Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon

Proposée par : rd calk
Cordon
20 Route de la Cry - 74700
Monument Historique
Petit futé
Trip Advisor
Google
Face aux monts alpins dans le village de Cordon se dresse l’église Notre-Dame de l’Assomption, reconnaissable de loin par son élégant clocher à bulbe couronné d’un lanternon. Classée monument historique depuis 2004, l’église constitue un témoignage précieux du style baroque savoyard. Son extérieur sobre ne laisse rien présumer de la richesse de son intérieur éblouissant. Peintures murales, tableaux, dorure à la feuille d’or, statues, bois sculpté, polychromie... Tout est fait pour susciter chez le visiteur un profond sentiment de beauté et l’inviter à revivre des temps forts de l’histoire du christianisme et de la Vierge.

Dès 1100, la chapelle du château de Pierre de Savoie, Sire de Faucigny, située sur la route de Cordon, à 1 km de Sallanches, sert d’église paroissiale à la communauté de Cordon. Sallanches, avec le Château de Cordon, est déjà un lieu important de passage ; ses députés siègent aux Etats Généraux de Savoie.

En 1389, le Pape Clément VII érige l’église de Sallanches en collégiale et lui accorde certaines franchises. Le curé de Sallanches dessert en même temps la chapelle du Château. La communauté de Cordon, rattachée à la collégiale de Sallanches utilisera la chapelle Notre-Dame du Château comme église paroissiale jusqu’au XVIIIème siècle.

En 1781, la communauté obtient l'autorisation de construire une église, celle-ci est édifiée entre 1781 à 1785 pour 4 800 livres dans le hameau du Vuaz, en remplacement de la chapelle du château. Son plan est dû à Jean-Pierre Mathole, un architecte du Val Sesia résidant à Conflans, et reprend en grande partie celui de l'église de Saint-Nicolas-la-Chapelle. En forme de croix latine, c'est une copie des églises de Rome du XVIème siècle. Les matériaux utilisés proviennent de l’ancienne chapelle du château et du presbytère. Le clocher à bulbe construit après le départ des révolutionnaires français, date de 1816.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - Histoire

Une première rénovation a lieu en 1895. Le clocher est frappé par la foudre en 1973 et l'incendie et l'eau utilisée pour l'extinction causent d'importants dégâts. Cela nécessita l’intervention des Monuments historiques qui classèrent l’édifice en 1974 et financèrent sa reconstruction ainsi que celle de la toiture. Les peintures sont restaurées en 1978-82.

Dans le même souci de préservation de l’édifice, d’importants travaux de restauration de l’église ont été entrepris de 2009 à 2011 et permettent aujourd’hui de l’admirer dans son apparence originelle.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - Histoire

Dernière à avoir été construite à l’époque baroque au Pays du mont-blanc cette église est exceptionnelle par son harmonie, la sobriété de sa façade et des murs extérieurs, ce qui contraste avec les nombreux décors intérieurs.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'extérieur

Clocher

Le clocher à bulbe construit en 1816, est postérieur à la construction de l’église. Il a été recouvert d’acier « patiné » (peint à chaud) afin d’imiter au mieux la rouille d’un fer-blanc de 1816.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'extérieur

Cadran solaire

Sur le mur sud de l’église, le cadran solaire offre aux regards la devise des Cordonnants (habitants de Cordon) : « Le soleil luit pour tous ».

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'extérieur

Façade principale

Très débordante, l’auvent comporte trois panneaux ornés à l’origine de peintures. À gauche, le panneau le mieux préservé représente l’Assomption de la Vierge à laquelle est dédiée l’édifice. Au centre se devine le thème de la Trinité. Le panneau de droite, plus altéré, représenterait la Sainte Famille ou la Vierge avec Anne et Joachim, ses parents.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'extérieur

L'intérieur de Notre-Dame de l'Assomption dévoile un décor inattendu. Récemment restaurée, elle est aujourd’hui dans son apparence originelle. Dorures à la feuille d’or, bois sculpté et polychromie constituent un fabuleux décor baroque.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Narthex (entrée)

Depuis l’entrée, en levant la tête, on remarque au plafond un remarquable trompe l’œil entre les arcs séparant les travées : des nervures peintes en trompe l’œil semblent transformer les voûtes en voûtes d’ogives.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

À droite de l'entrée, un bénitier à godrons (ornements en relief) porte la date de 1679. Il provient, comme les bénitiers latéraux, de l’ancienne chapelle du château de Cordon.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

À gauche, les fonds baptismaux sont protégés par un meuble en bois destiné aussi à conserver les saintes huiles. Ils sont composés de deux bassins en calcaire.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Nef

Chacune des deux travées de la nef est couverte d’une voûte dont les quartiers situés près des murs sont ornés de fresques. L’ensemble des fresques de l’église s’inspire des Mystères du Rosaire. Il s’ouvre ici avec les Mystères Glorieux : Ascension du Christ et l’Assomption de la Vierge sur la gauche, Pentecôte et Couronnement de la Vierge sur la droite.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Coupole

La coupole est en général un élément d’architecture complexe, qui élève l’édifice. Dans cette église, elle s’intègre à la toiture de la nef et rien de l’extérieur ne laisse deviner sa présence. Les piliers de la croisée, massifs, permettent de contrebuter les poussées très importantes de ce genre de construction et aussi d’accueillir des décors et des autels.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Chaque scène est traitée en fonction des critères de l’art baroque : mouvement, couleur et lumière. Au centre, les volutes et la ronde des anges joufflus et joyeux entourent le paradis à la lumière éclatante.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Les scènes peintes « a fresco » dans la coupole représentent quatre des cinq Mystères Joyeux ou les grandes étapes heureuses de la vie de la Vierge : Annonciation, Visitation, Nativité et Présentation de Jésus au Temple. Cette dernière porte la signature et la date de l’achèvement de l’ensemble des fresques :: « Léonard Isler invenit et pin 1787 ».

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

On trouve sur les « pendentifs » (parties faisant a jonction et les piliers et la coupole) une représentation des quatre évangélistes. Chaque saint tient d’une main une plume et de l’autre l’évangile qu’il rédige. Des rayons émanant du sommet de la scène symbolisent l’inspiration divine de ces écrits.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Croisée du transept

Les croix rouges et tréflées de Saint-Maurice (protecteur de la Maison de Savoie), peintes sur les piliers, attestent la consécration de l’église, cérémonie religieuse qui confère a l’édifice son caractère sacré. Au nombre de douze, comme les apôtres, les fils de Jacob ou les tribus d’Israël.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Sur la gauche, l’autel du Rosaire : la pratique du Rosaire, diffusée par les Dominicains, consiste pour le fidèle à réciter une série de prières dédiées à Marie, tout en égrenant un chapelet.

Sur la droite, l’autel de Saint-Michel : ce petit retable en bois polychrome met en scène Saint-Michel terrassant le dragon, représenté sous les traits d’un homme monstrueux.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Transept nord (à droite)

On peut observer un retable triptyque en bois polychrome, de facture populaire et ancienne. On y retrouve, encadrant un tableau de la Crucifixion, les statuts de Saint Félix, évêque, et de Saint Grat (protecteur des moissons) avec à ses pieds une gerbe de blé. De part et d’autre on peut voir deux colonnes torses, fines et évidées, rares, car difficiles à sculpter.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Accrochée au mur à gauche du retable, une statue de Saint Pierre, représenté avec deux clefs : l’une en or, céleste, l’autre en argent, terrestre, rappelant le privilège que détient saint Pierre d’ouvrir et fermer les portes du Paradis. Le coq a ses pieds rappelle la phrase du Christ : « Avant que le coq ne chante deux fois, tu m’auras renié trois fois ». Cette représentation, rare en France, illustre la faiblesse humaine et la force du pardon.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Transept sud (à gauche)

Le retable du transept sud est dédié à Notre-Dame des Douleurs. L’attique (partie supérieure) est occupé par un médaillon avec, au centre, un cœur transpercé d’un poignard, symbole de la douleur de la Vierge. De part et d’autre, les volutes, les colonnes torses et la balustrade rappellent l’origine baroque de l’œuvre.

Dans le tableau central, la Vierge est représentée le corps transpercé par sept glaives, évocation des sept épreuves qu’elle doit affronter au cours de son existence. Dans la partie gauche du tableau, un angelot pleure, témoin de la scène.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

De chaque côté sont placés des statues de Joseph et Marie. Autour du médaillon central figurant un pietà, le décor des roses, symbole de la Vierge, rappelle la destination de ce retable.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Choeur

Dans le cœur la pièce la plus remarquable est le retable du maître autel monumental. Ce meuble en bois polychrome vert et rouge rehaussé d’or forme comme un écrin autour du tabernacle.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

L’étage principal du retable correspond à la hauteur des murs de l’église, il est divisé en trois registres sur lesquels on retrouve des représentations de saints. Au centre, entouré de volutes, symboles du paradis, Dieu le Père, représenté de façon bienveillante, humaine, tenant le monde dans une main surmonté d’un triangle symbolisent la Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit),

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

L’attique (partie au-dessus des registres), en demi-cercle à la voûte du chœur est recouvert d’un décor de draperies, qui donne à l’ensemble un aspect théâtral.

  • à gauches Saint Antoine « abbé »,
  • au centre, entouré de volutes, symboles du paradis, Dieu le Père, représenté de façon bienveillante, humaine, tenant le monde dans une main surmonté d’un triangle symbolisent la Trinité (le Père, le Fils et le Saint-Esprit),
  • à droite Saint Jean-Baptiste.

Le tabernacle est imposant, doré à l’or fin, très travaillé au-dessus de l’autel majeur ; on observe deux statues : Saint Pierre et Saint Paul. Il met en valeur la présence du Christ dans l’église et renferme le corps et le sang du Christ.

Église Notre-Dame de l’Assomption de Cordon - L'intérieur

Visite

Ouvert tous les jours de 9h à 18h. Une visite de l’église baroque « Notre Dame de l’Assomption » est proposée par Claire Tronchet, guide du patrimoine des pays de Savoie, tous les vendredis à 09h30 au tarif de 7€/adulte.

Contact

Office du tourisme de Cordon 1 Place du Mont-Blanc 74700 CORDON Tél : +33 (0)4 50 58 01 57 Du lundi au samedi 9h-12h et 14h-17h45
Sources :
Crédits : Flick'r : Bernard Blanc https://www.flickr.com/photos/50879678@N03/ Wiki Commons : Brassoud, Siamois, https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Église_Notre-Dame-de-l%27Assomption_de_Cordon?uselang=fr Site Dignois http://dignois.fr/Cordon-Savoie/#top