Eglise Saint Valentin de Jalogny

Proposée par : Martine Petrini-Poli et Pastorale du Tourisme 71
Jalogny
Place de l'église - 71250
Monument Historique
L’église, inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques en 1929, présente une nef unique romane du XIe siècle. Elle est remarquable par la composition savante de sa façade occidentale, restaurée en 2000, par ses volumes et son chevet du XIIIe. Grâce aux études récentes, elle permet de comprendre comment fonctionnait, au XIe siècle, un doyenné clunisien, exploitation agricole gérée par les moines, comprenant église paroissiale, logis, grange, à moins d’une distance de cheval de l’abbaye de Cluny (2,8 km).
Eglise Saint Valentin de Jalogny - Vous êtes les bienvenus

Le père Aucourt, curé de la paroisse, vicaire épiscopal, vous accueille

La paroisse de Cluny-Saint Benoit est heureuse de vous accueillir. Une église a toujours quelque chose à dire, ne serait-ce que ... "Bienvenue dans un lieu qui a des racines, une histoire et une vie aujourd’hui "

Eglise Saint Valentin de Jalogny - Vous êtes les bienvenus

L’église, inscrite à l’Inventaire des Monuments Historiques en 1929, présente une nef unique romane du XIe siècle. Elle est remarquable par la composition savante de sa façade occidentale, restaurée en 2000, par ses volumes et son chevet du XIIIe. Grâce aux études récentes, elle permet de comprendre comment fonctionnait, au XIe siècle, un doyenné clunisien, exploitation agricole gérée par les moines, comprenant église paroissiale, logis, grange, à moins d’une distance de cheval de l’abbaye de Cluny (2,8 km).

Eglise Saint Valentin de Jalogny - Introduction
Eglise Saint Valentin de Jalogny - l'Histoire

Principales dates

 Xe siècle : fondation de l'église paroissiale. Construction de la nef unique actuelle.  929 : église confiée à l'abbaye de Cluny par l'évêque Bernon (charte n°373). Elle est primitivement placée sous le vocable de saint Hilaire  969 : changement de vocable  XIIIe siècle : l'église est reconstruite.  1827 : construction dans l’axe du chœur de l’église de Jalogny d’une sacristie (qui n’existe plus).  de 1827 à 1839 : Vincent Genillon est curé de Jalogny. Il est surtout connu pour sa participation à la démolition de l’église abbatiale de Cluny. Ne disposant pas de part dans l’association des acquéreurs Beauchaton, Battonnard et Vacher, il réside à Cluny et conduit les démolitions pour leur compte.  1896 (12 avril) : délibération du Conseil de Fabrique de l’église de Jalogny déclarant celle-ci "dans un grand état de vétusté et de dégradation , risquant de mettre en danger lors des offices, et donc d’interrompre tout service religieux …Une réparation aussi prompte que sérieuse s’impose surtout pour le toit, le plafond, le clocher et la voûte du chœur …"  1896 (10 juin) : la sacristie construite en 1827 dans l’axe du chœur de l’église de Jalogny (elle n’existe plus) apparaît encore sur un plan dressé par l’architecte Jean Monnier, de Cluny. Le plan accompagne un devis estimatif de réfection générale de l’édifice de 2 387,08 francs.  1896 (10 juin) : d’après le plan de l’architecte Jean Monnier, de Cluny, produit avec son devis de réfection générale, il existe à cette époque un porche ouvert devant la façade de l’église de Jalogny. Cet appendice, gênant sans doute la circulation routière, a été démoli par la suite (sans doute en même temps que la sacristie).  1897 (2 mars) : adjudication des travaux de réfection de l’église de Jalogny à l’entrepreneur Antoine Desprès, de Sainte-Cécile, comprenant réfection d’une partie des enduits extérieurs de la façade principale de la nef, des soubassements jusqu’à la naissance des voûtes, de la consolidation de la charpente du chœur, des toitures de la nef, de la reprise en totalité du plafond, et de la réfection du plancher du clocher.  1897 (17 octobre) : décompte général des travaux de réfection de l’église de Jalogny.  1898 (13 novembre) : réception définitive des travaux de réfection de l’église de Jalogny.  1929 : inscription de l’église à l'inventaire des Monuments Historiques.  2000 : restauration de la façade occidentale, travaux de maçonnerie, charpente et couverture sur clocher, nef et chœur (avec l’aide de la Sauvegarde de l’Art français).

Un doyenné clunisien

L’église Saint-Valentin "remplace une église construite par les moines de Cluny, qui, en 969, était sous l’invocation de Saint Hilaire. En 1117, c’était une "obédience de Cluny", écrit Jean Virey.
La dispositio rei familiaris, document administratif généré par la remise en ordre des affaires temporelles et économiques de l'abbaye de Cluny sous l’abbé Pierre le Vénérable (1147-1148), énumère dix-sept églises doyennés-prieurés chargés du ravitaillement de la grande abbaye. Parmi elles, huit étaient aussi associées à une paroisse. Il s'agit de Beaumont-sur-Grosne, Jalogny, Jully, Saint-Gengoux et Saint-Hippolyte. On voit donc que les liens entre Jalogny et l'abbaye proche étaient très étroits.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - l'Histoire

Essai de restitution de l'emprise du doyenné de Jalogny avec ses divers bâtiments

Au nord, se trouve l’église romane Saint-Valentin de Jalogny, entourée, au sud, de plusieurs corps de logis. La façade occidentale de cette extension a été bien conservée : rez-de-chaussée ouvert par deux arcades brisées, étage percé de deux fenêtres géminées gothiques. Ce logis roman a été raccordé à l’église au XIVe siècle.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - l'Histoire

Ancien logis du doyenné

A l’ouest, une grange romane, sans doute de la fin du XIe siècle, s’appuie contre l’enceinte. Elle offre de belles proportions 28 X 13 m hors d’œuvre, délimitant par deux séries de trois piliers une nef et deux bas-côtés. Ces piles maçonnées rondes ressemblent à celles des Écuries de saint Hugues à Cluny. Les murs extérieurs et la charpente ont été remaniés. Ce bâtiment paraît unique dans l’ensemble des bâtiments clunisiens. Au nord et au sud, deux porteries permettant d’accéder dans l’enceinte sont inégalement conservées. À l'est, une porte de l’église permet l'accès vers l'extérieur, autrefois à un corps de logis aujourd’hui disparu.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - l'Histoire

Vestiges de la porterie du doyenné

L’enquête lancée en 1757 auprès de MM. les curés des Paroisses, pour établir la carte de Cassini, témoigne que Jalogny est toujours "obédience" de l’abbaye de Cluny : "Le nom propre de mon village est Jallogny, sous le vocable de Saint Valentin martyr. Il a la ville de Cluny à une demie lieuë au nord, (il est) situé dans un petit territoire plat, entre plusieurs monticules qui lui laissent à peine de vuë au levant. Le clocher est assez élevé, sa flèche est à quatre angles et élevée en proportion du clocher. C’est une simple seigneurie appartenante à messieurs les religieux bénédictins de Cluny, la maison à laquelle elle est rattachée est apellée le Prieuré, ou Doyenné".

Eglise Saint Valentin de Jalogny - l'Histoire

La façade

L’église est remarquable par la composition savante de sa façade occidentale, restaurée en 2000. Trois triples arcatures lombardes profondes surplombent ce portail. Elles ont été dégagées en 2000 et l’oculus moderne a été supprimé. Au pignon, une baie simple largement ébrasée achève l’ensemble.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Dessin de l’architecte Pierre Reynaud, restitution de l’état roman

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Façade dans son état antérieur avant 2000

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Le portail

Le portail roman en plein cintre, sans tympan, profondément implanté dans la façade occidentale, est encadré par deux arcatures latérales aveugles.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Le clocher du XIIIe siècle

Le clocher du XIIIe, construit hors d’œuvre à côté du chœur, est composé de deux étages au-dessus d’un soubassement nu percé d'étroites fentes d’éclairage. L’étage supérieur, surélevé au XIXe, n’a qu’une fenêtre en plein cintre par face. Il est coiffé d’une petite pyramide à quatre pans. La cloche de bronze (498 kg) a été fondue en 1900, à partir de l’ancienne, fêlée, datant de 1688. Une corniche à modillons nus supporte la toiture. La toiture du chœur est couverte de laves, celles de la nef, de tuiles creuses.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Baies jumelles à colonnettes rondes du clocher

L’étage inférieur comporte sur chaque face, sauf au sud, deux baies jumelles avec des colonnettes rondes à chapiteaux sculptés.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Chapiteaux sculptés de masques grimaçants du clocher

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Le chœur gothique, à chevet plat et toit de laves

Il a été remonté au XIIIe siècle. Il ressemble au chœur à chevet plat de la chapelle du doyenné de Mazille.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

Le transept et le côté nord

Des contreforts plats délimitent la nef en trois travées. À la troisième travée, des fenêtres en arc brisé, reconstruction du XIIIe siècle, se substituent aux petites baies primitives de la partie romane.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'extérieur

La nef de l’église

La nef unique romane, du XIe siècle, est plafonnée et éclairée latéralement par deux fenêtres en plein cintre, haut placées et, à l’avant de la nef, par deux grandes baies.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Plan de l’église de J.-D. Salvèque Centre d’Études Clunisiennes

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

La vasque du bénitier

De part et d’autre de l’entrée, on trouve la vasque du bénitier et les fonts baptismaux du XVIIIe siècle sur pied taillés d’une seule pièce dans un calcaire rose et côtelés. Le tuyau rappelle que l’eau du baptême allait rejoindre les fondations de l’église.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

L'arc triomphal

Sur l’arc triomphal, la peinture murale représente le Christ bénissant et montrant son cœur. Il est dans une mandorle ceinte par un phylactère portant la phrase : « Voilà ce cœur qui a tant aimé les hommes et en reconnaissance je ne reçois de la plupart que des ingratitudes » (allusion à l’apparition du Sacré-Cœur de Jésus à Marguerite-Marie à Paray-le-Monial en 1675). Cet arc triomphal en plein cintre brisé ouvre sur le chœur gothique du XIIIe siècle.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Le choeur de l'église

Le chœur gothique du XIIIe siècle, long de deux travées, est éclairé par trois lancettes inégales et un vitrail à gauche. Il est à chevet plat et voûté d’ogives reposant, aux quatre angles de la travée du chevet, sur des consoles sculptées de feuillages ou de masques humains gothiques évoquant le style de l’église Notre-Dame de Cluny. Le chœur présente le même plan carré qu’à l’église du doyenné de Mazille, les mêmes profils et culots sculptés ornés de tête, la même porte latérale et le triplet de lancettes identique. Sur le côté, la porte permet d’accéder au clocher.

Arc triomphal peint vu du chœur

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Chevet plat du chœur gothique

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Tabernacle du chœur

À droite, dans le chœur, on trouve un retable avec tabernacle en bois sculpté et doré. Il est orné de quatre anges aux ailes déployées portant les instruments de la Passion qui encadrent le Christ en croix.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Masque humain gothique du culot du chœur

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Peintures murales à la croisée d’ogives du chœur

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Détail des peintures murales des retombées d’ogives du chœur

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Dans le choeur, tableau de Saint Martin

Dans le chœur, tableau de la « Charité saint Martin » devant les murailles d’Amiens, qui fait don de la moitié de son manteau de soldat romain à un pauvre (l’autre moitié appartenait à l’armée romaine)

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Chaire à prêcher de la nef et statues

Dans la nef, on trouve la statue du Curé d’Ars, saint patron des prêtres, fait face à celle de Thérèse de Lisieux, sainte patronne des Missions, celles de Saint Antoine de Padoue et de Sainte Jeanne d’Arc (canonisée en 1920), et 14 bas-reliefs polychromes illustrent les stations du Chemin de Croix, invitant à méditer sur la Passion du Christ.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

L'autel de Saint Joseph

À gauche, avant le chœur, se dresse l’autel de Saint Joseph. Le retable de l’autel Saint-Joseph représente le Christ en croix entouré de nombreux personnages dont la Vierge, Saint Jean, Marie-Madeleine, des soldats romains et des femmes éplorées. Remarquez au-dessus de la croix, la colombe du Saint-Esprit et la main de Dieu le Père. À droite, l’autel de la Vierge supporte une statue de la Vierge à l’Enfant écrasant le serpent qui tient la pomme de la tentation dans sa gueule.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Statue de saint Valentin et de la fillette guérie de cécité

La statue de Saint Joseph est encadrée à droite par la statue de Saint Nicolas en évêque sauvant les 3 enfants à ses pieds, à gauche par celle de Saint Valentin, prêtre qui redonna la vue à la fille de son geôlier et fut ensuite décapité sur l’ordre de l’empereur Claude II le 14 février 269. La hache à ses pieds représente l’instrument de son martyre. Une légende en fit plus tard le saint patron des amoureux.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Dans le chœur, statue du Christ au Sacré-Cœur

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Plaque commémorative de la guerre 1914-1918, sur le mur nord de la nef

Eglise Saint Valentin de Jalogny - L'intérieur

Église romane Saint-Jean à Vaux

Cette église, accrochée au dénivelé, est remplie de charme : on y accède par des marches d'escalier ménagées sous le porche. L’église Saint-Jean du hameau de Vaux, dépendant de la commune de Jalogny, est un petit édifice roman composé d’une nef plafonnée suivie d’une travée couverte d’une voûte en berceau brisé et d’une abside qui est la partie la plus ancienne de l’église et qui pourrait dater du XIe siècle. Couverte de laves, cette abside est ouverte de trois petites fenêtres et ornée à l’extérieur de bandes et d’arcatures lombardes. La nef, ornée également d’arcatures lombardes sur son mur nord et les parties anciennes du clocher seraient, elles, du XIIe siècle.
L’époque moderne a rajouté à l’ouest un porche ouvert de trois grandes arcades et le XIXe siècle a sérieusement restauré le clocher construit hors œuvre au nord de la nef et le mur gouttereau sud de celle-ci. Les travaux de mise hors d’eau et de reprise des maçonneries étaient devenus urgents. La Sauvegarde de l’Art français a versé, en 1987, une aide de 100 000 F pour que les laves du clocher puissent être conservées.

Eglise Saint Valentin de Jalogny - Autres points d’intérêt, à proximité  de Jalogny

Visite


Contact

Paroisse de Cluny-Saint Benoît 7, rue Notre-Dame 71250 Cluny Tél : 03.85.59.07.18 Mail : paroisse-cluny@orange.fr
Mairie de Jalogny Le Bourg 71250 Jalogny
Office de Tourisme de Cluny Sud Bourgogne 6, rue Mercière 71250 - Cluny Tél. +33 (0)3 85 59 05 34
Sources : GARRIGOU GRANDCHAMP Pierre, GUERREAU Alain, SALVEQUE Jean-Denis, avec la collaboration d’Edward IMPEY, Doyennés et granges de l’abbaye de Cluny. Exploitations domaniales et résidences seigneuriales monastiques en Clunisois du XIe au XIVe siècle, Bulletin Monumental, 1999. GUERREAU Alain, SALVEQUE Jean-Denis, Deux doyennés clunisiens, Dossiers de l’Archéologie Décembre-Janvier 2002, 269/270. MEHU Didier, Paix et communautés autour de l’abbaye de Cluny (Xe-XVe siècle), 1999, Thèse Université Lumière Lyon II. VIREY Jean, Les églises romanes de l’ancien diocèse de Mâcon, Protat, 1935, p. 454-455. SAPIN Christian, Bourgogne romane, Dijon, 2006.
Crédits : D. Vouillon, bourgogneromane.com