Eglise Saint-Pierre-es-Liens

Proposée par : Lisa Hubert
Boigny sur Bionne
rue du Vieux Bourg - 45760
Chemin de St Jacques
Fondation du Patrimoine
Un haut lieu de l’ordre des Chevaliers de Saint Lazarre.Il ne reste malheureusement que peu d'archives sur la construction et l’histoire de l'église dédiée à Saint-Pierre-es-Liens, les Archives départementales du Loiret ayant été détruites lors des bombardements de 1940. Mais les fouilles entreprises en 1944 ont permis de dater la première construction de la fin du XIe siècle.Elle fut partiellement reconstruite au XVIIe siècle puis restaurée au XIXe avec notamment l’ajout d’une sacristie.L'église abrite une très belle copie de La Vierge aux rochers, de Léonard de Vinci qui vient d’être restaurée.

L'origine

Boigny était un lieu de culte celte, gaulois, installé près d’une fontaine, à la confluence de deux rivières : le Ruet et l’Esse qui se regroupent pour former la Bionne. Sur sa « motta » (motte artificielle) existait un château en bois tenu par les Mérovingiens, accompagné de leur cimetière.

Les rois carolingiens Philippe 1er (1052-1108), Louis VI (1081-1137) et Louis VII (1120-1180) ont fréquenté les lieux

XIe - XIVe siècle

1071 institution de la paroisse de Boigny dépendante du Chapitre de la cathédrale Sainte Croix d’Orléans

Il existe, parallèlement à l'église, au hameau des Barres, une chapelle et une maladrerie dite « chapelle et maison de la Bienheureuse Marie des Barres ».

Pourquoi les Barres ? Le nom vient du latin « barra » et du gaulois « barro ». Une barrière est posée sur la grande route Orléans-Sens. C’est un lieu de péage pour l’utilisation de cette voie rapide.

Vers 1340 la chapelle de la maladrerie des Barres fait l’objet d’une reconstruction. Son oratoire est un lieu de pèlerinage très fréquenté. Les sites de Boigny et des Barres sont gérés, selon le système médiéval par le chapitre de la cathédrale Sainte Croix d’Orléans.

Illustration : Notre-Dame des Barres

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - L'histoire

XVIe siècle

Sur ce plan de 1637, l’église apparaît avec ses ouvertures actuelles et son clocher, à proximité de la Commanderie de l’ordre des Chevaliers de Saint-Lazare.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - L'histoire

XVIIIe et XIXe siècles

En 1793, après diverses péripéties (guerres, pillages…), cette chapelle est détruite ; aucun vestige n’en subsiste aujourd’hui.

L’église du bourg heureusement existe toujours mais le culte catholique ne peut plus y être exercé

30 juin 1796 : le presbytère de la paroisse devient bien national.

16 et 17 septembre 1802 : le culte est rétabli.

28 août 1808 : un décret supprime la paroisse de Boigny pour la rattacher à celle de Combleux.

En 1813, un accord entre le curé de Combleux et la municipalité de Boigny permet de nouveau la célébration du culte dans l’église de Boigny.

En 1842 la paroisse est rétablie.

L’Ordre des Chevaliers de Saint-Lazare

Il n’est pas possible de présenter l’église de Boigny-sur-Bionne sans parler de l’Ordre des Chevaliers de Saint-Lazare.

La Croix de l’Ordre figure au-dessus du portail.

A l’intérieur, l’autel et des vitraux attestent de leur présence.

D’où cela vient-il ?

Retournons à l’histoire.

En 1153, le roi LOUIS VII le jeune a une demeure à Boigny. On peut supposer qu’il s’y plait-il car il fait construire une chapelle et cette année-là, selon l’historien Gautier de Sibert (1735-1797), son mariage avec BLANCHE de Castille y aurait été célébré.

En 1154, au retour de la 2e croisade, il décide de donner sa propriété royale à l’Ordre de SAINT LAZARE de JÉRUSALEM (pendant la croisade, l’Ordre soignait les blessés et les malades, notamment les lépreux). La propriété de Boigny est alors transformée en monastère et maladrerie. Les Frères de St Lazare y ont droit de haute et basse justice.

Illustration (Association Patrimoine) : Bas-relief dans l’église : Louis VII le Jeune remet sa propriété de Boigny aux hospitaliers de St Lazare en 1154 au retour des Croisades - Représentation en staff par Ch. Million d’après une gravure ancienne

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - L'histoire

C’est ainsi que BOIGNY devient le siège magistral de l’Ordre ; le Maître et les principaux Chevaliers s’y établissent.

En 2011 Le « Grand Baillage de Boigny » est renommé la « Grande Commanderie de Boigny ». L’association, qui « a pour but l’aide et la bienfaisance à toute personne ou structure ayant besoin d’assistance par des actions à caractère œcuménique, généreux, charitable et hospitalier » est toujours très active. Chaque année, un pèlerinage rassemble ses membres et une messe a lieu dans l’église.

L'église

L’église est d’architecture modeste

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite
Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite
Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

La Croix des Chevaliers

Au dessus du portail de la façade, La Croix des Chevaliers de Saint Lazare, rappelle le passé prestigieux de cette modeste église.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Sur la route de Saint-Jacques

Plaque qui souligne que des pèlerins jacquaires devaient passer prier dans cette église.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

L’intérieur

Sa charpente est traditionnelle et forme une voûte plein cintre.

« L’intérieur assez élégant n’offre rien de particulier » nous dit Pierre Brûlé, maire de Boigny de 1962 à 1977 dans ses écrits historiques sur la commune mais il reflète son histoire commune avec les Chevaliers de Saint Lazare qui ont eu un temps leurs stalles autour du trône du Grand-Maître, alors que la chapelle et l’ancienne Commanderie étaient en ruine.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

L'autel

L’autel et le retable sont de 1840.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Les fonts baptismaux

Les fonts baptismaux datent du XVe siècle.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Jeanne d'Arc

Jeanne d’Arc tient également une place importante dans les représentations.

Jeanne d’Arc paysanne - Maquette en plâtre faite par l’Abbé Monégier curé de Segonzac (Corrèze) offert par M Marcel PROT (1888-1964) et Mme née Gaume (1893-1968), châtelains de Charbonnière

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Marie et Joseph

Statues de Marie et Joseph [maquettes de Vital Debray (sculpteur 1812-1892)] données en 1882 par Eugène Vignat

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite
Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Les vitraux

Un vitrail est dédié à Jeanne d’Arc, canonisée à Rome le 16 mai 1920, qui devient « Sainte Jeanne d’Arc ». Deux ans plus tard, elle est proclamée patronne secondaire de la France, la première étant la Vierge Marie.

Photos 10 et 11 – Association Patrimoinel : vitraux représentant l’Ordre de Saint Lazare de Boigny et les symboles des Chevaliers

Ce vitrail représente la Bienheureuse Jeanne d’Arc. La lettre « B » a été grattée pour être transformée en « S » en raison de sa canonisation.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Vitraux représentant l’Ordre de Saint Lazare de Boigny et les symboles des Chevaliers

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite
Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La visite

Ce vitrail représente la Bienheureuse Jeanne d’Arc. La lettre « B » a été grattée pour être transformée en « S » en raison de sa canonisation.

« Marie-Louise » la cloche de l'église

La cloche de l’église a été baptisée « Marie-Louise » prénom de Madame VIGNAT. Elle a été bénite le 22 mars 1888 par l’Evêque de Blois, celui d’Orléans étant malade. Elle a été fondue par l’entreprise BOLLÉE, à Saint-Jean-de-Braye (Saint-Loup-les-Orléans), à quelques kilomètres seulement de Boigny. Mr et Mme Eugène VIGNAT qui habitaient au château de la Salle à Boigny, ont fait don de la cloche à la paroisse. Eugène Vignat était un notable, conseiller municipal de Boigny. Il a également été maire d’Orléans et député du Loiret.

Cette œuvre d’art, d’une qualité artistique exceptionnelle, occupe le milieu du grand retable et domine le maître autel de l’église Saint-Pierre-ès-Liens de Boigny-sur-Bionne (Loiret).

C’est une copie réalisée au début du XVIIIè siècle de l’huile sur bois peinte par Léonard de Vinci vers 1485 pour la Confrérie Franciscaine de l'Immaculée Conception, refusée par celle-ci et acquise vers 1500 par le roi Louis XII pour son palais du Louvre, où elle est exposée aujourd’hui au 1er étage du musée.

Cette remarquable copie a été peinte au début du XIXè siècle (le peintre nous est inconnu) et a été offerte à l'église de Boigny un siècle plus tard.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La Vierge aux rochers

Léonard de Vinci a peint le tableau original entre 1483 et 1486 pour la Confraternité de l'Immaculée Conception de Milan. Ce tableau fut refusé par la Confraternité car il ne correspondait pas à ce qu'ils souhaitaient et avaient indiqué dans le contrat signé avec Léonard. Ce dernier a dû en commencer un autre, qui sera terminé par son élève Ambrogio de Prèdis quelques années plus tard. Ce second tableau est aujourd'hui exposé à la National Gallery de Londres.

L’œuvre initiale a été acquise par le roi louis XII vers 1500 et figure dans les collections royales, puis nationales, depuis cette époque. Ce chef-d'œuvre de Léonard de Vinci marque un tournant décisif dans sa carrière puisqu'il expérimente son procédé du sfumato, qui atteindra la perfection sur la Joconde.

Léonard décrit dans cette toile l'instant précis où Marie et Jésus, informés par l'archange Uriel et accompagnés par lui, viennent de retrouver le petit Jean-Baptiste, caché dans une grotte par sa mère Élisabeth, pour éviter qu'Hérode ne le fasse tuer. La mise en scène des personnages est pyramidale, avec Marie au sommet. Léonard a réussi à exprimer une dynamique de regards et de gestes particulièrement réaliste.

Ce chef-d’œuvre de Léonard de Vinci marque un tournant décisif dans sa carrière puisqu'il y expérimente son procédé du sfumato, qui atteindra la perfection sur la Joconde. Cette technique picturale, par une succession de glacis extrêmement fins, produit une texture lisse et transparente. Elle donne une impression de volume un peu vaporeuse, quasi évanescente, autour des visages et des contours.

C’est, semble-t-il, un ancien propriétaire du château qui offrit, vers la fin du XIXè siècle, la copie de la Vierge aux rochers à l’église.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La Vierge aux rochers

L'association Boigny Patrimoine et Histoire a édité un livret sur ce tableau : "Il était une fois... La Vierge aux rochers ».

Ce livret est en vente magasin SPAR de Boigny-sur-Bionne.

Rue de Verdun, 45760 Boigny-sur-Bionne Horaires : semaine : 09:00-13:00, 15:00-19:30 Samedi 09:00-13:00 Dimanche 09:30-12:30

Téléphone : 02 38 81 16 06

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - La Vierge aux rochers

Le pigeonnier

A visiter également à Boigny : le Pigeonnier et sa charpente particulière avec son échelle tournante. En partie effondré en 1998, il a fait l’objet d’une restauration à l’identique. Il comporte 700 boulins (nichoirs à pigeons). L’association « Boigny Patrimoine et Histoire » y présente chaque année plusieurs expositions qui permettent d’y pénétrer et de l’admirer.

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - A proximité

La place des Chevaliers de St Lazare a été nommée ainsi, dans les années 1960. On dit qu’au pied de la croix, qui est ancienne et provient de l'ordre des Chevaliers de St Lazare, que des Chevaliers ont placé, en 1964, un petit coffret contenant de la terre de Jérusalem.

Une inscription a été gravée, en latin, sur cette croix. Elle signifie : « Avec son nom, est rendue à ce lieu la protection de la grâce [de Dieu] »

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - A proximité

Pour télécharger, imprimer, afficher et partager cette affichette.... cliquez ici .

Eglise Saint-Pierre-es-Liens - L'affichette

Visite

Heures d'ouverture de l'église : en été : 10 h 00 -18 h 00 en hiver : 10 h 00 - 17 h 00

Contact

Groupement Paroissial de la Bionne Secrétariat 16 place Sainte-Jeanne d'Arc 45430 Chécy 0238460415 Contacts : Lisa HUBERT au 02 38 75 24 17 ou Isabelle DEBRAY au 02 38 75 28 77
Mairie de Boigny-sur-Bionne 3 rue de Verdun BP 9 45470 Boigny-sur-Bionnetél. 02 38 75 21 32 Fax 02 38 75 28 01
Association "Boigny Patrimoine et Histoire" Présidente : Lisa HUBERT Tél. 02 38 75 24 17
Sources :
Crédits : Association "Boigny Patrimoine et Histoire » Wiki Comons Croquant, Claude Humbert Photos-Eglises.fr