Eglise abbatiale de Thiron Gardais

Thiron Gardais
rue de l'Abbaye - 28480
Trip Advisor
L'abbaye de Thiron-Gardais fut l'abbaye-mère d'un des plus grands ordres monastiques du Moyen-âge, l'ordre de Tiron. Chef lieu de l’Ordre de Tiron, elle posséda jusqu’à 120 dépendances en France, mais aussi en Écosse, en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande.L'essentiel de l'Abbaye a disparu, mais il reste cette belle abbatiale romane, construite au XIIe siècle en grès noir et en moellon. Si le chœur gothique flamboyant - plus tazrdif a disparu, vous ne serez pas insensibles à sa vaste nef de 64 m de long sur 12 m de large.Plaques explicatives de l'historique et de l'architecture et visites guidées.Poursuivez votre visite dans l'atmosphère d'un des hauts lieux de spiritualité médiéval à travers les jardins thématiques et la grange aux dîmes.Et terminez si il est ouvert par le Collège Militaire restauré par son nouveau propriétaire Stephane Bern?
source : Wikipedia

XIe siècle

Le fondateur du monastère de Tiron, saint Bernard de Ponthieu, né près d’Abbeville (Somme) en 1046 (qu’il ne faut pas confondre avec saint Bernard de Clairvaux, cistercien qui prêcha la Deuxième croisade), fut d’abord moine bénédictin. À la suite de longs démêlés avec les moines de Cluny, il résigna sa charge et, avec la permission du pape, vécut en ermite dans les solitudes de la Mayenne et de la Bretagne.Il vint ensuite dans le Perche. C’est là que saint Bernard édifia un monastère primitif où il célébra pour la première fois la messe le jour de Pâques 1109, avec l’évêque Yves de Chartres. Une chapelle dédiée à sainte Anne, proche de l’étang du même nom, marque aujourd’hui cet emplacement.Des difficultés s’étant élevées avec les moines clunisiens de Saint-Denis de Nogent, saint Bernard abandonna son monastère de Sainte-Anne et, avec l’autorisation de l’évêque saint Yves, vint se fixer sur la paroisse de Gardais, dépendant du chapitre de Chartres, là où s’élève actuellement Thiron (1114).De nombreux disciples et artisans vont rejoindre Bernard pour la construction de son abbaye dans le Perche. À peine l'abbaye fut-elle construite qu'elle fut mise sous protection royale, ce qui lui octroyait de nombreux privilèges des rois Louis VI le Gros de France puis de son fils, Louis VII le Jeune, Henri Ier Beauclerc d’Angleterre et David Ier d’Écosse.De cette communauté naissante, les moines de Tiron vont très vite se répartir sur l'ensemble du royaume de France, en Angleterre et en Écosse pour construire (abbayes ou prieurés) ou diriger les nombreuses donations foncières faites à l'Ordre de Tiron.De cette époque médiévale, il ne reste à Thiron que l’église abbatiale.La sobriété du décor architectural montre bien l’esprit de Saint-Bernard, plus austère que celui de la règle de saint Benoît dont il s’inspirait. Les disciples de saint Bernard de Tiron se différenciaient des autres bénédictins par leur robe gris fumée, à longs poils. Ils s’adonnaient à la prière et à toutes sortes de travaux manuels. C’est à eux que l’on doit le défrichement et la mise en culture de cette partie du Perche.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XIIe siècle

À la mort de saint Bernard, le 14 avril 1117, la nouvelle abbaye était devenue royale par la suite de la sauvegarde que lui avait accordée le roi de France Louis VI le Gros (illustration), ce qui l’obligeait à recevoir comme frères laïcs des anciens soldats invalides.L'abbaye possédait déjà les prieurés de Saint-Dogmaël, au pays de Galles, fondé en 1113 ; de Bouche-d’Aigre (commune de Romilly-sur-Aigre), fondée en 1114, et d’Yron, à Cloyes-sur-le-Loir, fondé en 1115.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XVe - XVIe siècle

Le 18 décembre 1461, Louis XI (illustration) octroya sa sauvegarde royale à l'abbaye de la Saint-Trinité de Tiron.De plus, le 27 décembre 1469, par ses lettres patentes, il confirma les privilèges de l'abbaye octroyés par ses prédécesseurs.À partir de ce moment, l’abbaye de Tiron fut donnée par le roi de France en bénéfice à des personnages étrangers à la congrégation de Saint-Bernard, souvent même laïcs.Les abbés commendataires percevaient à leur profit les deux tiers des revenus et laissaient la direction religieuse à un prieur. Les abbés commendataires furent d’abord le cardinal Jean du Bellay (1551-1561) et Hippolyte d’Este, cardinal de Ferrare (1561-1563).Le 19 mars 1562, 3 000 cavaliers allemands, à la solde des Huguenots, fondent sur l’abbaye, massacrent trois religieux, profanent l’église, brisent les vitraux et les statues et, pendant trois jours, pillent tout, enlevant les objets d’art, mobilier, linge, bestiaux et provisions.Charles de Ronsard, frère du poète (1563-1575)8 et René de Laubier(1575-1578), essayèrent de restaurer l’abbaye, mais le cardinal René de Birague (1578-1582), et surtout le poète Philippe Desportes (1582-1606), n’eurent d’autre préoccupation que d’empocher les revenus.Le 6 février 1591, un corps de 500 Suisses, à la solde d’Henri, roi de Navarre, pilla l’abbaye en se rendant de Beaumont à Chartres, en sorte que le monastère était dans l’état le plus lamentable à la nomination d’Henri de Bourbon-Verneuil. Celui-ci, fils naturel d’Henri IV, voulut remettre de l’ordre et appliquer l’ordonnance de Charles IX fondant un collège à Tiron (1560).
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XVIIe siècle

Pour ce, il fit appel aux bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur, qui vinrent s’installer à Tiron en 1629 et y installèrent leur premier collège, probablement en 1630.Les bâtiments furent d'abord très modestes et un projet grandiose, établi par Dom Pinet en 1651, n'aboutit pas. Plus tard, probablement lors de la transformation du collège en école royale militaire, en 1776, les transepts furent occultés et affectés au chapitre (transept nord) et en cuisine, réfectoire et logements pour des élèves (transept sud).
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XVIIIe siècle

Les deux derniers abbés commendataires furent les abbés Jean-Baptiste-Antoine de Malherbe de Juvigny (1743-1771) et Mathieu-Jacques de Vermond (1771-1789). Puis le bénéfice de l’abbaye, qui représentait encore un revenu annuel de plus de 50 000 livres, fut rattaché à la cure de Saint-Louis de Versailles.De l’abbaye de Tiron ne dépendait plus alors qu’une dizaine de prieurés.Dans la nuit du 22 au 23 novembre 1786, un incendie se déclara dans le magasin à charbon et détruisit l’aile ouest de l’abbaye, consumant plus de 2 000 volumes, ainsi que des peintures et des sculptures remarquables.Les réparations furent entreprises en 1788, mais l’adjudicataire mourut l’année suivante avant de les avoir achevées.L’abbaye fut fermée en mai 1791. Le plomb, le fer et tous les objets de valeur qu’elle contenait furent ensuite pillés. Le collège subsiste jusqu’en 1793, et à sa disparition les indigents s’installèrent dans les bâtiments.Le culte cessa dans l’église en juillet 1792. Cependant dom Leguay parvint encore à dire la messe dans la chapelle de la Vierge le 1er janvier 1793. Le 5 décembre de la même année, l’abbatiale servit de temple de la Raison, et la femme Debray, née Tasset, reçut les hommages des assistants, installée sur une montagne de mousse recouvrant le maître-autel.Mise sous séquestre comme bien national, l’abbaye, ses dépendances et le jardin du collège furent adjugés à Étienne Taulé, ancien élève, puis professeur de musique au collège.Le général Desclozeaux, de Paris, acquit le collège et ses dépendances.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XIXe siècle

Taulé démolit ce qui restait de l’abbaye pour en vendre les matériaux, qui servirent à la construction de beaucoup de maisons du bourg. La destruction était achevée en 1810.Desclozeaux pensait continuer à exploiter le collège avec l’aide des anciens professeurs, tant moines que laïcs, qui vivaient au moment de la fermeture et dont la plupart étaient restés dans le pays.Mais il fut trouvé mort, la gorge tranchée d’un coup de rasoir, le 2 novembre 1797, dans la maison Chevallier, où il était descendu.Le collège fut alors acheté (1803) par le notaire Bisson, ancien procureur fiscal des moines.En 1802, l’aile ouest du collège s’effondra et le portail d’honneur fut démoli.Le plomb qui recouvrait les voûtes et les contreforts ayant disparu pendant la Révolution, les basses-voûtes du nord de l’église, puis celles du sud, s’effondrèrent en 1804 et 1805, entraînant la chute des contreforts.Les piliers inutiles furent alors vendus, enfin le chœur lui-même s’effondra le 10 février 1817.On boucha alors l’ouverture béante et on y plaça le maître-autel actuel.En 1893, furent placées les statues modernes représentant saint Bernard et saint Adjutor.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XXe siècle

En 1929, l’abbaye et ses dépendances appartiennent à la famille de Mondésir, qui les a acquises de Taulé.Le collège est la propriété de M. Guillaumin (Professeur au Muséum d'Histoire Naturelle de Paris), parent par alliance du notaire Bisson (photo de Robert Doisneau - domaine public).En 1983, l’abbaye et ses dépendances appartiennent à la famille de Pontbriand.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

XXIe siècle

En juillet 2005, le Conseil général d'Eure-et-Loir fait l'acquisition de l'ancien collège militaire, et le revend à l'animateur de télévision Stéphane Bern en février 2013.Certes, aujourd’hui l’Ordre de Tiron est tombé dans l’oubli et il ne reste pour témoin que la longue nef romane de l’église abbatiale, la grange aux dîmes ou les dépendances.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye

Les Moines de Tiron...

Certes, aujourd’hui l’Ordre de Tiron est tombé dans l’oubli et il ne reste pour témoin que la longue nef romane de l’église abbatiale, la grange aux dîmes ou les dépendances.Ailleurs, les moines de Tiron sont encore représentés par l’abbaye de Caldey, dans l’île du même nom, au Pays de Galles. Les bénédictins anglicans qui s’y étaient installés, s’étant ralliés au catholicisme en 1913, et ayant embrassé l’observance de Mont-Cassin, sont actuellement à PrinknashDepuis 1929, deux autres monastère de l’ordre de Tiron ont repris la vie monastique : en 1977, les Carmélites de Blois se sont installées dans l’antique prieuré de Molineuf, commune de Saint-Secondin, en 1979, à l’abbaye de Saint-Michel-des-Bois-Aubry (photo), au sud de Tours, une communauté bénédictine orthodoxe a commencé à relever de prestigieuses ruines.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'histoire de l'abbaye
Merci à l'Observatoire du Patrimoine Religieux pour ces textes détaillés.

L'extérieur

Ce qui frappe au premier abord dans l'architecture de l'église Abbatiale de Thiron-Gardais, c'est son extrême dépouillement, sa conception d'une sobriété parfaite comme l'exige la Règle de Saint-Benoît. Elle est construite en grès d'Authou, cette pierre rougeâtre et robuste, que l'on appelle aussi grison ou pierre de poudingue, dont les carrières se trouvent sur la commune voisine de Saint-Denis d'Authou. Pour rappel, la création de l'Ordre de Tiron est ontemporaine de la fondation de l'Ordre de Cîteaux et procède d'une commune réaction contre le faste, l'hégémonie et la débordante richesse de l'Ordre de Cluny.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

Le clocher

Le clocher, contemporain de la nef de l’église, était primitivement percé de deux ouvertures en plein cintre dans chaque face et couvert d’un toit en tuiles à quatre pans. Le dôme octogonal actuel a été construit vers 1691, grâce à un don d’un abbé Bigot, qui s’était retiré à l’abbaye. On a substitué au discret toit de tuiles à quatre pans le lourd dôme d'ardoiseIl renferme une cloche datant de 1739, la plus grosse de celles qui existaient du temps des moines, et une autre plus petite ayant servi de timbre à une horloge sans cadran.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

Le portail

On accède à l'abbatiale par la rue de l'abbaye, en descendant quelques marches qui conduisent au porche ainsi qu'à l'entrée de l'ancienne résidence du Prieur.Au-dessus du portail, se trouvent deux baies géminées en plein cintre, murées au siècle dernier, dont les chapiteaux sont sculptés de têtes fantastiques inspirées du bestiaire médiéval et de visage humains.Après avoir poussé la porte vermoulue du portail (très belles ferrures de 1648), on pénètre dans la nef du plus pur style Roman
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

Une architecture cistercienne

Son architecture, typiquement cistercienne, ravira les amateurs de sobriété.Mis à l’honneur par saint Bernard de Cîteaux, l’architecture cistercienne est le reflet du retour à la plus extrême simplicité.Les bâtiments cisterciens devaient offrir des murs complètement nus, sans peinture ni sculpture, et renvoyer au silence prescrit par la Règle. Dans le langage courant, le silence décrit une situation sans bruit, mais nous pouvons encore étendre cette notion au domaine visuel.Pour les moines et les moniales, le « silence » de l’architecture est plus qu’un simple apaisement, c’est une nécessité. La simplicité des lignes, des fenêtres, des parements et des volumes est le reflet du silence imposé par la Règle et laisse le champ libre à la réflexion et à la prière.(source Paroisse Saint Lubin)
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

La nef

Dans ses prémisses, l'architecture monastique romane est une adaptation de la halle. Thiron est un des meilleurs exemples de ce type de construction. Il traduit la volonté de sobriété des bâtisseurs qui confirmaient ainsi le rigorisme qui a présidé à la création de l'Ordre.La nef mesure 64 m de long sur 12 m de large et un peu plus de 21 m sous la poutre faîtière. Les murs ont 1,50 m à la base.Elle est éclairée par dix-huit fenêtres.Les verrières sont de facture moderne, réalisées par un maître verrier de Chartres.photo empruntée au [Routard - Merci](https://www.routard.com/photos/chateaux_de_la_loire/1472958-nef_de_l_eglise_abbatiale_a_thiron_gardais.htm)
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

La charpente

La toiture de l'église voûtée d'une charpente lambrissée en plein cintre, en forme de coque de bateau renversée, porte les blasons des principaux bienfaiteurs de l'abbaye. Le vaisseau comportait à l'origine un transept dont les deux grandes arcades en plein cintre (aujourd'hui murées) marquaient l'accès à chacun des bras. Dans le prolongement du choeur actuel se situait le choeur de style gothique flamboyant, qui s'est effondré en 1817. Il était, d'après les descriptions de l'époque, d'un décor particulièrement riche.La charpente porte les blasons des principaux bienfaiteurs de l'abbaye.(images en attente, merci pour vos envois)

Les stalles et les boiseries

Les belles boiseries, considérées comme ayant été offertes par le Princesse Palatine, et stalles baroques des élèves du collège (signées de l'ébéniste Mauté), récemment restaurées et qui entourent aujourd'hui le maître-Autel, n'ont, bien entendu, rien à voir avec l'esprit de dépouillement des premiers bâtisseurs. Pour l'amateur puriste d'art monastique roman, il est préférable de les oublier un instant et de concentrer son attention sur de la sobriété des murs latéraux, de la charpente et de la voûte en bardeaux.Les stalles sont du XVe siècle.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

L'autel

La toile du maître hôtel, l'original ayant été volé pendant la Révolution, ce chef d’oeuvre, réputé d'un grand maître (les teintes bleue et jaune pourraient évoquer l'école de Simon Vouet) est remplacée depuis par une copie, initialement exécutée par les moines pour l'Abbaye d'Arcisses.L'hommage des puissants à la pureté et à l'humilité, vertus monastiques par excellence, symbolisées ici par Jésus enfant, c'est le thème choisi par les moines pour orner le centre de leur dévotion. Le thème retenu était certainement une évocation très directe de la générosité dont avait bénéficié la congrégation dans la première moitié du XII° siècle, de la part des rois et des princes de toute l'Europe du Nord, peut-être aussi une manière de conjurer la sévérité de la Réforme mauriste décidée par Louis XIII et en cours d'application au moment où le tableau a été peint.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale

L'ancienne porte

Sur le mur à gauche en entrant, l'ancienne porte d'accès au cloître, bouchée en 1805. Les deux colonnes de marbre noir qui garnissent aujourd'hui cette porte proviennent de l'ancien maître-autel anéanti par l'effondrement du choeur. Devant cette porte sont placés les splendides fonts baptismaux provenant de l'ancienne Eglise de Gardais. Près de cette porte vous trouverez une maquette en bois de chêne ciré du bâtiment principal de l'Abbaye, interprétation un peu fantaisiste, réalisée en 1866 par Arsène VINCENT, ébéniste et historien de Thiron-Gardais.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - L'église abbatiale
La Fondation du Patrimoine veut la sauver. Stephane Bern l'a retenue dans son programme de loto du patrimoine.

Les contreforts ont disparu

Depuis 200 ans, la longue nef romane d'une soixantaine de mètres de long n'est plus maintenue par le cloître détruit en 1817.Les deux contreforts construits au XIXème siècle ne jouent pas leur rôle de soutien et le mur Nord de l'église enregistre un devers de près de 25 cm.Au début des années 2000, l’aménagement de jardins d'inspiration médiévale et la restauration de la grange aux dîmes en lieu d’expositions et office de tourisme en font un site touristique majeur du Perche.Aujourd’hui,la municipalité fait tous les efforts nécessaire au maintien de son ouverture.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Une église en péril
Le mur nord,étayé en 2008 pour 10 ans maximum, à besoin d’un énorme soutien.Une première tranche de travaux de 1,2 millions d’euros HT permettrait la construction de contreforts(en fer ou en béton) qui formeraient une travée de cloître le long de la nef pour maintenir et sauver l’édifice de la destruction.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Une église en péril

Faire un don

Pour faire un don et aider à la sauvegarde de ce patrimoine chargé d'histoire vous pouvez faire un don à la [Fondation du Patrimoine](https://soutenir.fondation-patrimoine.org/projects/eglise-abbatiale-de-thiron-gardais-fr).
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Une église en péril

Vidéo

[Lancement de l'appel aux dons.](http://unjoura.com/tiron/SauverAbbaye.html)
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Une église en péril
Restauré par Stephane Bern.
Accolé à l’église abbatiale de la Sainte-Trinité de Tiron (Tiron est l’ancien nom de l’abbaye fondée en 1114 par saint-Bernard de Tiron, tandis que Thiron est le nom du village depuis le XIXème siècle), le collège est un ensemble historique restauré constitué du bâtiment principal du collège, des anciennes salles de classe transformées en musée, d’une serre et d’une orangerie, ainsi que d’un vivier à poissons dont les pères bénédictins se servaient autrefois, sans oublier le jardin, écrin de verdure réputé depuis le XVIIème siècle pour son verger.Nouveauté 2019 : avec votre billet d’entrée, Stéphane Bern vous fait la visite grâce à notre nouvel audioguide !
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Le Collège royal

Le mot du nouveau propriétaire

"Chers amis visiteurs, Au fil des années, en présentant mes émissions « Secrets d’Histoire » ou « le village préféré des Français » et « le monument préféré des Français » ou plus récemment « Visites Privées » sur France 2, j’ai pris conscience de l’enjeu crucial pour chacun d’entre nous de défendre le patrimoine national. Lorsque l’Etat m’a proposé à la fin de l’année 2012 de racheter l’ancien collège royal et militaire de Thiron-Gardais, je n’avais pas le droit de me dérober à cet exaltant défi. Les bâtiments étaient à l’abandon depuis huit ans et menaçaient de se dégrader davantage. Lors de mon achat, réalisé en février 2013, je me suis engagé à réhabiliter ce monument historique dans son ensemble, à ouvrir dans les anciennes salles de classe du XVIIème siècle un musée dédié aux onze Collèges royaux et militaires de France (créés en 1776) et à mettre ce patrimoine restauré – dans son écrin de verdure – à la disposition du public, afin de le restituer dans l’ensemble unique (avec les jardins, l’abbatiale et le collège) que constitue l’ancienne abbaye dont on a célébré le 8 juin 2014 le neuvième centenaire de sa création. C’est cette mission que je me suis assignée, me sentant davantage dépositaire d’un patrimoine historique que son propriétaire exclusif et je suis heureux de partager cette folle aventure avec vous." Stéphane Bern
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Le Collège royal

Réservation

**Visites thématiques** Des visites thématiques sont organisées tout l’été :« A la découverte du jardin » : tous les vendredis, du 12 juillet au 30 août, à 14h30 ; « Le chantier de rénovation du collège » : tous les dimanches, du 7 juillet au 1er septembre, à 14h30. Tarifs : 1€/personne en sus du ticket d’entrée.**Les Nocturnes** Venez visiter les jardins du collège à la bougie.Les 27 juillet, 3, 10, 17 et 24 août.Informations supplémentaires à venir.**Horaires**Le site est ouvert aux individuels tous les jours pendant la saison estivale :du 11 au 19 mai, du 8 juin au 5 juillet et du 4 au 30 septembre du mercredi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h - sauf le lundi 10 juin (ouvert) et le mercredi 12 juin (fermé) ; du 6 juillet au 1er septembre, tous les jours, de 10h à 13h et de 14h à 19h ; Groupes Vous pouvez découvrir le site librement ou en réservant une visite guidée.Hors période estivale (8 juin 2019 - 30 septembre 2019), nous proposons aux groupes de plus de 10 personnes une visite privée du site.Pour toute demande, contactez-nous : 02 37 49 79 54 contact@collegeroyal-thirongardais.comTéléchargez notre brochure groupes : " Brochure groupes 2018-2019 "Scolaires Sur réservation, vous pourrez bénéficier d'une visite accompagnée d'environ une heure.Un livret ludique servira de support. C'est Louis-Filastre, élève au XVIIIème siècle, emmènera l'enfant à la découverte du collège. A la fin, l'enfant aura le droit à un diplôme d'admission ainsi qu'une petite plante.Contact Pour toute demande : 02 37 49 79 54 contact@collegeroyal-thirongardais.comPrix d'entrée : 8€ (réduit 5€, enfants de 7 à 11 ans : 2€.site internet en cliquant ici
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - Le Collège royal
source : Paroisse Saint Lubin - textes et photos - merci

La grange aux Dîmes

Vous poursuivrez votre visite à droite en logeant les anciennes dépendances qui permettaient aux moines de vivre en quasi-autarcie : colombier, basse-cour, pêcherie, moulin, boulangerie… (à gauche le long de la digue de l’étang) pour arriver à l’ancienne grange aux dîmes.Ce bâtiment du XVe siècle abrite aujourd’hui l’office de tourisme et, également, l’entrée des jardins de l’abbaye.

Chapelle Sainte-Anne des Bois

Chapelle Sainte-Anne des Bois Cette chapelle perdue dans les champs… Sur la route de La Gaudaine au bord de l’étang Sainte-Anne est le lieu primitif où saint Bernard de Tiron implanta sa communauté dans le Perche. Bernard y célébra pour la première fois la messe le jour de Pâques en 1109, en présence de l’évêque Yves de Chartres.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - A proximité

Chapelle de la Croix Saint-Jacques à Gardais

Chapelle de la Croix Saint-Jacques à GardaisC’est une querelle de clochers… Qui donne naissance à cette chapelle. Autrefois Gardais était le bourg avec son église. À l’époque, on aimait organiser des processions allant d’un lieu de culte à un autre. On priait pour les récoltes, l’habitude était d’aller de l’église de Gardais à l’abbatiale de Tiron. Mais vers la moitié de XVIIIe siècle, les moines refusèrent. Qu’à cela ne tienne, le curé fit construire cette chapelle à l’emplacement d’une croix dédiée à saint Jacques. La chapelle fut consacrée en 1768. Suite au rattachement de Tiron à Gardais, l’église fut démolie en 1811 au profit de celle de Tiron. Le baptistère, les statues et tout le mobilier furent transférés à l’église paroissiale de Thiron-Gardais. Le « h » de Thiron date probablement de l’époque où Tiron (sans h) fut rattaché à Gardais après la Révolution. Ce n’est cependant qu’en 1987 que la commune se nomma officiellement Thiron-Gardais.
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - A proximité

Les jardins thématiques de l'Abbaye

Jardins thématiques d’inspiration médiévale et vivier des moines sur 4 ha. Avec pour toile de fond l’admirable et austère architecture de l’abbaye de la Sainte-Trinité, les allées aux roses conduisent les pas des visiteurs au cœur des jardins thématiques, où s’alternent l’ordonnance rigoureuse des carrés de couleurs, allées aux roses, l’alignement de fruitiers, l’exubérance des parfums et les saveurs du potager gourmand, et des massifs de rhododendrons parfumés.Des grimpantes variées tissent un habit végétal sur l’ancien mur d’enceinte, allée des Tilleuls et bosquets mirent leur chevelure dans les reflets de l’ancien vivier. Sur la terrasse supérieure se succèdent amandiers, pruniers, figuiers et arches fleuries. Autrefois lieu d’enseignement spirituel et culturel, un parcours d’interprétation retrace l’histoire de ses moines, qui conformément à la règle de St Benoît, ont transmis leur enseignement religieux et leurs connaissances du monde végétal jusqu’aux confins du Royaume et Outre Manche.Tarifs de visite : Plein tarif :3 € Tarif réduit : 1,50 € Gratuit toute l'année pour les habitants de la cdc Terres de Perche, - de 18 ans
Eglise abbatiale de Thiron Gardais - A proximité

Visite

L'église abbatiale est ouverte toute l'année aux horaires de la Grange aux Dîmes (entrée du Domaine de l'Abbaye) du lundi au vendredi de 9h à 18h, et du 1er mai au 1er octobre les samedis, dimanches et jours fériés de 14h30 à 17h30.

Contact

Paroisse Saint Lubin Maison paroissiale : 85 Rue Paul Deschanel 28400 Nogent-le-Rotrou Téléphone : 02 37 52 04 84 Ouvert du Mardi au Vendredi de 14h à 18h Samedi de 10h à 12hHeures de culte : Messe le dimanche à 9h30 (actualiser en cliquent sur le lien)Offices et renseignements pratiques en cliquant sur le lien du site
Office du tourisme Grange aux Dîmes 18, rue de l'abbaye 28480 Thiron-GardaisTél. : 02.37.49.49.56 laloupe-tourisme@orange.fr https://www.laloupe-tourisme.frHoraires : De novembre à avril : du Mardi au Vendredi : de 10h à 12h et de 15h à 17h Mai,juin, septembre et octobre : du Mardi au Vendredi de 10h à 12h et de 14h à 18h - Samedi et dimanche de 15h à 18h30 Juillet et Août : du lundi au dimanche de 10h à 13h et de 14h à 18h30
l’association pour la Restauration et l’Animation Les Brosses, 28480 THIRON GARDAIS
Collège royal et militaire de Thiron Gardais contact@collegeroyal-thirongardais.com 12, rue de l'Abbaye 28480 Thiron-Gardais
Le domaine de l'Abbaye Découvrez le Domaine de l'Abbaye et ses nombreuses activités : un Escape Game "L'Escape", la visite du Domaine à travers une expoDomaine de l'Abbaye, 18 rue de l'Abbaye, 28480 Thiron-Gardais,02 37 49 49 49domaineabbaye@terresdeperche.fr
Source d'Informations : J.P. Distretti - Observatoire du Patrimoine religieux Wikkipedia Eure et Loir Tourisme Fondation du Patrimoine
Crédits :