Eglise Saint-Pierre

Proposée par :
Prades
18, rue de l’église - 66500
Monument Historique
Google
Trip Advisor
monnuage
Facebook
En plein centre de la ville, l'église Saint-Pierre recèle une exceptionnelle collection de trésors baroques dont l'un des plus extraordinaires retables de France. À voir absolument.Édifice gothique de très grande taille, elle a été bâtie sur les bases d'une église romane du XIIe siècle dont il ne reste aujourd'hui que le clocher de style lombard.

Depuis le IXe siècle

Depuis le IXe siècle il y avait une église modeste à Prades.

Elle dépendait à l'époque d'un monastère bénédictin du VIIe siècle, l'abbaye de Sainte-Marie de Lagrasse dans l'Aude (cf. Application BellesEglises)(photo)

Située au coeur du centre historique de la ville, l'église Saint-Pierre remonte au moins au XIe siècle mais les parties les plus anciennes, visibles aujourd'hui, datent du XIIe siècle.

Eglise Saint-Pierre - Histoire

XVIIe siècle

À la fin du XVIe siècle la population de la ville augmente tellement qu'un agrandissement est décidé et la localisation est décidée en 1605 par l'évêque.

La première pierre du nouvel édifice est posée dès 1606 et la construction débutera par la façade Nord.

Eglise Saint-Pierre - Histoire

XVIIIe siècle

La forme générale de l'église fut modifiée au XVIIIe siècle par l'adjonction en 1735 et 1749 de deux chapelles qui prolongent les croisillons.

Une pierre du transept Nord correspondant à l'achèvement de la construction est datée de 1749.

Façade ouest

L'aspect extérieur de l'église est d'une grande sobriété.

Faire le tour permet de voir de magnifiques appareillages de pierres mais il ne faut pas trop s'y attarder car c'est à l'intérieur que se trouvent nombre de merveilles.

La façade ouest, donnant sur la grande place avec une fontaine est la plus récente.

La porte est datée (deux fois !) de 1668.

Eglise Saint-Pierre - Extérieur

Façade sud

Sur le côté méridional s'élève le clocher, de style roman, du XIIe siècle, d'environ 30 mètres de haut.

La tour est divisée en cinq niveaux séparés par des arcatures et des lésènes (type de corniche verticale).

Les deux niveaux inférieurs ayant à soutenir le poids de la tour sont pleins. Seuls les trois derniers niveaux sont percés de baies géminées.

Le sommet est une adjonction moderne, comme en témoigne la différence d'appareil, beaucoup plus fruste, par rapport à celui des pierres de l'époque romane.

Le mur méridional de la travée entre la façade occidentale et le clocher possède encore deux baies romanes en plein cintre, l'une étant obstruée.

Eglise Saint-Pierre - Extérieur

Façade nord

La façade est d'une grade sobriété avec un appareillage de pierres parfait.

C'est par cette façade que commença la construction de l'église en 1606.

Eglise Saint-Pierre - Extérieur

Façade est

La façade est confirme l'aspect massif et extrêmement sobre de l'extérieur de l'église.

L'entrée

En poussant la porte principale, on quitte la sobriété extérieure pour découvrir une extraordinaire profusion de retables baroques, de statues, de peintures, de tableaux, d'objets de culte, etc...

On est tout de suite frappé par la richesse de la décoration intérieure et la profusion de marbre.

Le sol, les colonnes qui supportent la tribune de l'orgue, les deux bénitiers de chaque côté du début de l'allée centrale comme la clôture du chœur sont en marbre rose marbré de blanc.

Un monnayeur est à disposition à gauche du chœur pour éclairer le retable du maître-autel (pièces de 1 Euro uniquement).

Eglise Saint-Pierre - Intérieur

Une architecture sobre

Le plan de l'église est simple : une grande nef, flanquée de part et d'autre de quatorze chapelles mais ce qui attire immédiatement le regard c'est l'exceptionnel retable du choeur.

À découvrir sans plus attendre en s'avançant par l'allée centrale.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur

Une oeuvre du XVIIe siècle

Le retable du maître-autel est un des plus grands de France.

C'est une oeuvre majeure du grand sculpteur catalan Joseph Sunyer.

L'artiste s'était engagé auprès des Consuls de la Ville de Prades par acte notarié, daté du 29 mars 1696, à construire ce magnifique et imposant retable ... en l'espace record de trois ans!(1696-1699)

Il dédia son oeuvre au titulaire de l'église, Saint Pierre, considéré comme le premier Pape et grand patron de la Ville.

Eglise Saint-Pierre - Le retable

Saint-Pierre

Au centre trône Saint-Pierre, le prince des apôtres.

Avec ses proportions démesurées, il incarne la toute puissance de l'Église apostolique romaine dans un contexte de contre-réforme.

Il est assis, bénissant les fidèles et nous pouvons distinguer les armoiries de la papauté sur la chaire aux volutes pendantes.

Eglise Saint-Pierre - Le retable

La Vierge

Au-dessus, la Vierge en extase semble être l'intermédiaire entre le pouvoir spirituel (Dieu en haut du retable) et le pouvoir temporel (Saint Pierre).

Dieu le Père

Enfin, tout en haut du retable, Dieu le Père et la colombe du Saint-Esprit contemplent la création.

Côté gauche du retable

Sur la gauche, les statues de saint Paul tenant l'épée et une croix et saint Jacques avec le bourdon (bâton de marche) de pèlerin.

Entre les deux statues, la scène représente la Remise des clefs à saint Pierre.

Sur la gauche, les statues de saint Paul tenant l'épée et une croix et saint Jacques avec le bourdon (bâton de marche) de pèlerin.

Entre les deux statues, la scène représente la Remise des clefs du ciel à saint Pierre. En haut, la scène illustre l'Ange délivrant Saint Pierre de la prison.

Côté droit du retable

Sur la droite, les statues de saint André, le frère de saint Pierre, et de saint Jean l'évangéliste.

Entre les deux statues, la scène représente le miracle accompli par Pierre à sa sortie de prison. Il s'est rendu sur la tombe du fils de Théophile, Préfet d'Antioche, pour ressusciter le jeune homme qui était mort depuis quatorze ans.

En haut, la scène représente la mort de saint Pierre sur la croix, tête en bas.

Un retable exceptionnel

Les détails de ce retable sont innombrables. À titre d'exemple, les anges au centre annoncent à la trompette la venue du royaume des cieux.

L'historien Emile Mâle disait qu'avec qu'avec son retable, "Sunyer avait fait entrer le Ciel dans l'église".

Les derniers travaux de restauration réalisés ont permis aux sculptures de retrouver leurs éclats.

Par ailleurs, la mise en place de l'échafaudage a été l'occasion de découvrir des détails insoupçonnés jusqu'ici. (voir l'exposition photo de F.Brun dans l'église)

Les chapelles latérales

Chaque chapelle latérale recèle des merveilles et mérite un arrêt.

La plupart des retables sont classés monuments historiques.

Pour cette première visite, voici un descriptif des principaux retables.

En repartant de la porte principale et en commençant un tour de l'église par le bas-côté sud, à droite de la nef, on peut admirer dans la deuxième chapelle la Vierge noire.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

Troisième chapelle

Dans la troisième chapelle, le splendide retable de la Trinité date des XVIIe et XVIIIe siècles.

Les statues de sainte Marguerite et de sainte Thérèse sont en plâtre.

Le retable comprend deux registres superposés de trois niches.

Registre inférieur : au centre, groupe de la Trinité ; dans la niche de gauche, statue de sainte Thérèse ; dans la niche de droite, statue de sainte Marguerite.

Registre supérieur : dans les niches, saint Valent entre saint Férréol à sa droite et saint Germain à sa gauche.

(Photo à venir)

Cinquième chapelle

Dans la cinquième chapelle à droite de la nef, se trouve le très beau retable de Saint-Benoît qui a été restauré récemment.

Il date probablement du milieu du XVIIIe siècle et vient très vraisemblablement de l’abbaye de Saint-Michel de Cuxa. Il aurait été déménagé ici au moment de la révolution française mais aucun indice ne permet vraiment d’en savoir davantage.

Un blason représente vraisemblablement les armoiries du donateur dont on ignore le nom.

C'est un retable atypique, pas vraiment de facture baroque. Il fait penser, par certains aspects, à un retable classique.

La niche du milieu avec la sculpture de Saint-Benoît est plus ancienne que le reste du retable.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

Retable de Saint Jean Baptiste

En revenant par le bas-côté Nord, à nouveau des chapelles latérales qui recèlent des splendeurs.

Dan la troisième en partant du choeur, un retable dédié à Saint Jean-Baptiste.

Le bas-relief placé au-dessus de la niche centrale et représentant la Prédication de Saint-Jean-Baptiste devait se trouver à l'origine au-dessous de la niche centrale.

Le panneau représentant la Décollation de saint Jean-Baptiste, qui a remplacé l'ancien tabernacle en bois doré, qui n'a pas été détruit, se trouvait vraisemblablement au-dessous de la niche centrale.

Les statues des saints Laurent et Michel sont en plâtre.

Les peintures ont été refaites, mais les ors respectés.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

Retable de Saint Gaudérique

Dans la quatrième chapelle à partir du choeur, le retable en bois daté de 1714 est dédié à Saint Gaudérique : un paysan du IXe siècle qui avec ses deux frères cultivait les terres d'un propriétaire.

Il défendit les droits des paysans, les protégeant des abus et des mauvais traitements des seigneurs. Il est le patron des agriculteurs catalans. On l'invoque pour obtenir la pluie parce qu'il avait fait jaillir du sol une fontaine.

Au centre, l'Apparition de la Vierge à saint Gaudérique. De chaque côté, deux saints évêques.

Au-dessus du panneau de saint Gaudérique, sainte Ursule et ses compagnes.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

La mise au tombeau

À gauche de la porte principale, protégé par une grille, une très émouvante mise au tombeau composée de sept statues de grande taille en bois taillé et peint.

Le Christ d'une hauteur de 1,25m date du XVe-XVIe siècle. Les autres statues datent de la fin du XVIIe siècle.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

L'orgue

L'orgue sur la tribune au-dessus de la porte d'entrée date de 1818 et a été construit par les frères Honoré & Antoine Grinda.

Il a remplacé l'orgue originel, détruit au moment de la révolution

Il est classé monument historique.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)

Les peintures de Léo Polge

Il convient aussi d'admirer les peintures qui ornent les murs de l'église.

Nous les devons à Léo Polge, peintre décorateur ayant vécu à Prades de 1866 à 1894.

Il les a signées en 1872.

(photo à venir)

La voûte

Avant de sortir pour aller admirer le Trésor (cf. ci-après), on peut admirer une dernière fois la belle voûte en ogive.

Les arcs du transept sont en anse de panier, tandis que ceux des chapelles latérales sont en plein cintre.

Eglise Saint-Pierre - Intérieur (suite)
Visite distincte de l'église : L'accès au Trésor se fait par la porte rue de l'église, au pied du clocher. Horaires, du 15 juin au 30 septembre et pendant les vacances scolaires: mardi au samedi, sauf dimanche, lundi et jours fériés, 10h-12h et 14h30-17h30. Visites guidées gratuites, du 15 juin au 30 septembre : mardi et vendredi à 14h30. En hiver : mardi à 11h, visiteurs individuels (groupes : sur réservation). Visites contées pour jeune public (gratuites), sur réservation.

Des dizaines de pièces

À la Révolution Française, lors de la suppression des ordres religieux, une partie du mobilier liturgique de l'abbaye voisine de Saint-Michel de Cuxa ainsi que d'églises de la région fut mise en sûreté à l'église de Prades.

Prades recueillit en particulier les reliques, restes des corps de nombreux saints qui avaient fait le prestige de l’abbaye durant tout le Moyen Âge, comme Pierre Oseolo.

Orseolo était un doge de Venise qui en 978 abandonna le pouvoir et vint se retirer comme simple moine à Cuxa et y mourut en 988.

(photo à venir)

Chapelle des Reliques

Cette ancienne chapelle aménagée au 19ème siècle, puis transformée en chaufferie, a été restaurée en 1999 pour présenter les reliquaires.

Les peintures murales datent du milieu du XXe siècle et relatent la vie de saint Pierre Orseolo.

Ses reliques sont contenues dans une chasse en bois doré.

Tous les reliquaires en métaux précieux de l’abbaye ayant été fondus à la Révolution, les reliques de l’abbaye ont reçu à Prades de nouveaux reliquaires en bois doré, sauf celles de saint Valentin et de saint Nazaire (photo) qui ont gardé leurs bustes-reliquaires en métal du début du XVIe siècle.

Faits de cuivre repoussé et ciselé, la tête peinte comme au naturel, ils perpétuent la forme de reliquaires médiévaux.

Parmi les autres bustes-reliquaires, il y en a du XVIIe siècle, comme celui de saint Valent, daté de 1691 ou celui de saint Gaudérique, œuvre de François Boher datée de 1805.

(photo à venir)

Festival Pablo Casals

L'église accueille un festival musical annuel renommé créé par le violoncelliste Pablo Casals qui trouva exil dans la localité en 1937.

Le Festival Pablo Casals de Prades est l’un des rares à être né du mélange inattendu d’un besoin artistique très fort et de la position passionnément engagée d’un humaniste et artiste exceptionnel.

Fidèle à l’esprit de son créateur, il propose à côté des grands chefs-d’œuvre de la musique de chambre, la découverte de répertoires moins connus, classiques ou contemporains.

Sans aucun doute l’un des plus anciens festivals existants, il est l’un des plus novateurs dans la recherche de répertoires et de nouveaux talents.

Site du festival

Eglise Saint-Pierre - Festival Pablo Casals

Visite

Ouvert tous les jours sauf le dimanche. Visite commentée gratuite sur réservation. Renseignements au 04 68 05 23 58 ou 04 68 96 28 55.

Contact

Communauté de paroisses Saint Michel en Conflent 13, rue Carnot 66 500 Prades04.68.05.21.34 Paroisse-de-prades@wanadoo.fr
Hotel de Ville de Prades Route de Ria 66500 - Prades Du lundi au jeudi de 8h à 12h et de 14h à 18h Vendredi de 8h à 12h et de 14h à 16h
Les Amis de Saint-Pierre de Prades Présidente : Costa Kiriaco
Festival Pablo Casals 33, rue de l'Hospice 66 500 Prades 04 68 96 33 07
Sources :
Crédits : Wiki Commons : Chris06, Jordi Gili, Josep Bracons, LeZibou, Devismes Alain, Bain news service, Catalan Art & Architecture Gallery (Josep Bracons) Facebook : Jean-Michel Dhainault