Eglise de Saint Lothain

Saint Lothain
20 rue de l'église - 39230
L'église a été construite sur une crypte (antérieure à l'an mil, aux XIe et XIIe siècles.Dans la crypte : le sarcophage de saint Lothain, un ermite mort ici au début du VIe siècle. Sa vénération donna naissance à de nombreux pèlerinage, on construisit deux monastères, dont il ne reste aujourd'hui que l'église et le prieuré abbatial voisin.L'église fut l'objet d'importantes transformations aux XVIIIe et XIXe siècles : clocher comtois, voûte en ogive... Nombreuses statues du XVIe siècle et des décors d'albâtre.La crypte est un des rarestémoignange d'architecture antérieure à l'an mil conservée en intégralité dans le Jura.

Lothain (Lautein) l'hermite

Le moine de l'Abbaye de Saint-Symphorien d'Autun Lothain (Lautein - Lautenus en latin) (vers 477 à Autun - vers 518 à Saint-Lothain) se retire en ermite à Silèze (ancien nom de Saint-Lothain).Attirés par sa présence, de nombreux disciples viennent s'établir sur le site et fondent un monastère qui compte bientôt soixante moines.Un second monastère, comprenant quarante moines, est établi à son tour dans les environs à Maximiacus (localisation actuelle indéterminée, peut-être Mesmay dans le Doubs).Après la mort de Lautein, vers 518, le village prend le nom de Saint-Lothain.
Eglise de Saint Lothain - Histoire

le Moyen Age

Vers 888 les deux monastères sont ruinés par les invasions vikings en France.Le prieuré de Saint-Lothain est rétabli par Bernon, abbé de l'abbaye Saint-Pierre de Baume-les-Messieurs (à 20 km au sud), fondateur de nombreuses abbayes dont l'abbaye Saint-Pierre de Gigny en 890, et l'abbaye de Cluny vers 910.Le monastère adopte alors la règle bénédictine de Saint-Benoit, et dépend de l'abbaye de Baume-les-Messieurs, puis de l'abbaye de Cluny (illustration) et de l'ordre de Cluny, elle-même directement dépendante des papes du Vatican.
Eglise de Saint Lothain - Histoire

La Révolution française

En 1791, pendant la Révolution française, la maison prieurale et le domaine abbatial sont vendus comme bien national.Quelque bâtiments privés en mauvais état de restauration subsistent ainsi que quelque traces d'autres anciens bâtiments d'époque.Les importantes caves à vin voûtées subsistantes sous le prieuré, démontre que les moines ont exploités historiquement le vignoble du Jura.
Eglise de Saint Lothain - Histoire

L'église

Si la crypte est antérieure à l'an mil, l'église actuelle date du XIe siècle.
Eglise de Saint Lothain - Histoire
Sa nef, à l'origine, probablement recouverte d'une simple charpente a reçu aux XVIIe siècle une voute d'arrêtés, malheureusement défigurée par un habillage de plâtre au début dus XIXe siècle.
Eglise de Saint Lothain - Histoire
L'église fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 26 octobre 1927. La crypte est elle classée depuis le 23 janvier 1946.
Eglise de Saint Lothain - Histoire

L'église romane

Pour appréhender le caractère roman de cette belle église il faut se placer à son chevet dominant un large paysage aux pieds des premiers contreforts du Jura.L'abside, sans doute la partie la plus ancienne de l'église de surface - XIe siècle - s'élève sur la crypte plus ancienne. Elle a gardé son volume ainsi que la petite absidiole du sud.Celle du nord fortement remaniée est lourdement empâtée.
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

La signature du premier art roman

L'abside est animée par un décor de bandes et d'arcatures dites 'lombardes' (illustration). "Elles sont la 'griffe' des maçons du premier art roman, intacte depuis le XIe siècle." (Pierre Lacroix - "Eglises Jurassiennes")
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

La toiture

La nef, recouverte de tuiles était à l'origine en laves de pierre (comme l'abside) ce qui devait lui donner une tout autre allure... On remarque sur la façade latérale nord une ligne latérale formée par des vestiges de la couverture initiale, ainsi que des corbeaux qui devaient permettre l'ancrage de ce toit de pierre.
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

Le clocher

Un majestueux clocher, de pierre ocre - souvent utilisée dans ce Jura du 'Revermont' (cf. Saint Grégoire à Montigny les Arsures) a été ajouté au début du XVIIe siècle. Il porte à son fronton la date de 1716.Il est couronné par un traditionnel dôme comtois à quatre pans courbes, ,supportant un lanternon octogonal lui même recouvert d'un nouveau petit dôme."Le clocher contient deux cloches, assez imposantes finalement, la plus grosse, « Marie », fut coulée par un fondeur Lyonnais, elle pèse environ 1 800 kg, et chante le Do3, petite particularité qui me touche personnellement, le nom de « Valdahon » (75 km de là) y figure.. La petite cloche, et qui est plus ancienne, fut fondue par les Brenel, en 1 812, cette dernière à eu un petit accident, lors de la dépose des cloches, il y a quelques années, la petite fut posée trop violemment au sol, ce qui au final, lui causera une légère difformité sonore, et il est vrai, qu’on le ressent très légèrement, serait-ce dû à une micro-fêlure? " (extrait de Cloches Comtoises" merci)
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

L'ancienne maison prieurale.

Sur le flanc sud de l'église : l’ancienne maison prieurale avec amorce de tour et porte du XVe siècle.
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

La croix

Devant l'église, une croix en fer forgé du XVIIIe siècle rappelle les éléments de la passion, de Jésus Christ.
Eglise de Saint Lothain - L'extérieur

1816 : le plâtre !

Le XIXe siècle a recouvert tout l'intérieur de l'église d'une imposante couche de plâtre, de fausses corniches, de moulures, de rosaces de feuillages...Difficiles d'imaginer la sobriété de l'église romane qui se cache derrière ce décorum !
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

mais tout espoir est permis...

Le collatéral sud a fait l'objet, à la fin du XXe siècle d'une importante restauration qui lui a permis de retrouver ce qui devait être probablement son aspect d'origine.Il reste à souhaiter que de nouvelles campagnes de restauration poursuivent ce travail salutaire._illustration à venir... merci pour vos envois._
L’église actuelle comprend de trois vaisseaux (la nef centrale et deux collatéraux )reposant sur des piliers quadrangulaires, et ouvrant sur une abside centrale.
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
La nef se compose de trois travées égales et d'une quatrième de structure différente.Le chœur, sans séparation constitue une cinquième travée qui se termine par une abside en hémicycle (cul de four).
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

Statues et objets remarquables.

Dès l’entrée, on remarque à gauche le bénitier (1), daté de 1560, et, dans la chapelle de droite (2) une belle collection statuaire
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

La chapelle de droite

Au début du collatéral droite la chapelle
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
La chasse dorée contenant les reliques de Saint Lothain, une toile représentant sa mort et le Saint Evêque au livre
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
Un superbe bas relief en albâtre polychrome de 1516 représentant la chasse de Saint Hubert.Des carrières de ce " marbre " étaient exploitées dès le Moyen Age à Saint-Lothain.Mais c'est surtout au XVe siècle, à l'époque des " ymagiers ", sculpteurs au service des ducs de Bourgogne que ce matériau fut renommé et utilisé pour la statuaire bourguignonne.Nombre de statues et de gisants à l'effigie des membres de l'entourage des ducs et les célèbres sculptures de l'église de Brou à Bourg-en-Bresse ont été réalisées en albâtre de Saint-Lothain. (Petit Futé - merci)
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
la "Sainte en prière" en albâtre de Saint Lothain - XVIe - et son reliquaire 5probablement Sainte Foy)
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

En remontant le collatéral droite

On laisse à droite les escaliers descendant à la crique, que nous prendrons tout à l'heure.
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

Le bas relief en albâtre

pour découvrir sur le cinquième pilier un 'Christ aux liens' en bois, du XVIe siècle
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

sur le pilier suivant...

Un Saint Lothain, en bois polychrome du XVI e siècle.

à droite du chœur

A droite du chœur et dans la chapelle annexe, plusieurs œuvres intéressantes :La grande toile de la Résurrection...
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
Une "Vierge à l’Enfant", en pierre, du XVe siècle...Statue de l'école bourguignonne elle étonne par la qualité du rendu du visage.Elle est visiblement l'œuvre d'un artiste de grande renommée. (Claus van Werve ou son atelier.La tête de l'enfant et la main de la Vierge (en bois) ont été rajoutés et détonnent.illustration à venir... merci pour vos envois.
Une remarquable Pieta en albâtre du XVIe siècle qui témoigne du tournant de la statuaire à cette époque. In abandonne le "plissé bourguignon" pour revenir à des surfaces plus planes, plus simples qui mettent en valeur la qualité de la pierre locale.
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

La crucifixion

Ce calvaire en bois polychrome du XVIIe siècle est une double énigme...Est-ce le fruit d'une recomposition ou les trois pièces faisaient elles partie à l'origine d'un même ensemble ? L'échelle des trois personnages semble en effet beaucoup plus importante qu'habituellement.De chaque côté du crucifix on retrouve Marie bien sur mais où habituellement on retrouve Saint Jean... plusieurs historiens pensent que la seconde statue représenterait plutôt un Saint Joseph (dont beaucoup d'exégète pensent qu'il était mort avant la crucifixion du Christ)....
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

Marie

Bois polychrome du XVIIe siècle
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

Joseph (?)

Bois polychrome du XVIIe siècle
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

au fond du chœur

Un vitrail XIXe siècle représente Saint Lothain sur un fond de paysage, sans doute le village à cette époque.
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

à gauche du chœur

Un chef d'œuvre exceptionnel dans une si petite église : La Trinité
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

"La Trinité"

Ce groupe en albâtre - le marbre local - a été sculpté au XVI e siècle dans la grande tradition de la statuaire bourguignonne. Il représente Dieu le Père, son Fils Jésus sur la Croix et l'Esprit Saint, représenté par une colombe au sommet de la Croix.Les historiens considèrent que le visage de Dieu Le Père a probablement été inspiré par le Moïse de Michel Ange.
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur

Insolite

En bas de la nef... les traditionnels bancs en bois des églises jurassiennes ont été remplacés au XIXe siècle par ces bancs en fonte.Une façon de rappeler que cette région, au début du XIXe siècle était une importante région industrielle métallurgique grâce à l'énergie abondante du bois et de l'eau (les moulins).
Eglise de Saint Lothain - L'intérieur
Sources : Care

La partie la plus ancienne

Un escalier unique permet de descendre dans la crypte depuis la troisième travée du bas-côté sud.La crypte est antérieure à l'an mil alors que les parties les plus anciennes de l’église, sont des constructions du XIe siècle.Les caractéristiques architecturales de l'ensemble les rattachent au premier art roman.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

Le plan

Elle se compose de trois nefs qui se terminent par une abside et deux absidioles. De gros piliers quadrangulaires cantonnés de piliers semi-circulaires supportent les voûtes d’arêtes. Elle n’est que pauvrement éclairée par des fenêtres en meurtrières percées dans les murs très épais.Une véritable église en réduction : 12,55m de large, 7,70m de long.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

Les sarcophages -1 - 3 - 4

Dans la crypte, trois sarcophages en pierre de Vergenne reposaient sur une maçonnerie d’un pied de hauteur, contre les murs.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

Le sarcophage de Lothain - 4 -

L’un d’eux (4) est identifié grâce à une inscription comme étant celui de Lautenus, mais on ignore s'il s'agissait de sa sépulture primitive.Sur le méplat du couvercle de l’un des sarcophages l'inscription identifie la tombe de Lautenus : HIC REQVIESCIT S(ANCTV)S LAVTENVS C(ON)F(ES)S(OR)Précédant cette inscription figure, à l’intérieur d’un cartouche, une croix pattée encadrée de l’alpha et l’oméga. Ce sarcophage est constitué d’une cuve de calcaire rétrécie aux pieds ainsi que d’un couvercle en bâtière, légèrement débordant, avec un méplat sur le faîte.La récente réévaluation de la date de production du sarcophage de Lothain permet d'envisager que ce sarcophage soit contemporain de la mort du saint (vers 540).La proximité du rocher n’a pas permis l’enfouissement des sarcophages dans le sol.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

L'autel - 2 -

"Une table de marbre noir du pays (en pierre Vergennes), légèrement taillée en cuvette et posée sur une maçonnerie sans âge, pourrait remonter à l'origine de la crypte." (Pierre Lacroix - Eglises Jurassiennes)La légende prétend que Saint Lothain y célébrait la messe.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

La source d'huile miraculeuse - 5 -

Au fond à gauche, un édicule en albâtre duquel on prétend que s’échappait une source de l’huile.Cette huile miraculeuse aurait été utilisée par Saint-Lothain pour oindre les malades.Cette source d’huile se serait tarie subitement quand les mercenaires suédois, à la solde de Louis XIV, lors de la conquête de la Franche-Comté y auraient graissé leurs bottes.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

Les fresques du plafond- 6 -

Au dessus de l'autel on devine des fragments de fresque (XIe siècle probablement).Au centre de la crypte, une autre fresque, très abimée représente la mort de Saint Lothain.
Eglise de Saint Lothain - La Crypte

Dans le cimetière...

qui entoure l'église....
Eglise de Saint Lothain - A proximité

Charles Sauria, enfant du pays.

En 1831, alors qu'il n'était encore qu'étudiant en chimie au collège de l'Arc1 situé à Dole (Doubs), il inventa les allumettes phosphoriques à friction en remplaçant le sulfure d'antimoine par le phosphore blanc dans la formule de John Walker. On raconte que c'est le souvenir d'une explosion accidentelle survenue lors d'une expérience de chimie en classe de seconde qui lui donna cette idée. Mais il ne possédait pas les 1500 francs nécessaires au brevet et c'est un Allemand J.F. Kammerer (parfois considéré à tort comme leur véritable inventeur, et informé par le professeur de chimie de Charles Sauria) qui fut le premier à les fabriquer industriellement l'année suivante.Ce n'est que 55 ans plus tard qu'il se vit reconnaitre la paternité de cette invention. L'Académie nationale agricole, manufacturière et commerciale lui décerne en 1887 une médaille d'argent pour son invention. Il vivra jusqu'à sa mort d'une modeste rente de 1800 francs par an versée par l'État et liée à la possession d'un bureau de tabac à Paris, à comparer avec les recettes du monopole des allumettes évaluées à 30 millions à la même époque.Mais la Légion d'Honneur lui fut refusée par le Président de la République Jules Grévy, pourtant son ancien camarade de collège de Poligny.
Eglise de Saint Lothain - A proximité
Par la suite, Sauria devint médecin. Il se consacra aux soins des plus démunis. Il était également poète, agronome, correspondant et membre de plusieurs sociétés savantes. Disciple de Fourier, Charles Sauria a tenté de mettre en place cette organisation sociale utopique, fondée sur de petites unités autonomes. Il créa avec son frère un phalanstère agricole, exploitation expérimentale dans laquelle les ressources étaient mises en commun.Il repose maintenant dans le cimetière de son village.En passant ayant une pensée pour lui... grattez une allumette .
Eglise de Saint Lothain - A proximité

En montant vers la colline ...

vous découvrirez à proximité, une petite chapelle dédiée à Saint Claude (le Saint Patron du diocèse) et à Saint Thiébaud. Elle date du XVIIe siècle._Merci d'avance pour vos photos._

Visite

Visite libre Ouverte tous les jours en été, sur demande hors saison : contact en Mairie : 03 84 37 28 65 - mairie.saintlothain@orange.fr L’église est ouverte et fermée par Mme Elisabeth Grand, nous la remercions de rendre ce beau bâtiment disponible à tout le monde.

Contact

Saint Lothain - Paroisse de Poligny Presbytère 10 Rue du Collège 39800 Poligny 03-84-37-10-70 secteurpoligny@eglisejura.com
Offie du tourisme de Poligny
Mairie de Saint Lothain A contacter pour visiter hors saison. 03 84 37 28 65 - mairie.saintlothain@orange.fr
Source d'Informations : Laurence et Thierry Monnier - Wikipedia Jura Musées Eglises Jurassiennes - Pierre Lacroix - Cêtre éditeur Office du tourisme Poligny, Arbois et Salins les Bains Commission Patrimoine et Culture Ambassadeurs du Vin Jaune Art Religieux Comtois
Crédits : photos-églises.fr Wiki Commons : P.Charpiat Bourgogne Romane : Cees van Haldereen Thierry Monnier