Eglise Saint Martin de Heilles

Heilles
rue de l'église - 60250
Dans l'oise, entre Heilles et Mouchy-la-ville une belle église romane du XIIe et XIIIe siècle , modifiée au XVIe siècle.Un clocher roman à corniche beauvaisienne très caractéristique, et un auvant-porche en bois couvert.Belles statuts à l'intérieur.
(source Wikipedia - merci)
Orientée un peu irrégulièrement, avec une nette déviation de l'axe vers le sud-est du côté du chevet, l'église répond à un plan cruciforme, et se compose : - d'un porche ouvert devant le portail occidental de la nef - d'une nef unique non voûtée - d'un transept débordant, dont la croisée sert de base au clocher - d'un chœur composé d'une très courte travée droite et d'une abside à sept pans.L'unique bas-côté de la nef, au nord, a disparu.Le portail occidental constitue l'unique accès à l'église. La nef et les croisillons possèdent des toitures à deux rampants couvertes de tuiles plates du pays, avec des pignons à l'ouest, au nord et au sud. Le chœur possède un toit à croupes également couvert de tuiles plates, et le clocher est coiffé d'une pyramide de charpente, couverte d'ardoise.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Façade occidentale

La façade occidentale n'est pas très marquante pour l'impression générale que donne l'édifice : elle est de petite envergure, précédée par un porche, et ne masque pas le transept, la tourelle d'escalier octogonale avec sa petite flèche de pierre et le clocher roman.Ainsi, l'église Saint-Martin tient son cachet des différents éléments qui harmonisent ensemble, et créent une silhouette assez archétypique d'une petite église rurale de l'Oise.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le porche

Le porche, dont la façade moderne est malheureusement sans caractère, occupe les trois quarts de la largeur disponible entre les contreforts, et le sommet de son toit en bâtière se superpose à la fenêtre haute.L'intérieur du porche a davantage de caractère, et propose des bancs de pierre le long des murs gouttereaux. La charpente est apparente.Antoine-Joseph Warmé (dans son ouvrage "Mouy et sa région" - 1873) met l'existence du porche en rapport avec l'éloignement du centre du bourg, et pense qu'il fut destiné en même temps à empêcher les eaux pluviales et les eaux de ruissellement de la côte voisine à entrer dans l'église. Ce deuxième argument n'est pas facile à suivre. Quant au premier, l'on peut seulement observer qu'un grand nombre d'églises sont équipées de porches aux XVIe et XVIIe siècles, qui ont souvent été démolis dans le cadre de la mise en valeur des monuments historiques, car cachant les portails.Beaucoup plus présentes dans le centre de la France, ces avancées sont généralement appelées 'caquetoire' un terme qui définit bien leur fonction...
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le portail

Le portail occidental ainsi que le petit portail bouché du côté sud sont nettement gothiques.Le tympan repose directement sur le trumeau et deux tas de charge en haut des piédroits, qui sont à double ressaut chanfreiné. Le trumeau est un mince pilier carré aux angles abattus, muni d'un chapiteau avec tailloir du même plan, adoptant le profil des chapiteaux du chœur.Au sud de la nef, l'ancien portail latéral bouché devait lui aussi être muni d'un porche, comme l'indiquent les deux corbeaux sans emploi englobés dans le mur. Son tympan est une déclinaison simplifié de son homologue du portail occidental, et affiche seulement une tête trilobée.Dès l'origine, le tympan fut peint d'une Vierge à l'Enfant en rouge, vert et noir, qu'Eugène Müller a encore bien reconnu à la fin du XIXe siècle. Elle est maintenant effacée.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le tympan

Le portail occidental se distingue par son tympan en arc brisé, tenant en même temps lieu de tympan, qui arbore deux têtes trilobées comme au sommet des lancettes de nombreux remplages gothiques, surmontées d'un trilobe inversé.Ces formes s'affichent en faible relief, et ne sont pas soulignées par des tores, ce qui n'est pas usuel pour les tympans.Des armoiries effacées se devinent encore sous les têtes trilobées, ainsi que des traces d'une polychromie architecturale en ocre.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le clocher

Par l'étage de beffroi, le clocher de Heilles se rattache à la série des clochers romans de l'Oise à deux baies par face, subdivisées chacune en deux petites arcades en plein cintre par une colonnette centrale et un tympan.Ici l'on trouve une corniche beauvaisine reposant également sur des modillons sculptés de masques. La corniche beauvaisine est constituée de petites arcatures en plein cintre, réséquées chacune en deux arcatures plus petites, et employée tout au cours du xiie siècle.Les modillons ne sont pas tous sculptés de têtes de monstres, mais aussi de formes abstraites simples, ou décorés seulement de moulures. — Tout l'étage de beffroi est très soigneusement appareillé en pierre de taille, mais la modénature et la sculpture ne sont en revanche pas très développés.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le chevet

Le chevet, en rupture complète avec la façade ouest est typiquement gothique.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur
(source wikipedia - merci)

Le plan de l'église

Ce plan a été établi par Pierre Poschadel qui est egalement l'auteur de la plupart des photos reprises ici. Il a eu la gentillesse des les placer dans le domaine libre sur Wikimedia. (Wiki Commons) .Nous l'en remercions vivement et sommes contents de pouvoir vous faire profiter de son talent et de son travail.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

La nef

À l'instar de la plupart des nefs uniques de la région conçues pour ne pas être voûtées, son intérieur n'est qu'une simple salle rectangulaire. Beaucoup d'églises de cette époque dans la région ont s de nefs uniques qui, comme Heilles, n'ont pas été munies de bas-côtés après coup et n'ont pas plus été voûtées. Dès le XVIe siècle, et surtout à la période classique, beaucoup de ces nefs rustiques sont munies de fausses voûtes en berceau en bois plâtré. Au XIXe siècle, se répandent les fausses voûtes d'ogives en matériaux légers, comme en témoignent les deux croisillons du transept.À Heilles, subsiste le plafond lambrissé, qui est susceptible de dater d'origine, si la nef date bien de la même époque que le chœur, comme le suggèrent tous les détails de son architecture.Les baies épargnées dans les murs qui bouchent la deuxième et la troisième arcade sont en plein cintre, elles doivent dater de la Renaissance ou de la période classique.En dépit de l'existence de ces deux fenêtres, la nef est relativement sombre, car l'existence ancienne d'un portail au milieu du mur méridional réduit le nombre de fenêtres également à deux, et la première de ces deux baies en tiers-point est à moitié bouchée.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

en regardant vers l'entrée (ouest)

Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

La base du clocher

A la base d'un clocher indéniablement roman, toute trace d'architecture romane a été effacéeLa voûtes désormais clairement gothique flamboyante; elle est percé d'un trou de cloches en son centre, et munie de quatre liernes.À la base et au niveau habituel des chapiteaux, le diamètre augmente grâce à un ressaut chanfreiné. Tout en haut, des blocs cubiques sont engagés dans les piles, vers le centre de l'arcade et vers l'intérieur de la travée, en retrait par rapport à la nef.Fait assez rare, on retrouve des passages berrichons entre les croisillons et le chœur. Leurs arcades retombent elles aussi sur les piles du clocher, et n'ont pas subi de remaniement néo-gothique. Lors du percement de ces passages, les faisceaux de colonnettes dans les angles du chœur ont été coupés, ce qui prouve à la fois que les passages berrichons orientaux n'existaient pas avant le XVIe siècle, et que les piles du clocher ne se présentaient initialement pas de la même façon.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Les passages berrichons

Étant donnée la sobriété de la nef, le regard est naturellement attiré par les trois arcades qui s'ouvrent sur les trois travées du transept. Au milieu, l'arc triomphal vers la base du clocher est en plein cintre, et a été repris en sous-œuvre au milieu du XVIe siècle, comme déjà évoqué. Il retombe maintenant sur deux gros piliers cylindriques libres, partagés avec deux arcades disposés obliquement, du fait du manque de place. Ces arcades ne devaient pas exister, sous cette forme, avant la reprise en sous-œuvre. Leur position oblique est caractéristique des passages berrichons, qui relient directement, la nef aux croisillons du transept.Les arcades en tiers-point des passages berrichons ont été redécorées de moulures, de colonnettes à chapiteaux et de culs-de-lampe néo-gothiques, dans le cadre du remaniement des croisillons.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Les croisillons du transept

Dans les deux croisillons, des fissures dans les voûtes et de petits morceaux de plâtre tombés par terre ne laissent pas de doutes quant à la nature du plafond, et révèlent l'ossature en lattes de bois. Elles sont posées avec des intervalles relativement larges, équivalents à la moitié de la largeur des lattes.Avec leur profil d'un tore central entre deux tores à l'arrière-plan, ils sont cohérents avec le styled u XIIIe siècle, mais la platitude des voûtes trahit leur caractère factice, et l'absence d'arcs formerets constitue l'exception à l'époque envisagée, tout au moins dans des édifices traités avec soin, comme veulent le suggérer les réseaux des fenêtres, fidèles au style rayonnant, et la rosace à l'ouest du croisillon nord.Les fenêtres au nord du croisillon nord, et à l'est et au sud du croisillon sud, sont à deux lancettes, surmontées d'un oculus inscrivant un quatre-feuilles, tous les écoinçons étant ajourés.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur
croisillon nord
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Le chœur

Le chœur représente la travée la plus intéressante de l'église, car peu remanié, et reflétant un courant d'architecture qui n'a laissé que peu de traces dans les communes rurales de la région, bien que mis à l'honneur par de prestigieuses cathédrales et abbayes : il s'agit du style gothique rayonnant.Le chœur de Heilles intègre une travée droite et une abside à sept pans coupés, au lieu des cinq habituels.Des peintures murales agrémentaient aussi les pans aveugles du chœur. Dans la première travée, au nord, l'on voit encore la partie inférieure d'un personnage.Les fenêtres du chœur furent « réparées » en 1865 aux frais de la commune, et quatre parmi elles furent dotées de vitraux en grisaille. La baie d'axe reçut une verrière polychrome.

Les peintures murales

En dehors des aspects techniques, l'on peut signaler les peintures murales, non datées, sur les deux piles orientales : elles représentent saint Martin en tenue épiscopale, et saint Fiacre, patron des jardiniers.en haut : Saint Martin - pile sud est en bas : Saint Fiacre - pile nord est
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Visite

en attente

Contact

Paroisse de Mouy maison paroissiale 2, impasse de l' église 60250 Mouy 03 44 56 51 18Offices irréguliers consulter ici le site de la paroisse.
Association pour le patrimoine culturel et histori Mairie de Heilles - 60250
Sauvegarde de l'art français Ils contribuent à sauver cette église. Aidez les. 22, rue de Doua i- 75009 – Paris Tél : 01487444982 contact@sauvegardeartfrancais.fr http://sauvegardeartfrancais.fr
Signalez un problème ou une dégradation
Source d'Informations : Brigitte Boitel - Brigitte Boitel Wikipedia Eglise Saint Martin de Heilles Sauvegarde de l'art français Fondation du patrimoine
Crédits : Brigitte Boitel Wiki Commons