Eglise Saint Martin de Heilles

Heilles
rue de l'église - 60250
Dans l'oise, entre Heilles et Mouchy-la-ville une belle église romane du XIIe et XIIIe siècle , modifiée au XVIe siècle.Un clocher roman à corniche beauvaisienne très caractéristique, et un auvant-porche en bois couvert.Belles statuts à l'intérieur.
(source Wikipedia - merci)

L'origne

L'église est dédiée à saint Martin de Tours. L'histoire de la paroisse et de son église reste méconnue, et l'on ignore sa date de fondation.La partie la plus ancienne de l'église est l'étage de beffroi du clocher, que les chapiteaux archaïques à volutes d'angle et à godrons, et la corniche beauvaisine très saillante, permettent de rattacher à l'architecture romane du début du XIIe siècle.
Eglise Saint Martin de Heilles - Histoire
Sous l'Ancien Régime, la paroisse relève du doyenné de Mouchy-le-Châtel, de l'archidiaconé de Clermont, et du diocèse de Beauvais.Le collateur de la cure est le chapitre Saint-Michel de Beauvais. Il détient aussi un tiers de la dîme du village, les deux autres tiers revenant au chapitre de Mouchy.La cure est à portion congrue, et ses revenus annuels se limitent à vingt-quatre mines de blé, douze d'avoine, un cochon, une toison et un oison.
L'église Saint-Martin est inscrite aux monuments historiques par arrêté du 12 août 1993.Elle est aujourd'hui affiliée à la paroisse Sainte-Claire de Mouy. C'est une très grande paroisse, qui s'étend sur dix-huit communes, et compte une vingtaine d'églises.Puisque le curé est seul à assurer le service paroissial, les célébrations se font rares dans les villages. À Heilles, les messes dominicales se limitent à la période hivernale de novembre à mars, et ont lieu le samedi à 18 h 30 en alternance avec Balagny-sur-Thérain et Hondainville.
source Wikipedia et Dominique Vermand : www.Eglisesdel'Oise.com

Un plan cruciforme orienté.

Orientée un peu irrégulièrement, avec une nette déviation de l'axe vers le sud-est du côté du chevet, l'église répond à un plan cruciforme.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur
Elle se compose :- d'un porche ouvert devant le portail occidental de la nef - d'une nef unique non voûtée - d'un transept débordant, dont la croisée sert de base au clocher - d'un chœur composé d'une très courte travée droite et d'une abside à sept pans.L'unique bas-côté de la nef, au nord, a disparu.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Façade occidentale

La façade occidentale n'est pas très marquante pour l'impression générale que donne l'édifice : elle est de petite envergure, précédée par un porche, et ne masque pas le transept, la tourelle d'escalier octogonale avec sa petite flèche de pierre et le clocher roman.Ainsi, l'église Saint-Martin tient son cachet des différents éléments qui harmonisent ensemble, et créent une silhouette assez archétypique d'une petite église rurale de l'Oise.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le porche

Le porche, dont la façade moderne est malheureusement sans caractère, occupe les trois quarts de la largeur disponible entre les contreforts, et le sommet de son toit en bâtière se superpose à la fenêtre haute.L'intérieur du porche a davantage de caractère, et propose des bancs de pierre le long des murs gouttereaux. La charpente est apparente.Antoine-Joseph Warmé (dans son ouvrage "Mouy et sa région" - 1873) met l'existence du porche en rapport avec l'éloignement du centre du bourg, et pense qu'il fut destiné en même temps à empêcher les eaux pluviales et les eaux de ruissellement de la côte voisine à entrer dans l'église. Ce deuxième argument n'est pas facile à suivre. Quant au premier, l'on peut seulement observer qu'un grand nombre d'églises sont équipées de porches aux XVIe et XVIIe siècles, qui ont souvent été démolis dans le cadre de la mise en valeur des monuments historiques, car cachant les portails.Beaucoup plus présentes dans le centre de la France, ces avancées sont généralement appelées 'caquetoire' un terme qui définit bien leur fonction...
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le portail

Le portail occidental ainsi que le petit portail bouché du côté sud sont nettement gothiques.Le tympan repose directement sur le trumeau et deux tas de charge en haut des piédroits, qui sont à double ressaut chanfreiné. Le trumeau est un mince pilier carré aux angles abattus, muni d'un chapiteau avec tailloir du même plan, adoptant le profil des chapiteaux du chœur.Au sud de la nef, l'ancien portail latéral bouché devait lui aussi être muni d'un porche, comme l'indiquent les deux corbeaux sans emploi englobés dans le mur. Son tympan est une déclinaison simplifié de son homologue du portail occidental, et affiche seulement une tête trilobée.Dès l'origine, le tympan fut peint d'une Vierge à l'Enfant en rouge, vert et noir, qu'Eugène Müller a encore bien reconnu à la fin du XIXe siècle. Elle est maintenant effacée.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le tympan

Le portail occidental se distingue par son tympan en arc brisé, tenant en même temps lieu de tympan, qui arbore deux têtes trilobées comme au sommet des lancettes de nombreux remplages gothiques, surmontées d'un trilobe inversé.Ces formes s'affichent en faible relief, et ne sont pas soulignées par des tores, ce qui n'est pas usuel pour les tympans.Des armoiries effacées se devinent encore sous les têtes trilobées, ainsi que des traces d'une polychromie architecturale en ocre.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le clocher

Par l'étage de beffroi, le clocher de Heilles se rattache à la série des clochers romans de l'Oise à deux baies par face, subdivisées chacune en deux petites arcades en plein cintre par une colonnette centrale et un tympan.Ici l'on trouve une corniche beauvaisine reposant également sur des modillons sculptés de masques. La corniche beauvaisine est constituée de petites arcatures en plein cintre, réséquées chacune en deux arcatures plus petites, et employée tout au cours du xiie siècle.Les modillons ne sont pas tous sculptés de têtes de monstres, mais aussi de formes abstraites simples, ou décorés seulement de moulures. — Tout l'étage de beffroi est très soigneusement appareillé en pierre de taille, mais la modénature et la sculpture ne sont en revanche pas très développés.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur

Le chevet

Le chevet, en rupture complète avec la façade ouest est typiquement gothique.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'extérieur
(source wikipedia - merci)

Le plan de l'église

Ce plan a été établi par Pierre Poschadel qui est egalement l'auteur de la plupart des photos reprises ici. Il a eu la gentillesse des les placer dans le domaine libre sur Wikimedia. (Wiki Commons) .Nous l'en remercions vivement et sommes contents de pouvoir vous faire profiter de son talent et de son travail.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

La nef

À l'instar de la plupart des nefs uniques de la région conçues pour ne pas être voûtées, son intérieur n'est qu'une simple salle rectangulaire. Beaucoup d'églises de cette époque dans la région ont s de nefs uniques qui, comme Heilles, n'ont pas été munies de bas-côtés après coup et n'ont pas plus été voûtées. Dès le XVIe siècle, et surtout à la période classique, beaucoup de ces nefs rustiques sont munies de fausses voûtes en berceau en bois plâtré. Au XIXe siècle, se répandent les fausses voûtes d'ogives en matériaux légers, comme en témoignent les deux croisillons du transept.À Heilles, subsiste le plafond lambrissé, qui est susceptible de dater d'origine, si la nef date bien de la même époque que le chœur, comme le suggèrent tous les détails de son architecture.Les baies épargnées dans les murs qui bouchent la deuxième et la troisième arcade sont en plein cintre, elles doivent dater de la Renaissance ou de la période classique.En dépit de l'existence de ces deux fenêtres, la nef est relativement sombre, car l'existence ancienne d'un portail au milieu du mur méridional réduit le nombre de fenêtres également à deux, et la première de ces deux baies en tiers-point est à moitié bouchée.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

en regardant vers l'entrée (ouest)

Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

La base du clocher

A la base d'un clocher indéniablement roman, toute trace d'architecture romane a été effacéeLa voûtes désormais clairement gothique flamboyante; elle est percé d'un trou de cloches en son centre, et munie de quatre liernes.À la base et au niveau habituel des chapiteaux, le diamètre augmente grâce à un ressaut chanfreiné. Tout en haut, des blocs cubiques sont engagés dans les piles, vers le centre de l'arcade et vers l'intérieur de la travée, en retrait par rapport à la nef.Fait assez rare, on retrouve des passages berrichons entre les croisillons et le chœur. Leurs arcades retombent elles aussi sur les piles du clocher, et n'ont pas subi de remaniement néo-gothique. Lors du percement de ces passages, les faisceaux de colonnettes dans les angles du chœur ont été coupés, ce qui prouve à la fois que les passages berrichons orientaux n'existaient pas avant le XVIe siècle, et que les piles du clocher ne se présentaient initialement pas de la même façon.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Les passages berrichons

Étant donnée la sobriété de la nef, le regard est naturellement attiré par les trois arcades qui s'ouvrent sur les trois travées du transept. Au milieu, l'arc triomphal vers la base du clocher est en plein cintre, et a été repris en sous-œuvre au milieu du XVIe siècle, comme déjà évoqué. Il retombe maintenant sur deux gros piliers cylindriques libres, partagés avec deux arcades disposés obliquement, du fait du manque de place. Ces arcades ne devaient pas exister, sous cette forme, avant la reprise en sous-œuvre. Leur position oblique est caractéristique des passages berrichons, qui relient directement, la nef aux croisillons du transept.Les arcades en tiers-point des passages berrichons ont été redécorées de moulures, de colonnettes à chapiteaux et de culs-de-lampe néo-gothiques, dans le cadre du remaniement des croisillons.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Les croisillons du transept

Dans les deux croisillons, des fissures dans les voûtes et de petits morceaux de plâtre tombés par terre ne laissent pas de doutes quant à la nature du plafond, et révèlent l'ossature en lattes de bois. Elles sont posées avec des intervalles relativement larges, équivalents à la moitié de la largeur des lattes.Avec leur profil d'un tore central entre deux tores à l'arrière-plan, ils sont cohérents avec le styled u XIIIe siècle, mais la platitude des voûtes trahit leur caractère factice, et l'absence d'arcs formerets constitue l'exception à l'époque envisagée, tout au moins dans des édifices traités avec soin, comme veulent le suggérer les réseaux des fenêtres, fidèles au style rayonnant, et la rosace à l'ouest du croisillon nord.Les fenêtres au nord du croisillon nord, et à l'est et au sud du croisillon sud, sont à deux lancettes, surmontées d'un oculus inscrivant un quatre-feuilles, tous les écoinçons étant ajourés.
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur
croisillon nord
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur

Le chœur

Le chœur représente la travée la plus intéressante de l'église, car peu remanié, et reflétant un courant d'architecture qui n'a laissé que peu de traces dans les communes rurales de la région, bien que mis à l'honneur par de prestigieuses cathédrales et abbayes : il s'agit du style gothique rayonnant.Le chœur de Heilles intègre une travée droite et une abside à sept pans coupés, au lieu des cinq habituels.Des peintures murales agrémentaient aussi les pans aveugles du chœur. Dans la première travée, au nord, l'on voit encore la partie inférieure d'un personnage.Les fenêtres du chœur furent « réparées » en 1865 aux frais de la commune, et quatre parmi elles furent dotées de vitraux en grisaille. La baie d'axe reçut une verrière polychrome.

Les peintures murales

En dehors des aspects techniques, l'on peut signaler les peintures murales, non datées, sur les deux piles orientales : elles représentent saint Martin en tenue épiscopale, et saint Fiacre, patron des jardiniers.en haut : Saint Martin - pile sud est en bas : Saint Fiacre - pile nord est
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur
Eglise Saint Martin de Heilles - A l'intérieur
(source Wikipedia - merci)

Parmi le mobilier de l'église, sept éléments sont inscrits ou classés monument historique

Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

la Charité de Saint-Martin

Au dessus de vous lorsque vous entrez dans l'église.Le groupe sculpté , en bois polychrome, mesure 90 cm de hauteur et autant de largeur, et date du xvie siècle. Le mendiant manque.L'œuvre, qui est inscrite depuis février 1993, n'est pas à confondre avec une statue sulpicienne du même sujet, que l'on voit dans le chœur
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

Les fonts baptismaux

Ils se présentent sous la forme d'une cuve baptismale à infusion en pierre calcaire. Elle est de plan octogonal, très haute, et a les faces légèrement galbées. Le décor se limite à des moulures près de la bordure. Le pied est court et de fort diamètre, et prend la forme d'une plinthe moulurée, comme souvent les bases des piliers à la période flamboyante. Il repose sur un socle octogonal. Les fonts baptismaux, dont la datation reste à établir, sont inscrits depuis février 1993
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

Christ en croix

Parmi les deux Christ en croix de l'église, l'un est en pierre, et provient de l'ancienne croix de cimetière. Il a été attaché à un crucifix en bois de 310 m de hauteur et de 80 m de largeur, qui prend appui contre le mur septentrional de la nef, derrière les fonts baptismaux. Non encore daté, le Christ est inscrit depuis février 1993
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

Christ aux liens

Cette statue du Christ aux liens, en pierre calcaire et sculptée en ronde-bosse, mesure 130 cm de hauteur, et date du XVIe siècle. Elle provient sans doute d'une chapelle dite du Christ de pitié, qui existait jadis dans le parc du château de Mouchy-le-Châtel. Oublié depuis des décennies, la statue fut redécouverte dans les combles du transept par le maire, M. Flamant, et l'instituteur, M. Saulnier, vers 1906. Or, les enfants connaissaient depuis longtemps l'existence de la vieille statue, et l'utilisaient pour jouer au massacre. De ce fait, la tête s'était détachée du corps, et est endommagée. L'architecte Bordez, prévenu de la découverte, considère la sculpture comme une pièce de premier ordre, et la date du XIVe siècle. Il souligne la finesse de la sculpture. « Le Christ est assis, les mains liées sur le genou gauche et les jambes également liées. Tout, dans ce corps amaigri, reflète la souffrance, et la sincérité des mouvements du corps et des muscles en fait une œuvre relativement remarquable ».Le corps est longtemps resté dans le grenier, tandis que la tête fut conservée dans la niche du croisillon sud, derrière la grille. Elle a été recollée depuis peu (après les photos de l'Inventaire prises en 1996), et l'œuvre reconstituée est désormais exposée dans l'angle nord-ouest de la croisée du transept.Manquent encore les deux bras, sauf la main gauche, posée sur la cuisse. Le classement au titre objet remonte à novembre 1912.
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

La chaire à prêcher

Elle porte la date de 1650, et est d'un style baroque sobre. La cuve octogonale comporte cinq panneaux de fenestrages strictement identiques, sculptés en haut et en bas du même motif de volutes. Sous la cuve, se profilent des volutes découpées en profil. Les angles de l'abat-voix, également octogonal, sont eux aussi agrémentés de volutes, et une vase avec une grappe de raisin couronne l'ensemble. La chaire est inscrite depuis février 1993
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

Saint Claude bénissant

La statue représentant saint Claude bénissant en tenue épiscopale, assis sur un trône et surmonté d'armoiries, est en bois polychrome. Elle mesure 120 cm de hauteur, et date du XVIe siècle. L'œuvre, qui développe un sujet très peu représenté dans la région, est inscrite depuis février 1993
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

La cloche de l'église

Elle mesure 105 cm de hauteur et 112 cm de largeur, et date de 1753.Elle porte l'inscription de dédicace suivante : « I'ai été bénite par messir Toussaint Kerpe prêtre et curé de Heilles et nommée Anne par monseigneur Philippe comte de Noailles grand d'Espagne de la première classe chevalier de la toison d'or grand croix de Malte lieutenant général des armées du roy duc et Baron de monchy et Dame Anne Claude Louise d'Arpajon comtesse de Noailles chevalière de l'ordre de Malte ».Le nom du fondeur de cloches n'est pas mentionné. La cloche est classée au titre objet depuis novembre 1912.
Eglise Saint Martin de Heilles - Objets et mobilier

Visite

en attente

Contact

Paroisse de Mouy maison paroissiale 2, impasse de l' église 60250 Mouy 03 44 56 51 18Offices irréguliers consulter ici le site de la paroisse.
Association pour le patrimoine culturel et histori Mairie de Heilles - 60250
Sauvegarde de l'art français Ils contribuent à sauver cette église. Aidez les. 22, rue de Doua i- 75009 – Paris Tél : 01487444982 contact@sauvegardeartfrancais.fr http://sauvegardeartfrancais.fr
Source d'Informations : Brigitte Boitel - Brigitte Boitel Wikipedia Eglise Saint Martin de Heilles Sauvegarde de l'art français Fondation du patrimoine
Crédits : Brigitte Boitel Wiki Commons : Pierre Poschadel Dominique Vermand : www.EglisesdelOise.com