Eglise Saint-Joseph-des Nations

Proposée par :
Paris
161 bis, rue Saint-Maur - 75011
Monument Historique
Sur les pas de Saint Joseph
Google
Trip Advisor
Saint-Joseph est l'une de ces églises aux dimensions de cathédrales édifiées par le Second Empire dans les quartiers en cours de peuplement. Créée en 1852, la paroisse a traversé les grandes crises de la fin du XIXe siècle et a vu naître par la suite les grands mouvements du christianisme social. C'est une paroisse qui depuis près de 150 ans a toujours dans son histoire accueilli des migrants, des personnes déshéritées, des Français venus de tous les coins de l'Hexagone et des étrangers venus d'ailleurs, riches de leurs origines, de leurs coutumes et de leurs traditions. Encore récemment elle a été occupée par des migrants en recherche du droit d'asile.Video d'accueil du Père Bernard Maës, curé : https://www.youtube.com/watch?v=SaLEROxOTgg

Le curé, le père Bernard Maës vous accueille.

A l’occasion d’une Année Saint Joseph, proposée par le Pape François, le Père Bernard Maës, Curé de Saint Joseph des nations, vous souhaite la bienvenue.

illustration : paroisse Saint-Joseph des Nations

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Vous êtes les bienvenus

Sous le Second Empire

En 1867, sous le Second Empire, la population du quartier augmente fortement avec l'arrivée d'artisans et d'ouvriers venus de province et de l'étranger pour participer aux travaux haussmanniens effectués au centre de Paris. Ils se regroupent autour d'ateliers, de petites industries, de petits commerces qui s'installent là, et dont quelques-uns subsistent encore aujourd'hui. Leur mémoire est perpétuée encore aujourd'hui par des noms de rue (passage de la Fonderie; passage de l'Industrie; Cour des Fabriques...)

De 1846 à 1860 une volumineuse correspondance s'est alors échangée entre l'Archevêché et le Conseil de Fabrique de la Ville de Paris. Les principaux sujets de discussion portaient évidemment sur le financement de cette construction, mais aussi sur le choix du terrain, car cette église devait répondre aux besoins de la population de ce quartier, tant sur le plan paroissial que sur le plan de l'enseignement général et du catéchisme.

La création de la Paroisse

Ce sont ces transformations du quartier qui amènent le clergé à s'intéresser à cette nouvelle population souvent installée dans des conditions très précaires.

L'Évêché prend alors, en 1852, la décision de créer la paroisse Saint Joseph. Dans la même période, la Mission Populaire Protestante s'installe rue de la Fontaine au Roi.

Concilier plusieurs contraintes

De 1846 à 1860 une volumineuse correspondance s'est alors échangée entre l'Archevêché et le Conseil de Fabrique de la Ville de Paris. Les principaux sujets de discussion portaient évidemment sur le financement de cette construction, mais aussi sur le choix du terrain, car cette église devait répondre aux besoins de la population de ce quartier, tant sur le plan paroissial que sur le plan de l'enseignement général et du catéchisme.

Le choix de l'emplacement

Le territoire qui allait devenir celui de la paroisse Saint Joseph est pris en partie sur celui de la paroisse Saint Laurent devenue trop éloignée et difficile d'accès depuis le creusement du canal Saint Martin et, en partie sur celui de la paroisse Saint Ambroise.

Les premiers locaux provisoires sont situés rue du Corbeau, aujourd'hui rue Jacques Louvel Teissier (un restaurant: "au Corbeau Blanc", rappelle ce nom au coin de l'avenue Parmentier)

C'est là que l'on célèbre la Messe dans un grand hangar et que se déroulent les activités de la paroisse de 1852 à 1874

La construction

Après accord général, le Conseil municipal charge M. Théodore Ballu (architecte qui avait déjà établi les plans de l'église Saint-Ambroise et de la Trinité) d'étudier le projet Saint-Joseph à bâtir sur l'emplacement d'un casernement situé entre les rues Saint-Maur et Parmentier.

Il s'agit d'une "église-ilot", c'est-à-dire que l'ensemble de l'édifice couvre un rectangle entouré de rues, comprenant l'église, la chapelle du catéchisme (aujourd'hui appelée salle du chevet) et quelques locaux attenants.

Suivant la vogue architecturale de l’époque, Théodore Ballu fit de larges emprunts aux modèles romans du XIIe siècle. C'est lui qui avait construit auparavant l’église voisine de Saint Ambroise, assez proche de conception mais bien différente dans l'atmosphère rendue.

L'église a été édifiée entre 1866 et 1875, mais elle fut ouverte au culte dès le mois de mai 1874 pour la Première communion où la foule se pressa nombreuse.

Elle ne sera consacrée qu'en 1891, l'année de la grande encyclique Rerum Novarum.

Les émeutes de 1899

Le deuxième procès en réhabilitation d'Alfred Dreyfus s'ouvrit le 7 août 1899 à Rennes. Dreyfus revint de l'île du Diable (Guyane) où il avait été déporté après sa condamnation en 1894 pour espionnage. Sébastien Faure, directeur du journal anarchiste "Le Journal du peuple", appela à une manifestation de soutien pour l'acquittement de Dreyfus le 20 août 1899 place de la République. Aussitôt, Jules Guérin, directeur du journal "l'Anti-juif", organisa une contre-manifestation des anti-dreyfusards. De violentes bagarres opposèrent alors les deux camps. Des anarchistes pillèrent et profanèrent l'église Saint Joseph le 20 août 1899, au cours des émeutes dites de Fort Chabrol. Le procès de Dreyfus dura 5 semaines jusqu'au 9 septembre 1899. Dreyfus fut à nouveau condamné par le conseil de guerre à dix ans de réclusion. Dix jours plus tard, le 19 septembre, le Président de la République Emile Loubet gracia Dreyfus. Il faudra attendre 1906 pour qu'il soit réhabilité.

Au XXe siècle : changement de nom

Afin de rappeler sa volonté d'accueil, alors que s'installent progressivement dans le quartier des populations aux nationalités de plus en plus diverses, l'église prend dans les années 1980, le nom d'église Saint Joseph-des-Nations.

Au cours de l'année 1990, des demandeurs d'asile déboutés y effectuèrent une longue grève de la faim.

Le style

Le style adopté pour sa construction est celui du XIIe siècle, avec certains rappels des formes de la Renaissance.

Au lieu des deux tours habituelles, une grande flèche couronne directement l'entrée, qui est en forme de porche : porche de 3 travées supportant une galerie de 5 petites arcades où se trouvent trois statues de Delaplanche représentant la Sainte-famille.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Extérieur

Le clocher

Le clocher unique de 60 mètres de haut est constitué de deux étages qui contiennent le premier, l'horloge et le second, les cloches.

Au sommet du clocher trône une pyramide de pierre, formant une flèche qui culmine à 60 mètres. La flèche ajourée est flanquée, à sa base, de 4 petits chlochetons cylindriques.

La flèche, déjà reconstruite une première fois en 1923, vient d'être rebâtie. Le travaux seront finis à l'été 2021.

Une particularité : toutes les pierres de la flèche étaient jointes entre elles par des agrafes en fer qui, en rouillant au fil des ans, ont pris plus de volume et fait éclater la pierre.

Pour reconstituer la flèche ce sont ainsi 180 tonnes de pierres qui ont dû être remontées une par une. Le beffroi avec sa structure en bois qui porte les cloches a également été rénové.

Le coq

Déposés en 2009 pour des raisons de sécurité, la Croix (350kg) et le coq, en cuivre dorés à la feuille, ont été restaurés et repositionnés en haut de la flèche en février 2021.

(photo à venir)

Une église ouverte sur la vie du quartier

L'église est orientée vers le Nord, contrairement à la tradition, pour être symboliquement mieux ouverte sur le quartier.

Son vaste triple porche se veut accueillant et un "pont" avec la vie des habitants du quartier.

Au-dessus du porche, trois statues représentant La Sainte Famille oeuvre d'Eugène Delaplanche, artiste né à Belleville (1831-1891).

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Extérieur

Façade Est

La façade est bordée par la rue Deguerry, un des fusillés lors de la « semaine sanglante » de la commune de Paris le 24 mai 1871.

Au milieu de la façade, resort le transept est.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Extérieur

Façade Sud

Le chevet est bordé ... par la "rue du chevet". C'est un détail qui témoigne de l'ancrage de l'église dans la construction-même du quartier. Autour du chevet se trouvent de grandes salles qui correspondent aux espaces dédiés au moment de la construction à l'école et au catéchisme

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Extérieur

Façade Ouest

La façade ouest est bordée par la rue Darboy. Avec Deguerry (rue de la façade est), Darboy était un autre des fusillés lors de la « semaine sanglante » de la commune de Paris, le 24 mai 1871.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Extérieur

Le plan

De plan est basilical avec transept. L''église comprend une nef principale flanquée de deux nefs latérales.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Le porche

L'église est décorée de nombreuses fresques. Dès le porche, les tympans sont décorés de peintures en lave émaillée.

(photo du portail central)

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

La nef

Ayant franchi le porche et pénétrant dans l'église, on est frappé par son ampleur.

La nef est accompagnée de larges bas-côtés avec des chapelles latérales.

Les colonnes de la nef sont en pierre noire de Soignies (Belgique).

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Le triforium

Entre le départ de la voûte et le sommet des arcs, court tout au long de l'édifice une galerie appelée "triforium".

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

L'allée centrale

L'allée centrale est ornée sur toute sa longueur d'une élégante mosaïque.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Les chapiteaux

Tous les colonnes sont ornées de chapiteaux de style roman.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

La chaire

La chaire massive ouvragée en bois est d'origine.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Chapelle du Sacré-Coeur

En s'avançant dans la nef et avant d'arriver dans le choeur, on trouve dans le transept de droite, la chapelle du Sacré-Coeur.

Une statue en pierre de belle facture classique fait face à une grande fresque (photo).

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Chapelle de Saint-Joseph

Dans le transept de gauche, chapelle de Saint-Joseph, une statue de Saint-Joseph avec sa hache cassée (photo) fait face également à une grande fresque murale.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Le choeur

les peintures sur lave émaillée du pourtour du choeur, représentent Saint-Pierre et les Apôtres. (photo à venir)

Autour du chœur, les tympans en demi-lune des fausses arcades qui décorent cette partie de l'édifice, sont occupés par des peintures sur lave émaillée représentant Saint-Pierre et les apôtres, exécutées aux frais de Monsieur l'abbé Sibon, premier curé de la paroisse, d'après les cartons de Monsieur Théodore Maillot, en 1876.

Dans les trois œils-de-bœuf pratiqués dans les arcades, sont peintes les armes du pape Pie IX ainsi que celles des archevêques de Paris : Dominique-Auguste Sibour (1848-1857) et François Nicolas Morlot (1857-1862).

Chapelle de la Vierge

Derrière le choeur, La Chapelle de la Vierge est entièrement décorée de fresques représentant des moments de la vie de Marie.

L'auteur des fresques n'est pas connu de façon certaine. La signature n'est en effet pas très lisible. Peut-être un certain G. Bay?

Une singularité : ce sont des paroissiens de l'époque qui ont servi de modèles au peintre.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Les anges

Les anges sont ainsi représentés avec les visages d'enfants du catéchisme. (photo : l'annonciation)

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Les traits de Saint Joseph

L'abbé Sibon, qui fut le premier curé et finança une partie des peintures, prêta son visage à Saint Joseph. (photo dans la présentation aux bergers)

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Les vitraux

Les vitraux sont l'oeuvre d'Eugène-Stanislas Oudinot(1827-1889). (photo : vitrail de bas-côté)

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Vitraux du choeur

Les vitraux éclairant le chœur représentent Le Christ, Saint Paul et Saint Pierre (photo).

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Les statues

Plusieurs très belles statues sont disposées dans l'ensemble de l'église.

Celle de Saint-Maur (photo) (emplacement à préciser)

Saint Maur est né à Rome vers 512 et mort vers 584. Premier des disciples de saint Benoît de Nursie, il est le saint patron des charbonniers, des chaudronniers, des fossoyeurs. Il est fêté le 15 janvier.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

Saint Joseph

(emplacement à préciser)

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

L'orgue

L'orgue a été construit en 1874 par la maison Scholtz.

Il comprend 32 jeux répartis sur trois claviers manuels et un pédalier de 30 notes.

Il a été électrifié en 1967, remanié depuis lors par la maison Dargassies qui en assure aujourd'hui l'entretien.

Il est une fierté de l'église que les organistes en charge ont toujours fait vivre avec passion en programme de nombreux concerts.

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Intérieur

2021 - une année dédiée à Saint Joseph

En cette année 2021 dédiée par le pape François à saint Joseph, découvrez le pèlerinage proposé aux catholiques entre les quatre paroisses de Paris qui lui sont consacrées.

Dans chaque édifice, vous trouverez des invitations à la prière, ainsi qu’un endroit pour tamponner votre crédenciale.

pour en savoir plus...

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Sur les pas de Saint Joseph

Les trois autres églises

Eglise Saint Joseph Artisan

Cette église fut édifiée au milieu du XIXe siècle afin de subvenir aux besoins spirituels des travailleurs - en grande partie étrangers -, dockers et ouvriers des manufacture qui s’installaient dans les faubourgs parisiens.

Saint Joseph Artisan : 214, rue Lafayette - 75010 ouverte de 8h30 à 20h (sauf le lundi)

en savoir plus

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Sur les pas de Saint Joseph

Eglise Saint Joseph des Epinettes

Cette église est la première bâtie à Paris après la loi de séparation de l’Eglise et de l’État (1905). Elle a été construite en briques et béton armé par l’architecte Placide Thomas (un habitant de la cité des Fleurs) et elle a la forme classique d’une croix, d’inspiration byzantine.

"L'église Saint-Joseph-des-Epinettes est faite en béton et dispose d'une façade dotée d'un parement en brique. Le dépouillement de son intérieur est notable, bien qu'une série de vitraux apporte de belles touches de couleurs. Ces vitraux figurent de nombreux saints. A voir encore : un orgue de Aristide Cavaillé-Coll. Notez que l'arrière de l'édifice donne dans la charmante cite des Fleurs. » (Petit-Futé, merci)

En savoir plus ...

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Sur les pas de Saint Joseph

Eglise Saint Joseph des Carmes

Depuis 1620 au cœur du VIe arrondissement de Paris, cette église mi-classique mi-baroque cache bien son jeu... discrète, presque invisible derrière son porche, rue de Vaugirard.

Franchissez le porche, traversez le petit cloître et vous allez pénétrer dans une des plus extraordinaires église de Paris, essentiellement par la richesse de son ornementation.

En savoir plus ...

Eglise Saint-Joseph-des Nations - Sur les pas de Saint Joseph

Visite

Ouverture de l'église : Lundi : de 17h à 19h45 Mardi à samedi : de 7h45 à 19h45 Dimanche : de 8h30 à 12h30 et de 17h à 19h45 Accueil pastoral : De 10h30 à 12h : mardi, mercredi, vendredi, samedi De 17h30 à 19h : du mardi au vendredi

Contact

Paroisse Saint-Joseph des Nations 4 rue Darboy, 75011 Paris Tel : 01 43 57 58 50 paroisse@saintjosephdesnations.fr
Mairie de Paris 11e 12, place Léon Blum 75536 Paris Cedex 11 Tél. : 01 53 27 11 11 Métro : Voltaire Bus : 46, 56, 61, 69 Station Vélib' n°11024 (rue Sedaine)
Amis de Saint-Joseph-des-Nations
Sources : Patrimoine - histoire (www.Patrimoine-histoire.fr) Site de la paroisse (https://www.saintjosephdesnations.fr) Wikipedia
Crédits : Wiki : Louis Toçardi, Peter Potrowl, C. Angsthelm, CC-BY-N-SA, Mzbt Flickr : Guilhem Vellut