Eglise Saint Aignan et sa crypte

Orléans
Place du Cloître-Saint-Aignan, - 45000
Trip Advisor
Cityzeum
Cette très belle église a été construite, à l'origine, pour le culte de Saint Aignan, dont les reliques se trouvaient dans la crypte. La basilique actuelle, commencée par Charles VII en 1438 mais achevée en 1509 par Louis XII, n'est pas la première construction puisque les traces d'édifices datant du VIe, IXe et XIe, XIVe et XVe ont été retrouvées. Elles ont toutes été détruites, par des incendies, des inondations, ou par main humaine.Les Orléanais et en particulier les chanoines ont toujours tenu à reconstruire cet édifice car Saint Aignan est un personnage important de l'histoire d'Orléans pour le rôle qu'il a joué contre les barbares au Ve siècle alors qu'il était évêque de la ville..La crypte, construite par le roi Robert le Pieux est restée dans un très bon état de conservation, c'est un témoignage exceptionnel du renouveau de l'architecture religieuse de l'an mil.Si vous avez des jumelles proximité.... prenez les.

collégiale royale ?

Une Collégiale est une église dont le service est assuré, par un collège de Chanoines, clercs suivant une règle de vie commune, se réunissant en chapitre sous la responsabilité d’un Doyen élu.Les Chanoines s’administraient de façon autonome. Ils avaient différentes fonctions. Leur vie était consacrée à la prière, ils chantaient tous les offices mais n’avaient pas les fidèles en charge.Les Chanoines de Saint Aignan étaient des Chanoines « séculiers » (qui vivent dans le siècle).Ils conservaient leurs biens propres, avaient leur maison individuelle, portaient un habit particulier.Ce chapitre acquerra une grande importance puisque plusieurs rois de France en seront Abbé.

... dédiée à Saint Aignan

Né au Ve Siècle à Vienne en Isère, de parents venus de Pannonie (plaine de la Hongrie méridionale) il fut un des premiers évêques d’Orléans.illustration : Saint Aignan veillant sur sa ville.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - Quelques précisions
En 451, il joue un rôle essentiel lors du siège d’Orléans par les Huns menés par le terrible Attila, terroriste de l’époque. L’évêque a soutenu le courage des Orléanais terrifiés et fortifié leur espérance en jeunant et priant sans cesse avec eux.En même temps il a organisé la défense de la ville et appelé à son secours son ami le Général Romain Aetius (illustration) alors en poste à Arles.Attila qui venait d’être mis en déroute à Paris par Sainte Geneviève, sera contraint de fuir par l’arrivée d’Aetius qui le poursuit et le battra aux champs Catalauniques en Champagne.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - Quelques précisions
Saint Aignan meurt le 17 novembre 453. Bien que de nos jour dans l’ombre de Jeanne d’Arc, il est toujours fêté, le 17 novembre à Orléans. Il est le patron du Diocèse.

une crypte ?

Une crypte est la partie souterraine d’une église. Ici, plutôt église basse, la crypte abritait les sarcophages de Sept Saints (dont celui du grand Saint Aignan) que venaient vénérer les pèlerins.Ils y accédaient directement de l’église haute par deux longs couloirs descendant sous les bas-côtés du chœur et de la nef.Cette crypte a été en usage jusqu’en 1358, date de l’arasement de l’église de Robert Le Pieux.Les travaux de fondation de l’église gothique de Louis XI ont nécessité le comblement de ses chapelles et le renforcement des piliers du chœur.Ils en ont condamné l’accès, d’ailleurs devenu inutile puisque à l’époque gothique les reliques étaient placées de manière plus convenable dans des reliquaires et exposées à la vénération des fidèles dans l’église haute.Depuis l’époque de Charlemagne seuls les motifs floraux étaient sculptés. Au tout début XIe la nouvelle tendance est de représenter des formes humaines associées à des animaux fantastiques. Bien qu’encombrées de maçonneries ajoutées, cette crypte très innovante dans le domaine de l’architecture et de l’art reste particulièrement intéressante.De 1744 à 1773 la crypte servit de sépulture aux chanoines qui y accédaient par le couloir sud, rouvert dans ce but.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - Quelques précisions

L’antiquité

Aignan est relayé par les troupes du général romain Flavius Aetius - illustration - (arrivées très tardivement, du fait de la faiblesse et quasi absence du pouvoir impérial, à cette époque de délitement de l'Empire romain). On peut penser qu'à tout le moins, l'action de l'évêque d'Orléans permit d'éviter le massacre généralisé et d'attendre les secours, qu'il avait préalablement fait appeler. L'arrivée de l'armée romaine - alors que tout semblait perdu - put apparaître comme miraculeuse.Aignan meurt le 17 novembre 453 et aurait été inhumé dans cette église. Il est plus tard canonisé et désigné comme saint patron de la ville et du diocèse.Depuis un petit monastère portait le nom du Saint est situé au bord de la Loire...
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

Le Moyen-Age – La première abbaye

Au VIIe siècle, Saint-Aignan, s’agrandit, devient un monastère puis une abbaye régie par les règles de Saint Benoît et de Saint Colomban.Au IXe siècle, les moines qui la composent prendront le statut de chanoines et ne seront plus soumis à la règle de saint Benoît (illustration). La vie autour de la collégiale se développe jusqu'à ce que celle-ci acquière une complète autonomie, en partie grâce à Théodulfe, évêque d’Orléans et conseiller de Charlemagne.Comme il était de règle, tous les membres de la communauté étaient tenus de participer aux assemblées plénières et avaient « voix au chapitre », y compris les enfants de chœur (à ne pas confondre avec les simples servants d'autel d'aujourd'hui, leur fonction principale étant de chanter dans le chœur professionnel de l'église).Après la disparition de l'Empire de Charlemagne, la collégiale subit les pillages des Normands, elle est notamment saccagée en l’an 865, et elle disparaît dans le grand incendie de 999 qui détruisit la ville. Il ne reste de l'édifice que la crypte actuelle qui servit à protéger les reliques de saint Aignan.La reconstructionUne basilique romane est reconstruite plus en hauteur par le roi Robert II de France dit Robert le Pieux, en 1029, après douze ans de travaux.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

La guerre de Cent Ans

Durant la Guerre de Cent Ans, en 1359, Orléans est assiégé par les anglais. La population, par crainte que l’armée anglaise ne se serve des églises de la ville comme lieux de retranchement, détruit Saint-Pierre Ensentelée (actuellement Saint-Pierre du Martroi), Saint-Euverte et Saint-Aignan. Ils mettront huit jours à raser la bastide.L’église est de nouveau reconstruite en 1420. Cependant, huit ans plus tard, la ville étant à nouveau assiégée par les anglais, toutes les églises du faubourg sont détruites sur ordre du bailli Raoul de Gaucourt (illustration Raoul de Gaucourt en campagne).
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

La reconstruction

Une basilique romane est reconstruite plus en hauteur par le roi Robert II de France dit Robert le Pieux, en 1029, après douze ans de travaux._illustration : Robert le Pieux à l’office dans la cathédrale d’Orléans. Robinet Testard, Grandes Chroniques de France, vers 1471, Paris, Bibliothèque nationale de France_
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

XVe siècle

Dès la paix revenue grâce à Jeanne d’Arc, sa reconstruction lancée, à partir de 1439 par le roi Charles VII, est principalement l’œuvre de Louis XI qui l’inclue dans les nouvelles fortifications du XVe siècle.Ce qu’on appelle l’Eglise Saint Aignan est ce qui reste (chœur et transept) de cette collégiale Royale reconstruite par Louis XI au XVe siècle, au-dessus de la crypte (subsistant de la collégiale romane antérieure détruite durant les guerres de cent ans).

XVIe - XVIIe siècle

En 1509, en partie grâce au financement de Louis XI - illustration -, la nouvelle collégiale est consacrée par Martin de Dreux, doyen du chapitre.Au XVIIe siècle, pendant les guerres de religions, les Protestants pillent puis incendient la charpente entrainant l’écroulement de la nef.C’est donc une église mutilée.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire
Manquant de moyen, les Chanoines ne reconstruiront pas la nef mais la mureront en 1750, (Photo 4).
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

La Révolution

Durant la Révolution française, de 1792 à 1802, l’église Saint-Aignan, perd sa destination religieuse et sert successivement d’atelier de fabrication de tentes militaires, de local pour un groupe révolutionnaire puis en 1798, elle devient un « Temple de la Reconnaissance et de la Victoire ».Le chapitre de chanoines disparaît à la Révolution française, en novembre 1790.Le monument sera acheté par l’architecte Benoit Le Brun qui détruira ce qui restait de la nef et de la tour pour en récupérer les matériaux et les vendre.

XIXe siècle

Ce n’est qu’en 1802, après le Concordat entre Bonaparte et la Papauté, qu'elle sera rendue au culte. Elle devient alors une simple paroisse.La paroisse du Crucifix Saint Aignan alors devenue inutile sera supprimée._illustration : la vue d’Orléans dessinée par Charles Pensée en Juin 1829_
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

La réouverture de la crypte

La réouverture de la crypteCependant En 1857 elle est restaurée et réaménagée non pour le culte mais pour des raisons archéologiques.Son accès se fait désormais par une porte en contrebas, sous le chevet côté sud ; (Photo en attente)
Les Religieuses Ursulines installent alors leur couvent entre l’ancienne collégiale et la Loire.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

Un paroissien célèbre

A cette époque, Saint Aignan était la paroisse de la famille de Charles Péguy qui y fut baptisé en 1873
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire
Depuis le XIXe siècle une maquette en zinc représentant la collégiale de Louis XI avant les destructions protestantes, réalisée par un de ses paroissiens, le ferblantier zingueur Jules Louastron nous montre la collégiale dans sa splendeur initiale.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'histoire

Du pur gothique

Datant du XVème siècle, entièrement de style gothique flamboyant, la collégiale est l’un des deux seuls bâtiments (avec la basilique de Cléry Saint André) de ce type dans le Loiret
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Cette ancienne collégiale a été construite à 500 m de la Loire sur un coteau (partiellement aménagé) aux pentes sud et ouest particulièrement abruptes (photo 10 et 11 prises de l’Int du parking du séminaire). Cette configuration de terrain interdisait tout accès par la façade sud et par la tour ouest aujourd’hui disparue.
L’entrée s’imposait donc par le transept nord, où s’ouvre l’unique porche de l’église délicatement orné de sculptures hélas martelées par les protestants. Photo 8 et 9

Eléments extérieurs les plus intéressants :

Les gargouilles du porche, et nombreuses sculptures figurées, plus originales les unes que les autres, ornent en hauteur la partie extérieure Est du chœur et de son chevet. Quatre photos (11 Ter chevet)
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Les gables à la base des toitures sont ornés de têtes d’homme, d’homme d’armes et de quelques femmes.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
têtes d'hommes
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Chien capturant un perroquet
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur

La flèche

A la croisée du transept, la flèche octogonale abrite trois cloches hélas déposées.Noter le Crucifix au faîte du transept sud.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur

Au nord de l'église

Le cloître St AignanLes Chanoines, assurant le service de la collégiale, ont bâti leurs demeures au nord de l’église. Cet espace est appelé le cloitre Saint Aignan.Voir le Fragment du plan d’Inselin 1713 (photo 30)Le cloître était clos de quatre portes, les vestiges de l’une d’entre elles sont visibles rue de Cloligny.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur

A proximité

A l’angle de la rue de l’Oriflamme, une curieuse tête sculptée orne la façade du N°18, emplacement de la demeure du Doyen de St Aignan photo 31.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Au N° 10, une maison de briques construite par Louis XI, qui y résidait souvent.Au N°7 la maison où résidait le prince de Coligny pendant les guerres de religions. (illustration)
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Au N°1, juxtaposée à l’église, l’entrée du Séminaire Interdiocésain toujours en activité. Contigüe à l’église, le séminaire occupe et déborde par son jardin (illustration) l’emplacement de la nef et de la tour de la collégiale détruites.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Sa riche bibliothèque est ouverte à tous : plus de 90 000 volumes du XVIe à nos jours.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'extérieur
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Plan de la crypte archéologique

La crypte : contour noir trait épais L’église actuelle, contour noir trait finLes premières travées des bas-côtés étaient la partie de la crypte où l’on arrivait tout d’abord.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
Le couloir d’accès nord...se prolonge à la hauteur du chœur par une arcature basse.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Les piliers

Les piliers sont ornés de chapiteaux sculptés de motifs floraux et géométriques, dans la tradition carolingienne.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Le déambulatoire

Ce couloir aboutissait au déambulatoire. Seule sa partie desservant la première chapelle du côté nord subsiste.Cette petite chapelle de plan hémicirculaire, voûtée en cul-de-four et éclairée de 2 fenêtres est la seule subsistante.Moins enterrée qu’aujourd’hui des fenêtres au-dessus des arcatures, dans chaque travée éclairaient l’espace.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
A l’extrémité du couloir, d’accès sud subsiste une seule arcature à motif géométrique.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
L’ensemble primitif a été interrompu par l’escalier d’accès archéologique de douze marches.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
Au centre, le chœur avec ses quatre piliers subsistants, enfermés à l’intérieur de maçonneries.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
Des sondages ont permis de dégager des chapiteaux remarquables.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
Le martyrium à l’ouest occupe toute la largeur de la nef. C’est dans cette étroite salle rectangulaire voutée et fermée aux pèlerins qu’ étaient conservés les sarcophages des Saints.Elle est entièrement construit de pierres plates allongées (fragments d’ancien sarcophage réemployés).D’étroites ouvertures, « les fenestellae » permettaient de voir les tombes à l’intérieur et de les toucher de son bâton de pèlerin. Photo 49.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Deux piliers innovateurs historiés

L’un se trouve dans le chœur, l’autre contre le martyrium.Les chapiteaux des piliers subsistants du chœur sont tous sculptés de végétaux,à l’exception d’un seul.La première face de ce chapiteau dégagé, montre deux animaux effrayants, fiers et souriants encadrant un homme nu accablé, s’effondrant vers le sol, honteux. La position de ses pieds pointés au sol ne lui permet pas la marche, c’est-à-dire d’avancer.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
La deuxième face de ce même pilier monte un homme bien droit. Il porte une barbe et regarde confiant vers le ciel les yeux grand ouverts. Il tient fermement un des deux animaux (les mêmes) par l’oreille et chasse résolument l’autre.Ses pieds sont posés à plat au sol, il marche dynamiquement.Ces personnages ont conservé leur polychromie d’origine.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Le chapiteau du pilier central

Le chapiteau du pilier central du martyrium montre trois scènes.Au centre du chapiteau et de face un homme nu, portant la barbe, cachant sa nudité de ses mains est encadré de deux animaux particulièrement effrayants. Ses pieds posés au sol talon contre talon, ne lui permettent pas de déplacement.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
La scène de droite montre un homme en mouvement.Il tient un gourdin à la main, il bastonne et combat la bête.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

Epitaphes de chanoines enterrés au XVIIe siècle.

Quelques épitaphes ont été conservées. Sur un support en ardoise, sont inscrits les noms et années de décès du chanoine.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan
Plusieurs plaques comportent des signes en forme de gouttes, l’une comporte une tête de mort évoquant le « memento mori » rappel de notre condition mortelle ?
Eglise Saint Aignan et sa crypte - La crypte Saint Aignan

L'entrée

Lorsque l’on entre dans l'église, on est surpris par sa grande sobriété intérieure, et sa luminosité.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur
L’espace meublé de chaises et d’une chaire, l’allée centrale aboutissant à un monumental retable , tout donne à penser de façon erronée se trouver à l’entrée de la nef d’un sanctuaire... Il n’en est rien.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

La croisée du transept

Nous sommes à la croisée d’un transept court dont le bras sud n’a pas de communication avec l’église et dont la nef a été murée.Nous sommes face à un long chœur de quatre travées, vouté d’ogives.Les étroits collatéraux du chœur uniquement destinés au passage des chanoines, peu élevés et voutés d’ogives contrastent avec la hauteur des voutes de la nef.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les chapelles

Les piliers octogonaux s’élèvent et se rejoignent.Les bas-côtés s’ouvrent au nord sur 3 chapelles du XVe,siècle au sud sur 3 salles du XVIe siècle (la salle capitulaire et les deux salles de la sacristie, surmontées de salles hautes)Le chœur de 5 chapelles rayonnantes du XVe s’ouvre sur un déambulatoire peu élevé, vouté d’ogives.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Des éléments remarquables - La maquette

La maquette de l’église initiale, placée contre le transept Sud, permet d’avoir une appréhension claire du bâtiment et de son histoire. Elle est située contre le transept sud.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les culs de lampe et chapiteaux

Les culs de lampe et chapiteaux.Les nervures de voutes reposent sur des culs de lampes, c’est-à-dire des clefs pendantes, sculptés dans leur majorité de personnages tenant des phylactères, mais aussi d’animaux et de feuillages.De même à la jonction des arcs doubleaux et de leur colonne engagée, les chapiteaux sont richement sculptés.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Le retable

Le retable (photo 87)Louis XIII offre un autel accompagné d’un grand retable destiné à porter la châsse de Saint Aignan.La châsse actuelle a été offerte par les Orléanais en 1803. (photo 88)et (photo 89).Le retable est attribué à Martellange, Jésuite architecte qui élabora les façades du transept de la cathédrale d’Orléans.D’ordonnance corinthienne à 4 colonnes de marbre noir, il est surmonté de deux personnages en pierre.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur
A gauche un homme terrassant un dragon, l’Archange Saint Michel, à Droite un jeune homme guidant un enfant qu’il tient par la main en lui montrant le chemin, l’Ange gardien.(photo 90)Ces motifs sont représentatifs des dévotions du XVIIe. Les photos anciennes montrent qu’il y avait un crucifix au sommet de ce retable.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les maîtres autels

Les deux Maîtres Autels MajeursDevant ce retable et son autel, un autre autel en marbre précieux rose est disposé de telle sorte qu’il semble faire partie du retable de Louis XIII. Cet autel Louis XV jure avec la simplicité du lieu.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les clefs de voute

Les clefs de voute.Elles sont polychromes dans le chœur où elles portent l’effigie de Saint Aignan pour l’une, les armes des rois de France pour les autres.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur
Elles sont en pierre nue dans les collatéraux et les chapelles de chœur.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Le Baptistère.

De forme octogonale, il date de 1817. Son décor représente le récit de Genèse.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les chapelles de chœur

( Photos 97 et 98).Hélas recouvertes de plâtre et peintes au XIXe souffrent de l’humidité. Elles sont décorées de statues vulgaires de Sainte Philomène, du Saint curé d’Ars, de l’œuvre du pain de Saint Antoine de Padoue.L’enfant Jésus, attribut de Saint Antoine, porte au cou un cœur ex-voto contenant le touchant message de remerciement d’une femme pour le retour de son mari soldat de 1914.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

La Châsse de procession

La Châsse de procession. Photo 103 Cette Châsse en vermeil a été exécuté par la maison Poussielgue de Paris en 1896.Placée sous « cloche » elle est exposée dans la chapelle latérale sud.Quatre personnages en bronze argentés, portent le tube en verre qui contient le bras du Saint dûment authentifié.Les extrémités du tube sont fermées par des plaques de cuivre émaillées et dorées.Tout le monument repose sur une plateforme soutenue par quatre griffes et entourée d’ornements alternés en émail et en filigrane avec des cabochons de différentes couleurs.C’est cette châsse qui est présentée aux fidèles le jour de la Saint Aignan le 17 novembre ou le dimanche suivant
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les tableaux

Tableau du XVIIIe relatant l’arrivée d’Aetius et la délivrance d’Orléans en 451.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur
Saint Aignan au ciel veillant sur la ville d’Orléans, œuvre du XIXe. Photo 105
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Le bienheureux Reginald

Sous l'orgue...La vision de Bienheureux Réginald. Cette toile anonyme du XIXe siècle, a été souhaitée et offerte par le Prêtre orléanais Bienheureux Hyacinthe Marie Cormier en hommage au Bienheureux Reginald. Le Bienheureux Reginald, après avoir été Doyen du Chapitre de la collégiale romane en 1211 pris l’habit des Dominicains et devint le précieux collaborateur de Saint Dominique.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les doyens du chapitre

La liste des Doyens du chapitre de La collégiale saint Aignan au fil des siècles est située à l’entrée du collatérale Nord. Photo 108.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

L’orgue.

Construit en 1872 par le facteur d’Orgue Orléanais Charles Beaurain, se compose de 26 jeux répartis sur deux claviers et d’un pédalier. Photo 109
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

La salle capitulaire

La salle capitulaire située sur le collatéral Sud. Elle est la salle où se réunissaient le chapitre des Chanoines. Elle a conservé sa sobre décoration du XVIIe siècle. C’est ici que le Saint sacrement est exposé.(illustration en attente)

La sacristie

Son exeptionnelle porte en anse de panier est remarquablement ornée d’une frise de feuilles de choux.Son lavabo du XVIe siècle. N’ayant pas subi de buchage, son architecture typique est restée intacte. De cuve octogonale, il sert à évacuer les eaux ayant servi au lavement des mains. Il est toujours en service.
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Les salles supérieures

Côté sud, au-dessus de la sacristie et de la salle capitulaire, se trouvent deux salles de travail des Chanoines. L’une est ornée d’une imposante cheminée du XVIIe siècle, ses fenêtres donnant sur la Loire sont équipées de sièges en pierre à la manière des châteaux médiévaux.Sur le collatéral Nord, remarquez la voute nettement plus basse de la dernière chapelle. Au-dessus de cette chapelle, se trouve une petite salle de travail chauffée par une belle cheminée du XVe siècle
Eglise Saint Aignan et sa crypte - L'intérieur

Visite

Les visites de la crypte sont possibles pour les groupes uniquement et sur demande anticipée adressée auprès du rectorat de la cathédrale d'Orléans. Tel. 02 38 77 87 50 Adresse : 26 r St Etienne, 45000 ORLÉANSUne signalétique a été installée dans toute l’église. L’église se visite avec ces panneaux.

Contact

Paroisse Cœur de ville Paroisse Cœur de ville Offices : tous les dimanches à 11 h 30 sauf durant les mois de Juillet et Août ;Très active non seulement lors du festival de Loire du 18 au 22 septembre 2019 mais surtout lors des Journées du Patrimoine les 21 et 22 septembre 2019Presbytère Saint-Paterne112 rue Bannier – 45000 Orléans 02.38.42.13.00 du lundi au vendredi de 14h30 à 17h30 le samedi de 9h15 à12h
Office du tourisme 2, place de l’Étape – CS 9563245056 Orléans cedex 1Tél : 02 38 24 05 05infos@tourisme-orléans.comHEURES D'OUVERTURED'AVRIL À SEPTEMBREDu lundi au dimanche et jours fériés : 9h30/19hD'OCTOBRE À MARSDu lundi au samedi : 9h30/12h30 - 14h/18h Dimanches et jours fériés : 10h/13h Fermeture : 25 décembre et 1er janvier
Mairie d'Orléans 1 place de l'Étape 45040 Orléans Cedex 1 02 38 79 22 22Horaires de la Mairie :lundi au jeudi : 8h30 - 17h30 vendredi : 8h30 - 17h00 samedi : 9h00 - 12h00 (uniquement les affaires administratives)
Proposée par : Bernadette Lezier - Wikipedia Bernadette Lezier
Crédits : Romain Foiret, Bernadette Lezier Wiki Commons : Croquant, Fab5669