Eglise Saint-Louis de Laveissière

Proposée par : Alexandre Albisson
Laveissière
4 rue du 19 mars - 15300
Chemin de St Jacques
Monument Historique
Google
Nichée au creux de la haute vallée de l’Alagnon, l’église Saint-Louis de Laveissière a été construite en 1866.Ses vitraux colorés, ses retables recouverts à la feuille d’or et ses stalles disposées de part et d’autre de la nef en font une église néogothique remarquable par son homogénéité.L’église se trouve sur la Via Arverna, un des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

L'origine

Avant la construction de l’église Saint-Louis, Laveissière dépendait de la commune et de la paroisse de Bredons, située à une heure et demie de marche du village.

Les habitants avaient eu le droit d’ériger une petite chapelle à l’emplacement de l’actuel monument aux morts mais ils devaient toujours aller à Bredons pour recevoir les sacrements (baptême, mariage, inhumation, etc...). (illustration - église de Bredons))

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Histoire

Au XIXe siècle

En 1836, Laveissière est détachée de Bredons et devient une commune à part entière.

La fabrique (organisme chargé d’administrer les biens de chaque église) et le nouveau conseil municipal souhaitent construire une nouvelle église, mais il faut attendre 1863 pour que la commune réunisse les fonds nécessaires aux travaux, notamment grâce à la coupe de 300 sapins de la forêt communale.

La voûte est posée en 1866 et les travaux sont réceptionnés en 1868.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Histoire

Une église néo-gothique

L’église de Laveissière est de style néogothique, un courant architectural du XIXe siècle qui a remis au goût du jour les grands principes de l’architecture gothique développée du XIIe au XVIe siècle.

Les pierres de taille proviennent de la carrière de Lajauve, située à l'entrée du bois du Lioran en face de Fraisse-Haut.

Les bois de charpente, essence de sapin, sont issus de la forêt du Lioran, et le sable de l'Alagnon.

Les ardoises de la couverture viennent de la Vitarelle en Aveyron.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

L'église Saint Louis de Laveissière présente le plan type d’une église classique en forme de croix latine avec nef unique et transept, orientée selon l’usage des église chrétienne : ouest/est

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

Elle a une longueur de 35 mètres et une largeur de 7 mètres sauf les deux chapelles latérales et la sacristie qui sont construites en saillie de 3 mètres environ sur le bâtiment principal.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

La façade

La façade occidentale est essentiellement constituée d’un imposant clocher-porche.

Le clocher peut occuper différents emplacements dans le plan d'une église, à Laveissière, il occupe la façade ouest et intègre à sa base le porche et l’entrée principale, il est ainsi appelé clocher-porche.

Le clocher-porche est un des éléments constitutifs des monuments religieux construits au XIXe siècle.

Le clocher est, à sa base, de plan carré, en forme de tour, à partir de la chambre des cloches il devient octogonal pour finalement être couronné d'une flèche de charpente couverte d’ardoise et surmonté d’une croix en fer forgé.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

L’accès au clocher se fait par un escalier de pierre en colimaçon, construit en saillie sur la face Nord du porche.

Il dessert la tribune et l’étage donnant accès au comble de l’église.

On accède ensuite par un petit escalier de bois à la partie supérieure du clocher qui abrite la chambre des cloches.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

Porche d'entrée

Sur la façade ouest, à l’abri d’un porche en arcs brisés, la porte d'entrée principale à deux vantaux en bois peint est encadrée de voussures.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

La première clef de voûte

Sous le porche une clef de voute rappelle la date de construction de l’église : 1866

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Extérieur

La nef

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La nef et sa voûte

L'art néogothique, tout comme le gothique, se reconnaît par ses voûtes et l'emploi de l'arc brisé.

Dans l’église de Laveissière les voûtes sont quadripartites.

Le croisement de deux ogives, forme quatre voûtains rayonnants autour d’une clef de voute ronde et reposent sur quatre piliers ou quatre corbeaux.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le bénitier

À droite en entrant le bénitier a été taillé dans un bloc de pierre volcanique.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le Baptistère

A côté du bénitier en pierre se trouve le baptistère et son retable en bois.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Sa petite porte centrale qui représentait le baptême du Christ a malheureusement été volée en 2019 (illustration).

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Les stalles

Ces longues rangées de sièges en bois de part et d’autre de la nef, le long des murs latéraux, sont une des particularités de l’église de Laveissière.

Elles peuvent en effet faire penser aux stalles que l’on retrouve dans les monastères mais celles de Laveissière n’ont qu’une fonction pratique et décorative.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Les clés de voûte

La première clé de voûte de la nef est décorée d'une croix byzantine.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La deuxième rappelle la date de construction de l’église.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La troisième clé de voûte de la nef est décorée d'une croix patée.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Sur la clé de voûte du transept, une croix trèflée.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La chaire à prêcher

Placée à droite à la croisée du transept et de la nef, la chaire était utilisée par le prêtre pour donner son sermon et être entendu de tous.

A Laveissière, elle est en bois de chêne et richement décorée de cinq panneaux sculptés qui représentent, de gauche à droite : la pêche miraculeuse, Jésus et les premiers apôtres, Jésus ressuscitant Lazare, Jésus et Pierre, puis Pierre seul.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La Chapelle de la Vierge

La Chapelle située dans le transept sud (à droite) est consacrée à la Vierge.

Entre les statues de la Vierge et de Joseph, une grande statue de la Vierge trône au centre du retable.

C’est la Vierge aux serpents, qui écrase le Mal, incarné par le reptile.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La scène sur le tabernacle représente l’Annonciation, c’est-à-dire l’annonce de la maternité divine par l’archange Gabriel.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Sur l’autel, on peut voir la Remise du Rosaire, c’est-à-dire du chapelet, à Saint Dominique et Sainte Catherine.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La Chapelle de Saint-Louis

La Chapelle située dans le transept nord (à gauche) est consacrée à Saint Louis, patron de l’église de Laveissière.

Sa statue trône au centre du retable et elle était portée lors de la procession à l’occasion de la fête patronale.

Louis IX y est représenté avec les attributs royaux (épée de justice, couronne) et un coussin sur lequel est posée la couronne d’épines du Christ qu’il avait fait venir en France depuis Constantinople.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

A ses côtés, les statues de Saint Jean le Baptiste et Saint Roch rappellent que Laveissière est dans une région d’élevage où ces deux saints étaient particulièrement invoqués.

Le premier, Saint Jean le Baptiste, était plutôt le saint protecteur des troupeaux à laine, puisqu’il est représenté avec un agneau à ses pieds en écho à cette phrase qu’il aurait dite : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde ».

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le deuxième, Saint Roch, était sollicité pour protéger les troupeaux à cornes et les animaux en général.

Selon la tradition, le chien à ses pieds léchait le bubon de peste de la jambe de Roch pour le guérir et lui apportait du pain lorsqu’il vivait dans les bois loin des autres hommes.

Les attributs de Saint Roch sont reportés sur la clef de voute avec le chien tenant le pain dans sa gueule et le bourdon de Roch (bâton de pèlerin) surmonté d’une gourde. (illustration)

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La scène au milieu du panneau de l'autel représente un évêque bénissant un troupeau.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La plaque commémorative

Face au retable de Saint Louis, la plaque en marbre blanc entourée d’un cadre en chêne commémore les habitants morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale.

Inaugurée en 1919, elle comporte le nom du curé de l’époque qui a lui-même participé à la guerre en tant qu’infirmier dans un hôpital militaire.

De nombreux bulletins paroissiaux ont rapporté son histoire peu ordinaire : "Le curé et l’instituteur de Laveissière étaient de farouches adversaires avant que la guerre ne les sépare. L’instituteur fut blessé au front et envoyé dans l’hôpital militaire où le curé officiait. Selon ces bulletins paroissiaux, les deux hommes se réconcilièrent et devinrent amis. Si cette histoire est touchante, il faut avoir aussi à l’esprit qu’elle participe au « bourrage de crâne » de l’époque pour montrer que l’Etat (l’instituteur) et l’Eglise (le curé) étaient unis dans l’effort de guerre."

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le chœur

L’entrée du chœur est gardée par deux statues.

A gauche, une statue du Cœur immaculé de Marie, dont la main gauche a été remplacée dans les années 1990 à partir du moulage de la main d’une jeune fille du village (illustration)

A droite, une statue du Sacré-Cœur de Jésus met aussi l’accent sur le concept d’amour.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le maître-autel

Le retable en bois sculpté du maître-autel représente sous des dômes, la Vierge de Lourdes à droite et Saint-Joseph et l'Enfant Jésus à gauche (illustration).

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Sur le tabernacle, c’est la Cène, dernier repas du Christ, qui est figurée.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

En dessous, deux blasons sont dessinés :

A gauche, le blason d’évêque avec une mitre, entourée de deux crosses, surmontant une ancre, symbole d’espérance.

À droite, le blason de l’abbé mitré surmonté d’un chapeau, d’où pendent des glands, surmontant une branche chêne ou d’olivier

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

L’autel actuel

L'autel qui était autrefois collé au maître-autel a été avancé depuis le concile de VaticanII de manière à ce que le célébrant dise la messe face aux fidèles.

Il est décoré de trois panneaux sculptés.

Celui de gauche correspond à l’épreuve d’Abraham qui s’apprête à sacrifier son fils, comme Dieu lui avait demandé, avant qu’un ange lui annonce que Dieu a désormais la preuve de son obéissance.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Le panneau central représente la célébration de l’Eucharistie.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

La scène du panneau de droite évoque le sacrifice de l’Agneau pascal.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Intérieur

Caractéristique néogothique, les vitraux colorés de Laveissière sont particulièrement intéressants.

Les trois vitraux du chœur (Saint Pierre, Saint-Louis et Saint Paul) et les deux vitraux des chapelles latérales datent de la construction de l’église. (illustration vitrail de La Chapelle de la Vierge)

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Les 6 vitraux de la nef n’ont été installés qu’en 1890, le temps de réunir les fonds nécessaires. Le premier, à gauche en partant de l’entrée, représente Saint Blaise avec ses attributs d’évêque (mitre et crosse) et la palme des martyrs puisqu’il aurait été exécuté en 316. Blaise est un saint particulièrement vénéré dans le Cantal et était considéré comme le saint protecteur des troupeaux (avec Saint Roch et Saint Jean-Baptiste). Selon la légende, les animaux sauvages seraient venus pour recevoir sa bénédiction lorsqu’il devint évêque.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Face à lui, à droite, Saint François de Sales tient un livre pour rappeler les nombreux ouvrages qu’il a écrit au XVIIe siècle. Il fut évêque de Genève, mais il est rarement représenté avec les attributs épiscopaux puisqu’il n’a jamais pris possession de son siège dans cette ville protestante.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Le deuxième à gauche représente la Vierge Marie enfant et sa mère Sainte Anne. La figure de Sainte Anne a souvent était utilisée pour mettre en valeur la question de l’éducation des jeunes filles.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Face à elles, Saint Joseph tient l’Enfant Jésus et une fleur de lys. Selon la tradition, Joseph fut choisi par Dieu comme époux de la Vierge parmi tous ses prétendants parce que son bâton fleurit. Depuis, le lys est devenu un symbole de chasteté renvoyant à l’absence de consommation charnelle du mariage avec Marie.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Enfin, le troisième à gauche figure Joachim, le père de la Vierge. Il fait écho au vitrail opposé, l’Immaculée Conception, dogme de l’Eglise proclamé en 1854, selon lequel la Vierge serait née sans péché.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Il fait écho au vitrail opposé, l’Immaculée Conception, dogme de l’Eglise proclamé en 1854, selon lequel la Vierge serait née sans péché.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les vitraux

Le clocher abrite 3 cloches. La plus grosse, le Bourdon (illustration) occupe la place centrale dans le clocher.

Elle est datée de 1858, fondue par Pourcel, Cazes et Triadou de Villefranche d'Aveyron.

Elle mesure 103,8 centimètres de diamètre et pèse 720 kilos et donne la note "FA≠".

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les cloches

La moyenne cloche (illustration) n’est pas datée mais serait postérieure à 1891.

Elle mesure 88,3 centimètres de diamètre et pèse 400 kilos. Elle donne la note "sol≠".

Elle à été fondue par Louis Plainecassagne de Villefranche de Rouergue.

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les cloches

La plus petite pourrait provenir de l’ancienne chapelle de Laveissière, puisqu’elle est datée de 1833.

Elle a une jumelle dans le clocher de Cheylade qui est aussi de Jean-Baptiste Décharme dont la particularité était qu’il signait les cloches du nom de son père Louis Décharme.

Elle mesure 58 centimètres de diamètre et pèse 110 kilos, donne la note "Mi"

Eglise Saint-Louis de Laveissière - Les cloches

Video

Pour les amateurs, une video permet d'entendre les cloches en cliquant ici

Pour faire connaître cette belle église de Laveissière,téléchargez ici cette affichette.

Partagez la, postez la, n’hésitez pas à l’afficher pour mieux accueillir et aider les visiteurs .

Nous vous en remercions

Eglise Saint-Louis de Laveissière - L'affichette

Visite

Ouverture sur demande auprès de Mme François, au 3 rue du 19 mars. (04 71 20 18 47)

Contact

Paroisse Notre-Dame-de-Haute-Auvergne Presbytère - 17 rue Marchande 15300 MURAT Responsable : Curé : père Marie-Thomas Tél. : 07 87 51 47 61. La paroisse est sous la responsabilité de la communauté Saint-Jean. Répondeur paroisse : 04 71 20 02 60
Mairie de Laveissière Le Bourg 38 rue de Peyre-Arse - 15300 - LaveissièreHoraires d'ouverture : La mairie de Laveissière est ouverte : Le lundi et le mercredi : de 08h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h30 Le mardi et le jeudi : de 08h00 à 12h00 Le vendredi : de 08h00 à 12h00 de 13h30 à 16h30Téléphone : 04 71 20 04 42 E-mail : mairie-laveissiere@wanadoo.fr
Sources : Alain Albisson, Cantal-Auvergne- Le Patrimoine par Jacques Meyniel, Wikipedia Mairie de Laveissière Léonce Bouyssou, "Restaurations et constructions d’églises au XIXe siècle dans l’ancien arrondissement de Murat", Revue de Haute-Auvergne, t. 59, 1997, p. 359-443.
Crédits : Alexandre Albisson, Jacques Meyniel,