Notre Dame des Otages – Paris XX°

PARIS
81 rue Haxo - 75020
Trip Advisor
Facebook
Construite juste avant la seconde guerre mondiale, cette église est bel exemple du style art déco religieux à Paris. Elle mérite à ce titre votre visite, dans ce quartier marqué par les horreurs de la Commune de Paris, dont l'exécution sommaire de 52 otages en 1871, dont cette église honore la mémoire.

La chapelle en mémoire des otages.

L'origine de l'église remonte à la Commune, à l'exécution d'otages à la fin du XIXe siècle.(voir la page 'qui sont les otages?) _- illustration : l'exécution des otages - photo montage de Eugène Appert -_Le 4 avril 1889, un Père de la Compagnie de Jésus, célèbre pour la première fois la messe sur le terrain où furent exécutés les Otages dans un petit oratoire improvisé de 3m sur 4m. Il y reviendra ensuite tous les lundis.Le 15 avril 1898 a lieu l’inauguration d’une chapelle plus grande bâtie en matériaux légers.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Histoire

Construction de l’Eglise actuelle

En 1932, le Père DIFFINÉ de la Compagnie de Jésus est nommé à la chapelle de la rue Haxo où il s’adonnera à 19 années d’apostolat fécond, ainsi qu’à la construction de l’église actuelle. En 1933 est ouverte une souscription pour la construction de cette église conçue par Henri Diffiné et réalisée par l’architecte Julien Barbier (photo). Les travaux commencent en 1936, et avec eux les difficultés matérielles : le sol instable impose la construction de 33 puits de béton reliés par des arches. Pourtant l’inauguration aura lieu le 23 octobre 1938, sous la présidence du Cardinal Jean Verdier (1864-1940).
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Histoire

La chapelle devient église paroissiale

C’est en octobre 1961 que la chapelle sera érigée en paroisse Notre-Dame des Otages avec la nomination d’un premier curé en la personne du Père HUSSON.Jusqu’en 1974, ce sont les Pères Jésuites qui assureront le fonctionnement de cette paroisse.En 2009, après des travaux de restauration effectués à l’initiative du curé, le Père Didier Doreau, l’église est consacrée le 24 mai par Mgr. Eric de Moulins–Beaufort, évêque auxiliaire de Paris.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Histoire
à compléter, merci pour vos contributions

L'architecte

L'église a été construite au XIXe siècle, à la fin des années 30 par Julien Barbier (1869/1940) un architecte spécialisé dans l'architecture religieuse.A l'extérieur de l'église, sur le mur latéral droit, son portrait : Julien Barbier est représenté de trois-quart, la tête tournée vers la gauche. Il porte la barbe et un noeud papillon.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur
On lui doit notamment : l'église du Sacré cœur de Dijon,_ (photo)_ l'église Saint-Maurice de Bécon-les-Bruyères 1907 (classée en 1985), l'église Saint Remi de Limé (classée en 2007), l'église Sainte-Jeanne-de Chantal à Paris …..
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur

L'extérieur / la façade

L'église est de style néo roman.En façade, l'église présente un porche unique surmonté d'un clocher central.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur

L'extérieur - les façades latérales, le chevet

Ses façades latérales sont percées de nombreuses fenêtres, regroupées par trois (2voquant la dimension trinitaire de Dieu). Son plan intègre un tres court transept et une abside arrondie flanquée de deux ajouts rectangulaires(sacristie et oratoire).
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur

L'extérieur - le crucifix

Sur la façade, au-dessus de la porte d'entrée, le sacré-cœur est l'œuvre de Roger de Villiers.Roger de Villiers - 1887/1958 - est l'élève des sculpteurs Michel-Louis Victor Mercier et Victor Peter (1840-1918). Il commence à exposer ses sculptures à Paris à 23 ans en 1910, au Salon des artistes français3. Il se consacre essentiellement à la statuaire religieuse. Il est jugé être plutôt un « modeleur » qu'un « tailleur » de matériau. Ses œuvres présentent un « juste milieu » dans l'originalité, sont facilement acceptées et deviennent populaires.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur
Le Christ est debout sous un dais. Il est auréolé et porte la couronne d'épines. Il est vêtu d'un pagne et a les épaules couvertes d'un morceau de tissu.De la main gauche, il montre son coeur à nu. De la main droite, il bénit ceux qui entrent dans l'église.De chaque côté de sa tête sont les inscriptions suivantes _Voilà ce coeur qui a tant aimé les hommes_ et _Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.Les anges, beaucoup plus petits que le Christ, sont placés de chaque côté de la statue, vers laquelle ils se penchent en un geste d'adoration. Ils ont les ailes déployées et sont vêtus de tuniques.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur

L'extérieur - le portail

Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'extérieur
A compléter... on compte sur vous ... Merci

La nef

Une nef unique avec sa voute en berceau conduit à un transept tres court avec une chapelle latérale de chaque côté : Saint Joseph et Sainte Marie.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Le chœur

Le chœur est surélevé et se termine par un chevet plat orné de mosaïques et éclairé par deux rosaces.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

L'autel

Derrière le Christ a été fixée la plaque commémorative de la bénédiction de l'église par Mgr Verdier en 1938.Au-dessus du maître-autel: Le Christ, cloué sur une large croix, a la tête penchée vers la droite, nimbée d'une auréole, sur laquelle est gravée une croix. A sa droite, la Vierge, les mains croisées sur le ventre, médite sur les douloureux événements de la Passion. St.Jean à gauche, les mains jointes sur sa poitrine, tourne la tête vers le Christ. Des colonnes à chapiteaux composites soutiennent les bras de la croix. Une œuvre de J.Dechin.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

L'abside

L'abside est en cul-de-four, décorée de motifs géométriques et de palmes en mosaïque dans les tons bruns, rouges et or. (Peut-être peut-on voir dans les motifs d'escalier sous les palmes l'idée du ciel).Les côtés du choeur sont ornés de motifs géométriques en mosaïque de même ton

Les vitraux

Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Les vitraux - transept gauche

Groupe de 3 vitraux, de L.Barillet , illustrant la naissance du Christ :ELLE MIT AU MONDE SON FILS PREMIER NE LUC.2.7. : Au premier plan, l'Enfant emmailloté et couché dans la paille. Au-dessus de lui, la Vierge le contemple et tend vers lui la main gauche. Près d'elle, St Joseph appuyé sur un bâton. Au-dessus, étoile et anges.LE SAINT QUI NAITRA DE VOUS SERA APPELE LE FILS DE DIEU LUC.2.7. La Vierge, un livre sur les genoux, lève la tête vers l'ange Gabriel.MARIE ET JOSEPH PORTERENT L'ENFANT A JERUSALEM POUR LE PRESENTER AU SEIGNEUR. Marie tenant l'Enfant, St Joseph et le vieillard Siméon les bras levés pour rendre grâce à Dieu
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Les vitraux - transept droit

Groupe de 3 vitraux consacrés à la vie cachée de Jésus (1er texte en bas, 2ème en haut, 3ème en bas) :JOSEPH PRENANT L'ENFANT ET LA MERE ENTRA EN EGYPTE. St Joseph, appuyé sur un bâton, marche à côté de l'âne, dont on voit une patte arrière. La Vierge sur l'âne serrant l'Enfant. Au-dessus, un ange les accompagne.ILS LE TROUVERENT DANS LE TEMPLE AU MILIEU DES DOCTEURS. Au premier plan, l'Enfant Jésus enseignant les docteurs, qui se parlent à l'oreille. Au-dessus de leur tête apparaissent les figures angoissées de Marie et Joseph.A NAZARETH, IL LEUR ETAIT SOUMIS. Au premier plan, Jésus adolescent scie une planche. Derrière lui, St Joseph travaille à un établi. A l'arrière-plan, la Vierge
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Notre Dame des Otages

La Vierge est assise, la tête auréolée, penchée vers la gauche, partiellement recouverte d'un long voile. Elle tient l'Enfant serré sur son bras gauche. De la main droite elle lui caresse le visage. C'est l'attitude naturelle et charmante d'une jeune mère
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Le Chemin de Croix

Voici la XII° station du Chemin de Croix : Jésus meurt sur la croix.Le Christ, la tête penchée sur l'épaule droite, les bras cloués très levés, meurt entre la Vierge et Saint Jean, qui, la tête baissée, semblent se réfugier sous les bras du Christ
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

La chaire

Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Le bénitier

De part et d'autre de la porte d'entrée principale;Les bénitiers sont deux coupes recouvertes de mosaïque ocre et or, qui s'incrustent dans des niches en berceau, soulignées d'un arc en plein cintre, également recouvertes en mosaïque de même ton
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Une vierge polychrome ancienne.

Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'intérieur

Retournez-vous...

Le fond de l'église est occupé par une tribune supportant l'orgue et située au-dessus de 3 arcades.L'arcade centrale est le portail principal. Les arcades latérales ouvrent sur des renfoncements abritant respectivement les fonts baptismaux et la chapelle de Ste Thérèse
L’orgue de Notre Dame des Otages vient de Saint Séverin, c’était l’orgue de chœur de cette église, il a été acquis par le R. P. Maurice Husson en 1966 auprès du P. Alain Ponsar curé de Saint Séverin. Le transfert de l’orgue (démontage, transport, remontage) s’est fait de mars à septembre 1966 par les soins du facteur d’orgue Benoit L. du Mans. La paroisse Saint Séverin a mis son orgue de chœur en vente parce que le grand orgue venait d’être restauré et que la suppression des classes pour les mariages et les enterrements eut pour conséquence que toutes les cérémonies furent désormais accompagnées au grand orgue.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'orgue
Un « concert d’inauguration des grandes orgues » a été donné le 3 février 1967, c’est Madame Jacqueline Rosset-Bernard qui le tenait ce jour-là. Il a été béni le dimanche 24 mai 2009 par Mgr Eric de Moulins-Beaufort en même temps que la consécration du nouvel autel et la fin du ravalement intérieur. L’orgue est recensé en 1985 dans le cadre de l’Inventaire National des Orgues d’Ile de France qui affirme que cet orgue est constitué « d’éléments disparates », ce qui ne ressort pas des échanges entre les deux curés. Facteur : Orgue Roethinger Année de construction : 1956 Caractéristiques : La tuyauterie en zinc pour la façade et en alliage à faible pourcentage d’étain sur les sommiers, est munie d’entailles de timbre et l’harmonie est d’esprit néoclassique. 2 claviers de 56 notes et pédalier de 32 notes. Transmissions électropneumatiques (sommier à pistons). 15 jeux (12.réels)
Notre Dame des Otages – Paris XX° - L'orgue
Pour répondre à cette question, il nous faut faire un bref historique et remonter à la guerre déclarée par la France à la Prusse le 19 juillet 1870 à Sedan, où l’empereur Napoléon III fut fait prisonnier avec 100.000 hommes, capitulation aussitôt suivie de la proclamation de la République à Paris, Lyon et Marseille le 4 septembre 1870. Dans le même temps, Paris est assiégé par 180.000 Prussiens. Un siège qui décimera plus de 10.000 Parisiens et durera jusqu’au 21 janvier 1871.C’est dans ce contexte historique dramatique que surgira la « Commune de Paris » dont le gouvernement révolutionnaire siègera à Paris du 26 mars 1871 au 29 mai 1871, refusant la capitulation de la France et s’opposant aux troupes gouvernementales d’Adolphe THIERS, repliées à Versailles. Troupes qui le 21 mai 1871, font leur entrée dans Paris semé de barricades. Commence alors cette « semaine sanglante » du 21 au 28 mai._illustration : Les barricades - Edouard Manet_
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Mais qui sont  ces otages ?
Du 23 au 26 mai, ce sont des incendies allumés par les Communards, mais c’est aussi le massacre de 700 de ces Communards (dits « Fédérés ») au Panthéon le 24 mai. Après une série de massacres de part et d’autre, ce sera le 26 mai celui des 49 Otages de la rue Haxo suivi le lendemain de celui d’environ 200 « Fédérés » au Père Lachaise. Au total ce seront plus de quinze mille Communards qui seront massacrés du 22 mai au 15 juin par les « Versaillais » et environ 4000 autres déportés en Nouvelle Calédonie._Panorama des incendies dans Paris du 23 au 25 mai - Lithographie d'Emile Deroy - Musée Carnavalet._Wiki Commons
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Mais qui sont  ces otages ?
Le massacre des otages dans la journée du 26 mai 1871Vers 15h, le Colonel GOIS, flanqué d’une soixantaine de Fédérés se rend à la prison de la Roquette où se trouvent plus de deux cents « Otages » dont un certain nombre de prêtres et de religieux, victimes innocentes des sentiments antireligieux et anticléricaux de la plupart des Communards. Il somme le directeur de la prison de lui livrer 50 détenus : des gendarmes, des prêtres et des traîtres passés au service de la police des « versaillais ».On lui remet 33 gardes de Paris, 2 gendarmes, 4 espions et 10 ecclésiastiques choisis au hasard : les Pères Jésuites de Bengy, Caubert et Olivaint, des Picpuciens, 2 autres prêtres (dont le Père Planchat) et 1 séminariste.Encadrés par les Fédérés, ces 49 Otages montent à pied jusqu’à la Cité de la rue Haxo qu’ils atteindront à 17h30.Malgré les réticences de leurs chefs militaires et cédant à une foule qui hurle à la mort, les Fédérés tirent à volonté durant un quart d’heure sur les Otages, tous exterminés, devant un haut mur qui se trouvait rue du Borrégo, à la hauteur de l’actuelle, Maison des Jeunes.(Texte de l’inscription gravée sur le monument commémoratif du centenaire du massacre des otages).La chapelle du Sacré Cœur fut édifiée sur le lieu du massacre
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Mais qui sont  ces otages ?
Les « anciens » du quartier ont connu ce haut mur ainsi que la reconstitution de quelques cellules de la Roquette dont ne subsistent aujourd’hui qu’une porte et une grille adossée à un mur, visible de la rue du Borrégo. C’est aussi à cet emplacement que se trouve la dalle commémorative où l’on peut lire l’inscription suivante :En ce lieu l’avant dernier jour de la Commune de Paris, le 26 mai 1871 vers six heures du soir, furent amenés de la prison de la Roquette, en un lugubre cortège, huit religieux, deux ecclésiastiques, trente-cinq gardes de Paris et quatre Otages civils.En présence des derniers représentants de la Commune, ces quarante-neuf Otages furent massacrés par une foule en délire.Prêtres sacrifiés à la haine antireligieuse, gardes de Paris et prisonniers civils victimes des passions politiques. Ils ne sont pas tous morts pour la même cause, mais ils ont partagé les mêmes souffrances et subi le même sort. S’il faut sévèrement condamner les responsables du crime, on n’oubliera pas les événements tragiques qui se succédaient alors dans la capitale, les souffrances récentes de la guerre et du siège, l’amertume de la défaite, la répression inhumaine qui mettait fin, en ces jours, aux excès de la Commune. Gardons le souvenir de ces drames, non pour perpétuer des haines, mais, à la suite de Jésus-Christ, pour œuvrer à la paix parmi les hommes ».(Texte de l’inscription gravée sur le monument commémoratif du centenaire du massacre des otages).Une chapelle du Sacré Cœur fut édifiée sur le lieu du massacre.
Notre Dame des Otages – Paris XX° - Mais qui sont  ces otages ?

Visite

ouvert en semaine 8h-19h le dimanche 9h-17hVisites guidées le Premier lundi du mois à 17.15 Visites guidées sur RV et Groupes : 01 43 64 60 70

Contact

Paroisse Notre Dame des Otages Adresse de l'église 81 rue Haxo, 75020 ParisAdresse postale 51 rue du Borrégo, 75020 Paris01 43 64 60 70 notredame.desotages@orange.fr
Facebook de la paroisse Historique, photos, vie de la communauté.
Source d'Informations : Jérôme Bascoul - Wikipedia Paroisse Notre dame des Otages Diocèse de Paris
Crédits : Jérôme Bascoul Wiki Commons : François de Dijon, Guilhem Velutt, Thomoint, Pulpit, Ralph Treinen, Peter Potrowl, LPLT, Flickr : Melina 1965, Guilhem Velutt Terredecrivains.comMerci à tous