La Trinità d’Aregno – Corse

Proposée par : Louis Bertrand
Aregno
sur la D151 - 20220
Monument Historique
Google
Trip Advisor
L'église de la Trinité et de San Giovanni, dans le cimetière d'Aregno, est un héritage pisan, fin du XIe siècle. Cette église, dédiée à la Sainte Trinité et à San Giovanni Battista, est une des plus connues de Corse avec San Michele de Murato. Son architecture de pierre de différentes couleurs est surprenante… Tout comme la chapelle San Raineru à Lunghignano, elle est implantée au milieu d'un cimetière et est décorée de motifs étranges : figures humaines ou d'animaux (ours, bœuf, serpents...).L'une d'elles se trouve au pignon, à l'aplomb de la porte d'entrée. On y voit un homme ôtant une épine de son pied. Il s'agit d'une allégorie de la connaissance, assez répandue dans les édifices romans continentaux.A l’intérieur découvrez de superbes peintures murales.Classée Monument Historique depuis 1883.

L’origine XIIe siècle

Elle date vraisemblablement de la première moitié du XIIe siècle.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'histoire

XVe - XVIe siècle

Ornée de peintures monumentales au cours du XVe siècle, elle est décrite en 1589 par le visiteur apostolique Mgr Mascardi, qui signale aussi la présence d’une tour-clocher attenante à l’église et portant une seule cloche, elle sera détruite au cours du XIXe siècle.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'histoire

L’Eglise avait le statut d’église piévane*.

Elle a servi de lieu d’inhumation pour les habitants d’Aregnu et Sant’Antuninu jusqu’au début du XIXe siècle dans une sépulture commune appelée « arca ».

Sa vocation religieuse se doublait d’un rôle social jusqu’au début du XVIe siècle. Elle servait en effet de tribunal de première instance.

* Une piève (du latin plebes, peuple, subdivision d'un diocèse, en corse ou italien pieve, au pluriel pievi) est une église importante construite en milieu rural à un point de rencontre de plusieurs territoires paroissiaux. Le mot piève désigne aussi l'ensemble des paroisses qui relèvent d'une même piève (église) ainsi que le territoire correspondant.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'histoire

XIXe siècle

Classée dans son ensemble au titre des monuments historiques en 1883, elle fait l’objet d’une importante restauration en 1887.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'histoire

XXe et XXIe siècles

De nouveaux chantiers ont été conduits en 1968,1989 et 2009.

La restauration, terminée en 2013 a rendu à l’édifice tout son éclat.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'histoire

Le plan

L’église, de plan allongé, est formée d’une nef unique couverte d’une charpente en bois apparente, prolongée par une abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La façade et les trois granits

Les blocs de granit constituant sa façade sont de 3 couleurs différentes, 3 étant le chiffre de la perfection de la Trinité : le beige symbolise le Père, le vert, le Fils, et le roux le Saint Esprit.

Toute la façade est d’ailleurs sur un plan tripartite en largeur comme en hauteur.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La façade - La porte

La porte est surmontée d'un linteau en bâtière sans ornement (ajouté au XIXe siècle) et d'un arc de décharge aux claveaux polychromes, qui dessine un tympan inexistant. Cet arc comporte 7 claveaux foncés et 8 claveaux clairs : le 7 invite l’homme à se tourner vers Dieu et le 8 symbolise sa résurrection.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

De part et d'autre se trouvent deux petites statuettes semblables à celles qu'on trouve à Murato ... une femme en longue robe à gauche...

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La femme

une femme en longue robe à gauche...

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

L’homme

...et un homme tenant (peut-être) les tables de la loi.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Explications d’un historien d'art... 1

A propos du décor sculpté Le décor sculpté de la Trinità et San Giovanni d'Aregno ne fait pas exception.

Ici aussi l'oubli d'un sacré ancien laisse la place à la perplexité le plus souvent.

Devant ces images, les seules certitudes autorisées sont celles des descriptions... ce qui est bien peu. Nul texte ne nous permet de déchiffrer certaines représentations. Et l'on ne peut parler de thèmes purement décoratifs dûs à des fantaisies locales purement individuelles puisque l'on retrouve des oeuvres presque identiques qu'on a pris la peine d'inscrire dans le dur granit dans d'édifices séparés l'un de l'autre par une centaine de kilomètres... ce qui, dans les montagnes de Corse représente un éloignement très important, - tels cette femme qui se tient les hanches et l'homme assis tenant un bâton ou un rouleau sur ses genoux, à la Trinità et à San Michele de Murato. Et ici, nous sommes intrigués par le fait que ces sculptures sont en ronde-bosse, fichées dans le mur, sans justification structurelle architecturale, de qui est rarissime à l'âge roman, exception faite de l'iconographie explicitement chrétienne.

A Aregno, jaillissent du mur des images d'un autre âge, peut-être les évocations des êtres d'une religion antérieure dont il faudrait neutraliser les forces maléfiques. Cela pourrait expliquer certains reliefs mystérieux, comme ces animaux, statiques, ou en mouvement ou encore dévorant un autre animal.

Joël Jalladeau - Eglises Romanes de Corse -

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

L’étage intermédiaire

Au-dessus de la porte, l'étage intermédiaire est orné d'arcatures aveugles à motifs végétaux ou géométriques.

Elles retombent sur des culots sculptés : on reconnaît notamment un taureau, à droite. A gauche, un animal en dévore un autre.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Le fronton

Au niveau du fronton, la corniche est soutenue par des modillons.

De petites arcatures suivent son mouvement.

Au centre, une baie géminée est percée. Son remplage porte des serpents entrelacés.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

L’énigmatique homme à l'épine

Au sommet du fronton, un personnage sculpté semble s'extraire une épine du pied.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Explications d’un historien d'art... 2

A propos du Tireur d'épine.

Cette sculpture est directement inspirée du petit bronze du 1er siècle avant J.-C. qui se trouve actuellement au Palais des Conservateurs du Capitole.

Très connu dès le Moyen Age, il se trouvait devant le Palais du Latran.

Le jeune garçon fut d'abord identifié à Absalom, fils de David, célèbre pour sa beauté. Mais on a aussi pensé qu'il s'agissait d'un jeune berger, Cneius Martius, qui aurait couru pour porter une missive d'importance vitale au Sénat, et n'aurait retiré l'épine qu'il avait dans le pied qu'une fois sa mission accomplie.

Et comme on a aussi associé Martius au mois de mars par rapprochement des deux mots, et mars étant le mois du carême, le Spinario est aisément devenu symbole de pénitence, arrachant le mal de son âme comme il arrache l'écharde de sa chair.

Il n'est donc pas étonnant de retrouver des sculptures inspirées de ce bronze à l'époque romane.

Un Tireur d'épine se trouve sur un chapiteau de l'église de Grandson en Suisse. Un fragment du clocher de la cathédrale du Puy en Velay le représente (actuellement au musée Crozatier de cette ville).

Joël Jalladeau - Eglises Romanes de Corse -

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La toiture

La toiture est en tuiles romaines.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Les modillons

Les élévations sont ornées d’arcatures plein cintre en saillie, reposant sur des modillons au décor sculpté composé de figures géométriques, phytomorphes et zoomorphes en plat-relief ou en bas-relief.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La nef

La nef est rythmée par des bandes lombardes.

Les étroites baies cintrées qui percent la nef sont surmontées d'archivoltes sculptées.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Jaillissent du mur des images d'un autre âge, peut-être les évocations des êtres d'une religion antérieure dont il faudrait neutraliser les forces maléfiques. Ainsi un animal mystérieux statique.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Coté sud

On retrouve les mêmes motifs sur les deux côtés de la nef : ici, au sud, une croix et un arbre portant des fruits.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Explications d’un historien d'art......3

Nous retrouvons l'assurance de cheminer en sol chrétien lorsque nous découvrons sur des linteaux échancrés en plein cintre des symboles connus. Ici l'Arbre tend ses branches chargées de fruits vers la Croix, - Arbre de la vie, Arbre de la connaissance du bien et du mal... Ou encore cet arbre légendaire, dont parle l'Evangile apocryphe de Nicodème: l'archange Michel apporte à Seth une graine de l'Arbre de la vie pour qu'il la place dans la bouche de son défunt père, Adam. Le roi Salomon fait abattre cet arbre et destine la poutre qu'il en tire à la construction du Temple, puis au pont de Siloë. La reine de Saba pressent un destin exceptionnel à cette poutre, la vénère et en confie le secret à Salomon. Le bois, enterré sur son ordre, deviendra le bois de la Croix, reliant le Christ, appelé "Nouvel Adam" au premier homme et au jardin d’Eden.

Joël Jalladeau - Eglises Romanes de Corse -

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Coté Nord

L'autre motif présente une scène où deux paons s’affrontent (ici côté nord de la nef).

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Entre les pilastres s'intercalent de petites arcatures reposant sur des modillons au décor sculpté composé de têtes humaines, sirènes, motifs géométriques et végétaux en plat-relief ou en bas-relief.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Le chevet

Le chevet a conservé sont couvrement de teghje (ardoises corses en schiste). Une petite fenêtre est percée au centre.

Sa corniche est doublée d'une moulure torsadée et d'arcatures retombant là encore sur des modillons.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Le cordage sculpté

Sous le toit, en haut des pignons et des murs gouttereaux, un gros cordage sculpté dans le granit gris foncé enserre l'édifice.

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

Parfois dans le granit apparaissent des formes qui s'apparentent aux grands symboles, des cercles, un mufle de boeuf ou de taureau, nous laissant espérer qu'il y a là un lien avec ce qui nous est relativement familier. Mais qui peut l'assurer?

La Trinità d’Aregno – Corse - L'extérieur

La nef

L’intérieur est d’une grande sobriété.

La nef unique de 16 m par 6 avec ses murs nus et sa charpente apparente conservent bien à l’édifice son caractère roman...

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

L'autel

L’autel, lui, a été refait en style baroque.

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

Les fresques / les Docteurs de l'Eglise

Les parois intérieures, partiellement dépourvues d’enduit, comportent, sur le mur nord, des peintures monumentales réalisées sur enduit a fresco, datant de 1458, figurant saint Augustin, saint Grégoire, saint Jérôme et saint Ambroise,Docteurs de l’Eglise tenant tous quatre une Bible sur leurs genoux.(illustration) la seconde peinture murale représente l’Archange saint Michel, peseur des âmes et terrassant le dragon, exécutée elle, en 1448.

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

Les docteurs de l'Eglise

Saint Augustin, évêque d’Hippone (340-390),

le Pape Grégoire Ier (590-604),

Saint Jérôme qui a traduit la Bible en Latin (la Vulgate),

et Saint Ambroise, évêque de Milan.

Le commanditaire de cette fresque est Ghilardus Manuelis de Sant’ Antonino, petit village de Balagne. Seul saint Jérôme, habillé en cardinal, est en Majesté.

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

L’analyse de l’expert : Camille Simone FAGGIANELLI

Camille Simone FAGGIANELLI* explique la notion de « Majesté ».

L’apparence du personnage ne présente aucune caractéristique humaine : ni grain de beauté, ni pli sur le front, ni grimace et il est strictement de face, ce qui n’est pas le cas des autres personnages. Il est le seul à avoir les mains nues tandis que les autres ont les mains gantées et il est le seul à avoir le Livre ouvert tandis que les autres ont le Livre fermé.

Ce dernier détail montre qu’il répand la Parole tandis que les autres la gardent, ce qui est un symbole très fort. En effet, les juristes ont choisi saint Jérôme comme patron, tout comme les cardinaux d’ailleurs, d’où la pourpre cardinalice de Saint Jérôme. Or, Ghilardus Manuelis de Sant’ Antonino, un caporal de Balagne, est un homme de Loi.

Donc, en choisissant de représenter saint Jérôme en Majesté dans cette fresque réalisée en offrande d’indulgence à la Trinité d’Aregno, il a autolégitimé son influence et son autorité."

* Camille Simone FAGGANIELLI, "Les fresques de la Corse génoise au 15° siècle", Paris, 11/2009

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

Les fresques / l’Archange Saint Michel

Saint Michel pesant les âmes et terrassant le Dragon du Mal.

D’une main, il tient son épée, de l’autre la balance du dernier jugement : sur les plateaux deux corps minuscules. Une inscription, malheureusement en partie effacée, porte de la date de 1448 (CCCCXXXXVIII).

La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

Sous la fresque de l’Archange Saint Michel, à droite de la porte nord, un ancien chapiteau sert aujourd’hui de bénitier.

illustration en attente, merci pour vos envois. contact@BellesEglises.com

L’arc triomphal

A l’intérieur, l’arc triomphal fortement brisé donne sur l’abside surélevée.

Il supportait également un décor peint, aujourd’hui effacé.

illustration en attente, merci pour vos envois. contact@BellesEglises.com

Le chancel* est ici bien conservé : il sépare les fidèles de l’autel baroque. On le voit ici devant les bancs des fidèles

  • Dans l'architecture ecclésiastique, le chancel (du latin cancelli, « treillis », « barrière », « balustrade »), est une clôture basse en bois, en pierre ou en métal qui sépare la nef d'une église chrétienne où sont réunis les fidèles du chœur liturgique réservé au clergé.
La Trinità d’Aregno – Corse - L’intérieur

Les fenêtres

Les fenêtres sont surmontées d’archivoltes sculptées dont les motifs sont repris en vis-à-vis : deux paons s’abreuvant à une coupe et un motif composé d’une torsade, une main et une crosse.

Les consoles soutenant la charpente sont également ornées mais de motifs plus simples.

illustration en attente, merci pour vos envois. contact@BellesEglises.com

Visite

ouverture et visites : en attente de réponses... et de précisionsmerci d’avance

Contact

Unités paroissiales de Corbara Couvent de Corbara 20220 Île-RousseTel. 07.78.39.25.05pom@stjean.com
Mairie d'Aregno Adresse : 105 Village, 20220 Aregno Téléphone : 04 95 61 70 34
Association Sauvegarde Sauvegarde et Animation des Hauts lieux de l’Histoire de la Corse.A l'époque pisane des centaines d'édifices à vocation religieuse (couvents, monastères, églises , chapelles) furent édifiés à travers toute la Corse. En 1840 Prosper MÉRIMÉE n'en dénombra plus qu' environ 150. Aujourd'hui, il reste à peine plus de 70 chapelles romanes et quelques rares couvents en état d'être sauvegardés. Ce sont des chefs d'oeuvre en péril qui constituent le plus beau fleuron de notre patrimoine historique et culturel de Corse. L'association ASCO se consacre à la Sauvegarde et à l'Animation du patrimoine bâti de la Corse et en particulier des Chapelles Romanes et des Couvents de Corse.Association ASCO Archives départementales Rue François Pietri 20 090 AJACCIOassociationasco@orange.fr
Sources : Joël Jalladeau : http://jalladeauj.fr/claveyrolas/page1/page1.htmlArt roman Corse Provence Midi-Pyrénées : https://sites.google.com/site/sudromanes/corse/aregno-san-giovanniSauvegarde et animation des Hauts-Lieux de Corse : https://www.association-asco.fr/corse-romane/eglise-de-la-trinita-a-aregno/ La Balagne : https://balagne-corsica.com/patrimoine-culturel/eglise-de-la-trinite/Corse-romane.eu : https://corse-romane.eu/aregno-trinite-y/Pierres Romanes : http://www.romanes.com/search_fr.html?q=AREGNO&cx=partner-pub-9572068145045929%3Acvginc45qvg&cof=FORID%3A10&ie=UTF8Art roman modillons chapiteaux et peintures : https://sites.google.com/site/modillonsetpeinturesromanes/k-corsePeintures murales : http://peintures.murales.free.fr/fresques/France/Corse/aregno_trinite.htm
Crédits : Maïté : http://maite.eklablog.com/eglise-de-la-trinite-aregno-corse-a94356175Joël Jalladeau : http://jalladeauj.fr/claveyrolas/page1/page1.htmlAssociation Asco Corse : Mr CLAVEYROLAS : https://www.association-asco.fr/corse-romane/eglise-de-la-trinita-a-aregno/Wiki Comons/Aregno : Jean-Paul Grandmont, Pierre Bona, Ophelia2, Derbrauni, Isiwal, Bonachera jf,Jean-Marie Verge : http://verges.jeanmarie.free.fr/fotom2.php?aki=eglises_romanes&ako=soureg