Eglise Saint-Martin – Wemaers -Cappel

Proposée par : René Charlet
Wemaers-Cappel
1149 route de Watten - 59670
Sauvegarde de l'art français
Monument Historique
Google
Cette église dont l'essentiel de la structure date du XIIe siècle est un des plus vieux bâtiments de Flandre.A l’intérieur, trois retables exceptionnels et une très émouvante Mise au tombeau.Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des MH .Connue sous le nom de Blaw-Cappel, ou la chapelle bleue depuis que l’ardoise bleue s’est substituée aux toits de chaume. Elle a perdu, il y a une dizaine d’années ce nom lorsque des ardoises légèrement violacées ont remplacé les ardoises bleues.Pour son histoire et son intérieur elle mérite le détour.

L'origine

L’église Saint-Martin est probablement, à l’origine, une chapelle seigneuriale implantée au pied même du Mont Cassel, sur le tracé d’une ancienne voie romaine, la Steenstraete ou voie de pierre, Cassel – Watten.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’histoire

Ce type d’emplacement est recherché bien avant l’ère chrétienne pour l’établissement de petits oratoires ou de lieux de cultes.

illustration : Extrait d’une carte provenant des Archives du Nord répertoriée sous la côte ADN 50 Fi 2142 (ancien C 18563). Carte d’une partie de la Flandre entre Cassel et Saint-Omer, vue panoramique, sans date [fin XVIème siècle )

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’histoire

Dans une situation similaire se dresse à l’autre extrémité du village la chapelle de l’Haghedoorn consacrée à « Marie Consolatrice des affligés » (édifice actuel datant de 1770) établie au bord de la voie romaine Cassel – Petite-Synthe, axe important puisqu’il permettait de relier Cassel à l’ancien littoral et aux fours à sel installés à Pitgam

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’histoire

L’église aurait été épargnée par les Gueux en 1566, car il ne s’agissait pas alors d’un édifice paroissial.

Ce n’était que la grande chapelle de la seigneurie de Wemaers – ou Winimar – du nom de l’un de ses premiers titulaires.

Connue sous le nom de blaue cappel, vraisemblablement dû à la couleur de son toit d’ardoise, elle était dédiée à la Vierge.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’histoire

Elle comprenait une nef flanquée de collatéraux assez bas, séparés par une suite de robustes arcades en plein cintre, percées dans d’épais murs de moellons remontant à l’époque romane.

Au nord du chœur plus tardif, couvert d’une voûte lambrissée ornée de blochets historiés, était venue s’ajouter au XVe s. une grande chapelle communiquant avec lui par deux grandes arcades reposant sur une colonne de pierre.

Remis à la paroisse après le départ des Gueux, le sanctuaire fit l’objet d’importants travaux. On donna en particulier plus d’élévation aux bas-côtés dont les murs extérieurs furent rehaussés en 1569. Les fenêtres hautes de la nef furent alors condamnées et un grand comble à deux pentes vint couvrir l’ensemble.

Ces travaux furent réalisés en briques, à partir des maçonneries anciennes, faites de grès ferrugineux du Mont Cassel. Ce sont ces maçonneries de couleur brun rougeâtre qui donnent tout son caractère à la façade ouest, dont les grandes fenêtres sont tardives, mais dont la petite porte remonte bien à la construction d’origine.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’histoire

L’intérêt que l’on porte à l’église vient de son élégance : d’une vaste toiture englobant l’ensemble des vaisseaux se détache un clocher élancé.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

La façade occidentale

L’édifice a connu de nombreuses transformations depuis son élévation.

La partie centrale de la façade, faite de grès ferrugineux et percée d’une porte d’entrée en plein cintre remonte au XIIe siècle.

Thierry d’Alsace, Baudouin de Constantinople, alors qu’il n’était encore que comte de Flandre, ont peut-être franchi cette petite porte au cours de la visite de leur comté il y a près de 1000 ans.

Les collatéraux élevés en briques rouges sont postérieurs et doivent avoir remplacé d’autres bas-côtés de moindre hauteur (voir les oculus aveugles de la nef principale).

Ils peuvent dater de la fin XVIe, début XVIIe, époque qui a suivi les troubles religieux qui ont secoué la région. Les « Gueux » n’ont pas causé de dommages au bâtiment mais la Contre-Réforme a incité les communautés villageoises à affirmer leur foi en embellissant leur lieu de culte.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Les percements

Les fenêtres de la façade sont de deux époques différentes.

Celle de gauche plus simple, doit être la plus ancienne.

Celles du centre et de droite ont une forme ogivale plus travaillée.

L’ouverture centrale remplace une verrière plus petite comme celle que l’on retrouve dans la façade de l’église de Zermezeele. L’utilisation de briques jaunes chanfreinées lui donne beaucoup d’élégance (illustration).

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le chemin de briques

Retournez vous... le chemin de brique, posées à champ, que vous venez de parcourir est un des derniers des Flandres.

Il est légèrement bombé pour permettre l’écoulement de l’eau.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le clocher

Le clocher est posé sur la dernière travée de la nef. La cage quadrangulaire supporte une flèche octogonale.

La symbolique et le charme de l’église…

quadrangulaire/quadrilatère : quatre évangiles, quatre éléments de la vie sur terre…

Octogonale /octogone : symbole de la Jérusalem Céleste.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Quatre rampants permettent de passer d’une géométrie à l’autre.

Huit poinçons surmontent huit blochets et soulignent la forme octogonale de la flèche.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le clocher abrite deux cloches sur lesquelles sont gravées :

  • la date – 1844
  • le nom du fondeur – Drouot me fecit, une dynastie de fondeurs lorrains
  • le nom du curé de la paroisse – Rp Vanderbauwede – et ceux des marraines et parrains – Sophie Winckel et Benoît Caillau.

Une anecdote raconte que le 1er floréal de l’an II – 20 avril 1794 – le citoyen Denecker de Wemaers-Cappel est écroué à Hazebrouck pour avoir sonné les cloches le dimanche au lieu du décadi.(dixième jour du mois dans le calendrier républicain)

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le collatéral sud

Engagez vous sur la droite de la façade pour faire le tour de l’église. Prenez un peu de recul, en traversant le cimetière pour découvrir la façade sud.

A droite, dans la partie tout en briques, elle est percée de cinq fenêtres en ogive séparées par de discrets contreforts.

La partie correspondant au chœur associe briques et pierres de taille. Un appentis plus récent, abritant la sacristie, la masque en partie.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

La première fenêtre de la façade sud était le support d’un crucifix de grande taille.

Très abîmé par le temps, il vient de faire l’objet d’une importante restauration.

Vous pourrez maintenant le découvrir, à l’intérieur, dans la nef.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le chœur

Le chœur est en partie caché par la sacristie, au sud et par la chapelle seigneuriale au nord.

`Au-dessus de la petite sacristie apparait encore un pan de mur monté en grès ferrugineux suivi d’une maçonnerie de brique.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le mur offre deux res­sauts ; le plus occidental, que termine un amortissement en brique, vestige roman ? Le deuxième peut être l’extrémité du chœur roman ?

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Le collatéral nord

L’élévation nord, comprend deux parties : la cha­pelle et le bas-côté nord de la nef.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Une maçonnerie simple. Des briques rouges parsemées de quelques briques noires, pas de corniche, disparition presque totale du cordon larmier que l’on trouve le long du collatéral sud.

Le remaillage soigné de la maçonnerie des fenêtres laisse supposer un aménagement postérieur.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

La chapelle se détache du bas-côté.

Plus large, plus élevée, elle possède des ouvertures plus importantes.

On retrouve le soubassement de grès ferrugineux sur lequel repose une maçonnerie de brique ornée de dessins géométriques.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Des contreforts à ressauts talutés couronnés de cuivre et couverts d’ardoises épaulent l’ensemble de la construction.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L'extérieur

Entrez...

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le plan

Le plan peut être analysé en un rectangle composé de trois parties :

une nef principale, la partie la plus ancienne de l’édifice, (XIe – XIIe siècle) (en bleu sur le dessin)

une chapelle élevée vraisemblablement au XVe siècle (en vert clair)

deux collatéraux élevés au XVIe – XVIIe siècles remplaçant d’autres de moindre importance.(en beige)Un blochet* du collatéral sud porte la date de 1569.

*Un blochet, ou patin, est une courte pièce de charpente, placée horizontalement pour recevoir le pied de l'arbalétrier ou du chevron

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

La nef, XIe -XIIe siècle

La nef principale, la partie la plus ancienne de l’édifice, (XIe – XIIe siècles).

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le vaisseau principal est formé de cinq travées. De lourdes arcades reposent sur des piliers carrés, massifs. C’est la partie romane de l’édifice.

En guise de chapiteaux, une simple saillie transversale.

De petites baies hautes de l’ancien édifice roman surmontent ces arcades. Elles sont occultées par des planches depuis la transformation des collatéraux (fin XVIe ?) et de la toiture. L’importance de l’embrasure permet de vérifier l’épaisseur des murs primitifs.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le plafond de la nef

Levez la tête en remontant la nef. Elle est voutée et lambrissée d’un plafond de bois bleu qui l’éclaire d’une douce lumière.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Cette voute au plafond lambrissé comme celle des collatéraux repose sur des brochets ou corbeaux illustrés de figures et de personnages...

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

La chaire de vérité

En remontant, vous êtes, sur votre gauche face à cette imposante chaire : la chaire de vérité, un meuble d’une certaine sobriété qui s’intègre bien au style épuré du pilier carré sur lequel elle est accolée.

De style rocaille (XVIIIe siècle), la rampe d’escalier est faite de deux panneaux décorés de rinceaux, arabesques de feuillage à claire-voie

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Sur les panneaux de la cuve : les quatre Pères de l’Église latine que l‘iconographie occidentale représente habituellement.

Saint Jérôme – avec le lion (il lui retira de la patte une épine),

Saint Augustin (354 – 430) – avec le cœur enflammé. En lisant la bible, la parole de Dieu lui transperça le cœur comme une flèche, puis son cœur s’enflamma, (Illustration)

Grégoire le Grand (540 (?) – 604) – avec un livre car c’est en son honneur que le chant grégorien a été composé,

Saint Ambroise (340 ( ?) – 397) – avec la ruche parce qu’à sa naissance les abeilles se posèrent sur sa bouche

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le Crucifix

En face de la Chaire de Vérité, un imposant crucifix en bois. Il était auparavant exposé à l’extérieur sur le mur de l’église où, peu abrité il a beaucoup souffert. Il vient de faire l’objet d’une importante restauration et est désormais exposé dans la nef, à l’intérieur de l’église.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le Chœur

Le chœur étroit est terminé par une abside à trois pans.

La Chapelle nord , XVe siècle

En haut de la nef, sur votre droite...

Située dans le prolongement du collatéral nord, la chapelle de la Vierge remonte sans doute au début du XVe siècle.

La visite extérieure de l’église montre bien que cette chapelle est indépendante du collatéral nord : plus grande, plus haute, avec une toiture indépendante.

Cette chapelle que l’on attribue parfois au seigneur de Thoriswal, Jean de Zuytpeene est plus sûrement une chapelle consacrée à la Vierge.

Elle a beaucoup de similitudes avec celle de Zermezeele, fondée par la dame de Wissche en 1429. La Flandre est alors bourguignonne. Son prince, Philippe le Bon réside à Bruges et permet aux provinces flamandes une certaine prospérité malgré les troubles de la Guerre de Cent Ans.

Son chevet plat est habillé par un retable (voir rubrique retable de la Vierge) développé en trois parties.

Daté du XVIIIe , il a été classé par les Monuments historiques au titre d’objet le 15 octobre 1968.

Ce retable est présenté dans la rubrique retable.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

La chapelle étant consacrée à la Vierge, un tableau de saint Dominique recevant le Rosaire des mains de Marie est exposé sur le mur nord. Le concile de trente avait mis en avant le culte marial et l’importance de la dévotion à Marie.

L’état du tableau nécessite une profonde restauration.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le kranz (ou dais) de procession : La Vierge à l’Enfant, en bois doré, avec couronne en argent, classée le 15 octobre 1968 au titre objet, haute de 74 cm sur 28 de large, et datant du XVIIIe a été malheureusement été volée en mars 1979 avec les quatre angelots.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le collatéral nord

Sainte Anne et l’éducation de la Vierge

Près de la chapelle de la vierge un groupe représente la Vierge et Sainte Anne (bois peint en blanc). Représentation traditionnelle de Marie découvrant les Livres Saints.

Si les caractères gravés peuvent évoquer l’hébreu, la forme du livre est peu conforme avec les supports écrits existant à l’époque proto-chrétienne. Mais c’est ainsi que l’on représentait cette scène dans l’iconographie religieuse.

On peut lire la date de 1707 ce qui serait cohérent avec le style de la statue.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Les confessionnaux

Sur le confessionnal proche de la chapelle de la vierge est sculpté Saint Pierre, en larmes, avec le coq, les clefs, un livre, symbole de la repentance. La tradition veut que l’apôtre ne pouvait s’empêcher de pleurer chaque fois qu’il entendait le coq chanter.(illustration)

Sur le confessionnal proche de l’entrée est représenté un pélican, dans un cercle de feu d’où partent des rayons, symbole de la miséri­corde.

La croixCroix Geneviève de Michel Inghelaere

les éléments d’une croix. Certains ont été retrouvés lors de la restauration du retable, d’autres lors du nettoyage de l’église, ils servaient pour caler le nouvel autel.

On peut lire au recto :

Hier Licht begraven Michle Inghe(l)aere die overleedt dem XXX December / int iaer 1678 Bidt Godt voor de ziele.

Ici git enterré Michel Ingelaere qui mourut le 30 décembre 1678, priez Dieu pour son âme.

Croix Geneviève verso

au verso : Vrieden die hier voor treden ick recomm/ (a)ndere myn ziele aen u ghebeden weest/(g)hedachtich met een gebedt tot Godt alm/(ach)ti(gh). Amis qui passez ici, je recommande mon âme à vos prières. Souvenez-vous de Dieu tout-puissant avec une prière. (abbé Lescroart – Cl. et Fr. Debussche)

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

La Croix de Michel Inghelaere

Des éléments d’une croix dont certains ont été retrouvés lors de la restauration du retable, d’autres lors du nettoyage de l’église, ils servaient pour caler le nouvel autel.

On peut lire au recto :

Hier Licht begraven Michle Inghe(l)aere die overleedt dem XXX December / int iaer 1678 Bidt Godt voor de ziele.

Ici git enterré Michel Ingelaere qui mourut le 30 décembre 1678, priez Dieu pour son âme.

au verso : Vrieden die hier voor treden ick recomm/ (a)ndere myn ziele aen u ghebeden weest/(g)hedachtich met een gebedt tot Godt alm/(ach)ti(gh). Amis qui passez ici, je recommande mon âme à vos prières. Souvenez-vous de Dieu tout-puissant avec une prière. (abbé Lescroart – Cl. et Fr. Debussche)

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le collatéral sud

La Mise au tombeau

Cette Mise au tombeau, en bois peint est particulièrement émouvante. On ne sait que très peu de choses sur son origine et son histoire. Volée en 1979, elle a été retrouvée dans un fossé. Le Christ, peut-être trop encombrant, n’avait pas retenu la convoitise des voleurs et était resté seul dans l’église...

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Arrêtez vous devant cet ensemble et observez les différentes statues.

Autour du corps du Christ se retrouvent, Marie sa mère, l'apôtre Jean, Marie Cleophas et Marie Madeleine ses amis, Nicodème qui apporte les produits d’embaumement et Joseph d’Arimathie qui va offrir son tombeau.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur
Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

La pierre votive d’Adrien Stinte

Sa présence à Wemaers-Cappel au XIXe siècle serait due au général Vandamme sans doute en provenance de l’abbaye de Saint-Winoc Bergues. Cette pierre grise évoque la piété d’Adrien Stinte, religieux de l’ab­baye Saint-Winoc de Bergues qui vivait en 1517.

Adrien Stinte est agenouillé devant saint Winoc, assis sur un siège gothique, une crosse à la main, le front nimbé. Derrière lui, son patron, saint Adrien, reconnaissable à son cos­tume guerrier, à son lion et à l’enclume qui est son symbole.

Une banderole sort de la bouche du religieux « Adriani precibus Adrianum dirige pater » « Par les prières d’Adrien (saint), dirige Adrien, Père ».

Le cadre est formé par deux colonnettes à base et cha­piteau sans décoration. Elles se prolongent horizontalement et se rejoignent en formant une petite accolade renversée. Le caractère gothique du siège n’est pas très développé. La crosse est tenue dans la main droite, alors qu’elle est généralement dans la main gauche pour permettre à l’autre de bénir. Saint Adrien tient une épée à la main. Le carrelage, à motif triangulaire, n’est pas traité en perspective, détail curieux pour le XVIe siècle, mais la gravure sur pierre est toujours un peu en retard sur la mode. (in Ch Lesage)

Sur la partie inférieure de la pierre, une inscription :

Hic jacet dopn adrian Stinte nat de Bergis monach profess et sacerdos isti cenobii sti Winoci qui obiit ano dni M*

Hic jacet dompnus Adrianus Stinte natus de Bergis monachus professus et sacerdos istius cenobii sancti Winoci qui obiit anno Domini Millesimo

Ici git Dom Adrien Stinte né à Bergues moine profès et prêtre de ce monastère saint Winoc qui mourut en l’an du Seigneur Mil

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - L’intérieur

Le clocher

La base du clocher est assise sur la travée qui termine le vaisseau central de la nef.

L’église Saint Martin de Wemaers-Cappel possède trois retables :

– le retable du maître autel

– le retable de la Vierge

– le retable de Saint Blaise

Avant de découvrir les trois retables.. quelques notions rapides sur les retables de Flandre.

On compte 150 retables en Flandre française. Lors de leur construction et jusque Vatican II et le début des années 60, le prêtre célébrait la messe le dos tourné vers l’assemblée, le retable servait alors de toile de fond au mystère de l’eucharistie qui se célébrait.

Les retables ont une structure faite de bois résineux. Le décor est réalisé en bois tendre, en tilleul par exemple, facile à sculpter, mais fragile. Les colonnes sont réalisées avec la même technique que les tonneaux, un assemblage de planches, de douelles.

Le Retable principal (Maître Autel)

Classé par les monuments historiques au titre d’objet le 15 octobre 1968, il est dédié au Christ en Croix.

Comme souvent y figure aussi le Saint Patron de la paroisse, Saint Martin.

Sur l’emmarchement un autel tombeau très semblable à celui de la chapelle de la vierge. On peut le dater du XIXe siècle.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Au centre du meuble, l’agneau mystique couché sur le livre aux sept sceaux, qu’évoque Jean de Patmos (que l’on confond souvent avec Jean l’évangéliste), dans l’Apocalypse – la révélation – est entouré de gerbes de blé et de grappes de raisin en bronze doré.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Saint Pierre porte les clefs d’or et d’argent remises par le Christ, symbole de sa primauté sur l’Eglise et de la transmission du pouvoir spirituel par le Christ à l’évêque de Rome. Matthieu, 16, 18-19

La restauration du retable fait resplendir les ors des guirlandes de fleurs. La maîtrise des artisans-artistes créateurs de ce merveilleux meuble d’autel fait douter le spectateur de sa perception. On ne trouve ici aucun élément en marbre, mais du bois peint. L’illusion est parfaite.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Le Retable de la Vierge

Le retable de la vierge occupe le chevet de la chapelle terminant le collatéral Nord. Réalisé en 1740, il est inscrit à l’Inventaire des monuments Historiques à titre d’objet.

Au centre, le monogramme marial – les deux lettres empruntées au mot Maria – couronné et nimbé de gloire. Deux rosaces inscrites dans un motif végétal ornent les coins supérieurs de la table. Le bronze doré souligne la douceur du bois ciré constituant le meuble.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

La prédelle : quatre panneaux de faux marbre cloisonnés par des colonnes décorées de motifs végétaux en bronze doré.

Sur les deux panneaux extérieurs, en médaillon :

A gauche, saint Joseph,(illustration) portant la barbe et un rameau fleuri à la main, peut être une référence au texte d’Isaïe « Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines : Is 11.1» 1006 retable vierge Saint-Joseph 1007 retable Vierge Saint Bavon A droite, saint Bavon, saint patron de Gand, portant épée et couronne. La seigneurie de Thoriswalle aurait été rachetée par Antoine-Joseph de Draeck, écolâtre de Saint-Bavon à Gand où il était né en 1693 : d’où les médaillons de saint Joseph (prénom) et saint Bavon (pour l’origine). Mais ce n’est qu’hypothèse.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Au centre de la prédelle, le tabernacle richement décoré, enserré entre deux colonnes torses en bois peint en blanc et imitant le marbre ou l’ivoire, la porte de la sainte réserve resplendit.

Ici encore bronze doré, faux ivoire mettent en scène la présence réelle du corps du Christ dans l’hostie auréolée de gloire en suspension au-dessus du ciboire et de son sang que la grappe de raisin symbolise.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Surmontant la prédelle, au niveau du tableau d’autel, trois statues. Au centre, dans une niche à caissons est placé un groupe sculpté : Marie, couronnée, un sceptre dans la main droite. C’est la reine des anges du Livre de la Sagesse.vierge retable nord La “reine des cieux”, couronnée, porte le sceptre au lys biblique pédonculé, fleur que lui présenta l’archange Gabriel le jour de l’annonciation.

Un léger déhanchement lui permet de présenter au monde l’enfant Jésus. Il serre sur son flanc gauche le globe terrestre et de la main droite bénit l’assemblée.

La Vierge et l’Enfant Jésus sont surmontés d’une nuée d’où se détache une colombe, l’Esprit divin qui illumine Marie de ses rayons dorés. Les trois couleurs bleu, blanc et or sont traditionnelles dans l’iconographie mariale

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Aux côtés de la Vierge, sainte Barbe porte la tour où l’avait enfermée son père. (Illustration)

Sainte Catherine d’Alexandrie avec la couronne du martyre et ce qui pourrait être un fragment de l’épée de son supplice.

Comme le reste du retable, ces statues sont en bois peint. Quatre colonnes imitant le marbre, à chapiteau composite, encadrent les statues.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Pour compléter ce thème consacré à la Vierge, le tableau de saint Dominique recevant le Rosaire des mains de Marie vient en accompagne­ment sur le côté gauche. Un nettoyage en profondeur permettrait de mieux appréhender cette toile dont la facture semble toutefois assez naïve et n’est pas sans rappeler d’autres œuvres ayant le même thème exposées dans les églises des villages voisins.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Sur l’emmarchement, un autel de type tombeau, très semblable au maître autel et que l’on peut dater du XIXème siècle.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Surmontant l’entablement, Dieu le Père domine le retable et trône au milieu du couronnement. Il porte le sceptre royal et s’appuie sur un globe terrestre trilobé tel que le représentaient les anciens.

Derrière le retable, le mur a été aminci. La partie haute laisse apercevoir des gradins irréguliers et vient confirmer la fragilité de cette partie du pignon.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Christiane Lesage, dans le cahier du Comité Flamand qu’elle consacrait à l’église Saint-Martin de Wemaers-Cappel rappelait l’intérêt présenté par ce retable construit à la charnière des XVII et XVIIIème siècles. La composition générale, la travée unique, les colonnes torses le rattachent à une période antérieure à celle qui verra l’utilisation d’ajouts latéraux.

Elle écrivait encore : « Les trois retables de l’église Saint-Martin de Wemaers-Cappel sont bien dans la tradition tridentine et dans les habitudes installées en Flandre lors de la Contre-Réforme. En effet, on y trouve les thèmes qui lui sont liés : glorification de la Vierge Marie, présence réelle du Christ et anges qui l’adorent, Trinité, les apôtres Pierre et Paul, fondateurs de l’Église, etc. On y trouve des saints guérisseurs, Nicolas, Blaise, Antoine ermite et les deux saintes de la Bonne Mort : Catherine et Barbe, figures de l’Église univer­selle, plus courantes dans les retables de Flandre que celles des saints locaux, si l’on excepte Éloi.

Ainsi l’église de Wemaers-Cappel est-elle un des joyaux de notre Flandre. Originale par son architec­ture, elle offre une belle diversité et une grande richesse dans son mobilier. Peut-être découvrirons-nous un jour quels sont les auteurs de ces chefs-d’œuvre. Les travaux entrepris ailleurs sur les retables ont révélé, outre la nature des bois, les repeints et les ajouts, des dates et des noms d’artistes ou d’ateliers. C’est ce qu’on peut souhaiter pour ceux-ci, comme aussi que se poursuive l’entretien de l’édifice, protec­teur de ces beautés. » (Ch. Lesage)

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Le retable de Saint Blaise

Le retable de Saint Blaise occupe le chevet du collatéral sud classé par les Monuments Historiques le 10 novembre 1980 au titre d’objet.

C’est un petit retable à une travée. Il est consacré à saint Blaise et aux saints intercesseurs et guérisseurs traditionnels :

Saint Antoine, Saint Nicolas Saint Eloi

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

La prédelle* : caisson de faux marbre avec motifs de bronze doré. Au centre le tabernacle

  • Partie inférieure d'un tableau d'autel, d'un retable (souvent divisé en petits panneaux).

Le tableau d’autel : au centre saint Blaise tenant de la main droite la crosse de l’évêque et de la main gauche la carde dont on se servit pour l’écorcher lors de son martyre. Son nom figure sur le socle en partie caché par le crucifix posé sur l’autel.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Près de ce retable, on trouve la relation en 1902 d’un « miracle » qui s’est passé en 1757. On peut lire, sur le placard encadré, les textes relatant ce haut fait, en français et en flamand, recopiés d’après les registres paroissiaux par l’abbé Barbry, alors curé de la paroisse.

Saint Nicolas ressuscitant les trois petits enfants confinés dans le saloir d’un boucher.

Nicolas aurait en fait sauvé de l’exécution trois officiers de l’empereur Constantin, mais une mauvaise interprétation de l’hagio-graphie a permis la naissance de la légende chère aux enfants.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

Saint Eloi complète le triptyque.

L’enclume posée à ses pieds rappelle qu’outre évêque et ministre de Dagobert, il était aussi orfèvre et monnayeur. D’où la protection qui lui est demandée par les travailleurs du fer, par tous ceux qui se servent d’un marteau, et également par les agriculteurs. Saint Eloi est particulièrement vénéré dans la région, la légende lui attribuant la fondation de Dunkerque où l’on affirme encore que « non, non, non, Saint Eloi n’est pas mort ».

L’enclume permet également de lire la date de 1748 qui doit correspondre à la création du retable.

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

La niche du fronton abrite un autre saint guérisseur, saint Antoine représenté ici avec son cochon car l’ordre hospitalier des Antonins conseillait pour soigner le mal des ardents provoqué par l’ergot du seigle de manger une nourriture saine (à base de porc et de vin) et s’appuyant sur un Tau, dernière lettre de l’alphabet hébraïque (tout est accompli) ou plus simplement sorte de béquille qu’utilisaient les malades.

L’entablement est formé de deux chapiteaux sur lesquels des pots à feu servent de support à deux angelots encadrant la niche de saint Antoine. L’ensemble de ces motifs d’amortissement ne manque pas d’élégance.

Dominant le retable, le monogramme christique que l’on traduit parfois par Iesus Hominum Salvator, avec la croix s’appuyant sur la barre horizontal du H et les trois clous de la passion, illumine le monde. Ce sont des symboles que les Jésuites utilisent dans leur sceau ou leur blason. La compagnie de Jésus d’Ignace de Loyola n’a-t-elle pas été la grande propagatrice de la contre-réforme dans nos régions ?

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les retables

L’Association pour la Sauvegarde de l’Art français a apporté son soutien à la restauration de l’église Saint-Martin.

Pour découvrir l’intéressante notice rédigée à cette occasion... cliquez ici

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - La Sauvegarde de l’Art français

Pour faire connaître belle église et ses trésors, téléchargez l’un de ces deux affichettes, partagez les, affichez les partout où vous je jugerez utile...

affichette extérieur

Eglise Saint-Martin  – Wemaers -Cappel - Les affichettes

Visite

En temps ordinaire, compte tenu des merveilles qu’elle possède l’église est fermée. Il est cependant possible de la visiter en s’adressant à la mairie au 03 28 48 45 99 ou à René Charlet 03 28 48 40 60 - 06 69 13 98 88 ou renecharlet@gmail.com

Contact

Paroisse de Wemaers- Cappel 13 place Saint Gohard 59485 Arnèke03 28= 42 32 58stgohard@orange.fr
Mairie de Wemaers - Cappel Adresse : 870 Route de Watten, 59670 Wemaers-Cappel Téléphone 03 28 48 45 99
Association Retables des Flandres
Sources : Tous les textes proviennent du site : ’église de Wemaers-Cappel-Cappel : https://wemaerscappel.wordpress.com Que leur auteur, René Charlet, en soit ici vivement remercié.
Crédits : René Charlet Facebook et prêt direct à BellesEglises : Jean-Michel Dhainaut Wiki Comons : Marc Rickært, Bastien Pierre, Havang (nl), Medard