Sanctuaire de Rocamadour

Proposée par :
Rocamadour
rue de la mercerie - 45500
XIe - XIIIe siècle Perle du Haut-Quercy, accrochée à une falaise de 150 mètres au-dessus de la vallée de l’Alzou, la cité religieuse de Rocamadour attire les foules depuis le XIIème siècle.Véritable joyau d'architecture, la cité de Rocamadour épouse parfaitement la falaise verticale sur laquelle elle a été construite. Ville sanctuaire, elle est un haut lieu d'accueil des pèlerins de St Jacques de Compostelle.Parmi tant d’anonymes, Henri II Plantagenêt, Simon de Montfort, Blanche de Castille et son fils saint Louis IX, tous les rois de France jusqu’à Louis XI, saint Dominique, saint Bernard, saint Antoine de Padoue, et plus récemment, Edmond Michelet, Francis Poulenc, etc.Le conseil des visiteurs (Tripadvisor) : "Nous sommes montés le matin dès que le service acenseur ouvre. Et c'est parfait car il n'y a quasi personne et on profite de la sérénité du lieu. Sans être croyant, on comprend la magie spirituelle qu'offrait cet emplacement dominant la vallée. On voit encore des pélérins sur le chemin de St Jacques de Compostelle venant dans le sanctuaire.La vierge noire est magnifique et mystérieuse.Il faut bien regarder car ici et là car il y a des fresques peintes et l'épée de Roland, en tout cas elle lui est attribuée. Il y a le traditionnel magasin de souvenirs, mais j'aimerais dire ici qu'il a un très beau choix de livres qu'on a du mal à trouver ailleurs.Descendre à pied est une belle promenade avec de très belles vues"... et notre conseil : avant de venir ou si vous êtes trop loin, découvrez le sanctuaire dans la vidéo que nous vous proposons un peu plus bas...
sources : Vallée-Dordogne.com
Depuis la route, Rocamadour surgit devant vous. Le village vertical, bâti en paliers successifs à l'aplomb de la falaise, s'accroche à 150 m au-dessus du canyon de l’Alzou. De jour comme de nuit, vous serez certainement éblouis par la beauté esthétique et la prouesse technique des bâtisseurs.Ce petit village de 675 habitants est l’un des sites les plus visités de France.
Sanctuaire de Rocamadour - Découvrir
Vous y entrerez par la porte fortifiée du Figuier avant de suivre la rue de la Couronnerie, l’unique rue de Rocamadour, très animée, avec ses boutiques et restaurants.
Sanctuaire de Rocamadour - Découvrir
Les mystères de RocamadourL'histoire du village de Rocamadour commence bien mystérieusement : rien ne permet en effet de connaître les raisons qui poussèrent des pèlerins à se rendre , dès le 9ème siècle, dans ce lieu escarpé.Pas le moindre document pour éclairer sur le culte primitif qui entraîna ce rassemblement populaire, ni sur l'identité du corps trouvé intact sur le seuil de l'église Notre-Dame.
Sanctuaire de Rocamadour - Découvrir
Rocamadour, membre des Villes Sanctuaires en FranceMais avant d'aller plus loin dans sa découverte, il faut savoir que Rocamadour est membre de l'association qui regroupe 17 villes sanctuaires de France. Toutes sont visitées chaque année par des milliers de touristes et de pèlerins venus du monde entier : Chartres, Lisieux, Lourdes, le Mont-Saint-Michel, La salette, Paray -le-Monial, Ars, Vezelay, Alençon, Cotignac, Le Puy-en-Velay, Nevers, Saint-Anne-d'Auray, Thierenbach, Saint-Maximin er la Sainte Beaume et Souvigny.Toutes méritent le détour.Elles se distinguent par la singularité de leurs paysages, de leur patrimoine souvent reconnu par l’UNESCO, de leurs chemins arpentés par des milliers de pèlerins venus de toutes parts, mais aussi par leurs saints.Leur notoriété est souvent nationale voire internationale.
Sanctuaire de Rocamadour - Découvrir
sources : Villes sanctuaires et wikipedia.

Des milliers d'années...

Rocamadour et ses nombreuses grottes abritaient déjà des hommes au Paléolithique comme le montrent les dessins de la grotte des Merveilles.À l'âge du fer, le peuple des Cadurques arrive d'Allemagne moyenne.Au VIIIe siècle av. J.-C., ils colonisent l'actuel département du Lot à l'aide de leurs armes en fer.Les restes d'un village, dans la vallée de la Salvate près de Couzou, ont été retrouvés lors de travaux.Un oppidum perché sur les hauteurs de la vallée de l'Alzou, en aval de Tournefeuille, est peut-être lié à la lutte des Gaulois contre les troupes romaines lors de la guerre des Gaules.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XIe et XIIe siècle

De rares documents mentionnent qu'en 1105 une petite chapelle était bâtie dans un abri de la falaise au lieu-dit Rupis Amatoris, à la limite des territoires des abbayes bénédictines de Saint-Pierre de Marcilhac et de Saint-Martin de Tulle.En 1112, Eble de Turenne, abbé de Tulle s'installe à Rocamadour. En 1119, une première donation est faite par Eudes, comte de la Marche. En 1148, un premier miracle est annoncé.La statue de la Vierge noire est date de cette époque.Le pèlerinage à Marie attire des foules importantes.En 1152, voyant le nombre de pèlerins croître, Géraud d’Escorailles, abbé de Saint-Martin-de-Tulle, entreprend la construction d’une église audacieuse, en équilibre à flanc de falaise. financés par les dons des visiteurs. Les travaux s'achèvent à la fin du XIIe siècle.Rocamadour bénéficie déjà d'une renommée européenne (comme l'atteste le Livre des Miracles du XIIe siècle écrit par un moine du sanctuaire) et reçoit de plus en plus de pèlerins.Parmi les personnages célèbres qui sont passés par là, Henri II Plantagenêt, père de Richard Cœur de Lion. Il vient en pèlerinage en 1159 remercier la vierge de sa guérison.En 1166, Le village se rassemble autour d’un corps découvert en creusant la tombe d’un autre homme. En parfait état de conservation, ce ne peut-être que celui d’un Saint. Il s’agirait de celui d’un ermite Saint Amadour, ou Zachée, disciple de Jésus. (Au moins quatre récits, plus ou moins teintés de légende, présentèrent saint Amadour comme ce personnage proche de Jésus.)Rocamadour avait trouvé son saint.126 miracles accordés par Notre-Dame de Rocamadour sont authentifiés puis inscrits dans un livre en 1172. Le premier, dont on ne connait pas le détail, date de 1148.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XIIIe siècle - l'apogée

En 1211, pendant la croisade des Albigeois, le légat pontifical, Arnaud Amalric, vient passer l'hiver à Rocamadour.Quelques années plus tard, le pape Nicolas IV accorde trois bulles d'indulgence d'un an et quarante jours pour les visiteurs du site.Le sanctuaire devient le lieu d'un des pèlerinages les plus importants en Europe.En 1244, Saint Louis (illustration) et sa mère Blanche de Castille, viennent prier Notre Dame en famille et demandent “Le bonheur pour la France” !La fin du XIIIe siècle voit l'apogée du rayonnement de Rocamadour et l'achèvement des constructions. Le château est protégé par trois tours, un large fossé et de nombreux guetteurs.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XIVe siècle - le grand siècle

En 1317, les moines quittent Rocamadour. Le site est alors administré par un chapitre de chanoines nommés par l'évêque.Au XIVe siècle, le pèlerinage atteint son apogée : le Livre des métiers de Bruges (1370) classe Rocamadour en cinquième place après Jérusalem, le Sinaï, Rome et Compostelle sur la liste de 15 pèlerinages expiatoires

XVe siècle

A la fin du XIVe siècle, et au début du XVe le refroidissement climatique, les famines, et les épidémies comme la peste noire ravagent l'Europe.Les pèlerinages déclinent. Le sanctuaire aussiEn 1427, une reconstruction est amorcée, mais sans grands moyens financiers ni humains.A la demande du roi Charles VII et de son épouse Marie d'Anjou, le Pape Martin V (illustration) octroie en 1428 des indulgences spéciales pour y attirer à nouveau les pèlerins...Les difficultés continuent. Un énorme rocher écrase la chapelle Notre-Dame... elle sera reconstruite, en 1479, par Denys de Bar, évêque de Tulle11.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XVIe siècle- le drame des guerres de religion

C'est l'époque des guerres de religion...Au cours de ces huit guerres successives, Rocamadour va souffrir.Le passage iconoclaste de mercenaires protestants en 1562 provoque la destruction des édifices religieux et de leurs reliques.Les chanoines décrivent, dans une supplique au pape Pie IV en 1563, les dégâts causés :« Ils ont, ô douleur! tout saccagé; ils ont brûlé et pillé ses statues et ses tableaux, ses cloches, ses ornements et joyaux, tout ce qui était nécessaire au culte divin... ».Les reliques sont profanées et détruites, y compris le corps de saint Amadour.Selon les témoins, le capitaine protestant Bessonie le rompt à coups de marteau de forgeron en disant : « Je vais te briser, puisque tu n'as pas voulu brûler ».Les capitaines Bessonie et Duras tireront, au profit de l'armée protestante du prince de Condé (illustration), la somme de 20 000 livres de tout ce qui composait le trésor de Notre-Dame depuis le XIIe siècle.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XVIIIe siècle

A la Révolution française, comme bon nombre de monuments, le Sanctuaire subit son lot de détériorations et fait, une nouvelle fois, l'objet d'un pillage général.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

Le XIXe siècle - l'inquiétude

Au début du XIXe siècle, les sanctuaires de Rocamadour étaient dans un état de délabrement important, des arbres poussaient dans le grand escalier, la plupart des commerçants étaient partis.Trois sanctuaires étaient en service (églises Saint-Sauveur et Saint-Amadour, chapelle Notre-Dame), deux en mauvais état (Saint-Michel et Saint-Blaise), et les deux autres ruinés (Sainte Anne et Saint-Jean-Baptiste).La toiture de l'église Saint-Sauveur est à refaire, le mur extérieur de la face du midi accuse un surplomb de trente centimètres sous la poussée des voûtes surchargées de gravats...En 1831, Jacques-Antoine Delpon écrivait : « Tout annonce que cet oratoire célèbre ne subsistera pas longtemps ».Le 13 avril 1830, M. Baumes, préfet du Lot, écrivit une lettre pour demander une aide urgente au ministre de l'Intérieur. Il y joignit un devis, qui s'élevait à 8 500 francs.Cette lettre resta sans réponse.Une liste des monuments fut dressée pour le Lot, la chapelle de Rocamadour y apparut prioritaire, mais aucun financement ne fut accordé par l'État ou par la municipalité de Rocamadour, ruinée par un procès.Elle restera sans réponse.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire
Une liste des monuments fut dressée pour le Lot, la chapelle de Rocamadour y apparut prioritaire, mais aucun financement ne fut accordé par l'État ou par la municipalité de Rocamadour, ruinée par un procès.Elle restera sans réponse.Début 1855, monseigneur Jean-Jacques Bardou, évêque de Cahors, eut l'idée de lancer une grande loterie pour rassembler des fonds. Trois tirages eurent lieu en 1856 et 1857, mais la loterie ne rapporta que 84 624,63 francs, soit le quart de la somme nécessaire aux travaux.L'abbé Jean-Baptiste Chevalt (illustration), prêtre architecte et archéologue du diocèse de Montauban fut chargé par monseigneur Bardou de la conduite des travaux qui débutèrent en 1858.En l'absence de financement public et pour éviter de nouveaux retards, l'évêque refusa de soumettre les travaux au contrôle de la commission des monuments historiques...
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

Le XIXe siècle - la renaissance

Progressivement, les travaux concernèrent toute la cité religieuse et le château.L'abbé Chevalt doit faire face à de nombreuses difficultés pendant le déroulement du chantier : - terrain en forte pente (60 degrés) et d'accès difficile qui nécessita l'installation d'une grue et de deux voies ferrées en va-et-vient sur le plan incliné ; - embauche d'ouvriers et concurrence du chantier de chemin de fer ; - approvisionnement difficile de machines et produits provenant de Toulouse ; - négociations houleuses avec les propriétaires et boutiquiers pour l'achat de terrains; - blessure d'un riverain et d'ouvriers ; l'abbé Chevalt fut lui-même blessé lors de l'effondrement d'un échafaudage élevé en août 1872 et qui coûta la vie à un de ses employés ; - épuisement des revenus de la loterie le 4 septembre 1861 ; les revenus provinrent alors du magasin de Marie (vente d'objet pieux), des offrandes des troncs et des donations ; - instabilité des terrains de la combe au nord des églises (actuel chemin de croix).Malgré tout, à la fin de l'été 1872, les gros travaux de restauration furent terminés.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XXe siècle - le nouveau rayonnement

La basilique Saint-Sauveur et la crypte Saint-Amadour sont désormais classées au patrimoine mondial de l’UNESCO et on comprend pourquoi quand on est sur place !Le lieu aborde alors une seconde période de rayonnement, jusqu'à ce que l'aspect touristique ait progressivement tendance à prendre le pas sur le spirituel, dans les années 1960-1970.« Les pèlerins d'aujourd'hui sont difficiles à quantifier, mais je peux vous dire qu'ils sont toujours fervents », assure le P. Robert Vigouroux. Ils se recueillent en général le soir, quand les cars ont ramené les bataillons de touristes ; leur démarche a besoin de silence.Le P. Emmanuel Delmas, recteur des sanctuaires, les estime entre 30 000 et 50 000 par an, en prenant en compte les pèlerins d'un jour. Il le reconnaît volontiers : « Si Rocamadour n'était pas un lieu touristique, il y aurait sûrement moins de pèlerins. Mais il faut aussi faire en sorte que les touristes puissent faire un pèlerinage. »
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire

XXIe siècle

Les pèlerins peuvent à nouveau vénérer les reliques depuis le 25 août 2016, jour du 850ème anniversaire de la découverte du corps de St Amadour.Le renouveau de Saint-Jacques-de-Compostelle, au début du siècle, a donné un nouveau souffle à Rocamadour (qui se trouve sur la route du Puy, entre Cahors et Figeac), à condition toutefois de faire un détour de près de 40 km. Autrefois, les pèlerins de Compostelle étaient accueillis à la chapelle de Lhospitalet, distante de 1,5 km du site. Aujourd'hui, ils logent le plus souvent dans les très nombreux hôtels, mais certains se posent aussi chez les Soeurs de Notre-Dame-du-Calvaire.Le pèlerin du Moyen Age se reconnaissait autrefois à sa coquille de saint Jacques, à son bourdon orné d'une coloquinte (pour conserver l'eau), à sa crédentiale (sorte de carnet de route à faire signer à chaque étape), sans oublier la fameuse sportelle portée en amulette qui lui servait de sauf-conduit. Ce type de médaille représente à Rocamadour la Vierge en majesté avec l'Enfant-Jésus sur le genou. En plomb, bronze, étain, argent ou or, elle était autrefois fabriquée par les artisans du village.
Sanctuaire de Rocamadour - L'Histoire
sources : villes sanctuaires

Saint Amadour

Depuis le  XIIe siècle, la tradition orale raconte qu’un ermite, saint Amadour, serait venu fonder un oratoire au creux du rocher, en l’honneur de la Vierge.Son corps est retrouvé en 1166 en parfait état de conservation, “ comme s’il dormait ” dira-t-on à l'époque.En 1427, le pape Martin V associe saint Amadour à la figure évangélique de Zachée- illustration J'ésus unvitebZachée à des cendre de son arbre et à le suivre...- , disciple de Jésus.Ce dernier aurait embarqué sur un bateau avec son épouse Véronique au moment des premières persécutions.Ils auraient accosté à Soulac où Véronique est morte.Zachée remonta seul la Gironde, la Dordogne, et enfin l’Alzou, pour s'établir à Rocamadour où il évangélisa le Sanctuaire préhistorique.
Sanctuaire de Rocamadour - Les légendes

Durandal

C’est le nom de l'épée du chevalier Roland qui vécut de 736 à 778.Il obtint son épée de son oncle Charlemagne qui la reçu, dit la légende, d’un ange de Dieu.Roland lutta avec ses hommes contre les sarrasins au Col de Ronceveau, dans les Pyrénées. Blessé à mort, dans un dernier geste il sonna l’olifant appelant Charlemagne à l’aide. Voulant casser son épée pour qu’elle ne tombe pas aux mains de l’ennemi, il ouvrit la brèche de Roland.Il appela l’Archange Michel à son secours et lança Durandal qui vint se planter dans le rocher de Notre-Dame de Rocamadour à plusieurs centaines de kilomètres de distance.Fantastique n’est-ce-pas?
Sanctuaire de Rocamadour - Les légendes
sources : Sanctuaire Notre Dame de Rocamadour Wikipedia

La Voie Sainte et l'escalier

Depuis le hameau de l'Hospitalet part le chemin, appelé « Voie sainte », qu'empruntent les pèlerins pour arriver au sanctuaire : il descend dans la vallée de l'Alzou jusqu'à la ville basse, où se trouve le pied de l'escalier de deux cent seize marches qui mène au sanctuaire.Au Moyen Âge, les pèlerins le gravissaient à genoux.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La porte sainte

La dernière volée de marches passe sous un porche formé par les bâtiments du sanctuaire, et que l'on appelle la « Porte sainte », pour déboucher sur le parvis.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

Le parvis

Dallé de pierre blanche, le parvis occupe le centre du sanctuaire, les chapelles étant disposées sur le pourtour de l'espace aménagé par le remblai des moines au xiie siècle.Il est construit sur deux niveaux :le premier est celui où arrive l'escalier par la porte sainte, et d'où part le tunnel, dit « Porte Saint-Martial », qui permet de sortir en passant sous la basilique.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite
Le second niveau est celui, un peu au-dessus, qui donne accès à la basilique, à la chapelle Notre-Dame et à la chapelle Saint-Michel.Il est constitué de deux plates-formes desservant l'une la basilique, l'autre les deux chapelles, reliées entre elles par un balcon et au niveau inférieur du parvis par un escalier.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La crypte Saint-Amadour

En face de l'escalier des pèlerins, un autre escalier s'enfonce sous la basilique, qui mène à l'église inférieure, appelée crypte Saint-Amadour : c'est là que les reliques de saint Amadour furent installées après leur découverte en 1166.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La crypte Saint-Amadour (suite)

C'est une nef unique, sans transept ni abside, divisée par un énorme arc-doubleau en deux travées voûtées avec des arcs diagonaux, aux angles desquelles se trouvent des colonnes surmontées de chapiteaux épannelés.De pur style roman, la crypte est construite au XIIème siècle dans le but d’agrandir la terrasse. Elle n'a été que peu remaniée. Elle sert de fondation à l’église supérieure.Pendant 400 ans, jusqu’aux guerres de religions, les reliques de Saint Amadour y ont été exposées sans se dégrader.Autrefois église paroissiale, aujourd’hui, la messe y est célébrée de nombreuses fois en semaine.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Saint-Jean-Baptiste

Transformée en baptistère au XIXème siècle, elle abrite encore la tombe de Jean de Vallon, chevalier de l’ordre de St-Jean de Jérusalem et les portraits de quelques grands pèlerins de l’histoire de France. De forme octogonale, elle nous rappelle l’incarnation et la résurrection du Christ.Jean-Baptiste nous propose le baptême, naissance pour une nouvelle vie.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Saint-Blaise

Chapelle Saint-Blaise est aussi chapelle de la Divine MiséricordeSaint-Blaise, guérisseur et martyr du IVème siècle nous introduit auprès du Christ miséricordieux : de son côté transpercé, l’eau et le sang inondent le monde de son amour.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Sainte-Anne

Sainte Anne, enseigne les écritures à sa fille Marie.Le retable baroque, dans la chapelle Notre-Dame au temps de la contre-réforme, nous présente les mystères de la Vierge Noire : « Nigra sum sed formosa ». Elle nous guide jusqu’au Ciel auprès de son fils.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La basilique Saint-Sauveur

L'accès à la basilique se fait par un escalier depuis le second niveau du parvis de la cité.Ses deux nefs sont adossées côté ouest aux parois de la falaise.La chapelle Notre-Dame lui est accolée au mur sud.La basilique Saint-Sauveur de Rocamadour est une église paroissiale faisant partie de la Cité religieuse érigée en basilique mineure en 1913.Dans le sanctuaire, elle se situe au-dessus de la crypte Saint-Amadour.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite
L'église Saint-Sauveur est construite du XIe au XIIIe siècle à une époque de transition entre l'art roman et l'art gothique (style romano-ogival).Elle est construite en pierre de taille calcaire et le toit est couvert de tuile plate.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

Les reliques

En 2016, les reliques de saint Amadour ont été réinstallées dans l'abside de droite, avec un nouveau reliquaire œuvre de David Pons, artiste orfèvre.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

Le chœur

Dans le chœur, un bas relief du XVIIIe siècle en bois doré de l'autel représentant l'Assomption est surmonté par un Christ en bois polychrome du XVIe siècle.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La mezzanine

Une mezzanine en bois est un ajout du XIXe siècle qui fut construit afin de pouvoir accueillir un grand nombre de pèlerins.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

L'orgue

Un nouvel orgue en forme de bateau construit par le facteur Jean Daldosso a été inauguré en novembre 2013.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

L'église basse

L'église basse du XIIe siècle est une crypte qui abritait jadis les reliques de saint Amadour.Sa voûte quadripartite est soutenue par un grand arc-doubleau.illustration en attente. Merci

L'église basse - suite

C'est une nef unique, sans transept ni abside, divisée par un énorme arc-doubleau en deux travées voûtées avec des arcs diagonaux, aux angles desquelles se trouvent des colonnes surmontées de chapiteaux épannelés.Datant de l'époque romane, elle n'a été que peu remaniée : le restaurateur de Rocamadour en 1858, l'abbé Chevalt, s'est contenté de gratter les badigeons pour plâtrer les murs, qui depuis ont été de nouveau grattés et laissent voir le mur nu.L'église basse du XIIe siècle est une crypte qui abritait jadis les reliques de saint Amadour.Sa voûte quadripartite est soutenue par un grand arc-doubleau.illustration en attente. Merci

Les 7 chapelles

Après la basilique et sa crypte, comme tout pèlerin, partons à la découverte des 7 chapelles.7 lieu évoquant les 7 sacrements de la religion catholique.Saint Jean-Baptiste pour le baptême, saint Blaise pour la miséricorde, sainte-Anne pour le mariage, et la Chapelle saint-Louis ( ou de l’ovalie en l'honneur du sport local : le rugby )sans oublier, celles que l'on vient de visiter, la Basilique saint-Sauveur, la Chapelle semi-troglodytique saint-Michel pour le jugement dernier,
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame

La chapelle Notre-Dame de Rocamadour (ou chapelle miraculeuse ou chapelle de la Vierge) est l'une des 7 chapelles faisant partie de la Cité religieuse.Dans le sanctuaire, elle se situe à côté de la basilique Saint-Sauveur.Toute l’histoire de Rocamadour commence là où le cœur d’une mère bat depuis si longtemps : Notre-Dame accueille ses enfants sous le rocher.La chapelle Notre-Dame est le cœur du pèlerinage de Rocamadour. Depuis près de mille ans, des pèlerins venus du monde entier viennent y rencontrer la Vierge Marie.La chapelle s'adosse à l'ouest à la falaise et au nord à l'élévation sud de la basilique Saint-Sauveur. L'édifice est construit en pierres de taille calcaire, de plan allongé à un seul vaisseau avec voûte sur croisée d'ogives et avec un toit à deux pans, couvert de tuiles plates.La porte au sud, de style gothique flamboyant, s'orne des armes de l'évêque de Tulle Denis de Bar. Elle est surmontée par le blason de Clément de Brillac son successeur à l'évêché. La fenêtre qui accoste à droite ce portail, également de style flamboyant, semble cependant un peu plus récente par le fait que sa mise en place a amputé la peinture murale dite du Dit des trois morts et des trois vifs5 du XVe siècle.La chapelle a été classée monument historique en 2000, en même temps que l'ensemble du sanctuaire.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame - suite -

De l'autre côté du parvis, deux peintures murales monumentales l'Annonciation et la Visitation datent du XIIe siècle.La porte donnant accès aux tribunes date du XVe siècle et porte les armes de Denis de Bar.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame - suite -

De dimensions plus réduites que l'actuelle (8 m x 9 m environ), la chapelle primitive est attestée au début du XIIe siècle.Dotée de contreforts enveloppants, elle était adossée à la falaise et séparée de l'église Saint-Sauveur par une ruelle qui fut utilisée ultérieurement comme sacristie.La chapelle primitive a été détruite en 1476 par un roc détaché de la falaise. Une plaque commémorative fixée à l'élévation sud indique qu'elle fut reconstruite en 1479 par Denis de Bar, évêque de Tulle.Elle fut par la suite saccagée lors des guerres de Religion et de la Révolution.Entre 1863 et 1864, la chapelle Notre-Dame a été en grande partie reconstruite et agrandie par l'abbé Chevalt.L'un des vitraux des fenêtres porte la date de 1844 et la signature d'Étienne Thevenot.

La chapelle Notre-Dame - suite -

Dans le chœur, un retable avec des panneaux peints et une table d'autel médiévale en pierre a été réalisé par l'orfèvre Poussièlque Rusan.Acquis en 1890 par le chapelain, il a remplacé le retable en bois doré qui a été installé dans la chapelle Sainte-Anne.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame - La cloche miraculeuse

Notre dame de Rocamadour, à l’abri du rocher, tenant son Fils sur les genoux, elle nous attend. Sa tendresse rayonne dans le monde entier.Notre-Dame de Rocamadour ou la Vierge noire de Rocamadour est une statue-reliquaire du XIIIe siècle.D'une hauteur de 76 cm, elle est constituée de deux pièces de bois de noyer, l'Enfant étant chevillé sur son genou gauche. Autrefois elle était recouverte d'argent.La Vierge de Rocamadour est liée aux chemins de Compostelle, ce qui a contribué à sa dévotion en Espagne et au Portugal, où elle est connue comme Notre-Dame de Rocamador. Sur la côte bretonne elle est vénérée comme la sainte patronne des marins et des pêcheurs.Elle a été restaurée après la Seconde Guerre mondiale et en 2003.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame - La cloche miraculeuse

Une cloche dite miraculeuse et de nombreux ex-voto témoignent des grâces reçues en ce lieu et sur les océans.La cloche est suspendue à la voûte de la chapelle par une anse. Elle aurait la particularité de sonner seule à chaque fois qu'un marin est sauvé en mer après avoir imploré la Vierge Marie.La cloche antérieure au IXe siècle a été forgée (et non coulée) dans une feuille de fer d'un centimètre d'épaisseur, elle mesure 24 cm de hauteur et 33 cm de diamètre.Cette cloche miraculeuse et les nombreux ex-voto témoignent des grâces reçues en ce lieu et sur les océans.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Notre-Dame - Les ex votes

Des ex-voto sous forme de maquettes de bateaux sont suspendus dans la chapelle dont une maquette de frégate10 de la fin du XVIIIe siècle et une maquette de goélette de pêche du XIXe siècle.« Vierge Marie, je suis venue trois fois dans cette chapelle te demander d’avoir un enfant. J’ai eu des triplés. Merci. » (Témoignage laissé par une maman dans le livre d’or de la chapelle Notre-Dame)
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Saint-Michel

On accède à la chapelle Saint-Michel par un petit escalier qui part en face de la chapelle Notre-Dame.Dans l’ancien prieuré des bénédictins, la chapelle des moines est la plus haute du Sanctuaire. St-Michel pèse nos âmes le jour du jugement dernier.C’est la Porte du Ciel, illustration de la devise du Sanctuaire : « L’Espérance ferme comme le roc ».
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

L'Annonciation et la Visitation

Sur le mur extérieur on retrouve la fresque du XIIIe siècle représentant l'Annonciation et la Visitation.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Saint-Michel - suite -

Cette chapelle n'est pas orientée, mais elle est parallèle à la falaise qui en constitue un mur latéral et une partie du plafond.La petite abside en cul-de-four est ornée de fresques du XIIIe siècle représentant le Christ dans une mandorle, entouré de divers saints et anges.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

La chapelle Saint-Louis

La chapelle Saint Louis a été consacrée en 2011 au monde du rugby par l’évêque de Cahors sous le vocable de Notre-Dame de l’Ovalie.Bâtie dans le rocher, elle est un lieu de mémoire pour soutenir et réconforter la grande famille du rugby, parfois blessée ou handicapée, fortement implantée dans le Quercy.Des maillots et des objets y sont exposés, offerts par des joueurs français et étrangers, certains très célèbres, en signe de gratitude à Notre Dame.
Sanctuaire de Rocamadour - La visite

Le pèlerinage et la Vierge noire

Rocamadour possède un pèlerinage très ancien à la Vierge Marie sous l'apparence d'une Vierge noire dont le corps était autrefois couvert de plaques d'argent, puis d'un manteau, comme Notre Dame du Puy ou Notre Dame de la Daurade à Toulouse.Cette statue est dans l'une des chapelles dans les sanctuaires à pic : la Chapelle Notre Dame (voir plus bas)
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

Les marins

Le succès du site vint des miracles de la Vierge noire dont la cloche miraculeuse -illustration - signalait par son tintement le sauvetage en mer de marins.Cette reconnaissance du monde des marins valut à Notre Dame de Rocamadour d'être vénérée dans plusieurs chapelles comme au Finistère ou au Québec.
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

Le parcours

L'épreuve finale du pèlerinage consistait à gravir à genoux les 216 marches conduisant à la cité religieuse (qui comprend sept églises, et douze autres que les restaurations du xixe siècle n'ont pu relever).Enfin parvenus à l'intérieur des sanctuaires après cette ascension, les pèlerins laissaient en ex-voto divers objets.Les plus connus restent les fers de condamnés libérés de leurs chaînes, les bateaux de marins sauvés et reconnaissants, ou les plaques de marbre gravées et accrochées au mur de la chapelle aux XIXe siècle et XXe siècle.L'insigne des pèlerins est la sportelle.
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

Des pèlerins très divers

Les tribunaux ecclésiastiques, et parfois les tribunaux civils, ont fréquemment imposé, comme condamnation, le pèlerinage de Rocamadour.C'était une grande pénitence, infligée surtout aux hérétiques albigeois qui passaient pour haïr la Mère de Dieu.Mais les pèlerinages n'étaient pas toujours un but d'actions pieuses : les seigneurs, les consuls des villes aimaient à se placer sous la protection de Notre-Dame pour conclure un traité ou signer une charte.
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

Le livre des miracles

Les raisons du pèlerinage à Rocamadour étaient multiples : expier les péchés, obtenir une guérison, empêcher une catastrophe. Le pèlerinage était parfois imposé, aux hérétiques repentis par exemple, ou à ceux qui voulaient échapper à la peine capitale.Le Livre des Miracles (dont la Bibliothèque Nationale de Paris possède 5 copies datant de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle) montre que ceux-ci sont surtout des guérisons (aveugles, sourds, muets, paralytiques, épileptiques...). Mais on trouve aussi d’autres maladies (aliénations mentales, gangrène, morsures d’animaux, blessures par armes blanches, typhus ou typhoïde)…On signale même des accidents du travail : par exemple, un ouvrier reçoit un éclat de pierre dans l’œil en démolissant le mur d’un sanctuaire : il en mourra…Les prisonniers viennent demander d’être libérés, ceux qui prennent des bateaux d’être protégés du naufrage, d’autres encore que leur maison soit protégée de l’incendie…L’un vient solliciter la Vierge parce qu’on lui a volé son blé, un autre parce que son faucon est blessé… (source : recteurRocamadour.com)Outre les détails concernant le pèlerinage et les pèlerins, le Livre des Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, dont le manuscrit daterait de 1172, renferme nombre de renseignements sur la vie au Moyen Âge, mille traits de mœurs sur les hommes et les femmes de cette époque, tout un vécu populaire, qui font l'histoire.Il existe une réédition du Livre des Miracles de Notre-Dame de Rocamadour présentée et annotée par Jean Rocacher (professeur émérite à l’Institut catholique de Toulouse), avec une préface de Régine Pernoud, chez l'éditeur Le Pérégrinateur.
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

Aujourd'hui

L'Église encouragea également ce pèlerinage par l'attribution à perpétuité d'indulgences plénières aux personnes qui recevraient les sacrements de la pénitence et de la communion à Rocamadour.Les jours de grands pardons où l'indulgence plénière est accordée, plus de 30 000 personnes se pressent à Rocamadour.En août 2016, le sanctuaire av fêté les 850 ans de la découverte du corps intact de saint Amadour. Depuis cette date , après leur pèlerinage, les fidèles peuvent de nouveau se recueillir devant les reliques du saint.
Sanctuaire de Rocamadour - Le pèlerinage

les projets du Sanctuaire

[Le Sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour est intégralement soutenu par des dons. Les frais de fonctionnement et d‘entretien sont couverts par les offrandes des pèlerins et visiteurs (troncs, quêtes, visites…).Les projets d’investissement sont financés par les donateurs et les mécènes.Vous pouvez faire un don ponctuel au sanctuaire, vous devenez alors donateur.Vous pouvez aussi vous investir humainement et financièrement dans la durée, vous devenez mécène !](https://www.sanctuairerocamadour.com/projets-a-financer/)
Sanctuaire de Rocamadour - Faire un don pour soutenir le sanctuaire

Faire célébrer une messe, faire brûler une veilleuse

[Vous souhaitez faire célébrer une messe à vos intentions au Sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour ?Vous ne pouvez pas venir jusqu’à Rocamadour mais vous souhaitez faire brûler une veilleuse dans la chapelle Notre-Dame ?Cliquez](https://www.sanctuairerocamadour.com/prier-approfondir-depuis-chez-soi/)
Sanctuaire de Rocamadour - Faire un don pour soutenir le sanctuaire
à voir absolument ...pour préparer votre visite ou pour entrer, à distance dans le miracle de Rocamadour...
Visite guidée "by night" de Notre Dame de Rocamadour, en août 2016, par l'abbé Ronan de Gouvello, alors Recteur du Sanctuaire[cliquez, et partez en visite.](https://youtu.be/ptWR9HecNPU)

Visite

Horaires ouverture / fermeture du SanctuaireDu 1er septembre au 30 septembre : 8h-21h30 Du 1er octobre au 31 octobre : 8h-20h Du 1er novembre au 30 mars : 8h30-18h30 Du 1er avril au 30 juin : 8h-20h Du 1er juillet au 31 août : 7h15-22hQuels sont les lieux et horaires des messes ?Tous les jours à 11h : messe du Sanctuaire Lundi-vendredi : crypte Saint-Amadour Samedi et jours de fêtes mariales : Chapelle Notre-Dame Dimanche : Basilique Saint-SauveurLes horaires de l’Ascenseur de Rocamadour Demi-saison (de Janvier à Juin puis d'Octobre à Décembre) 10h00 à 17h00 Pleine saison (Juillet-Août-Septembre) 9h00 à 19h00Visites avec les guides bénévoles du Sanctuaire:Pour vous faire entrer dans la grâce de ce haut-lieu marial, des guides bénévoles du Sanctuaire vous proposent une visite guidée spirituelle et historique à travers ses sept chapelles.Ne manquez pas cette démarche spirituelle unique qui vous conduit auprès de Notre-Dame de Rocamadour !Les guides du Sanctuaire sont habilités à vous faire visiter des lieux ouverts seulement lors de ces visites (chapelle Sainte Anne, chapelle Saint Michel).Durée de la visite : environ 1h30. Départ sur les parvis du Sanctuaire).Horaires : de février à avril : à 14h30 du lundi au vendredi – D’avril à novembre : à 10h30 et 14h30 du lundi au vendrediPour les groupes, la réservation est obligatoire : +33 (0)5 65 14 10 59Possibilité de visite en anglais.Pour des groupes d’enfants, sur demande la visite peut être adaptée : +33 (0)5 65 14 10 59

Contact

Sanctuaire de Rocamadour Rue de la Mercerie 46500 Rocamadour Email : contact@sanctuairerocamadour.com Tel : +33 (0)5 65 14 10 59Vous souhaitez contacter le recteur ? Email : recteur@sanctuairerocamadour.com Tel : +33 (0)5 65 14 10 59Vous êtes pélerin et souhaitez des informations complémentaires ? Email : pelerinage@sanctuairerocamadour.com Tel : +33 (0)7 50 84 70 57Pour tout savoir de la vie spirituelle du sanctuaire, pour découvrir ses propositions, les horaires des offices... cliquez
Office du tourisme +33 (0)5 65 33 22 00 L’hospitalet - 46500 ROCAMADOURCliquez pour des visites guidées par les h^tesses et hôtes de l'office de tourisme
Municipalité de Rocamadour Rocamadour est composée dee 55 hameaux et compte aujourd'hui 675 Amadouriens...La commune fait désormais partie de la Communauté de communes Causses et Vallée de la DordogneHôtel de ville Rue de la Couronnerie 05 65 33 63 26
Les guides bénévoles du Sanctuaire Pour vous faire entrer dans la grâce de ce haut-lieu marial, des guides bénévoles du Sanctuaire vous proposent une visite guidée spirituelle et historique à travers ses sept chapelles.Ne manquez pas cette démarche spirituelle unique qui vous conduit auprès de Notre-Dame de Rocamadour !Les guides du Sanctuaire sont habilités à vous faire visiter des lieux ouverts seulement lors de ces visites (chapelle Sainte Anne, chapelle Saint Michel).Durée de la visite : environ 1h30. Départ sur les parvis du Sanctuaire).Horaires : de février à avril : à 14h30 du lundi au vendredi – D’avril à novembre : à 10h30 et 14h30 du lundi au vendrediPour les groupes, la réservation est obligatoire.Possibilité de visite en anglais.Pour des groupes d’enfants, sur demande la visite peut être adaptée
Guide privée du sanctuaire Laurence du Peloux vous accueille pour des visites privées du sanctuaire. La visite dure environ 1 heure 30 et débute devant la PORTE SAINT MARTIAL. (Possibilité de visites en anglais)Tarifs 2020 : Groupes : jusqu'à 10 personnes : forfait 70 €. de 11 à 20 personnes : forfait 100 €. de 21 à 30 personnes : forfait 120 €. 4 € par personne supplémentaire à partir de la 31ème. Groupes scolaires : 3 € par jeune Gratuité pour les prêtres et accompagnateurs.Accès visite :Accèder à la PORTE SAINT MARTIAL : Par le haut de ROCAMADOUR, depuis le parking du CHATEAU (6) : Emprunter à pied le CHEMIN de CROIX (4) (environ 10mn.) Ou prendre l’ ascenseur incliné (payant)Par le bas de ROCAMADOUR, depuis les parkings au pied de la CITE : Franchir la PORTE DU FIGUIER , remonter la grande rue, monter le GRAND ESCALIER , puis traverser les PARVIS en direction de la PORTE SAINT MARTIAL Pour éviter de gravir le GRAND ESCALIER, vous pouvez prendre l' ascenseur vertical (payant)
Sources : Wikipedia SanctuaireRocamadour.com Villessanctuaires
Crédits : wiki comons : JGS25, Krzysztof Golik, Pymouss, Ikmo-ned, Ikmo-ned, Christophe Finot , Traumrune, Eloy_Chapsal, Riba, Yannis Yacongdios, Danipaz, Vend Jean, Thérèse Gaigé, Chavakia84,PMRMayert,_ Flickr : Etienne Valois, Vincent Derron Paroissedecatus sanctuaire Notre dame de Rocamadour RecteurRocamadour.com Pinpin, Diocèse de Limoges