse : 8 rue Saint Laurent - 41800 - Montoire-sur-le-Loir Tél. : 02 54 86 54 02
Sources : Wikipedia, Mairie de Trôo, Trootourisme
Crédits : Wiki : Chatmouettes, Eponimm, Guillaume Piolle, Manfred Heyde - HG/BellesEglises