L’église de Saint-Martin-de-Ré

Saint-Martin-de-Ré
rue du Palais - 17410
Trip Advisor
Petit futé
Une histoire tumultueuse qui témoigne de toute l'histoire de l'île. Le mariage du gothique et du baroque. A l'intérieur l'invitation au recueillement est aussi une invitation à d'étonnantes richesses.Montez les 117 marches du clocher... la vue est formidable.Incrite aux Monuments Historiques (1903 /1997)
sources Wikipedia (sauf mentions)
*L’histoire* chahutée de l’église de Saint-Martin-de-Ré rend très complexe l’étude de ce monument.A priori, rien ne subsiste du bâtiment antérieur au XVe siècle. De même est-il difficile d’imaginer l’édifice qui l’a remplacé, seuls quelques plans de la fin du XVIIe siècle, dont l’exactitude est douteuse, donnent de rares indications sur l’architecture initiale de l’église. (*L'Eglise Saint-Martin-de-Ré*)
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

L'origine

Les origines de la ville et de l'église sont mal connues, bien que le fait que les deux aient été détruites par les Normands soit assez probable.On sait cependant avec certitude qu'au XIe siècle, la paroisse est donnée au chapitre du Puy-en-Velay par le comte de Poitou, Guillaume Aigret. Les chanoines conserveront la paroisse jusqu'au XVIe siècle. Il ne reste cependant aucun vestige de l'édifice roman du XIe siècle.Un nouvel édifice est construit au XIVe siècle, construction qui semble s'être poursuivie au XVe siècle à l'issue de la période troublée de la guerre de Cent Ans.Au vu des ruines qui subsistent, l'église devait être spacieuse et très lumineuse, avec une hauteur sous voûte tout à fait respectable. Elle était également fortifiée (elle prit alors le nom de "Grand Fort"), au vu des restes de mâchicoulis encore présents aujourd'hui sur les ruines médiévales.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

XVI° siècle

Cependant cette église devait être ruinée moins d'un siècle plus tard par les Guerres de Religion.L'île de Ré, à majorité protestante, est mise à sac par ces derniers en 1586 lors de leurs disputes sur le territoire contre les catholiques.L'église s'effondre en grande partie : il n'en restera que la base des murs de la nef et les chapelles latérales et les hauts murs du transept, conservés du fait de leur importance militaire, étant fortifiés.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

XVII° siècle

Au XVII° siècle le culte put reprendre dans l'édifice dévasté, après la victoire des catholiques sur les protestants.En 1629 les travaux de reconstruction proprement dits débutent. Ils dureront plusieurs années.Mais, malgré les fortifications de Vauban, l'édifice est de nouveau ravagé en 1696 lors du bombardement de la place forte de Saint-Martin-de-Ré par une flotte constituée de navires anglais et hollandais.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

XVIII° siècle

Le premier jour de l'an 1774 le clocher s'effondre, entraînant avec lui une partie des voûtes.On décide alors de reconstruire l'édifice en inversant l'orientation du chœur : clocher à l'est, chœur désormais à l'ouest.A cette époque la paroisse de Saint-Martin compte à elle seule : 1 curé, 4 vicaires, 1 prêtre sans fonction, 2 prêtres au couvent des capucins, 1 aumônier pour la citadelle et 1 aumônier au couvent de la Charité, ceci outre les religieux et religieuses._En 1789, Charles Pinelière, curé de Saint-Martin, élu député du clergé d’Aunis aux États généraux, refusera de signer le serment et émigrera à Dresde. (source G.de la Crouée) _ L’église une fois de plus souffre durant la Révolution, de surcroît, lors des heures les plus cruelles, elle sera fermée au culte celui-ci étant célébré clandestinement dans des maisons particulières.C'est aussi à Saint Martin le dramatique Episodes des prêtres déportés. martyrs que rappelle un autel dans l'église.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

XIXe / XXe siècle

Au cours des deux siècles suivants, l'édifice fut restauré et embelli d'un nouveau mobilier, avant d'être de nouveau ravagé par un incendie en 1964.Cependant l'édifice fut rapidement réhabilité.L'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le 29 décembre 1903 pour ses parties anciennes comprenant l'ancien transept avec ses pignons, ses tourelles et ses fortifications.Le reste de l'édifice est inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 29 décembre 1997;
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'histoire

La rencontre des styles et des époques

On est toujours frappé par l'extraordinaire enchevêtrement de l'ancienne église gothique (ou de ce qu'il en reste) et de l'église du XVII° / XVIII° siècle.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur
Quelques images pour vous inciter à en faire le tour et, si l'accès est ouvert, à monter au clocher d'où la vue est formidable. (accès payant, mais vous ne le regretterez pas).
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

Le coté sud vu du clocher

L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

Le coté nord du transept

L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

Le chevet

L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

La façade et le portail

Le portail extérieur à clef et impostes saillantes est encadré de deux pilastres cannelés doriques du XVIIIe siècle.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

Saint Martin

Les corniches supportent un entablement et une grosse corniche moulurée dans laquelle se situe une statue de saint Martin qui date du XIXe siècle.Au-dessus, se trouve une fausse baie en anse de panier fermée par une balustrade.Les murs latéraux de ce porche sont nus et percés d’une porte rectangulaire à encadrement mouluré d’un quart de rond (par laquelle on accède au clocher), à l’intérieur un escalier en vis en pierre donne accès à une passerelle conduisant à la chambre des cloches, puis, un escalier de bois permet de monter jusqu’à la terrasse du clocher.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur

Les parties gothiques

Les parties gothiques extérieures ont été conservées lors de la reconstruction du XVIII° siècle pour servir d’amers (repère pour les navigateurs), en raison de leur grande hauteur, elles dominent en effet de beaucoup les constructions postérieures.Il s’agit des bras sud et nord de l’ancien transept comprenant chacun un portail et des parties hautes avec pans de mur, fenêtres, tourelles d’escalier, surmontés de petites flèches et contreforts.Une abondante décoration d’arcs et de pinacles indique le XVe siècle, de même que les arcs en accolade des portails et des baies.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur
Faisant contraste ave cette décoration, les éléments de l’appareil de défense qui valurent à l’église la mon de « Grand Fort » subsistent encore sous la forme de deux chemins de ronde superposés.(sources : M.Caron)
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'extérieur
Dans sa forme actuelle, l’édifice comprend une nef à trois vaisseaux de quatre travées, flanquée à gauche de trois chapelles latérales, un large transept et un choeur. Ce dernier est aussi large que la nef à trois vaisseaux et comporte deux travées et deux chapelles latérales. Celles-ci sont voûtées d’ogives.Le transept comme le vaisseau central de la nef et la totalité du choeur sont couverts d’une charpente apparente alors que les collatéraux sont couverts de lambris. On suppose qu’originellement le plan ne devait pas être très différent de celui d’aujourd’hui (à cette réserve près que le choeur se trouvait à l’emplacement de l’actuelle nef et vice et versa).
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le plan

Sur le collatéral gauche de la nef s’ouvrent trois chapelles. La première en hémicycle contient les fonts baptismaux, les deux autres sont rectangulaires.La cinquième travée, plus large que les autres constitue le transept avec à chaque extrémité un portail épaulé par deux contreforts angulaires.Le choeur se développe sur deux travées et deux chapelles ouvrent sur chacun de ses collatéraux, tandis que le vaisseau central se termine par un hémicycle. La sacristie est accolée à droite du chevet.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur
Le vaisseau central et les collatéraux communiquent par de grandes arcades moulurées.D’autres grands arcs brisés s’ouvrent dans les quatre murs diaphragmes délimitant le transept et d’autres encore permettent d’accéder aux chapelles.Les grandes arcades retombent sur de grosses piles rondes à base moulurée, tandis que contre les murs gouttereaux sont plaqués des demi colonnes.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le collatéral gauche (Sud)

Dans ce collatéral se situe l’entrée de la chapelle des fonts baptismaux. Elle est encadrée par des colonnes jumelées à chapiteaux ioniques qui portent un entablement se prolongeant à l’intérieur de la chapelle à la naissance de la voûte. Les deux chapelles suivantes sont éclairées par des fenêtres en arc brisé. Les nervures des voûtes pénètrent dans les angles, sans l’intermédiaire de supports. Au-dessus de l’arc ouvrant sur le transept, un autre départ d’arc apparaît sur le mur diaphragme du collatéral gauche.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le collatéral droit (Nord)

La première travée est aveugle, dans les deux travées suivantes s’ouvre une fenêtre en arc brisé et aucune trace de colonne n’apparaît contre le mur gouttereau. Entre la troisième et la quatrième travée se trouve une demi colonne dans laquelle pénètre un départ d’arc formeret vers la troisième travée et l’arc formeret de la quatrième travée. Celle-ci est percée d’une porte en plein cintre ouvrant sur une cage d’escalier, et plus haut d’une petite fenêtre rectangulaire à l’encadrement chanfreiné. Au milieu de la travée se trouve une grande fenêtre murée à remplage47.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le Transept et les porches latéraux

Chaque bras du transept est accessible depuis les collatéraux de la nef par un grand arc brisé dont les nervures retombent jusqu’au sol.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur
Dans leur élévation latérale, s’ouvre un portail surmontée d’une fenêtre à meneaux dont seule la partie inférieure est visible.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le chœur

Une marche précède le choeur et deux autres les autels dans la dernière travée. Deux fenêtres éclairent l’abside ainsi que deux larges oculus. Dans le collatéral droit, une porte s’ouvre sur la sacristie et une verrière éclaire chacune des chapelles latérales.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur

Le puits

Situé au début de l’allée centrale, il date du XVe siècle.Il permettait aux soldats et habitants de Saint-Martin, lorsqu’ils s’y réfugiaient lors des incursions, notamment anglaises de bénéficier d’un point d’eau potable.Creusé à même la roche, il a une profondeur d’environ 18 mètres.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - L'ntérieur
Malgré ses trésors, l’église n’est pas un musée mais un lieu de culte au service de la liturgie dont l’objectif unique est de placer le fidèle dans une situation de relation avec Dieu. Le visiteur d’un sanctuaire doit garder à l’esprit toutes les significations symboliques de l’espace cultuel s’il ne veut pas prendre le risque de passer à côté d’une culture et d’une foi populaires.L’église Saint-Martin de Saint-Martin-de-Ré surprend agréablement par la variété et la qualité de son décor. Les peintures murales, les retables, les statues et les vitraux qu’elle renferme couvrent la période qui s’échelonne du début du XVIIe siècle à la deuxième partie du XXe siècle.Ils résultent donc de campagnes successives d’aménagement qui s’étendent sur 400 ans et offrent une vision assez complète des différents décors des églises charentaises durant les siècles précédents.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

La statuaire

L’église de Saint-Martin possède quelques statues de très belle facture dont trois du XVIIe siècle (Vierge à l’enfant, saint Georges, le groupe sculpté) et un très beau Christ du XVIIIe siècle.Ce magnifique Christ en chêne avec revers sculpté est d’assez belle dimension (h : 1,65 m ; l : 1,60 m). Il date de 1726 et a sans doute été réalisé à Saint-Marin de Ré.Il présente l’affaissement caractéristique du corps en « S », provoqué par la forte inclinaison de la tête et la flexion assez prononcée des genoux. Les côtes très saillantes formant le gril costal et le creusement de l’abdomen, comme les yeux souffrants et la bouche entr’ouverte renforcent l’aspect cadavérique du supplicié.On remarquera le perizonium (linge) très simple noué sur le côté droit.Il a été solennellement béni, le 14 mai 1727 par Mgr. BrancasLorsque, sous la Révolution, l’église fut saccagée et les autels renversés, seul ce grand Christ pendait au milieu du désordre. Il rejoindra son ancienne place, dans l’église, lors de la cérémonie qui clôtura le Jubilé de 1934.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Le christ en croix (détail)

L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

La Vierge à l'Enfant

Cette superbe statue de 1,30 m de haut est en bois doré et polychromé. Elle fut exécutée par Jean Puio, sculpteur sur bois rochelais, à la suite d’un marché passé le 6 novembre 1675 par devant Monsieur Rabusson, notaire à La Rochelle.Les deux personnages de la composition traitée en ronde de bosse sont présentés de face.L’enfant tient dans ses mains une croix destinée à tuer le serpent, symbolisant le mal, placé aux pieds de sa mère.Jean de Carthagène, théologien de la fin du XVIe siècle, écrit : « Il y a une lutte acharnée entre la femme et le serpent, et c’est la femme qui triomphe, mais elle en triomphe par son fils ».Le pape Pie V dira dans sa bulle sur le rosaire : « La Vierge a écrasé la tête du serpent à l’aide de celui qu’elle a enfanté ». De toute évidence le sculpteur Jean Puio développe ce thème.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Saint Georges enchaînant le dragon

Cette statue de 1,56 m de haut en bois polychromé date du XVIIe siècle. Elle représente saint Georges à pied, jeune et imberbe, les cheveux bouclés, vêtu d’une cuirasse à lambrequins ciselés de fleurs de lys et de rinceaux.L’auteur, inconnu, livre ici une oeuvre d’une grande sensibilité et d’une grande finesse d’exécution, qui nous incite à la considérer comme l’une des pièces majeures de la sculpture rétaise.Dans l’iconographie de saint Georges, le combat contre le dragon constitue la scène la plus fréquemment traitée. Elle rappelle l’histoire d’un chevalier, saint Georges, envoyé par Dieu pour combattre un dragon et libérer la princesse de Trébizonde (ville païenne de Libye), qui fut offerte en sacrifice.Saint Georges blesse le dragon, libère la princesse et convertit la ville au christianisme.Cette histoire est tirée de La Légende dorée, écrite par Jacques de Voragine au XIIIe siècle à partir de récits plus anciens.L’allégorie popularisée par La Légende dorée, après avoir personnifiée l’idéal chevaleresque du Moyen Âge, symbolisera la lutte contre l’idolâtrie.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

L'Enfant Jésus et saint Jean-Baptiste

Ce très beau groupe sculpté taillé et poli dans un marbre de Carrare (marbre blanc monolithe) date du XVIe ou XVIIe siècle. Il aurait été réalisé à Gênes.Il représente saint Jean-Baptiste enfant agenouillé embrassant le pied de l’enfant Jésus assis sur un agneau.L’Agneau, offert en sacrifice à Pâques, symbolise le destin de Jésus, le Christ crucifié qui s’offre en sacrifice pour la libération et le salut de l’homme.D’après une tradition locale contestable, le navire transportant ce groupe sculpté, offert par le pape Léon X à François 1er à l’occasion du concordat de 1516, aurait échoué sur les côtes de l’île de Ré ; le roi en aurait fait don à la paroisse.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les tableaux. La Sainte Face

L’église de Saint-Martin-de-Ré compte 15 toiles composant un très honnête répertoire de la peinture religieuse du XVIIe au XIXe siècle. Parmi elles plusieurs copies de grand maîtres.La Sainte Face Le tableau « La Sainte Face » date du XVIIe siècle ou du tout début du XVIIIe siècle, relativement modeste dans son format (h : 60 cm ; l : 37,5 cm), il représente une belle copie d’une oeuvre de Philippe de Champaigne.Il rend presque réelles les souffrances du Christ dont le regard insistant renvoie le spectateur à sa condition de pêcheur, l’exhortant au repentir.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les autels

L’église de Saint-Martin-de-Ré ne comporte pas moins de neuf autels dont cinq situés côte-à-côte le long de l’abside, ce qui est assez exceptionnel. Cette photo met en évidence quatre autels (le cinquième est à la gauche de l’image).De gauche à droite : l’autel du Saint-Rosaire, le maître-autel, l’autel de Saint-Martin et l’autel du Sacré-Coeur. L’autel de Sainte-Radegonde, à gauche, est caché.Le maître autel a été détruit lors de l’incendie de 1964 et rapidement reconstruit grâce aux talents de messieurs Chiquet (sculpteur, décorateur) ; Ferignac (menuisier-ébéniste) ; Raymond Rivaud (architecte). L’original exécuté en 1838 provenait de l’atelier Doumeret et Daux, doreurs sur bois et porcelaine.Son style byzantin laisse place à un grand ciborium.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les bénitiers

A l’entrée d’une église des vasques contiennent de l’eau bénite. En pénétrant dans une église, les fidèles se signent (ils font le signe de croix), après avoir trempé le bout des doigts de la main droite dans l’eau bénite. Ce signe de purification et d’évocation de l’eau baptismale nous fait renouer symboliquement, mais tangiblement avec l’eau de notre propre baptême.Dans l’église de Saint-Martin-de-Ré, les bénitiers dont l’un au moins date de 1723 (transept Nord) se trouvent situés de part et d’autre de la porte d’entrée principale de l’église, mais également dans chacun des croisillons de transepts Sud et Nord.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les vitraux

Les nombreux vitraux de l'église datent de la seconde partie du XIXe siècle. La plupart sont d'un artisan verrier auvergnat : Jean Besseyras (1846-1942)(signés ou attribués).Arrêtez vous devant l'un ou l'autre et découvrez la qualité du dessin , le sens du détail...Sainte Radegonde :La signature apparaît en bas et à gauche de la verrière : Besseyrias à Périgueux 1873.Radegonde, reine de Neustrie, fonde à Poitiers la communauté Sainte Croix.Comme sainte Monique, elle fut l’épouse d’un mari brutal et débauché. Animée d’une foi profonde, elle entra en religion en 555, consacrée par saint Médard, évêque de Soissons.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les ex-voto

La chapelle des Marins située sur la gauche, après les fonts baptismaux lorsque l’on se dirige vers le choeur rassemble les ex-voto.A Saint-Martin-de-Ré, il existe deux sortes d’ex-voto : les maquettes et les tableaux (y compris diorama).illustration : Diorama : Quatre mars carré
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les ex-voto : les maquettes

Les maquettes. Le marin est nécessairement un habile bricoleur (il faut qu’il se sorte de multiples situations même et surtout quand il est en pleine mer). Son bateau et lui forment un tout indissociable. Aussi, lorsque le marin réalise une maquette et qu’il la dépose dans une église, il laisse une partie de lui-même. Les maquettes sont toujours admirables, mais elles ne constituent pas l’expression la plus répandue d’ex-voto.illustration : Bateau : maquette, face à l’autel Elle représente un brick aux flancs percés de vingt deux sabords ; un rouf occupe presque toute la longueur du pont ; un buste orne la proue. Cette maquette en bois peint (vert, noir) atteint une dimension assez voisine de la précédente h : 106 cm ; l : 115 cm, et date du milieu XIXe siècle (vers 1850). Le roof aux vitres multicolores occupe la majeure partie du pont : des bougies placées à l’intérieur illuminaient l’ex-voto lors des processions. Cette explication s’appuie sur la découverte de restes de cire au cours d’une restauration. Selon la tradition, la maquette de ce navire de commerce armé serait également l’oeuvre d’un marin de Saint-Martin.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Les ex-voto : les tableaux

Les tableaux. Omniprésent, les thèmes de ces ex-voto forment, par leur diversité, un véritable catalogue de la tragédie humaine à travers les déchaînements de la mer, les échouages, les abordages, les voies d’eau et autres avaries.illustration : Tableau de la Suzanne MargueriteIl s’agit de l’ex voto le plus ancien et le plus beau de l’église. Il date du XVIIIe siècle (1766) et représente un brick pris dans la tempête.Le pont du navire est submergé par les vagues et on aperçoit, dans l’angle supérieur gauche la Vierge à l’Enfant. Cette oeuvre comporte une inscription « ex-voto La Suzanne Marguerite », elle mesure h : 64,8 cm ; l : 81,5 cm. Elle a été restaurée à la fin du XXe siècle.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Le décor intérieur et le mobilier

Le Directoire -1795/1799

Cette période de la Révolution française fut l'occasion d'une importante vague de persécution des prêtres catholiques qui n'avaient pas prêté serment au nouveau régime (soit près de la moitié du clergé).Beaucoup furent rassemblés à Rochefort en attente de bateaux qui les emmèneraient au bagne en Guyanne. (illustration)La marine anglaise arraisonna l'un de ceux-ci et rendit en Angleterre leur liberté aux prêtres français.La traversée vers la Guyanne n'étant plus sure, le régime décida de transférer les prêtres valides à l'Ile de Ré (et dans les îles voisines), où ils furent incarcérés, dans des conditions très difficiles, à la Citadelle.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Les prêtres déportés

Le 'bagne' de Ré

Plus d'un millier de prêtres s'entasseront dans la Citadelle et tenteront de survivre pendant plusieurs années.Célébrant leurs offices en cachettes, ils s'étaient constitués des habits sacerdotaux et des autels de fortune. Plusieurs sont aujourd'hui conservés dans l'église.Il leur faudra attendre la signature du Concordat signé par le Pape Pie VII et le Premier consul Bonaparte pour progressivement retrouver la liberté (1802)
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Les prêtres déportés

L'autel des Prêtres déportés

Dans l'église, un autel rappelle cette triste période et le sacrifice des prêtres déportés.C'est un retable en chêne avec décor en ronde bosse qui date de 1936.On peut y lire les noms des 63 prêtres morts durant cette captivité.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Les prêtres déportés
Il est orné de trois tableaux de Luc Barbier : - l'entrée à la Citadelle - La messe en cachette - L'enterrement furtif sur les glacis des fortifications.
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Les prêtres déportés
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Les prêtres déportés
La commune de Saint Martin en Ré a fait réaliser une vidéo en drone de sa belle église !L'intérieur et l'extérieur... comme vous venez de les voir, mais depuis l'œil du drone...
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Saint Martin en drone !
A la fin de votre visite, sortez tranquillement de l'église, installez vous à l'ombre ou sur une terrasse et profitez de quelques minutes de calme pour la découvrir comme vous ne l'avez pas encore vue...
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Saint Martin en drone !
Cliquez sur ce lien, tournez votre smartphone de 90° et montez le son (**c'est pour cela, bien sûr, qu'il faut sortir de l'église avant de cliquer !**)[https://www.youtube.com/watch?v=LHdV_pcNig4](https://www.youtube.com/watch?v=LHdV_pcNig4)
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Saint Martin en drone !
**Emportez toutes ces images, avec vous...et pensez à nous [proposer ](http://bit.ly/nouvelleeglise)vous aussi de BellesEglises!****A bientôt... **
L’église de Saint-Martin-de-Ré - Saint Martin en drone !

Visite

Périodes d’ouverture : Tous les jours des vacances de Février au week-end après le 11 Novembre Tous les jours pendant les vacances de NoëlHoraires d’ouverture Janvier-Février-Mars-Octobre-Novembre-Décembre : De 10h jusqu’au coucher de soleilAvril-Mai-Juin-Septembre : De 10h à 19h puis pour le coucher de soleilJuillet-Août : De 10h à 23hAccès au clocher : Gratuit jusqu'à 10 ans. Adulte : 2 €. Enfant (de 11 à 15 ans) : 1 €.

Contact

Ensemble pastoral de l'Ile de Ré Presbytère: 21, cours Dechézeaux Secrétariat: 19, cours Dechézeaux 17410 Saint-Martin de RéMardi, jeudi et vendredi - 14h à 17hTél.: 05 46 09 20 09ensemblepastoral.iledere@yahoo.fr
Office du tourisme 2, Avenue Victor Bouthillier 17410 Saint-Martin-de-Ré Tél : +33 (0)5 46 09 00 55
Source d'Informations : Geoffroy de La Crouée - L'Eglise Saint-Martin-de-Ré - Editions GDLC Wikipedia
Crédits : Pierre-Louis Vuillermoz (merci pour les vitraux) , Jean Hesbert merci pour les photos au Musée des Plans et Reliefs ) Agence Incognito :(https://www.incognito.fr) André Dietrich (merci pour les cartes postales) Michel Caron (Edit-art) Wiki Commons : ALS33120, Chris 06, Aoudot25,LeZibou, Llan Wé2 Flickr : Thierry Llansades,