Eglise Saint Just d’Arbois

Proposée par :
ARBOIS
place de l’église - 39600
Accès handicapés
Monument Historique
Michelin (/3)
Routard
Google
Trip Advisor
Bel édifice d'architecture romane du XIIe siècle, avec une introduction d'éléments gothiques au XIIIe siècle.A l'intérieur de l'église se trouvent quelques belles oeuvres d'art religieux (chaire à prêcher, orgue classé, vierge à l’enfant, sublime pietà...).Une visite incontournable dans la capitale des Vins du Jura et le pays de Pasteur.Présentation du Biou : fête votive des vignerons d’Arbois qui remonterait au XVIe sièclePanorama sur la cité d'Arbois et son vignoble, au balcon du clocher comtois du XVIe siècle (44 m de haut, 209 marches), accessible uniquement dans le cadre des visites guidées.(Jura-Tourisme)

XIe siècle

L’église est citée en 1098 comme une possession de l’abbaye de Saint-Claude. Elle faisait partie d'un prieuré bénédictin et a toujours été dédiée à Saint Just, evêque de Lyon au IVe siècle aujourd’hui encore Saint patron d’Arbois. (illustration Saint Just dans sa chapelle)

L’église a conservé la nef de cette époque avec ses lourdes piles et ses arcades en plein cintre.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XIIe -XIIIe siècles

L'église Saint-Just a été une église prieurale et paroissiale dès le XIIe siècle.

En 1249, le pape Innocent IV (illustration) confirma l'appartenance de l'église prieurale d’Arbois à l'ordre de Saint-Benoît ; il la plaça sous son autorité directe en lui rattachant d'autres églises(Mesnay, Changin, Pupillin, Vadans-Saint-Maurice, Vadans-Saint-Pierre, Villette, Villeneuve-les-Arbois et Dampierre) ainsi que l'hôpital de la cité.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

Au XIIIe siècle, d’importantes transformations sont engagées :

  • construction à l’ouest de deux nouvelles travées supportant une tribune (sous laquelle vous entrerez tout à l’heure)
  • remplacement de la charpente de la nef par une voute en ogive
  • surélévation des murs de la nef centrale et percement en leur sommet de nouvelles ouvertures (les anciennes fenêtres du X1e siècle sont encore visibles.

Le chœur actuel date aussi de cette période (à l’exception de l’immense verrière mise en place au XVe siècle).

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XIVe siècle

A la fin de ce siècle, les collatéraux accueillent, au nord et au sud des chapelles.

A leur tour ils sont voutés.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XVIe siècle

Le clocher primitif , chef d’œuvre du XIe siècle devait être dressé sur la travée du chœur, là où les piles sont les plus fortes. Il était probablement beaucoup plus haut que le clocher actuel qui culmine à 60m... Devenu dangereux et menaçant tout l’édifice il sera abattu en 1528 et immédiatement remplacé par un clocher aussi haut , élevé en deux ans.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

Ville prospère en région Franche

L’importance des travaux réalisés dans l’église au cours de ce siècle témoigne de la richesse d’Arbois, au cœur d’une Comté indépendante... Rattachée à l’Espagne elle bénéficiait d’importantes franchises fiscales qui ont avantagé son développement (d’où le terme Franche-Comté)

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XVIIe siècle

En 1651 ce nouveau clocher est en partie détruit par un incendie accidentel déclenché par un feu d'artifice tiré de son sommet....

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XVIIIe siècle

... il sera restauré en 1716 diminué de 19 m. et de 5 étages : 60 metres de hauteur, construit en pierre ocre avec 209 marches. Un superbe clocher à dôme à impériale et campanile.

En 1738, il est équipé d'un carillon de onze cloches dont la plus grosse cloche du Jura de plus de quatre tonnes.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

En 1795 l’orgue de 1728 de la collégiale Notre-Dame d'Arbois, est transféré dans cette église (orgue classé aux monuments historiques le 19 octobre 1976).

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

XXe siècle

Au début du XXe siècle, l’église est en très mauvais état. La voute menace ruine.

L’abbé Durand, un ‘curé restaurateur’ comme le baptise le Père Lacroix dans son ouvrage sur les églises du Jura, entreprit de sauver son église...La maladie l’arrêtera...

Mais heureusement l’édifice est classé au titre des monuments historiques en 1913.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

L’église sauvée par son classement...

Le classement permit d’ouvrir une longue période de restauration, qui durera plus de 25 ans.

Une ceinture de béton au sommet des murs permit de supprimer les tirants métalliques qui, depuis 1659, solidarisait des murs qui avaient tendance à s'écarter...

Les toits en lave furent remplacés par des petites tuiles comtoises et enfin on retira tout les plâtres et les moulures dont le XVIIIe siècle avait généreusement recouvert tous les murs

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

... devient l’image d'Arbois

Affiche historique empruntée à la Librairie Elbe, où elle est en vente.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'histoire

L’impressionant clocher

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

La tour du clocher

La tour du clocher, en pierre calcaire ocre, a été bâtie en 1528.

Elle servait, à l'origine, de tour de guet et culminait à 75 mètres.

En 1651, elle fut la proie d'un incendie provoqué par un tir de feux d'artifice à son sommet.

On la restaura, mais en diminuant sa hauteur.

Ses cinq étages inégaux sont épaulés de contreforts en équerre qui s’effacent progressivement vers le sommet.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

... en savoir plus

"L'archéologue Gustave Duhem nous en apprend un peu plus sur le clocher de l'église Saint-Just dans son article de la revue du Congrès archéologique de France, Franche-Comté 1960.

Il pense qu'à l'origine le clocher devait s'élever sur le carré du transept, comme presque tous les clochers des églises romanes bénédictines.

Comme il menaçait ruine, il fut décidé en 1488 que les habitants paieraient une imposition supplémentaire pour le réparer. Mais rien n'y fit, les dégâts étaient trop importants.

Il fut démoli en 1528 sous le règne de l'archiduchesse Marguerite d'Autriche. On le reconstruisit sans attendre, mais en le changeant de place : il était maintenant au droit de la nef et du bas-côté sud, dont on dut supprimer la première travée.

Duhem ajoute : «Ce clocher, peut-être le plus beau clocher franc-comtois, fut construit dans une pierre rougeâtre tirée de la carrière de Montesserin et les bois de charpente furent fournis par la forêt domaniale de Mouchard (...).» Le clocher fut bâti en deux ans, délai rapide pour l'époque.

En 1929, il fut restauré et regagna sa splendeur d’origine.

Source : Congrès archéologique de France, Franche-Comté 1960, article de Gustave Duhem sur l'église Saint-Just à Arbois / patrimoine-histoire.fr

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

À son sommet, le dôme et le lanterneau qui le coiffent ont été construits en 1715.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

et sa tourelle accolée

A l’angle Nord-ouest du clocher s’accroche une tourelle ronde.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Comme plusieurs murs extérieurs, elle abrite de curieux personnages grimaçants ou amusants... dont le sens nous échappe encore !

Amusez vous à les trouver !

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

La façade ouest

Comme écrasée par l’imposant clocher, la façade ouest accueille sous un pignon roman, un portail classique à colonnettes et fronton, qui n’offre que peu d'intérêt.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Le portail gothique

Au pied du clocher, le portail gothique latéral sud avec son archivolte composée de trois voussures dont une est ornée de motifs floraux et végétaux.

(source : france-medievale)

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

détail

Des pignons fleuronnés partent de la naissance de l'arc en accolade soulignant le portail.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Le côté nord

Contournez le clocher pour découvrir la façade nord.

Plus intéressante que la façade et que l’autre côté, on y découvre les fenêtres percées au XIVe-XVe siècles.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Ces fenêtres gothiques sont à doubles ou triples lancettes, à leur sommet, des oculus multilobés. .

*Une lancette est un arc brisé de forme très allongée qui appartient au style gothique. Sa forme ressemble à l’extrémité d’un fer de lance. Cet arc brisé très aigu crée des ouvertures hautes et étroites. L’oculus multilobé est une ouverture constituée de plusieurs lobes.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Triple lancette

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Le portail du XIIe siècle

En longeant la face nord, on découvre un superbe portail du XIIe siècle

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

La fresque de l'Annonciation

Il abrite une fresque du XVe siècle représentant l’Annonciation.*

  • L'Annonciation est l'annonce de sa maternité divine faite à la Vierge Marie par l' archange Gabriel.
Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

L’Archange Gabriel annonce à ...

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Marie, qu’elle va enfanter Jésus, le Fils de Dieu.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Le chevet

Le chevet avec sa large baie gothique en arc brisé à remplage composé de quatre lancettes à arc trilobé, surmontées de mouchettes, gouttes et écoinçons

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur
Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur

Pasteur

Sous la verrière un médaillon dans le mur rappelle que le grand homme d’Arbois, Loui Pasteur priait dans cette église.

Eglise Saint Just d’Arbois - L’extérieur
Merci à Patrimoine-Histoire.fr pour la plupart des informations.

La nef

En entrant sous le clocher, prenez tout de suite à droite, vous êtes sous le tribune, face à la nef.

Etroite elle semble pus longue qu’elle ne l’est en réalité. Elle comprend six travées avec des piles massives voutées en arcades en plein cintre.

Un avant chœur d’une travée précède un chœur pratiquement carré.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les collatéraux

Derrières les imposantes piles, de part et d’autre de la nef centrale les deux collatéraux sont flanqués de chapelles.

Six chapelles dans le collatéral nord, cinq dans le collatéral sud.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Une polémique sur les voûtes des bas-côtés... en savoir plus ?

Une polémique sur les voûtes des bas-côtés. Dans la documentation disponible dans l'église, il est écrit que l'édifice, à sa création, avait été couvert de charpentes (au-dessus de la nef et des bas-côtés) et que, au XIIIe siècle, on décida de voûter l'ensemble : croisées d'ogives au-dessus de la nef centrale ; arêtes dans les bas-côtés (voir photo ci-dessus). Ce cheminement du bois à la pierre paraît naturel (surtout quand on se rappelle le nombre d'incendies qui ravageaient les charpentes en bois).

Cependant l'archéologue Gustave Duhem, dans la revue du Congrès archéologique de France (Franche-Comté, 1960) émet un avis très critique sur cette assertion. Pour lui, les bas-côtés de l'église Saint-Just d'Arbois ont été voûtés d'arêtes dès l'origine. Il écrit en effet : «Les exemples de Baume-les-Messieurs, de Lons-le-Saunier, de Saint-Hymetière, de Gigny nous prouvent assez que les églises francs-comtoises du premier art roman avaient des bas-côtés voûtés d'arêtes, alors que la nef centrale était charpentée.» Il se montre ensuite plus catégorique : «À Arbois, le bas-côté nord est resté voûté d'arêtes et si le bas-côté sud a été plus tard couvert d'une voûte d'ogives, c'est qu'il fut ébranlé par la construction du clocher.» Au XIIIe siècle, on l'a vu, la charpente du vaisseau central fut remplacée par une voûte d'ogives. Gustave Duhem ajoute : «cette voûte du type classique pour l'époque avait besoin d'être étayée et les bas-côtés romans ne suffirent pas. Il fallut faire alors des contreforts, dont on trouve surtout les traces sur le bas-côté nord.» L'archéologue précise ensuite qu'on a cru, le temps passant, qu'il était plus facile de soutenir la voûte d'un vaisseau central par des chapelles latérales plutôt que par des contreforts. C'est pourquoi, mise à part la chapelle Saint-Léonard du côté sud érigée isolément en 1359, les premières chapelles latérales firent leur apparition sur le côté nord en 1379, sous l'impulsion de Philippe d'Arbois, évêque de Tournai. Son cousin germain fit construire la cinquième et dernière chapelle nord dédiée à Notre-Dame. Le bas-côté sud, quant à lui, bénéficiait de voûtes plus équilibrées (voûtes d'arêtes dès l'origine, selon l'idée de Duhem, rappelons-le). Là aussi, les contreforts se révélèrent insuffisants et on y éleva des chapelles. La première d'entre elles avait devancé ce problème d'équilibre : c'était la fameuse chapelle Saint-Léonard bâtie dès 1359 par Aimé de Cerdon et sa femme, Huguette de Beaufort. Sur les cinq du bas-côté sud, trois furent construites au XVe siècle grâce à la générosité des paroissiens d'Arbois. La dernière chapelle sud, la plus proche du chœur, fut bâtie en 1839. Au début de son texte, Duhem nous parle de la voûte d'ogives du bas-côté sud. Quand donc le passage de la voûte d'arêtes à la voûte d'ogives dans le bas-côté sud a-t-il eu lieu? Il faut en fait corriger son propos et préciser que les cinq premières travées du bas-côté sud sont bien voûtées d'arêtes (voir photo ci-contre). Seule la dernière travée, près du chœur, est voûtée d'ogives, une modification qui est sûrement intervenue au XVIe siècle pour renforcer la voûte lors de la construction du clocher.

Source : Congrès archéologique de France, Franche-Comté 1960, article de Gustave Duhem sur l'église Saint-Just à Arbois. / Patrimoine-Histoire.fr

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les piles et leurs arcades

Les piles alternant rondelet carrées, sans base ni chapiteaux, l’alignement rigoureux des arcades appareillées avec soin donnent à la nef et à ses collatéraux une impression de puissance et de force qui contraste notamment avec la légèreté et la lumière qui se dégage de la baie flamboyante du chœur.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les fenêtres romanes

Avant que la nef et les collatéraux soient voutées, l’église romane était couverte par une charpente reposant sur des murs beaucoup plus bas que les murs actuels.

Elle était éclairée de part et d’autres par de très sobres fenêtres. Avancez dans les deux premières travées, deux paires de fenêtres existent encore. Plus loin, dans la nef, elles ont été obstruées mais on devine plus ou moins les traces.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

La voute

Gothique, tout en restant d’une grande simplicité, elle contraste avec la sobre vigueur des piles qui la soutiennent.

La voute repose en partie sur des colonnettes engagées (à moitié dans l’épaisseur du mur) partant du centre de chaque pile de la base des arcades.

Un cordon en relief réunit ces colonnettes et supporte des fenêtres hautes d’une grande sobriété.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

L’ensemble voute, colonnettes et fenêtres traduisent un gothique primitif encore très proche de l’architecture romane.

Seule entorse à cette sobriété lesrosaces de feuillages sculptées à chaque clef de voute.

en attente d’une photo de meilleure définition. Merci pour vos envois... contact@BellesEglises.com

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Le chevet gothique

Elargi par des arcades latérales, sa voute repose comme celle de la nef sur des colonnettes, mais ici elles sont doubles.

Le chevet plat est occupé par une grande baie gothique flamboyante à quatre formes. Son vitrail éclaire toute l’église au soleil levant.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

L'article de Gustave Duhem sur l'église d'Arbois, dans la revue du Congrès archéologique de France (Franche-Comté, 1960), apporte une information qui intéressera tous les amoureux des vitraux. La transformation architecturale la plus importante que subit l'église fut celle du XVIe siècle. À part la reconstruction du clocher, Pierre de la Baume, évêque de Genève, abbé de Saint-Claude et prieur d'Arbois décida, en 1538, de faire abattre l'abside et les absidioles romanes. Elles furent remplacées par les chevets carrés qui sont toujours visibles. 1538 : c'est un an avant son élévation au cardinalat.

Dans la grande fenêtre du sanctuaire, où se trouve aujourd’hui un vitrail du XIXe siècle , il avait fait installer, écrit Duhem, «une somptueuse verrière qui représentait la Vierge au centre devant le donateur, c'est-à-dire le cardinal, agenouillé à ses pieds, avec de chaque côté saint Just et saint Claude».

Ce vitrail a été endommagé en 1674 et ne passa malheureusement pas le cap de la Révolution.

Il fut remplacé par du verre blanc, avant qu'on y installe le vitrail actuel.

Source : Congrès archéologique de France, Franche-Comté 1960, article de Gustave Duhem sur l'église Saint-Just à Arbois.- Patrimoine.histoire.fr

Le vitrail de l’abside - XIXe

Il représente les grands épisodes de la vie du Christ.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les chapelles Absidiales. / Chapelle de la Vierge

Femant les collatéraux, qu niveau de chœur, ces deux chapelles sont dédiées à la Vierge Chapelle de la Vierge (chapelle nord)...

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

La Vierge à l’Enfant à la tige de fleur

Statue de la Vierge à l'Enfant à la tige de fleur Vers 1380.

Cette œuvre magnifique d'une Vierge légèrement déhanchée dans un vêtement aux plissés somptueux est due à André Beauneveu, sculpteur d'un atelier de Tournai au XIVe siècle. Elle a été commandée par Philippe d'Arbois, évêque de Tournai.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

La Vierge à l’Enfant à la tige de fleur - détail

L'Enfant-Jésus semble écrire dans un livre.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les chapelles Absidiales. / Chapelle Saint-Just

... et à Saint-Just (chapelle sud).

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Saint Just

Statue en bois polychrome de saint Just sculptée par Besand, 1800.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Les chapelles latérales - Chapelles latérales Nord

Chapelles latérales nord vues du transept avec sa série de confessionnaux datant du début du XVIIIe siècle.

Au premier plan, la chapelle Sainte-Anne et sa grille abritant les reliquaires de l'église (XVIIIe siècle).

illustration vue depuis l’est (chœur)

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

vue depuis l’ouest (fond de l’église, côté entrée)

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Chapelles latérales Nord - Chapelle Sainte-Anne

Tableau d'une Vierge à l'Enfant aidée par des anges. Chapelle Sainte-Anne.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Chapelles latérales Sud - Chapelle Sainte-Honorine

Cette chapelle abrite une très belle Pieta, dont l’origine ne semble pas connue...

merci d’avance pour vos apports : contac@BellesEglises.com

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Pieta - détail

Aucune information n'est donnée sur cette sculpture. Original? Copie? Il faut néanmoins reconnaître que l'expression de douleur de la Vierge, confondue avec un regard de désespoir vers le Ciel, est absolument magnifique.

connue...

merci d’avance pour vos apports : contac@BellesEglises.com

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

La chaire

A mi-nef, sur la droite, une imposante chaire à prêcher du XVIIIe siècle.

Elle a été créée par les frères Lamberthod vers 1745. Ces deux frères étaient des ébénistes d'Arbois qui, nous disent les sources, excellaient dans les sculptures de pampres et de rinceaux.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur
Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

L’orgue et sa tribune

Construit par Martin Carouge en 1728 dans un buffet finement sculpté exécuté par Lambertoz, cet instrument est originalement installé en l'église Notre-Dame d'Arbois.

À la Révolution, en 1795, il est transféré en l'église Saint-Just.

En 1854, l'instrument est restauré par le facteur Ducroquet.

L'instrument est classé comme "Monument historique" le 19 octobre 1976.

Sa reconstruction réalisée en 1984-85 par le facteur d'orgue Bernard Aubertin et l'ébéniste Claude Primot a redonné tout son éclat à cet instrument historique.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Doté de 34 jeux (environ 1900 tuyaux) répartis sur 3 claviers et un pédalier, l'orgue d'Arbois sonne à merveille sous les voûtes séculaires de l'église Saint-Just et son buffet, finement sculpté fait l'admiration des visiteurs de ce haut lieu d'art sacré. Toutefois, cet orgue n'est pas un instrument de musée. Il remplit régulièrement ses fonctions à tous les offices religieux. Il est aussi un instrument de concert grâce à l'animation que lui consacre l'Association Orgue et Musiques. De grands artistes français et étrangers ont donné sur cet orgue des récitals très appréciés : Michel CHAPUIS, Gunnar IDENSTAM, Marie-Claire ALAIN, André ISOIR, Serge SCHOONBROODT, Vincent WARNIER, Roman PERUCKI...

Pour en savoir plus : Orgue et Musiques en Arbois

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

promenez vous dans l’église...

elle recèle beaucoup d’autres merveilles... (comme ce trésor) tableaux, statues à découvrir en vous aidant aussi des petites notes de présentations tres bien faites qui vous sont proposées dans l’église.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

... en sortant, levez la tête

pour découvrir ce vitrail au-dessus du portail d’entrée

Le pélican nourrit ses petits (de sa propre chair). Il est ici nle symbole du Christ qui donne sa vie pour sauver les hommes.

Sa devise « sic his quos diligo » - c’est ainsi que j’agis - est devenu celle d’Arbois et le Pélican son emblème.

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur

Sic his quos dilligo

Eglise Saint Just d’Arbois - L'intérieur
La fête votive des Vignerons d’Arbois qui depuis le XVIIe siècle trouve son apothéose dans l’offrande faite du raisin dans le chœur de l’église le premier dimanche de Septembre.

Une tradition régionale.

Le Biou est une énorme grappe de raisin pesant entre 80 et 100 kg. Elle est fabriquée pour une circonstance bien particulière : la fête du Biou à Arbois, mais aussi à Pupillin, Montholier et Vadans dans le Jura français1. La ville d'Arbois et la Société de Viticulture d'Arbois souhaiteraient faire inscrire la fête du Biou au patrimoine culturel immatériel de l'humanité

Eglise Saint Just d’Arbois - Le Biou

Le premier dimanche de Septembre....

La fête du Biou d'Arbois est traditionnellement célébrée à Arbois, dans le Jura, le premier dimanche de septembre, moment proche des vendanges.

Les vignerons des alentours sélectionnent les premières plus belles grappes de leurs vignes et ils les assemblent pour en former une géante.

Une fois celle-ci terminée, le jour de la saint Just, patron d'Arbois, une cérémonie se déroule dans les rues de la ville puis à l'église. Après le cortège et la bénédiction du biou, celui-ci est pendu à la voûte de l'église, en offrande à saint Just afin que la suite de la récolte soit bonne.

Eglise Saint Just d’Arbois - Le Biou

L'histoire

Les premières évocations du Biou remontent au milieu du XVIIe siècle, même si l'on peut faire l'hypothèse d'une apparition antérieure.

Jusqu'au XIXe siècle, le célébration du biou est confiée aux gardes-fruits. C'est sous la IIIe République que la Société de Viticulture (crée en 1858) se charge du déroulement des festivités aux dépens des gardes-fruits.

À partir de 1922, la confection d'une couronne de raisin coïncide avec celle du biou. Elle est quant à elle déposée au monument aux morts. Aujourd'hui, le biou est organisé par la Société de Viticulture, la Fruitière Vinicole et la ville d'Arbois.

Les festivités du Biou d'Arbois sont inscrites dans l'Inventaire du patrimoine culturel immatériel français.

Eglise Saint Just d’Arbois - Le Biou

Le déroulement

Le samedi matin, les vignerons d'Arbois et producteurs de l'AOC viticole Arbois cueillent les plus belles grappes de raisins blancs et noirs de leur propre exploitation pour les amener à la Maison Vercel.

L'après-midi est consacré à la confection du biou: les grappes de raisins sont accrochées sur un moule de paille recouvert d'une armature métallique. La couronne de raisin est également confectionnée en parallèle.

Le dimanche a lieu le défilé du biou.

Le biou est déplacé à travers les rues par quatre porteurs jusqu'à l'église Saint-Just.

Arrivé dans l'église, le biou est béni et élevé dans le chœur.

Il s'ensuit une messe.

À la fin de la messe, un deuxième défilé débute, consacré celui-ci à la couronne de raisin. Arrivée devant le monument aux morts, la couronne est déposée et une cérémonie commémorative débute, consacrée à la fois aux morts des deux Guerres mondiales, mais aussi à l'anniversaire de la libération d'Arbois le 4 septembre 1944.

Un vin d'honneur proposé par les producteurs d'Arbois clôt les festivités.

illustration : le Biou symbolisé sur une bouteille du fameux vin d'Arbois

Eglise Saint Just d’Arbois - Le Biou

Téléchargez cette affichette, diffusez là, partagez la autour de vous affichez la pour faire connaître cette belle églises et aider les visiteurs, les pèlerins à la découvrir...

Télécharger en cliquant ici.

Merci

Eglise Saint Just d’Arbois - L'affichette

Visite

Tous les jours de 8h à 19h. Entrée librevisites guidées payantes en juillet et août dans le cadre des animations estivales visites guidées gratuites au Biou (1er dimanche de septembre) et aux Journées Européennes du Patrimoine visites guidées pour groupes : payantes, sur réservation accès au clocher dans le cadre de visites guidéesrenseignements : +33 (0)3 84 66 55 50

Contact

Paroisse Notre Dame de l'Ermitage CURE DE LA PAROISSE 8 rue vieux château 39600 Arbois 0384661252
Maire d’Arbois Mairie d’Arbois 10 rue de l'Hôtel de Ville 39600 ARBOIS Tél. : 03 84 66 55 55 Email : mairie@arbois.fr
Office du tourisme Office de tourisme Coeur du Jura, bureau d’Arbois 17 rue de l'hôtel de ville 39600 ARBOIS
Orgue et Musique en ArBois Les buts de l'association nommée "ORGUE ET MUSIQUES" :​ ​ Créer un mouvement d'intérêt pour le Grand Orgue (classé monument Historique) de l'église St-Just d'Arbois Promouvoir la musique et, de ce fait, aider les élèves de l'école municipale de musique d'Arbois Mettre sur pied un Festival de Musique en Arbois​arbois.orgueetmusiques@wanadoo.fr
Sources : Patrimoine-Histoire.fr Panneaux dans la nef et à la porte de l’église. Eglises Jurassiennes de Pierre Lacroix - Cêtre éditeur Eglises Romanes du Jura -Centre jurassien du Patrimoine Wikipedia
Crédits :