Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin

ANDLAU
15, cours de l'abbaye - 67140
Google
Michelin (/3)
Trip Advisor
Au centre de la ville, cette église consacrée par le Pape Léon IX en 1049, possède de remarquables éléments romans : une crypte du XIème s. gardée par une ourse en grès, un porche et une frise historiée du XIIème s. haute de 30m, qui en font le plus riche portail sculpté d’Alsace.Après la révolution, l’abbatiale Sainte-Richarde devient l’église Saint-Pierre et Saint-Paul.
Fondée en 880 par l'impératrice Richarde épouse injustement répudiée par son mari Charles III le Gros, l’abbaye suivait la règle de saint Benoît, fondateur de l’ordre des bénédictins.Toujours dirigée par une femme, l'abbaye eut très vite un rayonnement international au cœur de la Chrétienté, à Rome.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - Histoire
illustration : Châsse de Sainte-Richarde: Ste-Richarde remettant la maquette de l'abbaye à Saint-Pierre ce qui symbolise sa donation au Saint-Siège.Richarde rédigea les statuts et les fit approuver par le pape Jean VIII qui dans sa réponse la qualifie de "servante de Jésus Christ et fille chérie de Dieu".En 1049, le pape Léon IX revenant du Concile qu'il avait tenu à Mayence et passant par Andlau, fit lever le corps de Richarde, qu'il exposa à la vénération publique, ce qui équivalait à une canonisation solennelle. Sainte Richarde est honorée avec le titre de Vierge dans le diocèse de Strasbourg.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - Histoire
Un pèlerinage fut dédié très tôt à Notre Dame dans la crypte de l'église où les chanoinesses se réunissaient chaque jour pour implorer la Vierge.Dans la nuit du dimanche au lundi de Pâques 1160, un incendie détruit l’église non voûtée, mais épargne la crypte, le portail, la frise. La reconstruction crée le transept et le chœur. l'église fut une nouvelle fois reconstruite et son sanctuaire recouvert de deux voûtes à la fin du XIIe siècle.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - Histoire
L’indépendance de l’abbesse, princesse d’empire depuis Charles Quint, était une réalité qui se vérifia à plusieurs reprises, et notamment lorsque l’Alsace passa sous le fief du Roi de France, Louis XIV au XVIIe siècle.Il a fallu toute la finesse de l’intendant du Roi pour que ce dernier, par un traité de juillet 1686, céda à la volonté des abbesses de n’élire que leur candidate et non celle du Roi. Les guerres que menaient par Turenne, les fortifications de Vauban et la suprématie de Louis XIV, ne résistèrent pas à ce que femme veut, et que dire au pluriel, lorsqu’il s’agissait de plusieurs chanoinesses : il abdiqua en reconnaissant ce droit aux chanoinesses d’élire une des leurs, et même si cette dernière devenait princesse d’empire, d’un état qui ne fût pas la France.Louis XIV avait, dans sa confirmation des privilèges « vu l’importance qu’il y avait pour les gentilshommes catholiques de l’Alsace, de pouvoir mettre là leurs filles, sans faire de vœux, jusqu’à ce qu’elles trouvassent un parti pour se marier, ce qui est aux dits gentilshommes d’un grand secours et avantage, leurs maisons se trouvant par ce moyen considérablement déchargées »
Au XVe siècle, l’abbesse Sophie d’Andlau fait restaurer la façade et la tour, au XVIIIe siècle c'est la nef qui est réaménagée... plusieurs siècles se côtoient ainsi dans l'architecture.Les grandes heures de l'abbaye prirent fin en 1789, et aujourd'hui il ne subsiste que les bâtiments du porche de l'abbaye, de l'ancienne résidence et la magnifique église abbatiale.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - Histoire

La légende de Richarde

En 887, Richarde, vertueuse épouse de l’empereur Charles le Gros depuis plus de dix ans est accusée d’inconduite. À son mari jaloux, elle veut montrer son innocence et se soumet à l’épreuve du feu. Nus pieds et vêtue d’une chemise enduite de cire, elle traverse les flammes sans la moindre brûlure. Justifiée mais meurtrie par le vil soupçon, elle quitte le château impérial et s’en va dans la forêt. Un ange lui apparaît et lui enjoint de fonder un monastère à l’endroit que lui indiquera une ourse. À l’entrée du val d’Eléon, sur les bords du torrent, elle aperçoit la bête annoncée qui gratte la terre.En ce lieu s’élève l’abbaye d’Andlau, conclut la légende. En réalité, Richarde a déjà fondé Andlau depuis sept ans quand Charles le Gros la répudie. Perpétuant le souvenir de la fondation légendaire, qui renouvelle l’ancienne hiérophanie, la pieuse maison des chanoinesses d’Andlau a longtemps entretenu un ours vivant ainsi que logé et nourri gratuitement les montreurs d’ours de passage.Enfin, il faut signaler, en répétant les conteurs lorrains épris d’un imperium de la beauté, que la grande et élégante Richarde était "la plus belle femme que oncque vit en ce monde". Et de proposer avec malice une version fort ancienne de la belle et la bête, la création et l’art savant contre le pouvoir politique et l’oppression violente. (wikipedia)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - Histoire

Le porche

Imposant, aussi large que l'église et totalement intégré à la façade, un porche roman à deux étages soutient la tour, ses deux étages de clocher percés d'abats sons et d'un clocheton octogonal (XVIIIe siècle).
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur

Le portail

Une des œuvres majeures de l'art roman en Alsace.Il date probablement du XIIe siècle (on y retrouve parmi les personnages Hugues, Comte de Metz et sa femme Isabelle, bienfaiteurs de l'abbaye en 1154).
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
Un portail massif rectangulaire surmonté d'un tympan : le Christ remet à Pierre les clefs et à Paul le livre . L'ensemble est entouré de deux scènes de chasse (symbolisant sans doute l'âme chassée par le diable).
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
Sous le tympan c'est toute l'histoire d'Adam et Eve qui défile.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
De part et d'autre de la porte cinq arcades superposées accueillent des scènes de couples en conversation. Probablement de généreux donateurs.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
Encadrant la porte certains semblent nous inviter à entrer.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur

La frise historiée

Tout au long de la façade du battirent et du proche sur près de 30 metres de long et 60cm de haut court une extraordinaire frise. Elle raconte les petites et les grands soucis de la vie quotidienne au XIIe siècle...
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
Elle raconte les petites et les grands soucis de la vie quotidienne au XIIe siècle...
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
On y retrouve bien sur l'ours de Sainte Richard (devenu l'emblème de toute la région)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
et toute une série de scènes de la vie quotidienne...
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur
souvent amusantes comme cette scène d'un vigneron qui semble condamné pour avoir trafiqué son vin (à gauche) ou ce marchand auquel un diable souffle à l'oreille de tricher avec sa balance (à droite)...
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'extérieur

La nef

Un vaisseau central imposant flanqué de deux collatéraux surmontés chacun d'une tribune. Reconstruction datant du début du XVIIIe siècle.La chaire date de 1703
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
La double rangée de tribunes
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur

La crypte romane

Une des parties les plus anciennes de l'église, datant du XIe siècle (partie ouest, de plan carré) et XIIe siècle (partie est , rectangulaire).
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Dans la crypte, une ourse en pierre rappelle la légende de la fondatrice Richarde.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
En dépit de sa facture assez lourde elle est sans doute plus récente (XVI° siècle). Elle rappelle la tradition qui a longtemps prévalu qui consistait à élever des ours dans l'enclos de l'abbaye....)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Dans la crypte également découvrez une remarquable Vierge à l'enfant du XVe siècle : Notre Dame de la Crypte
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
et deux pieta de grande qualité :Vierge de Pitié du XIVe siècle
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Vierge de pitié du XVIIe siècle
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur

Les autels baroque

Le Maître autel - XVIIIe siècle
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
l'autel de Saint Sébastien du XVIIIe siècle
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
L'autel de Saint antoine de Padoue du XVIIIe siècle
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur

La Châsse de Sainte Richarde

Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Sainte Richarde touche la croix de Luithard, épisode à l’origine de la calomnie,(face sud)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Charles le Gros entre un écuyer et un chevalier accusant sainte Richarde d’adultère.(face sud)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Jugement de Dieu de sainte Richarde entre un évêque et l'empereur Charles le Gros,(face nord)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
Sainte Richarde remettant la maquette de l'abbaye à Saint-Pierre ce qui symbolise sa donation au Saint-Siège.(face nord)
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - L'interieur
La légende de l'ours et de l'impératriceAprès le siège de Paris par les Normands en l'an 885, l'empereur Charles le Gros s'est retiré en Alsace.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - La légende  de  l'ours et de l'impératrice
Et lorsque Dame Richarde, Princesse d'Écosse, son épouse, fût emmurée à cause de calomnies que rapportaient sur elles certains écuyers, un homme demanda à s'entretenir avec l'empereur. Il lui parla en ces termes: "Je suis le messire d'Andlau et je demeure dans une vallée où il y a plus d'ours que d'hommes. Je défie quiconque a la langue trop pendue et a tenu sur Dame Richarde des propos calomnieux".Sur ordre de l'Empereur les écuyers délateurs s'alignèrent devant l'homme de la vallée des ours qui les estropia tous. Devant la victoire du défenseur , il fallut bien à l'empereur reconnaître la pureté de Richarde.On la libéra.Puis devant la déchéance physique de son époux elle s'enfuit, escortée par les gens d'Alsace.Elle galopa des jours et des jours.Un soir de bivouac, un ermite lui apparut qui lui cria: "Va vers les bêtes sauvages, ma Reine; va leur prêcher la parole du Seigneur. Quand tu verras une ourse noire creuser la terre, arrête-toi, et bâtis là une maison pour ton Dieu."Richarde continua sa route, entre rocs abrupts et cascade grondante, dans une sombre vallée jusqu'au pays d'Andlau. Soudain, l'impératrice s'arrêta. Une ourse noire grattait la terre. Devant ce spectacle elle mit pieds à terre, malgré les recommandations de prudence des gens qui l'accompagnaient. Mais l'impératrice caressait déjà la tête de l'ourse qui lui montra le corps figé de son ourson. Des larmes coulaient des yeux de la bête. Dame Richarde prit l'ourson dans ses bras et le réchauffa contre son sein. Mais le petit d'ours n'était qu'engourdi et il se mit rapidement à gambader sur le chemin. Alors l'ourse noire se mit à faire la belle, montrant ses gencives rouges, et à lécher l'impératrice, qui n'en demandait pas tant...Les chevaliers avaient mis pied à terre à leur tour, et regardaient ce prodige. L'ourse, pour marquer sa reconnaissance, vint poser son nez froid sur le bout des doigts de Dame Richarde. Elle commanda aussitôt que des maçons de Barr vinssent bâtir un grand couvent pour les pauvres et les déshérités.Et l'on dit qu'au jour de la consécration du couvent, les ours de la vallée d'Andlau vinrent très respectueusement adorer le Créateur.On dit aussi que l'impératrice une fois décédée, l'ourse gratta la terre comme sur la route, mit à jour le corps de Richarde, tenta de la réchauffer, gémit toute une nuit, et mourut à son tour.Voilà l'histoire de Richarde.
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - La légende  de  l'ours et de l'impératrice
C'est en souvenir d'elle que les montreurs d'ours, quand ils passent à Andlau, sont logés et nourris aux frais de la cité, pour la plus grande gloire de cette impératrice bienfaisante et douce, qui savait attendrir le cœur même des bête féroces.source : http://mes-photos-57400.over-blog.com/article-la-legende-d-andlau-45522461.html
Eglise abbatiale – Andlau – Bas Rhin - La légende  de  l'ours et de l'impératrice

Visite

Tous les jours de 14h à 18h, sauf messes et exceptions de mi-avr. à fin déc. : 9h-19h (en dehors des offices) - fermé 1er janv., 25 déc.Visite guidée pour groupe toute l'année sur rendez-vous. (voir office du tourisme)On y célèbre l’eucharistie dominicale et la plupart des célébrations de la vie chrétienne.(voir Contacts plus haut).

Contact

Office de Tourisme Barr Bernstein ☎ 03 88 08 66 65 Place de l’Hôtel de Ville - 67140 Barr info.tourisme@pays-de-barr.com
Paroisse d'Andalou Presbytère : 1, rue Deharbe ☎ 03 88 08 93 38
Source d'Informations : Thomas - wikipedia (abbaye d'Andlau) Dictionnaire des Eglises de France, Office de tourisme pays de Barr, Histoiresduniversite.wordpress.comMerci à tous
Crédits : Thomas (via www.BellesEglises.com) Wiki Commons : Ralph Hammann, CTHOE Flickr : Kristobalite