Eglise Saint Etienne du Mont

Paris
Place Sainte Geneviève - 75005
Google
Trip Advisor
Michelin (/3)
Petit futé
L'église Saint-Étienne-du-Mont est située dans le Quartier latin de Paris, sur la montagne Sainte-Geneviève, à deux pas du Panthéon. L'église que le visiteur admire de nos jours date de la fin du XVe siècle mais son histoire remonte au VIe siècle. Elle présente un mélange harmonieux et original d’art gothique et d’art Renaissance.Son jubé, unique à Paris, édifié dans les années 1530 en est un témoignage éclatant, situé entre un chœur de style gothique flamboyant et une façade de style franco-italien. Par ailleurs, elle abrite les reliques de sainte Geneviève, patronne de Paris. Outre une église paroissiale, elle est ainsi un lieu de pèlerinage.Huysmans la décrivait dans En route (1895) comme l'une des plus jolies églises de Paris.
source : Wikipedia

Les premières églises

L'église Saint-Étienne-du-Mont tire son origine de l'abbaye Sainte-Geneviève, où la sainte éponyme (illustration) avait été inhumée au VIe siècle. L'abbaye attirant à elle une foule de laïcs à son service, une chapelle leur est d'abord affectée dans la crypte. Consacrée à la Vierge Marie, puis à Saint Jean apôtre, le lieu s'avère trop exigu pour accueillir tous les fidèles.En 1222, le pape Honorius III autorise la fondation d'une église autonome, qui est consacrée cette fois à saint Étienne, alors saint patron de la cathédrale Saint-Étienne de Paris, l'ancienne cathédrale de Paris qui se trouvait à l'emplacement de Notre-Dame.Rapidement, le nouvel édifice est débordé par une population de plus en plus dense : la Sorbonne et de nombreux collèges sont situés sur le territoire de la paroisse.Il est agrandi en 1328, mais une reconstruction complète devient nécessaire dès le xve siècle.
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire

L'église actuelle

En 1492, les moines génovéfains (chanoines de l'abbaye Sainte Geneviève) font don d'une partie de leurs terres pour la construction de la nouvelle église.Celle-ci se déroule en plusieurs étapes, donnant au bâtiment actuel un aspect composite. Sous la direction de l'architecte Étienne Viguier, l'abside et le clocher sont ébauchés en 1494 ; les deux premières cloches sont fondues en 1500. Le chœur, d'époque gothique flamboyant, est achevé en 1537 ; l'année suivante, c'est au tour de la charpente d'être posée. Le jubé est bâti vers 1530-1535.En 1541, Guy, évêque de Mégare, bénit les autels des chapelles du chevet. La même année, la paroisse passe des marchés pour les vitraux et les statues auprès d'artisans parisiens. La nef, d'époque Renaissance, n'est pas voûtée avant 1584. La première pierre de la façade est posée en 1610 par Marguerite de Valois, qui a consenti à cet effet un don personnel de 3000 livres.

XVIIe siècle

L'église est dédiée le 25 février 1626 par Jean-François de Gondi, premier archevêque de Paris, oncle du cardinal de Retz. Néanmoins, les aménagements continuent : en 1636, on installe les grandes orgues, œuvre du facteur Pierre Pescheur, dont le buffet est réalisé par Jean Buron. En 1651, une nouvelle chaire est installée. On aménage également des locaux pour les marguilliers et des logements pour les prêtres.
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire

XVIIIe siècle

Aux XVIIe et XVIIIe siècle, l'église Saint-Étienne-du-Mont jouit d'un grand prestige. Elle est le théâtre de grandes processions où la châsse de Sainte-Geneviève se rend à Notre-Dame pour revenir ensuite dans son église.L'église accueille également les dépouilles de Pierre Perrault, père de l'auteur des Contes Charles Perrault, du peintre Eustache Le Sueur et de Pascal (illustration).Celles de Racine et d'Isaac Lemaistre de Sacy sont également transférées en 1711 de Port-Royal à Saint-Étienne.Sous la Révolution française, l'église est d'abord fermée, puis transformée en « temple de la Piété filiale ».
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire

XIXe siècle

Le culte catholique est restauré en 1801, à la faveur du concordat. L'année suivante, la démolition de l'église abbatiale de l'abbaye Sainte-Geneviève et la percée de la rue Clovis font de Saint-Étienne un édifice autonome.Sous le Second Empire, l'église est restaurée par Victor Baltard : la façade est remontée et les statues, détruites par les révolutionnaires, sont restituées. Baltard bâtit également la chapelle des catéchismes.
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire
Le XIXe siècle est marqué par plusieurs événements :Le 10 janvier 1805, le pape Pie VII célèbre la messe dans l'église.En 1833, Frédéric Ozanam, paroissien de Saint-Étienne, fonde avec des amis la Société de Saint-Vincent-de-Paul.Le 3 janvier 1857, Mgr Sibour (illustration), archevêque en titre, y est assassiné aux cris de « à bas les déesses ! » par le prêtre interdit Jean-Louis Verger, opposé au dogme de l'Immaculée Conception. Une plaque à l'entrée de la nef marque l'endroit où tombe le prélat, qui allait inaugurer la neuvaine de sainte Geneviève.
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire

XXe siècle

Le 23 août 1997, le pape Jean-Paul II y célèbre une messe lors de la visite à Paris, à l'occasion des Journées mondiales de la jeunesse.
Eglise Saint Etienne du Mont - Histoire
sources : wikipedia, www.saintetiennedumont.fr
Construite au xvie siècle, l’église Saint-Étienne se caractérise par une architecture particulière, entre les derniers feux du Gothique, sous sa forme dernière, le flamboyant, et la Renaissance influencée par l’Antiquité.
Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur

Le plan

Sa structure générale est celle d’une église basilicale longue de 69 m et large de 25,5 m : le transept n’est pas saillant à l’extérieur, les bas-côtés sont très hauts.L'église possède également la particularité d'avoir l'axe du chœur incliné par rapport à celui de la nef et de ce fait de ne pas avoir de symétrie axiale.(sans doute en raison de la forme du terrain, mais les décalages sont peu perceptibles).
Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur

La façade

La façade (édifiée de 1610 à 1622) est à l’extérieur l’élément le plus singulier : c’est un ensemble harmonieux où un décor Renaissance, unique à Paris sinon en France, s’intègre à une structure héritée du Moyen Age, tripartite et élevée. Au premier niveau, le portail évoque un temple grec ; au sommet, l’ensemble se termine par un haut pinacle gothique.Cette façade a été restaurée au XIXème siècle par l’architecte Baltard qui refit la statuaire détruite à la Révolution.Elle est couronnée par un haut clocher.
Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur

Le chevet

L’église fut complétée par la chapelle de la Vierge, située tout au fond dans l’axe, et construite en 1653, dans un style classique. Au chevet de l’église, un cloître à trois côtés, édifié entre 1605 et 1609, entourait
Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur

Le presbytère

un petit cimetière.Dans le prolongement de l’église, un charmant hôtel particulier fut construit par Louis d’Orléans, fils du Régent, qui en fit sa résidence. C’est l’actuel presbytère.
Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur

Les gargouilles

Eglise Saint Etienne du Mont - Le plan et l'extérieur
L'église Saint-Etienne-du-Mont est remarquable à plusieurs titres

Le Jubé

Son exceptionnel jubé conjugue une structure gothique avec une ornementation Renaissance.Au Moyen Age, le jubé est à la fois une barrière séparant le chœur, où se tiennent les religieux et les chanoines, de la nef où sont les simples laïcs, et une tribune d’où est proclamée la Sainte Parole (d’où son nom, correspondant au début de la prière par laquelle le lecteur demandait la bénédiction au prêtre : «jube, domine, benedicere…» : «Daigne me bénir, Seigneur…»).
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
Les jubés ont disparu de la plupart des églises gothiques, et leur usage s’est perdu dans les églises modernes; ils isolaient davantage les prêtres des fidèles, ce qui explique probablement leur destruction.Plusieurs villes de France possèdent encore des jubés mais l'un des plus curieux et remarquables est celui-ci, le seul qui subsiste à Paris.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
La balustrade, véritable entrelacs de dentelle de pierre, est sculptée dans du calcaire de Saint-Leu et ses deux escaliers s’enroulent autour des piliers tout en desservant, à la fois, le jubé et la coursive. Curieusement on ignore l’auteur de ce chef-d’œuvre alors que la plupart des noms des artisans ayant participé à la construction de l’église nous sont connus.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
En revanche pour les sculptures du jubé, dont les deux figures de jeunes hommes aux regards extatiques surmontant les portes menant au chœur, l'auteur est bien identifié : il s'agit de Pierre Biard l'Aîné.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur

Le Christ

Le beau Christ en croix qui surmonte le jubé, oeuvre de Ulrich de Grienewald, provient de la chapelle de l’Ecole polytechnique, supprimée en 1830.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur

La chaire

La chaire en bois sculpté, réalisée vers 1640 par Claude Lestocart sur les dessins de Laurent de La Hyre, est classée monument historique.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
Son pourtour est orné de sept statues allégoriques représentant les vertus cardinales (prudence, justice, tempérance, **force**) et théologales (espérance, foi, **charité**), séparées par des bas-reliefs sculptés sur les panneaux racontant l'histoire de saint Étienne.Le dais est surmonté d'un ange, environné de différents génies.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
La chaire est supportée par un personnage debout sur un lion étendu, tenant dans sa main droite une mâchoire d'âne : il s'agit donc de Samson, personnage biblique doué d'une force légendaire, qui a terrassé un lion (Livre des Juges 14, 6) et tué un millier de Philistins avec une mâchoire d'âne (Livre des Juges 15, 14-17).
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
ainsi qu'un buffet d'orgues (1631), le plus ancien de la capitale.
L'église renferme également la châsse qui contenait les reliques de sainte Geneviève jusqu'en 1793 (date à laquelle elles ont été jetées aux égouts, ne subsiste qu'un morceau d'os),

Le transept

Au milieu du transept, les arêtes forment une clef pendante ou fleuron de 3 à 4 m de saillie, considéré comme un des travaux remarquables de ce genre, autant par la hardiesse de la pose que par la réalisation de ses sculptures.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur

La chapelle Sainte-Geneviève

La chapelle Sainte-GenevièveLes reliques de la sainte ayant été brûlées pendant la Révolution de 1789 par la municipalité parisienne, et la châsse fondue, l’église accueille depuis le début du XIXe siècle des reliques de la sainte qui avaient été conservées dans d’autres églises depuis le IXe siècle. La grande châsse actuelle contient les pierres subsistantes du sarcophage d’origine où son corps avait été placé.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
La chapelle, réalisée en 1853, est un bel exemple de style néo-gothique.Les vitraux (1869) retracent l’histoire de la sainte, dont la mémoire est toujours entretenue : tous les ans, se déroule, du 3 au 11 janvier, la neuvaine de sainte Geneviève, marquée par des célébrations en son honneur.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur

L'orgue

Ce buffet du grand orgue fut construit et sculpté en 1631 par Jehan Buron, maître menuisier. C’est le plus ancien de Paris et, de plus, il nous est parvenu dans son état d’origine.Seule une partie des 7.000 tuyaux, allant de 3 mm à 5,5 m de haut, est visible. Répartis en 90 jeux, ils placent cet orgue au 5ème rang parisien.Parmi les facteurs d’orgue ayant travaillé à Saint-Etienne du Mont citons : Pierre Pescheur, auteur de l’instrument d’origine (1636) dont il ne reste rien, François-Henri Cliquot (1772), et Cavaillé Coll (1863).L’instrument a eu des titulaires célèbres parmi lesquels Maurice Duruflé. Né en 1902, il en fut titulaire de l’âge de 28 ans jusqu’à sa mort en 1986.Actuellement, il est tenu par Thierry Escaich, victoire de la musique en 2002 et 2006, et Vincent Warnier.
Eglise Saint Etienne du Mont - L'intérieur
source Paroisse Saint Etienne du Mont
Saint-Etienne possède un des ensembles les plus complets des églises parisiennes.Celui-ci couvre en continu la période du début du XVIème siècle au premier quart du XVIIème siècle, moment où l’art du vitrail plonge dans une longue éclipse qui se prolongera jusqu’au XXème siècle.Fait exceptionnel, la plupart des vitraux sont à leur place d’origine. Les meilleurs artistes du moment y ont collaboré.
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux

Les vitraux du déambulatoire

Les vitraux du déambulatoire sont datés de la construction même de cette partie de l’édifice et témoignent de la volonté de l’orner immédiatement. Parmi eux : le vitrail du Très-Saint-Nom-de-Jésus (illustration).
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux

Parmi eux : le vitrail du Très-Saint-Nom-de-Jésus (illustration).

Parmi eux : Parmi eux : le vitrail du Très-Saint-Nom-de-Jésus (illustration). (illustration).
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux

La galerie dite “du cloître du charnier”

(Le charnier d’où la galerie tire son nom est un ancien petit cimetière)Les vitraux de la galerie du «cloître du charnier» ont été réalisés au début du XVIIème siècle ; il en reste la moitié en place sur les 24 d’origine. Ce sont des peintures sur verre avec des émaux recuits au four, à la différence des autres vitraux de l’église où le verre est coloré dans la masse.Un thème commun les unit : l’Eucharistie, présence réelle du Christ ressuscité dans l’hostie consacrée, et ses préfigurations dans l’Ancien Testament. Parmi ceux-ci : le vitrail du “Pressoir mystique” illustre la parole du Christ lors du dernier repas de la Cène, reprise à chaque messe, lorsqu’il fit passer la coupe de vin en disant «ceci est mon sang».
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux

dans la chapelle de la Communion

L'église conserve, dans la chapelle de la Communion (ou des Catéchismes), une très belle collection de vitraux peints à l'émail de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe.
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux
Mutilés et dispersés à la Révolution, ils furent à nouveau réunis en 1834 ; malheureusement, il n'en reste plus que 12 sur les 22 initiaux.illustration : L'arche de Noé
Eglise Saint Etienne du Mont - Les vitraux

Blaise Pascal

Le philosophe Pascal (1623-1662) est enterré à Saint-Etienne du Mont parce qu’il est décédé sur le territoire de la paroisse.
Eglise Saint Etienne du Mont - Les Hommes illustres

Epitaphe de Blaise Pascal

Eglise Saint Etienne du Mont - Les Hommes illustres

Jean Racine

Les restes du dramaturge Racine (1639-1699) furent rapportés ici après la destruction de l’abbaye de Port-Royal des Champs car sa famille habitait le quartier. Saint-Etienne était d’ailleurs une paroisse fortement teintée de jansénisme.
Eglise Saint Etienne du Mont - Les Hommes illustres

Frédéric Ozanam

Frédéric Ozanam (1813-1853)C’est sur le territoire de la paroisse (l’un des quartiers les plus miséreux de Paris au XIXe siècle) que le jeune étudiant venu de Lyon réunit la première Conférence de la Société de Saint-Vincent-de-Paul fondée avec ses amis en 1833.Oeuvre laïque de charité et d’évangélisation, son action anticipe le catholicisme social tel que le définira le pape Léon XIII dans l’encyclique «Rerum Novarum» (1891).Aujourd’hui, le mouvement est international : il compte 850 000 membres répartis dans 116 pays des 5 continents (dont 30 000 membres en France). [voir le site de la Société]C’est à Saint-Etienne-du-Mont que le pape Jean-Paul II a béatifié Frédéric Ozanam le 22 août 1997 à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse.
Eglise Saint Etienne du Mont - Les Hommes illustres

Le jubé

[Le jubbé exceptionnel de Saint Etienne du Mont](https://youtu.be/sWoIK6eAk_8)

Au détour de nos églises

[Au détour de nos églises](https://youtu.be/sWoIK6eAk_8)

Visite

Visite libre Entrée libre pour tous.Horaires d'ouverture En période scolaire : lundi, 18h30-19h30 ; mardi-vendredi, 8h45-19h45 (mercredi, jusqu'à 22h) ; samedi, 8h45-12h et 14h-19h45 ; dimanche, 8h45-12h15 et 14h30-19h45. Vacances scolaires : mardi-dimanche, 10h-12h et 16h-19h45.Visite guidée Des visites guidées sont régulièrement organisées. Dates 2019 Rendez-vous sous l’orgueLes dimanches à 15h : 20 janvier : visite générale 10 février : visite générale 17 mars: visite générale : 7 avril : visite générale 19 mai : vitraux du déambulatoire (groupe limité à 10 personnes ; réservation obligatoire auprès du secrétariat paroissial : 01.43.54.11.79) 23 juin : vitraux du cloître 21-22 septembre : Journées du PatrimoineLes samedi et dimanche : 15h30 ; 17h 6 octobre : vitraux du cloître 13 octobre : visite générale 17 novembre : visite générale 24 novembre : visite générale 8 décembre : visite générale

Contact

Paroisse Saint Etienne du Mont Téléphone : + 33 (0)1 43 54 11 79Vous pouvez vous rendre au secrétariat le : -Mercredi de 11h à 12h30 -Mardi, jeudi et vendredi de 11h à 12h30 et de 14h30 à 16h
Offices religieux Horaires des messesDimanche Messe dominicale anticipée le samedi à 18h45 Dimanche 9h*, 11h et 18h45Semaine Lundi 18h45 du mardi au vendredi 12h15*- 18h45 Samedi 11h* sauf en période de vacances scolaires de la zone de Paris
Art, culture et Foi Organisation de visites guidées.L’association, créée en 1989 à la demande de l’Archevêque de Paris, a pour objet d’entreprendre, de favoriser et de soutenir toutes les activités culturelles et artistiques du diocèse de Paris.Art, Culture et Foi / Paris 10 rue du Cloître-Notre-Dame 75004 Paris
Signalez un problème ou une dégradation
Source d'Informations : -
Crédits : Paroisse Saint Etienne du MontWiki : Diliff, Mbzt,Miguel Hermoso Cuesta Bóvedas, Walters Art Museum, Reinhardhauke, Jebulon, Jastrov, Denis Charvis, G. Mannaert, Zairon, Raimond Spekking, Thomas Couture, Martin ZeilerFlick r : Guilhem Spekkut,